URSS : Char moyen T-28

Aller en bas

URSS : Char moyen T-28  Empty URSS : Char moyen T-28

Message  Yeoman 35 le Sam 21 Aoû 2010, 20:25

CHAR MOYEN SOVIETIQUE T-28


[img]URSS : Char moyen T-28  Phoca_10[/img]

Caractéristiques techniques :
Moteur : V12 Essence M17T de 450 Ch. Consommation : 295 aux cent réservoir (1 réservoir = 650 litres)
Vitesse maximale : 37 km/h
Autonomie : 220 km
Equipage : 6 hommes
Masse : 28 tonnes - pression au sol : 0,67 kg/cm2
Longueur : 7,4 m
Largeur : 2,9 m
Hauteur : 2,8 m
Blindage minimum : 10 mm
Blindage maximum : 30 mm
Armement : 1 canon KT-28 de 76,2 mm et 4 mitrailleuses Degtyarev MG 7,62 mm

Le T-28 a été pensé comme un char de rupture à sa conception tout comme certains modèles allemands et britanniques. Dans les années 1930, il disposait d'une puissance de feu non négligeable. Mais la Guerre d'Hiver a révélé bon nombre de ses carences, dont allaient largement profiter les Allemands en 1941.

- Conception :
Le T-28 est d'abord conçu comme char de rupture tout en devant soutenir les chars T-35. Le fait qu'il dispose de plusieurs tourelles s'inscrit dans la doctrine de rupture en vogue dans l'Armée Soviétique à partir de la fin des années 1920. L'idée est que les chars puissent être équipés d'un armement puissant et multiple en vue d'opérer en direction de plusieurs objectifs tout en pouvant être isolé dans les lignes adverses ou en profondeur. D'une taille plus raisonnable que le T-35, le T-28 disposait de trois tourelles ; l'une dotée d'un canon court de 76,2 mm avec une mitrailleuse et deux petites tourelles monoplaces équipées d'une mitrailleuse de 7,62 chacune chargée d'engagée l'infanterie.
Malgré cette configuration avec trois tourelles, le T-28 était conçu selon un agencement assez classique : le compartiment avant embarquait le pilote qui était flanqué des deux mitrailleurs placés dans les tourelles auxiliaires, la tourelle principale avec les trois autres hommes dont le chef et le tireur et enfin, un compartiment machine (avec le moteur monté de manière longitudinale et la transmission entraînant les barbotins à l'arrière de la caisse). Les deux petites tourelles pouvaient tourner sur 165° et étaient montées sur des espères de redans de la caisse permettant à la tourelle principale de les surplomber.

[img]URSS : Char moyen T-28  T2810[/img]
Version de commandement

- Production :
Le développement du char débute en 1931 lorsqu'un prototype sort de l'usine Bolchevik de Leningrad (projet OKMO) après avoir été conçu par les ingénieurs N.V. Barikov et N.V. Tzeitz. La tourelle principale de ce prototype est alors doté d'un canon de 45 mm et d'une mitrailleuse Degtyarev DP 28 alors et d'une mitrailleuse DT pour chaque tourelle auxiliaire. Si le système électrique chargé du pointage de la tourelle est une nouveauté, le nouveau char présente bon nombre de défauts au niveau du châssis et de la transmission. En 1932 après avoir tenté d'attribuer la production du nouveau char à l'usine 174 qui ne produisait alors que des T-26, il est décidé d'affecter la production à l'usine Khrasniï-Poulitovets. La production débute en février 1933 et le 1er mai de la même année douze chars construits paradaient en deux détachements à Moscou et Leningrad. L'Armée Rouge adopte alors officiellement le char sous l'appelation T-28. Une équipe d'ingénieur baptisée SKB-2 ait été créée au sein de l'usine Khrasnïi-Poulitovets afin d'améliorer l'engin. Les exemplaires en séries diffèrent alors du prototype en se voyant dotés de la tourelle pouvant héberger le canon KT-28 de 76,2 mm. Mais la fabrication du T-28 reste longue et coûteuse et, en 1940 l'Armée Rouge ne comptait que 503 T-28 dans son parc blindé (le pic de production est atteint en 1939 avec 101 exemplaires). Pour unifier les pièces du T-28 avec celles du T-35, les deux modèles de chars sont alors équipés des mêmes tourelles. Un autre effort est fait pour amélorer la puissance de feu ; ainsi en 1938 sur certains modèles le canon L-10 avec 26 calibres remplaçait le KT-28. Et l'utilisation du moteur M-17L était généralisé.

- Emploi opérationnel
Les T-28 sont employés en unités de combat aux côtés des T-35 ; d'abord au sein de Régiments à trois Bataillons chacun (30 engins des deux types) puis au sein de Brigades Blindées Indépendantes ; 4e, 5e, 10e et 20e, placées sous les ordres directs du Haut-Commandement. Mais seule la 5e est mixte en amalgamant T-35 et T-28, tandis que les trois autres sont entièrement dotées du second modèle. Les 4e et 5e Brigades vont servir à l'occupation de la Bessarabie, ce qui représente leur premier emploi opérationnel. L'expérience de cette intervention conduit à repenser la composition des Brigades Indépendantes. Elles comptent alors 156 chars, soit 117 T-28 et 39 BT.

[img]URSS : Char moyen T-28  800px-10[/img]

Le vrai baptême du feu du T-28 a lieu lors de la Guerre d'Hiver pendant laquelle il est employé pour forcer les ouvrages fortifiés de la Ligne Mannerheim, mais ils vont subir de lourdes pertes en raison de la protection insuffisante qu'offre les 30 mm de blindage maximum. Pour remédier au problème, on installe davantage de blindage sur les T-28, ce qui se révèle déterminant dans la seconde phase de la Guerre d'Hiver. En 1941, le T-28 se révèle mieux protégé et dispose d'une plus grande puissance de feu que les Panzer. En revanche, son âge "avancé", manque de fiabilité mécanique et sa faible maniabilité provoquent de lourdes pertes dans ses rangs ; en plus d'un mauvais entretien général et d'une mauvaise organisation des formations blindées soviétiques. Il va toutefois poser quelques problèmes aux allemands comme lors de la contre-attaque sur Jitomir le 15 juillet 1941. Mais dès 1942, le T-28 disparaît complètement du parc blindé soviétique et des chaînes de fabrication.

Source : Wiki (j'avoue)

Cordialement
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 33
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum