Forum Vert
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -83%
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
Voir le deal
4.99 €
-20%
Le deal à ne pas rater :
Figurine Herbizarre N°76 – Collection Super Smash Bros.
11.99 € 14.99 €
Voir le deal

développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Lun 13 Avr 2020, 13:03

Bonjour, comme je vient tout juste de trébuchet sur un livre, discutant sur le sujet des développements Allemands sur les différents armes. Ainsi je vais vous en faire par.
Et pour une fois, je ne vais pas commencer dès le début du livre.

...............
Le développement et la production d'armes pour les forces armées, y compris des échantillons d '«armes miracles», ont été dirigés par le ministre impérial des armes et des munitions, Fritz Todt, en 1940-1942. Après la mort de Todt dans un accident d'avion en février 1942, il fut remplacé par l'architecte en chef allemand déjà mentionné Albert Speer (le titre de ce dernier «Ministre impérial de l'armement et de l'industrie militaire»), et juste avant la fin de la guerre, Speer, était tombé en disgrâce, Karl Saur [1] . Le colonel-général Friedrich Fromm [2] , le maréchal Erhard Milch [3] et le général-amiral Wietzel, respectivement, étaient responsables de la production et de l'achat d'armes pour l'armée, l'armée de l'air et la marine, respectivement.

Grâce aux efforts de Speer dans la structure du ministère dirigé par le nm, des commissions ont été créées pour développer de nouvelles armes avec la participation d'officiers de tous types de forces armées (ces dernières ont été chargées d'évaluer les meilleurs projets). De plus, les représentants militaires ont dû ajuster le développement de ces produits au stade des travaux de conception expérimentale et évaluer en temps opportun l'efficacité probable du développement. Les organes administratifs des forces armées comprenaient également les unités chargées de ces travaux: par exemple, le Département technique (Technisches Amt) du Ministère de l'aviation ou le Département des armes (Waffenamt) du Ministère de la guerre. Ce dernier pendant la guerre a été transformé en tant que direction du quartier général du chef des armes des forces terrestres et sous le commandant de l'armée de réserve. Sous le contrôle général du département Speer, toutes ces organisations, en collaboration avec les bureaux d'études des institutions scientifiques et des entreprises commerciales, ont lancé le développement et les tests de dizaines de modèles d'armes fondamentalement nouveaux, qui seront discutés dans ce livre.

Alors ont vas de suite accéder au premier projet de développement.

Chapitre 1. Armes légères

Peu de temps après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la société allemande Karl Walther a commencé à développer de nouvelles armes pour une cartouche de calibre de fusil léger. Le but de la création de telles munitions était de remplir la "niche???" entre le fusil à chargeur et la mitraillette. Ces deux types d'armes d'infanterie souffraient de défauts mortels inhérents au principe même de leur conception. Les fusils à chargeur étaient fournis avec une cartouche trop puissante, offrant une portée de vol de trois mille, trois cent mètres, tandis que le tir dirigé à une telle distance avec le viseur individuelles n'était presque jamais effectué. il était devenu Inutile est  à une telle portée et de tir en raison de l'apparition et de la large distribution de mitrailleuses.

La puissance excessive des munitions est à l'origine de plusieurs lacunes des armes d'infanterie. Ceux-ci comprennent, tout d'abord, le coût excessif de chaque tir, la consommation inutile de poudre à canon et de métal. Une grande quantité de poudre à canon et des balles et cartouches relativement lourdes rendent les cartouches plus grandes et plus lourdes, limitant considérablement leur stock portable. Le tir avec de telles munitions s'accompagne d'un fort recul, d'un tireur troublant et fatigant et nuisant à la précision (9, p. 149).

Les mitraillettes, qui avaient un appareil de visé extrêmement simple, avaient une cadence de tir élevée. Cependant, la portée effective de leur tir était extrêmement petite - seulement quelques dizaines de mètres. Pour cette raison, les mitraillettes ne pouvaient pas remplacer le fusil à chargeur et devenir le principal exemple d'armes des unités d'infanterie. Ainsi, dans les années 40, les armements des armées de tous les principaux États étaient constitués «à la fois de fusils et de mitraillettes - deux types d'armes très différents tirant avec différentes cartouches» (5, p. 150).

La raison en était la nécessité de «personnaliser» tout échantillon des armes légères nouvellement développées à la cartouche existante, qui souffrait initialement des lacunes décrites ci-dessus - fusil ou pistolet. «Pour améliorer encore les armes légères, il fallait créer un nouveau prérequis, et il a été créé avec le développement de nouvelles cartouches qui occupent une position intermédiaire en taille et en puissance entre le fusil et le pistolet précédents et donc appelées intermédiaires au début. Cette prémisse a servi de base principale à l'émergence et au développement relativement rapide d'une nouvelle arme individuelle de tireurs - des fusils automatiques de la nouvelle génération, combinant les meilleures qualités de tous les types précédents ... »(9, p. 150). En d'autres termes, les munitions pour la nouvelle arme devaient être créées sur la base d'un fusil, mais avec une masse considérablement réduite de la charge de poudre.

Les travaux sur une telle cartouche ont commencé en 1927 au bureau d'études de Rheinmetall-Borsig. L'année suivante, une carabine à chargement automatique Gew 28 a été conçue pour la nouvelle cartouche 8x42,5. Le fusil n'est pas entré dans production en série, mais les recherches se sont poursuivies. En 1935, la firme "N. Vollmer "a développé la cartouche intermédiaire calibre 7.75x40 et fusil automatique M35. La société RWS au milieu des années 30 s'est engagée dans la création d'une famille d'armes légères (fusil et mitrailleuse) sous le calibre de cartouche 8,15x41. Toutes ces conceptions sont restées expérimentales, mais les Allemands ont acquis la pratique nécessaire pour développer de nouvelles cartouches et armes pour de telles cartouches.

La première cartouche "courte" à entrer dans la série (calibre - 7,92 mm, comme la cartouche du fusil Mauser "pleine masse" du modèle 1904, mais avec une longueur de manche de 33 mm au lieu de 57 et une vitesse de balle initiale de 694 m / s au lieu de 895), qui a été créé par Walter au début des années 40. La longueur totale de la cartouche est de 48 millimètres, la masse de la cartouche avec la balle est de 16,8 grammes, le poids de la balle est de 8,2 g. L'entreprise avait déjà de l'expérience dans la création de telles munitions: au milieu des années 30, Walter a travaillé sur une cartouche dans un consortium avec DWM 7,5 x 40, conçu pour un fusil automatique expérimental. Mené en 1936, un tir expérimental avec toutes les munitions ci-dessus a montré que la munition Walter était la plus efficace.

En 1938, les essais militaires d'une nouvelle mitrailleuse, créée sous cette cartouche et portant le nom MK 42 (W), ont commencé. L'arme a fonctionné sur le principe de l'élimination des gaz en poudre. Le canon a été verrouillé en tournant l'obturateur autour de l'axe longitudinal. Le deuxième prototype a été développé par le concurrent constant de Walter - le célèbre designer Hugo Schmeisser. Selon le nom du fabricant: la société "Hanel", il a reçu la désignation MK 42 (H).
développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Mki10
développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Mki_w10

La disposition et la conception des deux armes étaient très similaires: les différences les plus notables étaient la chambre à gaz plus longue sur la version Schmeisser et la présence d'un support pour fixer une baïonnette de fusil standard 1898 au MK 42 (W). Les caractéristiques de performance des échantillons concurrents (respectivement Walter et Mauser) étaient également approximativement les mêmes: longueur - 935 et 940 mm, longueur du canon - 409 et 365 mm, poids avec cartouches - 6 kg. Les mitrailleuses pouvaient effectuer un tir unique et continu. Le chargement était produite à partir de magazines en boîte d'une capacité de 30 cartouches. Au début de 1943, la société Knel a lancé la production en série de nouvelles armes et l'année suivante, la mitrailleuse expérimentale Walther a été modernisée et adoptée sous l'indice MPi 43 (dénomination officiel) (de l'abréviation Maschinenpistole - «Pistolet mitrailleur»).

j'espère que je n'ai pas fait de faute dans ce domaine technique.

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  bigbasketeur le Lun 13 Avr 2020, 14:27

Bonjour .

Le livre en question est ...... ???????

pouce
bigbasketeur
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4723
Age : 39
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Narduccio le Lun 13 Avr 2020, 16:28

bigbasketeur a écrit:Bonjour .

Le livre en question est ...... ???????

pouce


Ben oui, c'est le minimum. Premièrement, le forum risque des problèmes juridiques à cause des lois sur le plagiat. Mais aussi, il y a peut-être des gens qui seraient intéressés par la consultation de ces livres. Sans compter qu'on ne voit que ce que Gérarddu68 veut nous faire voir....

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4810
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  bigbasketeur le Lun 13 Avr 2020, 16:45

Reine a écrit:A respecter sous peine de suppression sans préavis de vo(s) article(s)/
photo(s).

1/ Le copier coller est interdit.

Si vous souhaitez parler d’un article : utilisez les 3 premières lignes du texte puis donner le lien url.

2/La reprise d’une photo est tolérée à la condition que la source soit donnée. Veuillez toutefois vous assurer que l’auteur autorise la diffusion de ses photos.

Le forum doit répondre de vos actes manifestement illicites dans le cadre du respect du droit d’auteur d’autrui.

Nous vous invitons donc à respecter ces quelques règles simples.

L'équipe du forum
bigbasketeur
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4723
Age : 39
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  bigbasketeur le Lun 13 Avr 2020, 16:46

Bonjour .

Post de Reine a méditer merci .
bigbasketeur
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4723
Age : 39
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Bréhon le Lun 13 Avr 2020, 17:09

Gerarddu68 a écrit: je vient tout juste de trébuchet sur un livre
[...]
j'espère que je n'ai pas fait de faute dans ce domaine technique.
Bonjour,

Je n'ai pas vu de description d'armes médiévales dans ce texte. scratch

Bréhon
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 109
Age : 66
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 18/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Lun 13 Avr 2020, 23:43

Bonjour les membres de notre forum, et les Administrateur.
Pour vous rassurer:

1)
A. − Qqn plagie qqc. ou qqn
1. ARTS. Emprunter à un ouvrage original, et p.méton. à son auteur, des éléments, des fragments dont on s'attribue abusivement la paternité en les reproduisant, avec plus ou moins de fidélité, dans une oeuvre que l'on présente comme personnelle.
d'après https://www.cnrtl.fr/definition/plagia

2) Comme vous me l'avez une nouvelle fois énumérer.
"Je suis tombé sur un livre........"
Es ce donc du plagia? non, puisque ce n'est pas moi l'auteur. L'auteur est Russe, je ne sais même pas, si il existe une version européenne. Surement que oui, en raison que il y'a quelques mots que l'auteur Russe à utiliser. Mis à part, que il les as trouvé d'après ses recherche personnelle.

3) Moi j'effectue uniquement la traduction, et certainement pas du livre en entier. (Beaucoup trop de travail).

4) Et moi identiquement au personne qui publie leurs textes, sous Wikipedia, identiquement, je met la source après la fin du texte traduit.

Donc essayer de trouver la source européenne, si il en existe une.
La traduction du titre du livre en Francais = "Les Armes miracles du IIIème Reich".
Et une nouvelle fois, ma source elle provient de la version Russe, donc même si un auteur avait publier son livre dans son pays européen. Je ne suis pas au courant, puisque ici, ce n'est nullement mentionné, que l'auteur russe avait déjà fait une traduction d'un livre d'un auteur Anglais, Allemand, Français etc...

Oui bien sûr, je suis déjà tombé sur les livres d'auteur européen, ou Américain, en langue Russe, et ici, le nom de l'auteur est bien spécifier soit Halder pour son KTB, ou Guderian pour ses livres sur les blindés et autres.
La raison que moi j'utilise les canaux russes pour chercher un livre, la raison est toute évidente.
Les livres pendant la guerre, qui se trouvaient à Moscou, les allemands non pas réussis à les détruires.
Tandis que dans tout les pays occupé, une grande partie de la littérature elle à disparu, juste en raison du passage de la Gestapo, SD et des SS.

Et merci Bréhon, pour m'avoir ouvert les yeux, que oui, malgré que ont se trouve sur un forum de la seconde guerre mondiale, et malgré que mon titre de mon sujet, est "le développement des armes du III Reich".
Malgré cela, oui bien sûr, avec hitler, qui souhaitait toujours, que les hommes tiennent les positions jusqu'au dernier hommes, et comme ses généraux dans l'Afrika korps, en ont déduit, que cela équivalait, a un ordre du temps du moyen âge, donc oui, une nouvelle fois je suis d'accord aussi pour les Arcs et les flèches (d'après le film "Rommel le renard du dessert" ou c'était le Général Fritz Bayerlein, qui l'a fait remarqué à Rommel). Après tout, les armées ont bien combattu dans des combats au corps à corps, avec les baïonnette, donc verra t'ont aussi les versions améliorés des baïonnettes et des couteaux????

Donc es ce que cela vous a rassurer sur le point de vue plagia et vol des images?
Et ont fait comment, pour demander l'autorisation à un auteur, si l'auteur se trouve déjà à 6 pieds sous la terre?
(La version comique), ont fait passer un tuyau dans la terre, et ont fait hurler une corne de brume!
mais là, j'aurais trop peur que les mort vivants tous ensemble remonte des cercueils, pour m’engueuler qu'il souhaite que l'on respecte leurs droit au repos éternelle!.

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Mar 14 Avr 2020, 10:41

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Mpi4310

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sturmgewehr_44
et il y'a ici ce second lien, qui détient une version française.
Mais bordel, de bordel, ce que je reproche toujours, à la version Française, par rapport aux autres langue disponible, que ce ne sont pas des traductions, mais bel et bien des versions, provenant d'autre source soit, livre français et autre, et là, cette publication une nouvelle fois le démontre clairement, cette publication, est vraiment rapetisser en texte, juste bonne pour les cochons, sans intérêts puisque ici c'est uniquement une version texte, pour dire, ou pour mentionné, que ce fusil il as existé. Et point final, la version Allemande contient plus d'info, et même la version anglaise.

Et ici la première dénomination, pour cette version améliorer, est bien MPi 1943 (Maschinenpistole donc une nouvelle fois Pistolet Mitrailleur modèle 1943). Ce n'est uniquement par la suite, que sa dénomination a changer, comme vous aller le comprendre avec la suite de ma traduction.

Et voici encore une autre image de la vue du MPi1943
développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Mpi_4310
et merci, pour le coup de main, aux personnes qui connaissent les dénominations technique, qui sont donné par le traducteur automatique. (ici je ne vois nullement la dénomination percuteur, c'est lequel? merci)
Fig. 4. Les principales parties de la machine Mpi 43: 1 - le canon; 2 - récepteur; 3 - boîte de déclenchement; 4 - obturateur; 5 châssis d'obturation; 6 - un ressort de rappel; 7 - fusible; 8 - recul de tir; 9 - pied de crosse avec crosse; 10 - une tige avec un piston.

Es ce que ont retrouve les dénomination technique identique comme ici?
http://armesfrancaises.free.fr/FR%20MAS%2036.html
merci!

Comme son prototype, le MPi 43 automatique a fonctionné sur le principe de l'élimination des gaz en poudre à travers un trou transversal dans l'alésage. Chambre à gaz - type fermé, sans régulateur. L'arme se composait des principaux éléments et mécanismes suivants: un canon avec une chambre à gaz, un récepteur avec un couvercle de canon, une boîte de déclenchement avec une poignée de tir, un boulon, un verrouillage, une gâchette et un mécanisme d'impact, un ressort de rappel, une plaque de couche et une crosse avec un mécanisme d'alimentation. Dans la fabrication du MPi 43, la méthode d'estampage a été largement utilisée - pour la première fois dans la pratique allemande. La surface de l'arme est oxydée. L'attache d'élingue de la ceinture de transport en tissu est située sur la droite - à l'extrémité de la chambre à gaz et sur la crosse.

L'alésage du canon est verrouillé en inclinant l'obturateur dans un plan vertical. L'inclinaison de l'obturateur lors du verrouillage et du déverrouillage est réalisée par l'interaction des plans inclinés correspondants sur l'obturateur et le cadre de l'obturateur. Le Mécanisme de tir - type déclencheur, permet un tir unique et automatique. Le schéma de fonctionnement du déclencheur et des mécanismes de déclenchement est identique à celui développé à la fin des années 1920 pour le fusil à chargement automatique tchécoslovaque ZH vz.29. Cependant, contrairement à ce dernier, le mécanisme de déclenchement du pistolet automatique allemand comporte deux pièces supplémentaires qui assurent un tir automatique et une protection contre un tir accidentel. Le recul de tir est situé dans la boîte de déclenchement, ses extrémités sortent sur les côtés droit et gauche sous la forme de boutons. Pour effectuer un tir automatique, le recul doit être déplacé vers la droite (la lettre «D» sera visible sur le côté droit de la boîte de déclenchement). Un seul feu est fourni en déplaçant le recul vers la gauche (la lettre «E» sera visible sur le côté gauche).

Le fusible contre un tir accidentel est un type de drapeau, situé sous le recul. Lorsque le fusible est allumé (le drapeau est en position horizontale et ferme la lettre «F» - «Feuer» (tir ou Feu)), la gâchette est verrouillée. Pour tirer, le drapeau baisse et ferme la lettre "S" ("Sicherheit" (sécurité)). Une chambre à gaz fermée est située au-dessus du canon. Un bouchon est vissé dans son canal, qui est retiré lors du nettoyage de la chambre. La poignée de chargement est à gauche, la fenêtre d'éjection est à droite. La poignée de contrôle du feu est équipée de joues en bakélite et est située à un angle pratique. Lors du chargement des armes, une fois le chargeur fixé, vous devez placer la machine sur le fusible, armer le boulon, puis éteindre le fusible. La machine est également déchargée lorsque le fusible est allumé.

Le stock est en bois, fixé au récepteur à l'aide de goujons. La plaque de couche est une seule unité avec la crosse, un ressort de rappel est inséré dans l'évidement de sa paroi avant. L'axe de l'alésage et le repose-épaules sont pratiquement au même niveau, ce qui augmente considérablement la stabilité de l'arme lors d'un tir automatique. Pour cette raison, la base du guidon et du viseur sont élevés assez haut au-dessus du couvercle.

Lors du démontage des armes, la crosse avec le coussin de recul et le ressort de rappel est séparée du récepteur (pour cela, la fermeture du coussin de recul est retirée vers la droite jusqu'à la rupture, la crosse est détachée, après quoi le ressort est retiré). La boîte de déclenchement ainsi que la poignée de commande de tir et la détente sont retirées de la butée et s'appuient sur la charnière. Un cadre de boulon avec une poignée de chargement et une tige de piston, ainsi qu'un boulon, est retiré du récepteur. Assemblage - dans l'ordre inverse.

La vue est sectorielle, coupée pour un tir dirigé sur une portée allant jusqu'à 800 mètres - les marquages ​​sont tracés sur la barre de visée. Chaque division correspond à un changement de portée de la cible de 50 mètres. La fente et le guide sont de forme triangulaire; le guide est protégé par un "foresight tunnel" (j'ai utiliser le mot anglais, je ne connais pas la dénomination Française) annulaire. Le poids au combat de la macschinepistolle est de 6 kilogrammes. Cadence de tir - 470 coups par minute. La longueur totale de l'arme est de 940 mm, la longueur du canon - 419 mm.

L’alimentation des munitions du MPi 43 sont produites à partir d'un magasin attaché avec un agencement de cartouches à deux rangées, le même que celui des prototypes. La capacité du chargeur est de 30 cartouches, le poids du chargeur équipé est de 1,1 kg. Le col du récepteur du magasin est ondulé pour éviter la flexion mécanique lors des chocs. Le magasin était équipé de clips standard à cinq cartouches utilisant une buse spéciale - un accélérateur de chargement, porté sur son cou. À la fin de la guerre, un chargeur plus petit de 10 cartouches a été développé pour les mitrailleuses qui ont armé les équipages des chars (le chargeur MPi 43/44 long et incurvé était quelque peu gênant pour tirer depuis l'intérieur de d'un véhicule blindé exigu). Cependant, ils n'ont pas eu le temps d'appliquer cette innovation au premier plan.

Initialement, le MPi 43 a été développé pour les "panzergrenadiers" - des tireurs d'unités d'infanterie motorisées des divisions de chars de l'armée allemande et des troupes SS. Après la mise en service de la maschinepistolle, les Allemands ont immédiatement entamé son amélioration. Bientôt, il y a eu une modification du MPi 43 / I, caractérisée par la disponibilité d'appareils pour fixer un lance-grenades à fusil standard (plus d'informations à ce sujet seront décrites ci-dessous) et un bras pour les viseurs de nuit optiques ou infrarouges. En décembre 1944, Walter lança une version modifiée de l'arme, adoptée pour le service sous la désignation MPi 44 ou StG 44 (Sturmgewehr - fusil d'assaut) et qui devint le modèle principal. Son apparition a nécessité l'austérité du métal: les pièces embouties étaient faites d'un matériau plus mince avec une surface phosphatée plutôt qu'oxydée. Le reste du StG 44 ne différait pratiquement pas de son prédécesseur. Au total, environ 425 000 Maschinepistolle automatiques de toutes les versions ont été produites: 19 500 en 1943, 281 800 en 1944 et 124 000 en 1945.

Bien qu'au départ, seuls deux pelotons de la division étaient censés être équipés de fusils d'assaut, les excellentes qualités de combat du MPi 43/44 ont obligé à reconsidérer le concept de son utilisation. Selon les États de 1945, il y avait 55 mitrailleuses dans une compagnie d'infanterie, 165 dans un bataillon, 330 dans un régiment et 1270 dans une division. Dans d'autres branches des forces armées, le nombre régulier de ces armes variait quelque peu, mais restait approximativement dans la même fourchette. Armé de fusils d'assaut de tout le personnel des équipages de chars et de canons automoteurs. Enfin, l'utilisation la plus exotique de la nouvelle arme a été de remplacer les mitrailleuses MG42 ordinaires - les armes défensives intégrées des derniers chars allemands PzKpfw VI "Koenigstiger" et "Panther II".

À la toute fin de la Seconde Guerre mondiale, un autre prototype de carabine à chargement automatique pour une cartouche intermédiaire, le StG 45 (M), développé par Mauser à Oberndorf, est apparu. Avec une certaine similitude avec les échantillons décrits ci-dessus, il différait par le principe du fonctionnement de l'automatisme (obturateur semi-libre) et l'absence d'une chambre à gaz au-dessus du barillet. Le Maschine pistolle Mauser était équipée de magasins pour 10 coups.

Enfin, après le début de la mobilisation totale en 1945, les Allemands ont tiré une carabine à chargement automatique très grossièrement chambrée pour du 7,92x33, qui a reçu la désignation VG 45 (Volksgewehr - "fusil du peuple"). Cette arme n'avait pas de dispositifs de verrouillage spéciaux: le ralentissement de l'ouverture, en fait, de l'obturateur libre (comme dans un pistolet mitrailleur) a été effectué à l'origine: en éliminant les gaz de poudre à travers quatre trous près de la bouche du canon dans une cavité spéciale entre sa surface extérieure et la surface intérieure du boîtier, couvrant le canon sur toute sa longueur et relié rigidement au boulon. Lorsqu'elle est renvoyée, l'ensemble du boîtier recule. La poignée de chargement (réalisée sous la forme d'un support incurvé en métal brut) est à gauche, la fenêtre d'éjection des cartouches usagées est à droite. Fusible de type drapeau, situé à gauche du boîtier de déclenchement. Selon A. B. Zhuk, cette méthode de ralentissement du recul des volets a été proposée par Barnitzke, le concepteur en chef de Gustlof Werke. Le schéma spécifié ne fournit qu'un seul tir. La longueur de l'arme est de 960 mm, la longueur du canon est de 380 mm. Poids carabine avec des munitions - 5,37 kilogrammes.

Ben mince, désolé ici il me faudra corrigé après avoir obtenu de l'aide.

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Bréhon le Mar 14 Avr 2020, 11:48

Gerarddu68 a écrit:
Mais bordel, de bordel, ce que je reproche toujours, à la version Française, par rapport aux autres langue disponible, que ce ne sont pas des traductions, mais bel et bien des versions, provenant d'autre source soit, livre français et autre, et là, cette publication une nouvelle fois le démontre clairement, cette publication, est vraiment rapetisser en texte, juste bonne pour les cochons, sans intérêts puisque ici c'est uniquement une version texte, pour dire, ou pour mentionné, que ce fusil il as existé. Et point final, la version Allemande contient plus d'info, et même la version anglaise.
Bonjour,

Wiki est une encyclopédie collaborative dans laquelle tout le monde peut intervenir pour corriger, améliorer, compléter un article.

Qu'attendez-vous pour le faire?

Bréhon
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 109
Age : 66
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 18/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Mar 14 Avr 2020, 13:10

Bonjour, ben parce que je n'ai pas le temps, pour intervenir et effectuer des traductions.
Et ici chez nous les français, je me suis déjà posé la question, si cela ne proviendrait pas du fait, que quelques personne sont devenu fainéant.
De toute façon, le téléphone portable en est une des raison principale, avec les abrégés à ne plus rien comprendre dans ce langage. Et ici je ferme à présent mon expatriement de mon sujet, et je reviendrait plus tard pour corrigé les erreurs et continuer ma traduction.

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Mar 14 Avr 2020, 15:15

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Kr10
Et maintenant au spécialiste, je vous laisse la main.
C'est quoi?

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Prosper Vandenbroucke le Mar 14 Avr 2020, 23:33

Mais c'est tout simplement un dispositif pour utiliser un fusil ou carabine tout en permettant au tireur de rester à l'abri.
Tu te demandais ce que c'était??, Ton traducteur automatique russe-Français est en panne.
Cela provient d'ici:
https://coollib.net/b/331148-yuriy-yurevich-nenahov-chudo-oruzhie-tretego-reyha/read
Mais naturellement il faut prendre la peine de vérifier via un moteurs de recherches.
Bonne soirée
Prosper Vandenbroucke
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 945
Age : 70
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Gerarddu68 le Mer 15 Avr 2020, 00:02

Décidément prosper, vous êtes réellement!
Et dites moi, vous faites le coups, à tout vos membres, ou bien uniquement aux nouveau enregistrer?.
Et je me demande aussi, non, j'arrête c'est le jeu, lorsque ont rentre dans un nouveau forum. Et je suis aussi sur, que c'était la raison primaire, a vouloir de suite connaitre le nom de l'auteur, juste pour rechercher le lien, et après sacké un sujet d'un nouveau membre.
Et maintenant tu souhaite quoi savoir, en ayant transmis le lien?
Rien, n'es ce pas?
ça je le savait.

Comme vous le savez, le fusil d'assaut allemand MPi 43 a eu une grande influence sur le développement en 1946 par M.T.Kalachnikov du premier modèle de son célèbre fusil d'assaut. Bien qu'il ne soit guère utile de prouver que l'AK-47 est beaucoup plus simple, plus efficace et sans prétention, le fait que les deux échantillons ont deux indicateurs identiques - le même schéma d'automatisation inhabituel à l'époque et la conception générale très révolutionnaire - reste indéniable. Ces facteurs suffisent à reconnaître l'arme allemande comme le véritable précurseur de l'AK.

Il est intéressant de noter que Hitler, comme ses ennemis - les maréchaux et généraux soviétiques qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale, il se méfiait de l'introduction des mitrailleuses: «À l'été 1942, il était fermement convaincu que le fantassin était beaucoup plus à l'aise avec un fusil, ou il rejeta résolument la proposition d'établir la production. Déjà développé des fusils d'assaut d'un nouveau type (MKJ 42) et en équiper la Wehrmacht »(10, p. 437).
Pour conclure la conversation sur les armes individuelles de l'armée allemande, il convient à noter que le célèbre pistolet mitrailleur 9 mm MPi 38/40 d'Egma est également une arme vraiment révolutionnaire pour sa classe. Le MPi 38 a été le premier pistolet mitrailleur au monde à être dépourvu de la crosse et de la crosse à bois massives caractéristiques de toutes les autres armes de cette arme (héritage du fusil). En remplacement du bois, seuls du métal et du plastique (bakélite) ont été utilisés. C'est le MPi 38 qui a été équipé pour la première fois d'un repose épaules en métal pliable, et ses pièces principales ont été fabriquées par une méthode d'estampage simple et bon marché. De cette façon. le développement de "Egma" est devenu la base de la création de tous les modèles ultérieurs de mitraillettes, jusqu'aux plus modernes.
* * *
À la fin de la guerre, lorsque les hostilités se sont propagées dans les rues étroites des anciennes villes européennes, les concepteurs allemands ont commencé à développer activement des modèles d'armes à tirer derrière un mur.
En fait, ce n'était pas une arme, mais seulement des adaptations, ce qui a permis de toucher en toute confiance les soldats ennemis, en restant eux même en dehors de la zone de tir. Les premiers exemples assez primitifs de tels appareils sont apparus en 1943. Il était utilisé uniquement monté sur les carabines 98k, les fusils à chargement automatique Gew 41 (W / M), les Gew 43 et d'autres fusils.

Ainsi comme vous l'aurez compris à présent, avec ses dernières lignes, c'est un dispositif, pour permettre à un tireur de rester coucher au sol, et à travers un dispositif d'un périscope, que le tireur puisse visé et tirer.
Ainsi cette dernière partie, abordera les versions "Krummlauf".

Et aux USA, un fusil version Krummlauf vaut actuellement dans les ventes aux enchère 20 000$ en tant que base.
Certains auteurs parleront même, que l'inventeur c'était Ferdinand Porsche, qui disposait un système similaires pour sa version du char Tigre.
Mais restons en avec ma source pour le moment.

L'appareil se compose de trois parties principales - la crosse, le corps et le périscope. Une crosse en bois d'un type de fusil conventionnel est montée dans la partie inférieure du corps du viseur avec l'aide de deux vis papillons et il peut être rabattue. Une gâchette est montée sur la vis de montage arrière de la crosse, qui est reliée à la gâchette du fusil à l'aide du levier de déclenchement et d'une chaîne en métal (la boucle de chaîne est placée sur la gâchette).
Le corps est en tôle par emboutissage et soudage. Dans sa partie supérieure, entre les parois latérales, il y a une barre de support pour fixer la crosse du fusil. La barre est fixée sur la vis de support, et à l'avant elle est superposée au manchon excentrique, monté sur la vis de réglage du levier de réglage, qui est vissée à la rupture à l'aide d'une aile.
Un couvercle avec deux marques de vis est monté sur une charnière sur le dessus du boîtier. Le couvercle sert à fixer fermement la crosse du fusil dans la fente. Sur le côté intérieur du couvercle, il y a des butées qui, avec deux vis de serrage, pressent la crosse sur la plaque de support du boîtier. Une vis avec une aile située à l'arrière du couvercle amortit le recul de l'arme.
Un simple périscope cylindrique avec des lentilles en miroir est fixé à l'aide d'un capuchon de pression sur la paroi arrière du boîtier. Sur le corps, il y a un dispositif de réglage pour rectifier la position du périscope par rapport au fusil.
Lors de l'installation d'armes dans le viseur, vous devez insérer les vis de la barre de support et le levier d'installation dans leurs douilles. Ensuite, vous devez ouvrir le couvercle, y insérer la crosse du fusil, ajuster la position de la barre de support en fonction de la forme de la boîte et serrer les ailes. Après fixation avec les capuchons d'arrosage, les vis de serrage sont serrées. La chaîne s'étend jusqu'à la gâchette du fusil et est réglable en longueur en fonction de sa position dans un état tendu, sans affaissement. Après cela, le périscope est installé et son alignement est vérifié. L'arme est chargée et mise en position de combat, et après avoir placé l'ensemble du système dans un abri, une sécurité est activée.
À différents moments, divers échantillons de ces appareils ont été produits, différant principalement par la qualité de fabrication du périscope et d'autres changements mineurs. Le poids de l'appareil sans fusil était de 5,6 kg. Ainsi, le poids total de l'appareil avec la carabine 98k installée a atteint 9,5 kilogrammes et avec le fusil à chargement automatique Gew 41 - environ 10,4 kg. Longueur - 480 mm (compte tenu de la longueur de l'arme, la longueur totale était d'environ un mètre et demi), hauteur - 290 mm, largeur - 130 mm. En raison du fort déplacement du centre de gravité vers l'avant, le tir à l'aide du dispositif décrit ne pouvait être conduit qu'à partir de l'arrêt.
Un système beaucoup moins complexe et plus compact est apparu un peu plus tard. Cet appareil (Vorsatz J) était une petite buse à canon avec un coude sous l'angle de 32 degrés, équipée d'un viseur avec plusieurs lentilles miroir. La buse a été placée sur la bouche des fusils d'assaut MPi 43 / StG 44. La buse était équipée d'un guide et d'un système spécial de lentilles à miroir périscope - la ligne de visée, passant par le viseur sectoriel et le guide principal de l'arme, a été réfractée dans les lentilles et déviée vers le bas, parallèlement au coude de la buse.

Le viseur a fourni une précision de tir assez élevée: une série de tirs uniques reposait sur un cercle d'un diamètre de 35 cm tir effectuer sur une distance de 100 mètres. Le dispositif spécifié a été utilisé à la fin de la guerre spécifiquement pour les combats de rue - depuis août 1944, environ 10 000 de ces unités ont été produites. Il y avait une option avec une courbure du canon de 45 degrés.
Le deuxième échantillon, appelé Vorsatz P, se distingue par un angle de courbure encore plus grand de la buse - 90 degrés. Ce dernier était monté dans un attelage spécial monté sur lé blindage d'un char ou d'une voiture blindée et était utilisé pour tirer dans l'angle mort. L'embrayage a permis d'effectuer un tir circulaire. Le principal inconvénient de ces dispositifs originaux était leur faible capacité de survie: les buses ont résisté à environ 250 coups (la capacité de survie a diminué proportionnellement à une augmentation de l'angle de courbure du canon).

Voilà, le chapitre sur les fusils et les armes légères suivant ma source est clos.
Ici je vais sauter le passage sur les Mitrailleuse lourdes MG-34 et MG-42, pour passer par la suite à une autre arme.

Gerarddu68
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 44
Age : 56
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 29/03/2020

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Prosper Vandenbroucke le Mer 15 Avr 2020, 12:44

Gerarddu68 a écrit:Décidément prosper, vous êtes réellement!
Et dites moi, vous faites le coups, à tout vos membres, ou bien uniquement aux nouveau enregistrer?.
Et je me demande aussi, non, j'arrête c'est le jeu, lorsque ont rentre dans un nouveau forum. Et je suis aussi sur, que c'était la raison primaire, a vouloir de suite connaitre le nom de l'auteur, juste pour rechercher le lien, et après sacké un sujet d'un nouveau membre.
Et maintenant tu souhaite quoi savoir, en ayant transmis le lien?
Rien, n'es ce pas?
ça je le savait.  

Comme vous le savez, le fusil d'assaut allemand MPi 43 a eu une grande influence sur le développement en 1946 par M.T.Kalachnikov du premier modèle de son célèbre fusil d'assaut. Bien qu'il ne soit guère utile de prouver que l'AK-47 est beaucoup plus simple, plus efficace et sans prétention, le fait que les deux échantillons ont deux indicateurs identiques - le même schéma d'automatisation inhabituel à l'époque et la conception générale très révolutionnaire - reste indéniable. Ces facteurs suffisent à reconnaître l'arme allemande comme le véritable précurseur de l'AK.

Il est intéressant de noter que Hitler, comme ses ennemis - les maréchaux et généraux soviétiques qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale, il se méfiait de l'introduction des mitrailleuses: «À l'été 1942, il était fermement convaincu que le fantassin était beaucoup plus à l'aise avec un fusil, ou il rejeta résolument la proposition d'établir la production. Déjà développé des fusils d'assaut d'un nouveau type (MKJ 42) et en équiper la Wehrmacht »(10, p. 437).
Pour conclure la conversation sur les armes individuelles de l'armée allemande, il convient à noter que le célèbre pistolet mitrailleur 9 mm MPi 38/40 d'Egma est également une arme vraiment révolutionnaire pour sa classe. Le MPi 38 a été le premier pistolet mitrailleur au monde à être dépourvu de la crosse et de la crosse à bois massives caractéristiques de toutes les autres armes de cette arme (héritage du fusil). En remplacement du bois, seuls du métal et du plastique (bakélite) ont été utilisés. C'est le MPi 38 qui a été équipé pour la première fois d'un repose épaules en métal pliable, et ses pièces principales ont été fabriquées par une méthode d'estampage simple et bon marché. De cette façon. le développement de "Egma" est devenu la base de la création de tous les modèles ultérieurs de mitraillettes, jusqu'aux plus modernes.
* * *
À la fin de la guerre, lorsque les hostilités se sont propagées dans les rues étroites des anciennes villes européennes, les concepteurs allemands ont commencé à développer activement des modèles d'armes à tirer derrière un mur.
En fait, ce n'était pas une arme, mais seulement des adaptations, ce qui a permis de toucher en toute confiance les soldats ennemis, en restant eux même en dehors de la zone de tir. Les premiers exemples assez primitifs de tels appareils sont apparus en 1943. Il était utilisé uniquement monté sur les carabines 98k, les fusils à chargement automatique Gew 41 (W / M), les Gew 43 et d'autres fusils.

Ainsi comme vous l'aurez compris à présent, avec ses dernières lignes, c'est un dispositif, pour permettre à un tireur de rester coucher au sol, et à travers un dispositif d'un périscope, que le tireur puisse visé et tirer.
Ainsi cette dernière partie, abordera les versions "Krummlauf".

Et aux USA, un fusil version Krummlauf vaut actuellement dans les ventes aux enchère 20 000$ en tant que base.
Certains auteurs parleront même, que l'inventeur c'était Ferdinand Porsche, qui disposait un système similaires pour sa version du char Tigre.
Mais restons en avec ma source pour le moment.

L'appareil se compose de trois parties principales - la crosse, le corps et le périscope. Une crosse en bois d'un type de fusil conventionnel est montée dans la partie inférieure du corps du viseur avec l'aide de deux vis papillons et il peut être rabattue. Une gâchette est montée sur la vis de montage arrière de la crosse, qui est reliée à la gâchette du fusil à l'aide du levier de déclenchement et d'une chaîne en métal (la boucle de chaîne est placée sur la gâchette).
Le corps est en tôle par emboutissage et soudage. Dans sa partie supérieure, entre les parois latérales, il y a une barre de support pour fixer la crosse du fusil. La barre est fixée sur la vis de support, et à l'avant elle est superposée au manchon excentrique, monté sur la vis de réglage du levier de réglage, qui est vissée à la rupture à l'aide d'une aile.
Un couvercle avec deux marques de vis est monté sur une charnière sur le dessus du boîtier. Le couvercle sert à fixer fermement la crosse du fusil dans la fente. Sur le côté intérieur du couvercle, il y a des butées qui, avec deux vis de serrage, pressent la crosse sur la plaque de support du boîtier. Une vis avec une aile située à l'arrière du couvercle amortit le recul de l'arme.
Un simple périscope cylindrique avec des lentilles en miroir est fixé à l'aide d'un capuchon de pression sur la paroi arrière du boîtier. Sur le corps, il y a un dispositif de réglage pour rectifier la position du périscope par rapport au fusil.
Lors de l'installation d'armes dans le viseur, vous devez insérer les vis de la barre de support et le levier d'installation dans leurs douilles. Ensuite, vous devez ouvrir le couvercle, y insérer la crosse du fusil, ajuster la position de la barre de support en fonction de la forme de la boîte et serrer les ailes. Après fixation avec les capuchons d'arrosage, les vis de serrage sont serrées. La chaîne s'étend jusqu'à la gâchette du fusil et est réglable en longueur en fonction de sa position dans un état tendu, sans affaissement. Après cela, le périscope est installé et son alignement est vérifié. L'arme est chargée et mise en position de combat, et après avoir placé l'ensemble du système dans un abri, une sécurité est activée.
À différents moments, divers échantillons de ces appareils ont été produits, différant principalement par la qualité de fabrication du périscope et d'autres changements mineurs. Le poids de l'appareil sans fusil était de 5,6 kg. Ainsi, le poids total de l'appareil avec la carabine 98k installée a atteint 9,5 kilogrammes et avec le fusil à chargement automatique Gew 41 - environ 10,4 kg. Longueur - 480 mm (compte tenu de la longueur de l'arme, la longueur totale était d'environ un mètre et demi), hauteur - 290 mm, largeur - 130 mm. En raison du fort déplacement du centre de gravité vers l'avant, le tir à l'aide du dispositif décrit ne pouvait être conduit qu'à partir de l'arrêt.
Un système beaucoup moins complexe et plus compact est apparu un peu plus tard. Cet appareil (Vorsatz J) était une petite buse à canon avec un coude sous l'angle de 32 degrés, équipée d'un viseur avec plusieurs lentilles miroir. La buse a été placée sur la bouche des fusils d'assaut MPi 43 / StG 44. La buse était équipée d'un guide et d'un système spécial de lentilles à miroir périscope - la ligne de visée, passant par le viseur sectoriel et le guide principal de l'arme, a été réfractée dans les lentilles et déviée vers le bas, parallèlement au coude de la buse.

Le viseur a fourni une précision de tir assez élevée: une série de tirs uniques reposait sur un cercle d'un diamètre de 35 cm tir effectuer sur une distance de 100 mètres. Le dispositif spécifié a été utilisé à la fin de la guerre spécifiquement pour les combats de rue - depuis août 1944, environ 10 000 de ces unités ont été produites. Il y avait une option avec une courbure du canon de 45 degrés.
Le deuxième échantillon, appelé Vorsatz P, se distingue par un angle de courbure encore plus grand de la buse - 90 degrés. Ce dernier était monté dans un attelage spécial monté sur lé blindage d'un char ou d'une voiture blindée et était utilisé pour tirer dans l'angle mort. L'embrayage a permis d'effectuer un tir circulaire. Le principal inconvénient de ces dispositifs originaux était leur faible capacité de survie: les buses ont résisté à environ 250 coups (la capacité de survie a diminué proportionnellement à une augmentation de l'angle de courbure du canon).

Voilà, le chapitre sur les fusils et les armes légères suivant ma source est clos.
Ici je vais sauter le passage sur les Mitrailleuse lourdes MG-34 et MG-42, pour passer par la suite à une autre arme.
Euh, excusez-moi mais moi y en a pas comprendre, si ce n'est que je suis réellement.............................. Que serais-je et que voudrais-je. Vous êtes libre d'aller où bon vos semble.
A bientôt, peut être.
Prosper Vandenbroucke
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 945
Age : 70
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  bigbasketeur le Mer 15 Avr 2020, 14:32

Bonjour Gerard .

Il y a sur le forum 1 règle absolue sur le forum , applicable a tous. 1 seule qui est absolue , je cite : "Citer ses sources !!" .

Comprend tu ?? Ou tu ne comprends pas ???

P.S : A ce taper la tète contre les murs franchement .
bigbasketeur
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4723
Age : 39
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

développement de tout les types d'armes dans le III Reich. Empty Re: développement de tout les types d'armes dans le III Reich.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum