Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 1/2/2023, 14:33

Bonjour, Alors mon titre de mon sujet, contient entre parenthèse un numéro, ici je commence bien le sujet avec la construction et les modifications effectuer sur ce navire allant jusqu’à 1936, ou ses navires on participé à la guerre d'Espagne.
Puis dans un autre sujet, je créerais la suite avec les transformations de 1940, et les derniers dans le dernier chapitre pour l'année 1944.

Déjà en premier lieu, la définition d'un navire sister ship, ben c'est comme lorsque dans une famille on as un frère ou une sœur, ici ce ne sont pas des jumeaux, et bien des navires issus de la même catégorie, d'un navire au suivant peuvent détenir des modifications, que le navire primaire ne détenait pas, ou du fait que sur le premier modèle construit, le navire détenait quelque chose, qui sur le suivant les ingénieurs l'on retirer.
Et ainsi on pourra retrouver sur le "Deutschland" comparer au "Admiral Sheer" ou "Admiral Graf Spee", des modifications sur son blindage, artillerie ou tout autre modification.
Alors ici donc ses infos proviennent d'une source Russe, qui as utiliser de vieux livres paru en 1933 aux USA et qui était destinées aux Ingénieurs.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 1/2/2023, 19:44

Après la défaite de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne a dû signer à Versailles (France) un accord avec les puissances victorieuses, qui limitait sévèrement ses forces armées. Les restes de la flotte allemande ont été internés dans le port anglais de Scapa Flow, et désormais l'Allemagne elle n'a pas été autorisée à avoir plus de 6 cuirassés, 6 croiseurs légers, 12 Contre-torpilleurs et 12 Torpilleurs. La construction et l'acquisition de sous-marins, la création d'aviation militaire (y compris navale) étaient interdites.

L'Allemagne pourrait remplacer les cuirassés obsolètes construits il y a plus de vingt ans, mais le déplacement maximal des nouveaux navires ne devrait pas dépasser 10 000 tonnes. Le calibre de l'artillerie n'a pas été précisé, mais il est devenu évident que les puissances victorieuses étaient peu susceptibles d'autoriser l'installation de canons avec un calibre supérieur à 280 mm.

La forte limitation du déplacement des navires blindés poursuivait clairement l'objectif d'éliminer l'apparition dans la flotte allemande de cuirassés aptes à accomplir leurs tâches traditionnelles. Très vite, déjà dans les années 1920, des recherches ont commencé en Allemagne sur les possibilités de conception pouvant être mises en œuvre sans violer ces restrictions.

La situation était compliquée par l'état catastrophique de l'économie, des réparations exorbitantes en faveur des puissances victorieuses et la fragmentation de l'État. Une partie de la Rhénanie était encore sous l'occupation des troupes de l'Entente, en 1923 les Français et les Belges occupaient la région de la Ruhr et les conflits frontaliers avec la Pologne se poursuivaient. Les troubles et les actions révolutionnaires des travailleurs ne se sont pas arrêtés en Allemagne.

Il n'est pas surprenant qu'au début il y ait eu des doutes au sein du gouvernement allemand lui-même : si le pays avait besoin d'une marine. Les partisans de sa reconstruction ont notamment souligné qu'après la séparation de la Prusse orientale du reste de l'Allemagne par le « couloir de Dantzig », elle a besoin d'une protection, qui ne peut être assurée que par la marine. Les premiers navires à remplacer les obsolètes étaient des croiseurs légers et des destroyers.

En 1921, le croiseur léger Emden est mis en chantier. Dès 1924, la construction de 12 destroyers de type "animaux et oiseaux prédateurs" a commencé, en 1925 les croiseurs légers "Königsberg", "Karlsruhe" et "Köln" et, enfin, en 1927 le croiseur léger "Leipzig". Des navires auxiliaires et d'entraînement ont été construits en même temps.

La construction de croiseurs légers et de destroyers n'était pas particulièrement difficile et leur petite taille ne contredisait pas les restrictions imposées par le traité de Versailles, bien qu'il y ait une pénurie constante d'argent. La situation avec la construction de grands navires de guerre était tout à fait différente.

Leurs premiers projets ont commencé à apparaître déjà en 1920. Ils devaient résoudre une tâche difficile : est-il possible de préserver les qualités des navires de guerre lourds allemands qui se sont manifestées si positivement pendant la Première Guerre mondiale sans violer le déplacement autorisé de 10 000 tonnes. 4 projets ont été créés avec leurs nombreuses options qui offraient un large choix d'armes, Blindage, de centrales électriques. Ces projets ont été compilés par le bureau d'études de la marine (Reichsmarine) sous la direction du docteur en sciences techniques, l'ingénieur Paul Presse. Leur analyse est d'un intérêt incontestable, car la variété des projets illustre la recherche créative des constructeurs navals allemands dans des conditions difficiles prédéterminées.

Bien ici, comme j'ai envie de donné un ordre chronologique, il me faut me tourner vers une autres source.
Et ici on vas connaitre le nom des différents projet, du moins les projets sur le papier.
Donc c'est parti dès 1923, pour le premier projet.

Modèle 1) II/10
Modèle 2) II/30
Modèle 3) VII/30
Modèle 4) I/35
Modèle 5) I/M/26
Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) German11
Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Panzer11

Ainsi à cela ressemblait le projet II/10.

En 1923, 2 projets préliminaires sont élaborés pour un déplacement maximum possible de 10 000 tonnes.Le premier d'entre eux (projet I / 10) est un projet tout à fait acceptable pour le croiseur "Washington", dont les croquis sont apparus au début de 1923. Son rejet est tout à fait compréhensible: même un bon croiseur de 8 pouces n'est devenu qu'une des nombreuses unités de cette classe dans le monde et ne pouvait pas menacer de manière significative la puissance maritime des anciens adversaires. D'un autre côté, un tel navire océanique semblait peu utile pour la défense de ses propres côtes, car il ne pouvait combattre avec aucun cuirassé, même parmi les pré-dreadnoughts.

Une alternative à un croiseur rapide et mal armé était un cuirassé de 10 000 tonnes. En 1923, un avant-projet II/10 est élaboré pour une vitesse de 22 nœuds.

L'armement principal était composé de quatre canons de 380 mm. Le blindage vertical pour un navire de cette taille avait l'air assez impressionnant : la ceinture à l'intérieur de la citadelle avait une épaisseur de 200 mm. Certes, il restait très peu pour les autres articles de la charge. Le blindage de pont (30 mm) ne répondait pas aux normes d'après-guerre et l'artillerie moyenne et anti-aérienne était réduite au minimum (4 canons chacun). Néanmoins, un tel tatou avait une chance de devenir le "maître de la Baltique" pendant longtemps, car il était nettement supérieur en force à n'importe quel navire des pays scandinaves et serait devenu un adversaire dangereux pour les "Dantons" français. Avec le remplacement complet de 6 pré-dreadnoughts par un nouveau type, l'Allemagne avait une chance de retrouver dans une certaine mesure son rôle de puissance maritime européenne. Cependant, c'est précisément dans cette formulation que se cache la raison de son refus du moniteur de tatou. La présence d'un gaillard d'avant ne compensait pas la faible navigabilité d'un navire court et large à flanc bas, qui ne pouvait être utilisé efficacement qu'à proximité de la côte. Le côté bas était dicté par le poids énorme d'une paire de tourelles de 15 pouces à deux canons, elles ne pouvaient tout simplement pas être relevées plus haut sans compromettre la stabilité.

À l'avenir, les concepteurs ont essayé un grand nombre d'options pour les armes, la protection et la vitesse, mais rien ne pouvait vraiment être extrait de ce schéma. Selon la version officielle, les représentants de la flotte n'étaient pas satisfaits de la protection, mais la raison principale était la réticence à limiter leurs capacités au cadre de la défense côtière. À peine 5 ans après le crash, les milieux militaires réfléchissaient à la future restauration du rôle du pays en tant que puissance mondiale. Les efforts des concepteurs se sont arrêtés et l'intensité du travail au cours des deux années suivantes a fortement diminué.

Une nouvelle solution était nécessaire, qui est devenue de plus en plus claire à mesure que des informations sur les premiers croiseurs "Washington" sont apparues. Une nouvelle impulsion au développement a été reçue à la fin de 1924, lorsque l'amiral Zenker, l'ancien commandant de "Von Der Tann" dans la bataille du Jutland, est arrivé à la tête de la flotte. Une révision des premières versions a conduit à la conclusion qu'il fallait choisir un calibre intermédiaire entre 150 mm et 380 mm, et sélectionner la vitesse et la protection de manière à ce que le futur "cuirassé" puisse facilement s'échapper de 20 - 23 nœuds. cuirassés et prendre tout aussi facilement le dessus dans un duel avec un croiseur de 8 pouces, et, si nécessaire, s'engager dans la bataille avec un ennemi plus important - par exemple, avec le même "Danton". C'est ainsi qu'est née l'idée d'un "cuirassé de poche", essentiellement le même navire "contractuel" que les croiseurs "Washington". Il ne restait plus qu'à l'implémenter correctement.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 2/2/2023, 14:18


Projet n° 1. Longueur 124 m. Largeur 21,4 m. Tirant d'eau 6,8 m. Moteurs : turbines, 2 arbres, pour chaque 25 000 ch. Chaudières charbon-pétrole, vitesse de déplacement 22 nœuds. Armement : 4 x 380 mm, 4 x 150 mm, 2 x 88 mm (anti-aérien), 2 x 500 mm tubes lance-torpilles sous-marins.

Projet n° 2. Longueur 176 m. Largeur 18,8 m. Tirant d'eau 6,5 m. Moteurs : turbines, 2 arbres, pour chaque 40 000 cv, 10 chaudières, vitesse 22 nœuds. Blindage : ceinture 80 mm, chapeaux de tourelle 100 mm, pont 30 mm. Armement : 8 x 210 mm, 4 x 88 mm (anti-aérien), 8 x 500 mm tubes lance-torpilles.






st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 6/2/2023, 15:52

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Proj210
ici c'est la vue pour le projet 2, suivant les énumérations, il disposait de 4*2 canons tourelle calibre 210mm et de 4 canon Flak.

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Ii3010
Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Panzer12
Bien, ici on as donc la vision, pour le projet II/30 "Cuirassé de poche", du moins la fois il disposait juste en tant que dénomination, projet navire de remplacement des anciens "Braunschweig", "Hessen", "Elsaß","Preußen" et le "Lothringen" . (Petit rappelle de l'histoire, Ici l'Alsace et la Lorraine, en 1904, on se trouvait sous la joute de l'empereur Guillaume 2, puisque la France après 1870, nous avait délaissé à l'Empereur Allemand jusqu'en 1918.) Ainsi c'est normale à cette époque de trouver des navires portant le nom de la Région Alsace et de la Lorraine.
Et pour les autres dénominations des navires SMS. Pour le Braunschweig (Brunswick) avant 1870, c'était un duché, donc annexé aussi à l'empire.
Ceci et aussi le cas pour le Hesse, jusqu'en 1869, c'était le grand duché de Hesse, et après dès la création de l'empire 1871, comme Brunswick, le duché a cessé d'existé.
Et la Prusse?
Ah! Ben chez eux tout a commencé, la création de l'empire, et comme cela a toujours été formulé, c'était les prussiens, qui on attaqué et gagné la guerre de 1870. Et après 1871, ont n'est pas devenu Allemand, mais bien prussiens.

Et pour ceux qui ne sont pas au courant, la chambre d'Ambre, elle avait été offerte par Friedrich Wilhem I. au Tsar Pierre Le grand. Et Königsberg qui se trouvait en Prusse Occidentale, était la ville des empereurs. Et c'était bien la dernière ville ou les membres du ERR de Rosenberg, avait remmené la chambre d'Ambre, avant que les traces de la chambre disparaissent.

Bien à présent la différence entre l'ancien Type "Deutschland" et le "Braunschweig". Ce dernier faisait partie de la 1ère série de construction établie suivant la loi de la mer 1898.
Et le "Deutschland" son type faisait partie de la seconde série.

Soit les navires de la seconde série Type "Deutschland" Le "Deutschland", "Hannover", "Pommern", "Schlesien" et le "Schleswig-Holstein" , et l'unique différence entre ses deux séries, est le blindage, du type "Deutschland" plus épais de 1 pouce, soit ~25mm. a la Ceinture de la tourelle.
Et c'est bien le même "Schleswig-Holstein" après modernisation en 1926 et une seconde modernisation, qui avait bombardé Danzig le 1er Septembre 1939.

Ainsi on nous informe:
Projet n° 3. Longueur : 132 m, largeur 22 m, tirant d'eau 6,5 m.Moteurs diesel. 3 Arbres, pour chaque 24000 ch Vitesse de déplacement 24 nœuds. Blindage : Blindage et tourelles jusqu'à 200 mm, pont 25 mm. Armement : 6 x 305 mm, 3 x 105 mm (anti-aérien), 2 x 533 mm tubes lance-torpilles.

Projet n° 3-a. Variantes du projet précédent avec différentes Blindages et armes. Blindage : ceinture 240 mm, tours et cabine de commandement avant 250 mm. Armement : 6 x 280 mm en trois canons tours, 4 x 150 mm, 6 x 88 mm (anti-aérienne).

Projet n° 3-b. Blindage : ceinture 230 mm, tours et cabine de commandement avant 230 mm. Armement : 6 x 280 mm en tourelles à deux canons (une de proue, deux de poupe), 4 x 150 mm, 4 x 88 mm (anti-aérien).

Projet n° 3-c. Armement : 4 canons mobiles simples de 305 mm à l'avant, 4 x 150 mm au centre et à l'arrière, 4 x 88 mm (anti-aérien).

Projet n° 3-d. Armement : 4 canons mobiles simples de 305 mm à l'avant, 4 x 150 mm au centre et à l'arrière, 4 x 88 mm (anti-aérien).
laissez moi juste le temps pour identifier les dénominations des projets avec les noms des images.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 6/2/2023, 23:33

Bien le re-bonjour.

Alors ma source Russe, n'est réellement pas une bonne source, en raison que elle détient bien les anciens écrit de 1933, mais avec les plans et leurs dénominations, hum,hum.
Mais je n'ai pas abandonné, et j'ai retrouvé, une publication Allemande de l'année 1968.

Gert Sandhofer
Das Panzerschiff »A« und die Vorentwürfe von 1920 bis 1928
(Le cuirassé "A" et ses Projets primaires de 1920 à 1928)

Alors déjà moi, lorsque je fait des recherches, j'aime bien savoir à qui j'ai affaire.
Et je trouve cette information sur le site du BA.MA .
Sandhofer, Gert (1921-1981)
Offizier, Oberleutnant zur See, stellvertretender Abteilungsleiter beim Bundesarchiv-Militärarchiv
(Officier, Lieutenant de Vaisseau, Adjoint au Chef du Département auprès des Archives de l'état et des Archives militaire.)

La Situation militaire

Le Cuirassé "A"a été lancé le 19 Mai 1931 des "Deutsche Werke" à Kiel,
L'ancien Kaiserlichen Werft "chantier naval impérial", et le cuirassé a été baptisé par le président du Reich
v. Hindenburg au nom de "Deutschland " 1. Le lancement prématurée du Navire 3, encore pendant le discours de baptême du chancelier du Reich Dr. Brüning, peut, aussi au sens figuré, être considéré comme une indication d'un Quantum d'imprévisibilité, qui a toujours adhéré à la construction navale de guerre moderne malgré la planification la plus minutieuse.

Tout d'abord, cela s'appliquait à la construction des gros navires de combats, dans lesquels les problèmes militaires en particulier de la politique intérieure et étrangère ont pris des Considérations ou ont été superposées.
Toute construction navale de combat était une solution de compromis, issue des recherches, exigences politiques spécifiques, exigences militaires et technologie-opportunités de niche pour unir les uns avec les autres. L'impact de chaque Facteurs sur les types de navires, et donc aussi sur la structure de la flotte, en-cent ans ont été très différents.

Comme L'Allemagne dans la seconde moitié du 19ème siècle avec la construction à partir d'une Flotte moderne, les types de navires de guerre étaient déterminé par le niveau de développement et L'efficacité de la technique. La Flotte allemande, comme celle de toutes les puissances navales de l'époque, était en- Phase d’expérimentation. En termes simples, pour le commandement naval à l'époque, la Question de principe: que peut-on construire?

Les compétences des concepteurs et la limite de performance de l'industrie navale a donc largement déterminé la composition de la Flotte 3. Au cours de ces années de développement, la raison de l'emplacement des tactiques maritimes allemandes élaborées. Juste avant le début du siècle, La science et la technique de la construction de flottes se développent au point que la technique enfin, dans des limites raisonnables, les mesures prises par l'armée- de construire des navires.

Suite à cette extension des possibilités techniques, la question devait désormais être posé: Quel est L'objectif à atteindre?
Alors maintenant, les considérations Politique devait être peser avec les revendications militaires les unes contre les autres. Tirpitz, depuis 1897 était Secrétaire D'état du Reichsmarineamt, il décide avant la création de Flotte de combat pour la défense politique, qu'il a vue dans la "pensée du risque" 4,combinée à la demande militaire, devenir tactiquement offensive et pouvoir vaincre une
Bataille Navale dans la mer du Nord.

Pendant la construction de la Reichsmarine, en particulier en 1919 et 1920,
déterminer le matériel du navire qui n'est pas à la fois tactique et technique
Le niveau de développement correspondait à L'époque, les possibilités militaires de la Marine. La question était maintenant: quel est la valeur technique du matériel restant? La réponse sobre fut que la Flotte allemande n'était pas un adversaire ou un partenaire sérieux pour les puissances navales du premier et du deuxième rang.

De L'affirmation dès le début, la nécessité d'une nouvelle construction de la petite Flotte s'est présentée à une Marine allemande. La situation technique initiale a été difficile après 1918. Du département de la construction de l'ancien Reichsmarineamt, le département de la construction, qui appartenait au départ au Bureau général de la marine dans la direction de la marine (voir plan D'organisation p. 36), n'avait conservé qu'une petite tribu de constructeurs de navires de guerre éprouvés. La base du blindage navale allemande était due à la perte du chantier naval impérial de Dantzig, à la dissolution du chantier naval impérial de Kiel, ainsi Qu'au pillage, à la désorganisation et à la décadence du chantier naval impérial de Kiel.
Le Chantier navale Wilhelmshaven (rebaptisé chantier navale) a été très restreint. En plus de la substance matérielle, avec L'exode de nombreux spécialistes, leur expérience de la construction navale allemande a été perdue.

À la fin de 1918, la Marine allemande avait pratiquement cessé d'exister. Pendant les troubles politiques et économiques des deux premières années d'après-guerre, la tâche la plus importante de la direction de la marine était de résoudre les problèmes de personnel et d'organisation. Par la Loi sur la formation d'une Reichsmarine provisoire du 16 avril 1919 et la Loi sur la défense du 23 mars 1921 la Marine légalement avait le droit justifiée. Malgré l'aversion de nombreux membres du Reichstag contre la Marine, le ministre de la Reichswehr Geßler a fait campagne pour sa construction après le Putsch de Kapp: "car il a été autorisé par le faible potentiel de défense,
que le Traité de paix nous avait laissé, rien n'a été révélé sans une extrême détresse 6," le potentiel défensif avait été fixé par le Traité de Versailles 7.

En tant que noyau de la Flotte Allemande, avec lequel les versions suivantes sont principalement concernées, est restée les navires de ligne "Silésie" (lancement en 1906),
"Schleswig-Holstein" (1906),« Hanovre »(1905),« Lorraine »(1904),« Prusse»,« Hesse»,« Alsace »(tous de 1903) et le « Zähringen " (1902). Parmi ceux-ci, deux étaient considérés comme des navires de réserve. Selon les termes du contrat, ils avaient une »durée de vie« de vingt ans et pouvaient ensuite être remplacés par de nouveaux bâtiments. Pour ces nouveaux bâtiments, la limite de déplacement était fixée à 10 000 tonnes.

Le déplacement d'un navire de guerre, qui doit être expliqué plus en détail, est généralement identique à son poids, qui, selon le principe D'Archimède environ le poids de la quantité d'eau déplacée par le volume du navire immergé. Les anciens paquebots laissés à la Marine en avaient 13 200 Tonnes De Déplacement. Leurs moteurs à vapeur à triple expansion à trois cylindres permettaient une vitesse de pointe de 18 nœuds. (cf. liste des abréviations
P. 62). Le Blindage latéral était de 240 mm, et le blindage casemate 300 mm d'épaisseur. L'Artillerie lourde se composait de quatre canons de 28 cm dans des tourelles doubles, l'artillerie secondaire de dix canons de 15 cm.

À titre de comparaison, trois navires combats dont disposaient d'autres puissances navales vers 1922 ont été comparés:

Tonnage, Artillerie principale, et leurs vitesses en Noeuds marin.

Grande-Bretagne »Malaisie« (1915) 31 100 25 huit canons de 38 cm
France " Lorraine "(1913) 22 200 23 huit canons de 34 cm
États-Unis« Pennsylvanie " (1915) 33 100 21 douze canons de 35,6 cm

S'opposer à de tels navires à une nouvelle construction militairement viable devait à première vue sembler une entreprise désespérée. c'était aussi le point de vue des puissances victorieuses. Néanmoins, les concepteurs allemands ont eu l'occasion de développer un type de navire, qui était à double titre un type de navire »Politique«. La Chance réside dans le fait que L'Allemagne n'a pas participé au Traité naval de Washington de 1922. Ses accords, qui est resté le seul traité multilatéral efficace d'une limitation des armements en mer, a mis les forces navales des puissances maritimes
(Angleterre, États-Unis, Japon, France et Italie) qualitativement et quantitativement à
été bloqué jusqu'en 1936 9. les puissances du traité de Washington n'ont pas inclus dans le texte du traité les termes qualitatifs du traité de Versailles, par lesquels seule la Flotte allemande était liée.

Les puissances navales impliquées S'étaient engagées à Washington à abandonner leurs programmes de construction de cuirassés et à ne laisser leurs navires vieillis que dans le cadre de classifications fixes, de limites de tonnage et de délais de remplacement, et remplacer les navires de ce type par de nouvelles constructions. Cela signifiait pratiquement une Interruption de la construction des bâtiments des cuirassés jusqu'en 1931.

Le cuirassé était considéré - à l'exception des porte-avions-tout navire de guerre D'un déplacement supérieur à 10 000 ts ou D'un calibre de canon supérieur à 20,3 cm.
Bien que l'Allemagne ait été liée par le Traité de Versailles à une limite de 10 000 tonnes, elle a été autorisée à armer huit navires de canons de 28 cm. Bien que ces navires soient considérés comme des »cuirassés« dans la Terminologie de Washington, L'Empire allemand n'était pas obligé de faire une pause dans la construction.

Les navires de moins de 10 000 ts, considérés comme des croiseurs, pouvaient initialement construire les puissances de Washington en N'importe quel nombre, à condition que le calibre du canon ne dépasse pas 20,3 cm. Les navires allemands de même taille pouvaient être équipés d'une Artillerie réfléchie et ainsi dévaluer militairement le croiseur Washington.
Que L'Allemagne soit davantage orientée vers le type de cuirassé ou de croiseur dans ses constructions de remplacement, elle a en tout cas perturbé le principe D'ordre créé à Washington. L'écart entre Versailles et Washington L'Empire allemand a adopté L'approche D'une révision 10 des traités existants dans le cas où il a réussi à concevoir un remplacement de navire de ligne moderne utilisable. Ce serait sans doute difficilement réalisable si un nouveau terme de déploiement n'avait pas été développé à Washington, le soi-disant« Standard»,« Washington " ou
"Type deplacement" 11.

Cette notion de déplacement, tout comme la fixation des limites de tonnage, est le résultat de négociations politiques. Il a été créé pour ne pas désavantager L'Angleterre et les États-Unis, dont la puissance maritime reposait sur d'autres conditions géographiques, par rapport à L'Italie et à la France dans la fixation des tailles maximales. Ces dernières puissances avaient généralement besoin de navires plus légers pour des trajets plus courts et donc moins de carburant pour leurs opérations attendues en cas de guerre. En pratique, le type-
poids indiqué en tonnes anglaises (ts), bien sûr, jamais présent, car chaque navire doit avoir du carburant à Bord.

Le déplacement d'un navire de guerre n'est pas constant. Cela dépend dans une large mesure des poids variables à Bord (carburant, eau, munitions, équipement). Pour gagner des chiffres comparatifs pour leurs propres navires, il y a dans chaque Marine, un règlements pour une condition de chargement dans laquelle le navire flotte sur la ligne de flottaison de construction, ce qui est nécessaire dans le »remplacement de la construction«

Le cas est. Ses valeurs ne peuvent pas être comparées au niveau international. Dans la plupart des cas, les spécifications de taille publiées avant 1922 indiquent le remplacement de la construction. Cela correspond à peu près au »déplacement de la liste de la marine« utilisé dans la Marine britannique 12. les données françaises et américaines alternent entre »déplacement maximum« 13 et »déplacement D'essai de navigabilité« 14.
Bien fin de la première section, jusqu'à demain.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 7/2/2023, 19:00

Bien la suite.
Dans la Marine allemande, le changement de conception correspondait à peu près au déplacement de la liste de la marine anglaise. Cependant, le déplacement a été indiqué en tonnes métriques selon une procédure non spécifiée avec précision. Aux poids invariables, on ajoutait les poids de toutes les munitions, équipements,
Eau potable et de lavage, nettoyage, ainsi qu'une proportion de carburant qui n'a pas été égale au fil du temps. Les périodes pour lesquelles les munitions et l'eau devraient suffire ont également changé. Le déplacement de construction ainsi calculé était environ 15 à 20% plus grand que le déplacement de type 15 défini à Washington. bien que L'Empire allemand ne fasse pas partie des puissances contractantes du traité de Washington,
il adopta tacitement la nouvelle base de calcul, uniforme pour toutes les puissances, qui donnait à ses concepteurs une plus grande latitude.

Dans le cas des comparaisons de tailles de navires de guerre, il faut donc toujours vérifier, en tenant compte des particularités nationales, de quel déplacement il s'agit. Et il faut également tenir compte du fait que les indications de taille officielles dans les listes de flotte se réfèrent le plus souvent à la première mise en service et aux modifications ultérieures à ne pas prendre en compte.
Gröner 16 souligne que le déplacement a été largement manipulé partout après 1920. Les différences entre les valeurs "officielles" et les valeurs réelles s'expliquent par le désir compréhensible des limites de déploiement artificiel pour atteindre des valeurs de combat optimales, mais les garder secrètes pour des raisons de sécurité. Les traités de la flotte de Washington (1922) 17 et de Londres (1930) 18 prévoyaient L'échange de messages sur le déplacement, les dimensions principales et L'armement des nouveaux bâtiments.
En fin de compte, ces informations, qui ne pouvaient pas être contrôlées, ne permettaient qu'un calcul excessif de la taille des navires. Les données échangées ont laissé les constructeurs à avoir encore une marge de manœuvre considérable. En aucun cas, il n'a été possible, comme le pense un auteur 10, de reconnaître le déplacement approximatif déjà »peu de temps après la pose de la quille«.

Pour L'historien, ces fondements de l'ingénierie navale deviennent importants lorsque les valeurs de déplacement sont utilisées pour évaluer un État de fait historique 20.

Bien là, ou a présent tout a été expliqué sur autant les traquas droit suivant les différents traités à ne pas violé, et ainsi des traquas de certains politiciens. ainsi on vas s’embarqué dans les traquas techniques.

Les Projets Préliminaires 1920 - 1923

Étant donné que le stock de navires de la Reichsmarine était déjà désespérément obsolète en 1919, une direction navale responsable a inévitablement posée la question, par quels moyens techniques d'armes leur part dans la défense de l'Empire allemand devait elle faire face. La possibilité d'une modernisation par reconstruction a été abandonnée dès le départ. Les paquebots approuvés par le traité (lancement entre 1902 et 1906), avec un déplacement D'eau de 13 200 tonnes, étaient bien en dessous de la taille qui était devenue courante au niveau international depuis que la Grande-Bretagne avait construit le type »Dreadnought«à partir de 1905. Si L'Allemagne avait déjà atteint 28 600 tonnes dans ses dernières constructions de navires de ligne, les grandes puissances navales avaient déjà atteint ou dépassé un déplacement d'environ 30 000 tonnes à la fin de la guerre.

Comme il n'était pas possible pour l'Allemagne de suivre cette ligne de développement, d'Autres constructions et nouveaux bâtiments ont dû être entrepris. Pour la Marine allemande, après tout, la conception et la construction de navires de guerre, même dans la mesure la plus modeste, nécessaire pour suivre le développement technique.
Les premières conceptions du navire Cuirassé "A", plus généralement pour« remplacer la "Prusse", datent de 1920-1921, au cours de laquelle L'Amiral Behncke devint Chef de la direction navale.
À l'époque, il fallait d'abord vérifier s'il était en principe possible de vérifier les caractéristiques des paquebots allemands qui ont fait leurs preuves pendant la guerre même avec un déplacement de 10 000 tonnes.

La limitation du déplacement de L'eau signifie toujours, en dehors d'un ordre de grandeur extrêmement faible, une grande complication de la tâche et ne correspond pas au principe même de la construction du navire de guerre. Au contraire, les tâches militaires du navire sont à l'Origine données ici, et selon celles - ci il faut déterminer le déplacement 22. Étant donné que les premières étapes de L'établissement d'une nouvelle conception ne peuvent toujours être prises que plus ou moins empiriquement, la conception des navires blindés a donné lieu à un alignement constructif avec des navires allemands plus anciens avec des déplacements similaires. Des premières
hypothèse qui devaient être constamment revus et modifiés, on pouvait progressivement trouver une solution. "Théoriquement, étant donné un déplacement, un nombre infini de navires de dimensions différentes est,
Les valeurs de rapport et les coefficients sont possibles; en pratique, les valeurs correspondantes sont délimitées assez étroitement par les exigences des différentes propriétés 23.
"Au stade préliminaire constructif, les revendications militaires étaient encore très générales. En 1920, on voulait un navire puissant et solide, capable de combattre avec succès les navires de ligne français 24. les dix navires de ligne français considérés comme des adversaires potentiels avaient été lancés entre 1909 et 1913. Le déplacement de l'eau variait de 18 400 tonnes à 23 000 tonnes, la vitesse variant de 19,7 à 21,7 kn. Le calibre de L'Artillerie lourde était de 30,5 cm sur les anciens navires de ligne, de 34 cm sur les plus récents. La conception, à laquelle le département D'ingénierie est parvenu en 1923, prouvait qu'un paquebot de 10 000 tonnes serait théoriquement capable de transporter un armement de quatre SK de 38 cm. Il était caractérisé par les valeurs suivantes:

Projet II /10 (esquisse 1) 25
1. Dimensions L = 124 m; Β = 21,4 m; Τ = 6,80 m (L = Longueur B= Largeur et T = Profondeur sous la quille)
2. Installation de motorisation à turbines sur 2 arbres de 25 000 Ch., combustion mixte,
ν = 22 kn (Noeuds Marins)
3. Blindage latérale, tourelle de commandement, capots de casemate jusqu'à 200 mm,
Pont 30 mm
4. armement
a) Artillerie quatre 38 cm SK, quatre 15 cm SK, deux 8,8 cm Flak
B) torpille deux tubes lance-torpilles sous-marines de 50 cm (cela sous entend installé sous le niveau de l'eau, comme sur un sous-marin)

Bien je vous explique juste une petite chose, à l'arrière du nom du projet se trouve un numéro, ici cela se rapporte au numéro pour la source de l'auteur, et ici en commençant avec le numéro 25 = Ministère de la Reichswehr, Direction de la Marine, acte ou documents relatant l'historique de la création du Cuirassé de poche "Deutschland",page 41 (= MGFA/DZ Marinearchiv 7130 a 5 (Département des recherches historique de la Bundeswehr à cessé d'existé en 2012) Archive référencé 7130 a 5, toutes ces Archives se trouve à présent au BA-MA. de Fribourg.
pour les autres projet du modèle, se trouve à d'autre pages des documents.


st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  st.ex. 9/2/2023, 22:08

Bien me revoici pour la suite!
Alors déjà comme j'ai lu une autre source, qui parlait identiquement des projets, il faut savoir, ou retenir que au début lorsque la Marine sous l'Amiral Paul Bencke, en 1923, on démarrer le projet, avec les projets I/10 et II/10, la situation économique commençait déjà à jouer des tours. et en 1924, l’économie a réellement chuté (prix du pain à 500 000 000 de Reichmark etc..)Ainsi les projets furent mis de côté, et cela explique aussi les raisons pour lesquels que tout as été Stoppé. pas abandonné, uniquement mis en pause.
Donc voici pour le second projet de 1923, ses données:

Cette conception a été travaillée en plusieurs variantes. Un blindage plus faible, une carapace plus épaisse, une longueur et une largeur plus grandes ont été prévues. Mais " si on a cherché à atteindre l'objectif en donnant aux projets, en insistant sur l'importance d'une utilité d'un blindage latérale suffisante, une épaisseur minimale de L'importance de L'Artillerie lourde en partant d'un calibre minimum pour la SA (Artillerie lourdes) et D'un nombre minimum de canons lourds requis (répartis sur un nombre différent de tours), la valeur de combat soulignée engloutissait toujours tellement le poids total limité qu'il n'en restait pas assez pour tout le reste«20.
Pour arriver à une solution alternative viable, un croiseur de 10 000 tonnes de Déplacement a été conçu par le département de conception. Cette conception de croiseur présentait les données suivantes:

Projet I/10 (Esquisse 2) 27
1. Dimensions L = 176 m, Β = 18,80 m, Τ = 6,50 m
2. Installation de moteur turbines, 2 axes, 6 extrémités simples et 4 doubles extrémités-
chaudière à mazout, 80 000 Ch., ν = 32 kn
3. Blindage 80 mm Blindage latérale, capots de casemate jusqu'à 100 mm, pont 30 mm
4. armement
a) Artillerie huit 21 cm SK, quatre 8,8 cm Flak
B) 8 Tubes lance-torpilles submergés de 50 cm

Maintenant, toutes les personnes vont me dire, oui mais tu as commencé par le II et maintenant le I.
Oui, mais comme cela est expliqué, la version I/10 était déjà une variante du projet II/10.
Ici cela se peut très bien, comme on le pratique dans les cours, ici le projet avait été divisé en 2 groupes d'ingénieur, un groupe avait donc travaillé sur le projet I/10 et le second groupe sur le II/10, bien sûr ils ont commencé en même temps, et leurs visions, il ne faut pas l'oublier, et en plus cela avait été dit déjà.
Tous ils se sont basé, sur les vieux modèles de la première guerre mondiale....
Et aussi c'était aussi énumérer, la plus grande quantité des anciens ingénieurs, eux sont aller travailler dans les pays, qui ne détenait pas le blocus sur la construction navale....

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 60
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1) Empty Re: Le navire type Cuirassé de poche "Deutschland" (1)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum