Le Deal du moment : -50%
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
Voir le deal
85 €

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 15:16

Le 28 avril 1945, Mussolini et sa maîtresse sont exécutés par le Commandante Valerio, de son vrai nom Walter Audisio.

Le 29 avril 1945, les années fascistes se terminent par un atroce spectacle de mort.

Pendant la nuit du 28 au 29 avril 1945, les corps sans vie de Mussolini et de Clara Petacci sont apportés à Piazzale Loreto, à Milan, là même où, un an auparavant furent fusillés quinze partisans par les autorités fascistes.

Valerio fait poser la tête de Mussolini sur le corps de Clara et ordonne qu’on lui mette dans les mains un sceptre de la république Socialiste.




Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Petacc11







Les premiers à s’apercevoir du spectacle qu’offre Piazzale Loreto sont de simples passants au petit matin. Mais les vois circulent, et petit à petit la foule se masse frénétiquement sur la place. Parmi eux, des femmes, des enfants, des soldats américains et anglais qui prennent des photos, et même des fascistes n’ayant pas su résister à la curiosité, ne prenants pas compte du risque qu’ils encourent alors.

« Chi sono questi morti ? » demande un visage parmi la foule. Ce sont les fusillés de Dongo. Des noms choisi par Valerio, celui là oui, celui-ci non. Des noms parmi les capturés de Musso, qui fuyaient vers la Suisse. Clara aussi, malgré les vives protestations de Bellini delle Stelle et de Urbano Lazzaro, qui déclare qu’on ne fusille pas de femme, encore moins sans raisons.

La foule, prise d’un raptus de violence inouïe, se déchaîne sur le corps de Mussolini, ils le tabasse à coup de masses, de bâtons, de coups de pied, ils lui défoncent le crane et le recouvre de crachats et d’urine.

De loin, les derniers arrivés hurlent : « Vedere ! Vedere ! » (Voire ! Voire !).

C’est alors que des cordes arrivent parmi la foule, certains montent sur la station essence de la place, et y hissent le corps du Duce, puis de Clara, pour finir par les autres dignitaires fascistes. Les cadavres se balancent comme des pantins à bras ouverts.


Piazzale Loreto, la honte de l'Italie 2guerr12



La jupe de Clara se retourne et, entre ricanement, moquerie, et obscénité, on s’aperçoit qu’elle ne porte pas de culotte. Les partisans, mort de rire, jouent avec sa jupe, jusqu’à l’arrivée d’un prêtre Don Pollarolo qui fixe la jupe aux jambes avec une épingle.

Cette représentation dure jusqu’au soir, la foule attendant de nouveau spectacles. Elle se voit tout de suite contentée quand est apporté Starace, ex-secrétaire du PnF. Il est très pale et jette un regard furtif et terrifié vers le corps de Mussolini. Il dira seulement « Faites vite », en s’adressant au peloton et en saluant pour la dernière fois le Duce avec le salut fasciste en criant « Viva il Duce ! ». Il est à son tour hissé.


Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Piazza10



Le colonel américain Charles Polleti hurle au téléphone contre les organisateurs s que si ces corps ne sont pas détachés il enverra les Marines. Riccardo Lombardo, préfet de Milan est hors de lui à l’annonce de la nouvelle. Le cardinal Schuster prie en toute hâte de faire cesser la barbarie.


Attention image très graphique
Spoiler:

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Mussol10


Deux bus arrivent, les corps sont détachés, et apportés à la morgue.

Umberto di Savoia ; alors monarque du royaume atterri à Turin le même jour. On lui annonça la nouvelle. Il ne dit rien.



Hitler, à l’annonce de la nouvelle, et à la vue des photos, jura que cela ne lui arriverais jamais…
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Narduccio le Dim 20 Déc 2009, 15:33

IL faut se mettre dans le conteste. L'Italie du Nord était une région très ouvrière et depuis le début des années 20 il y avait eu de vrais guerres entre les syndicats ouvriers et les chemises brunes. Et le sort qui attendait les militants ouvriers lorsqu'ils tombaient entre les mains des chemises brunes étaient peu enviables. Donc, il s'agit de la vengeance du petit peuple après 20 ans de peurs accumulées. D'accord, c'est pas beau à voir, mais quelque part, je ne peux m'empêcher de penser qu'il l'avaient bien cherché.

Mon oncle m'a raconté les morts retrouvés au petit matin après avoir servi de punching-ball. Des morts de militants ouvriers, bien entendu. La violence fut d'abord et surtout du coté des chemises brunes. Avant même la prise du pouvoir par les fascistes, faire partie d'un piquet de grève était devenu une activité très dangereuse, voire mortelle.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4806
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 15:38

Rien et personne et quelquesoit le contexte ne peut justifier une telle atrocité. En faisant ça les partisants ont perdus toute la noblesse de la revolte aux yeux des dirigeants.
Je suis desolé mais laissé pourir des corps au soleil, les livrer à une foule en delire meurtrier, pour ensuite les enterrer à la va vite et violer les sepulture le jour d'après, c'est pas moral.

Tu dois pas te rendre bien compte, 15 heure ça a duré.
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Baugnez44 le Dim 20 Déc 2009, 16:12

Les réactions de la foule étaient prévisibles. Les vrais responsables sont ceux qui ont permis que cela se produise en déposant les coprs à cet endroit. Cela dit, les actes de quelques résistants n'amoindrissent pas la légitimité du mouvement.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
Baugnez44
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 63
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 16:17

Le mouvement est legitime bien sur, ce qui n'est pas legitime et barbare c'est le moyen employé.

Et oui le comportement de la foule est previsible, je porte la faute sur les organisateurs du "spectacle"
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Screwball le Dim 20 Déc 2009, 16:24

Tu veux qu'on pleure ? ...

IL VA FALLOIR ETUDIER LES ANNEES 1922/45 avant de t'émouvoir pour çà

Georges Patton fit défiler les populations allemandes des environs devant les cadavres des derniers déportés de Buchenwald fusillés par leur geôliers dans une dernière tentative pour éliminer les ultimes témoins de la solution finale.

Qui sème le vent récolte etc...

Screwball
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 236
Age : 55
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 16:34

C'est completement different, je ne vous demandes pas de pleurer, je vous demandes de considerer.
Dans ce cas Mussolini s'est rendu sans opposer de resistance;
Et je ne suis pas en train de m'emouvoir sur le sort du Duce, je suis en train de denoncer un acte d'une barbarie et d'une violence inouïe, et non pas le contexte qui n'entre d'ailleur en aucun cas en ligne de compte.

Par cet acte, toute la resistance italienne s'est vue rabaissé au niveau des fascistes et des nazis.
C'est un evenement qui à enormement choqué l'Italie par la suite, etant italien cela me choque egalement.

Et merci pour ton conseil j'etudie deja les années 1922-1945, notre desaccord ne fait pas de moi un ignorant.
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Narduccio le Dim 20 Déc 2009, 16:57

Survivor a écrit:Dans ce cas Mussolini s'est rendu sans opposer de resistance;
Et je ne suis pas en train de m'emouvoir sur le sort du Duce, je suis en train de dénoncer un acte d'une barbarie et d'une violence inouïe, et non pas le contexte qui n'entre d'ailleurs en aucun cas en ligne de compte.

Ben si, le contexte rentre en ligne de compte. Ces italiens avaient souffert sous la république de Salo. Ils avaient connu un régime très dur qui a peu de chose à voir avec la période fasciste dans le reste de l'Italie. Or, déjà cela est une dictature. Moins dure que ce qui se passait en Allemagne et la grande grève de mars 43 en Italie du Nord le montre bien : Evènements de mars 1943

Quand à la république de Salo et sa lutte continuelle contre la Résistance, elle avait tendance à considérer que tous les habitants des quartiers populaires étaient des résistants. Ces gens-là ont vécu 2 ans dans la peur, la peur de la voiture qui s'arrête au petit matin devant l'immeuble et qui va emmener quelques personnes. La peur d'être arrêté en pleine rue pour des motifs futiles. Oui! Ce n'est pas beau. Mais, nous ne savons pas ce qu'on aurait fait à leur place.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4806
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 17:15

Quand je dit que le contexte n'entre pas en ligne de compte, je m'exprime mal. En effet, la situation du moment est atenuante. Mais je ne parle pas de Mussolini en lui même, je parle de l'acte. De la resposabilité morale. Le fascisme à été horrible, est ce une raison pour nous precipiter dans la barbarie ? Au contraire non ? je veux bien qu'il y ai des symbole, mais là etait-ce vraiment necessaire ? je ne crois pas.


Dernière édition par Survivor le Dim 20 Déc 2009, 20:40, édité 1 fois
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Narduccio le Dim 20 Déc 2009, 17:22

Je pense aussi que ce n'était pas nécessaire. Mais ce fut fait. Après, on a du mal à discerner les intentions des protagonistes. J'en voit deux :
- s'assurer le contrôle de la ville, les militants enragés étant sur cette place, pendant ce temps, on peut prendre tranquillement le contrôle du reste de la ville;
- inciter les milanais à se révolter pour créer une république communiste. Mais, j'ai pas connaissance d'un appel à l'insurrection de la part des communistes. Pourtant, il semble que ce soient bien eux qui décident cette mise en scène.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4806
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Survivor le Dim 20 Déc 2009, 17:31

Comprenez bien qu'en aucun cas je ne defend le fascisme ou Mussolini. Je m'insurge juste devant la decadence humaine de l'epoque, où la folie semblait s'emparer des deux cotés.

C'est quand on voit des civils se livrer à ces manifestaions obscene que l'on mesure toute l'impacte de la 2nd Guerre Mondiale sur les populations.


Dernière édition par Survivor le Dim 20 Déc 2009, 20:28, édité 1 fois
Survivor
Survivor
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 607
Age : 28
Localisation : Angleterre-Italie
Date d'inscription : 21/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  ghjattuvolpa* le Dim 20 Déc 2009, 17:35

Troisième possibilité : éliminer définitivement le fascisme. Après le débarquement allié et la reddition de septembre 43, les alliés n'ont pas fait l'effort de libérer Rome et d'y installer un gouvernement légitime autour des antifascistes. Au contraire, les allemands ont pris le contrôle de la capitale et le roi s'est retiré dans les Pouilles. Résultat : le PNF a connu alors un regain d'adhésion. Malgré le blâme qui lui était imputable - tant par le fait d'être rentré en guerre en 40 que par le fait de s'être laissé satelliser par Hitler, Mussolini aurait pu rebondir, notamment dans la future lutte déjà bien esquissée en l'URSS et les USA (cf Franco). Eliminer Mussolini et défouler la foule (quelle allitération) n'était peut être pas si gratuit que ça.
Je verrai bien l'interprétation de Milza quand j'aurai bouclé sa bio de Mussolini.
ghjattuvolpa*
ghjattuvolpa*
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 1283
Date d'inscription : 18/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  eddy marz le Dim 20 Déc 2009, 20:27

Screwball a écrit:Tu veux qu'on pleure ? ...

IL VA FALLOIR ETUDIER LES ANNEES 1922/45 avant de t'émouvoir pour çà

Georges Patton fit défiler les populations allemandes des environs devant les cadavres des derniers déportés de Buchenwald fusillés par leur geôliers dans une dernière tentative pour éliminer les ultimes témoins de la solution finale.

Qui sème le vent récolte etc...

On se calme, et on ne se la joue pas donneur de leçons "IL VA FALLOIR ETUDIER...". Survivor s'insurge simplement contre les actes de la populace. Il y a une grande différence entre les sentiments populaires et les sentiments populaciers. Les personnes qui urinèrent, assènèrent de coups de pieds et de crachats le cadavre d'un homme qui - quoi qu'il ait fait - s'était rendu, puis avait été assassiné, ne font pas partie des personnes auxquelles je choisirais d'appartenir. D'ailleurs, la plupart des gens ne font pas ce genre de chose. De plus, on ne peut, en aucune manière, comparer Mussolini à Hitler ni dans la dimension, ni dans les crimes, ni dans l'attitude. Lors de la libération, les français rasèrent des femmes coupables d'aucun crime, et tuèrent des hommes pour des simples règlements de comptes camouflés en accusation de collaboration. Les mêmes scènes épouvantables eurent lieu aussi dans les pays satellites de l'URSS avant, pendant, et après la guerre... Tous ces "mouvements populaires" me répugnent car en se travestissant en "justice du Peuple", ils singent le comportement de ceux-là mêmes qu'ils récusent. Un comportement de chien reste un comportement de chien quelles que soient les circonstances - Il n'y a rien à comprendre.

Eddy
clin doeil gri
eddy marz
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 64
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  alderome le Dim 20 Déc 2009, 20:40

Narduccio, une petite erreur s'est glissée dans ton premier post, il fallait lire bien sûr chemises noires et non brunes ou plus exactement on peut les appeler squadriste que devant leurs excès, incontrôlés, Mussolini tentera de les discipliner au sein de la Milice.
Quant à cette mise en scène macabre, indigne d'un peuple qui a donné Dante, Boccacio ... il vient s'ajouter à la HONTE sur l'Italie, honte d'avoir attaqué la France moribonde, honte de s'être alliée à Hitler bien qu'elle ait tendue la main à la France, honte du 8 septembre et de la ridicule fuite du Roi, sauvant sa couronne avec un Badoglio habitué depuis Caporetto à se cacher, d'avoir abandonné ses troupes comme à Céphalonie, et d'avoir déclaré la guerre à son ex-allié.
Le traité de Malte prévoyait la capture du Duce et des hiérarques pour être jugés par un tribunal international. Mais Churchill devait trouver trop compromettant un Mussolini vivant, c'est pourquoi rien ne fut fait pour en empêcher son exécution.
alderome
alderome
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 656
Age : 54
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Narduccio le Dim 20 Déc 2009, 22:06

alderome a écrit:Narduccio, une petite erreur s'est glissée dans ton premier post, il fallait lire bien sûr chemises noires et non brunes ou plus exactement on peut les appeler squadriste que devant leurs excès, incontrôlés, Mussolini tentera de les discipliner au sein de la Milice.

C'est ça : camicie nere o squadristi.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4806
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Briselance le Lun 21 Déc 2009, 11:03

honte d'avoir attaqué la France moribonde,

Une France moribonde, mais qui a quand-même écrasé l'Italie dans les Alpes, que les Italiens n'ont pu franchir qu'après l'infamant armistice de 1940. Si vous n'en croyez rien, voyez le dossier "Les dernières batailles pour l'honneur", pages 86 à 93, du hors-série "Ligne de front" n°7, juin-juillet 2009.

Cela dit, il faut quand-même ajouter que, même quelques semaines avant le début de ces combats (fratricides ?), des officiers Italiens se faisaient volontiers prendre en photo en compagnie de leurs collègues Français, après avoir bu quelques verres et fumé une cigarette ou deux.
Si les Italiens avaient la volonté d'en découdre, je ne pense pas que c'était avec nous.

"Si les Alliés gagnent la guerre, nous la perdons. Mais si l'Allemagne gagne la guerre, nous sommes perdus"
paroles d'un officier Italien.
Briselance
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 33
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Major cowburn le Lun 21 Déc 2009, 23:55

Quel irréalisme, quelle stupidité pour un gouvernement de se lancer dans une guerre tout en sachant pertinemment qu'on n'y est pas préparé , même si aviation et marine pouvaient faire illusion.....

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1160
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Briselance le Mar 22 Déc 2009, 11:24

Clairement. Toujours dans ce fameux hors-série*, j'ai lu que certains des soldats Italiens qui se battaient contre nous dans les Alpes étaient pieds nus dans leurs godillots. Sans oublier que, en plein printemps-été 1940, ils n'ont pas reçu de tenues d'hiver, bien entendu. Mais ça ne les a pas empêchés de se faire laminer par les tempêtes de neige, comme au col de la Gyprière, à 2390 mètres, avant de se faire hacher par nos mitrailleuses et nos canons lourds.

"Les Français constatent que leur artillerie fait merveille, tandis que les pauvres fantassins Italiens luttent désespérément contre le froid, la neige, la pluie ou le brouillard.
Les Français ont pu faire sur cette armée un certain nombre de constatations : l'alpin Italien est en général un remarquable montagnard, courageux et endurant, assez bien équipé pour ce qui concerne la montagne.
Le fantassin, lui, souffre d'un équipement douteux : tissu de qualité médiocre, beaucoup de soldats marchent sans chaussettes, l'armement individuel est jugé quelconque par les spécialistes et les armes ne sont pas graissées ! Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Caskette

Une constatation générale : les prisonniers se jettent sur la nourriture ; au début, cette boulimie surprend, puis on s'étonne de voir des hommes pleurer de joie devant des macaroni ou du riz. Et l'on finit par se rendre compte que la nourriture du soldat ne préoccupaient pas outre-mesure le commandement Italien de l'époque.
Il est vrai que si le Duce cherchait dans sa guerre un nombre minimum de tués Italiens utiles à sa politique, le problème de l'intendance demeurait secondaire : un homme mort ne mange pas (...)" Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Etone_gr

Ça vaut tous les commentaires, non ?

*"Ligne de front", H-S n°7, juin-juillet 2009.


Enfin, là, je crois que l'on s'écarte beaucoup de ce qui s'est passé sur le piazzale Loreto.
Briselance
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 33
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Narduccio le Mar 22 Déc 2009, 12:10

Briselance a écrit:Il est vrai que si le Duce cherchait dans sa guerre un nombre minimum de tués Italiens utiles à sa politique, le problème de l'intendance demeurait secondaire : un homme mort ne mange pas (...)" Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Etone_gr

Ça vaut tous les commentaires, non ?

*"Ligne de front", H-S n°7, juin-juillet 2009.


Enfin, là, je crois que l'on s'écarte beaucoup de ce qui s'est passé sur le piazzale Loreto.

Pas tant que cela. Les Italiens ont subi pendant 2 décennies un système politique ou l'homme de la rue comptait peu. Vers la fin, la pression a été énorme. La dessus, tu ouvre les vanes et tu laisse le petit peuple libre => on obtient piazzale Loreto. Je tiens à préciser que j'explique les circonstances, je ne cherche pas d'excuses.

Pour revenir au titre du fil, la honte de l'Italie, c'est ces 20 ans de dictature musolinienne. Le responsable, même de piazzale Loreto : Benito Mussolini.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4806
Age : 61
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Piazzale Loreto, la honte de l'Italie Empty Re: Piazzale Loreto, la honte de l'Italie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum