Josephine Baker .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Josephine Baker .

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 11:45 am

- J'ai trouver un article sur Josephine Baker , si il n'est pas a sa place , je laisse les "hautes instances" le mettre a sa place et/ou si il existe deja un poste a se sujet , je vous demande de l'effacer .
- Donc , voila l'article :

1939-1945 : Un engagement volontaire dans la Résistance

L'entrée en guerre

En septembre 1939, quand la France déclara la guerre à l'Allemagne en réponse à l'invasion de la Pologne, Josephine fut recrutée par le Deuxième Bureau. On y cherchait en effet des gens dont leur profession permettait de se déplacer librement et de recueillir des informations. Dans les faits, ce fut Daniel Marouani, frêre aîné de l'agent de Josephine, qui suggéra à Jacques Abtey, chef du contre-espionnage militaire à Paris, de l'engager. Ainsi, durant la drôle de guerre, entre septembre 1939 et mai 1940, Josephine glana toutes les informations qu'elle put sur l'emplacement des troupes allemandes auprès des officiels qu'elle rencontrait dans des soirées. Elle reprenait le soir sa place au Casino de Paris. De plus, dans l'après-midi, elle consacrait quelques heures au tournage de son dernier film "Fausse alerte". Ce long métrage, qui fut pourtant entièrement tourné et officiellement diffusé, passa inaperçu. Son héroïne ne le mentionna pas dans ses mémoires et la débutante Micheline Presle, qui campait là l'un de ses tout premiers rôles, avoue aujourd'hui n'en avoir conservé qu'un vague souvenir, tant le contexte de l'époque fit de cette production une oeuvre bâclée. Enfin, elle soutint le moral des troupes en se produisant avec Maurice Chevalier sur la ligne Maginot.

Les représentations du Casino de Paris furent définitivement interrompues lorsque les Allemands eurent franchis la ligne Maginot. Josephine gagna en voiture le château des Milandes, en Dordogne, où elle vivait depuis 1936. Jacques Abtey, lui, avait décidé de rejoindre de Gaulle à Londres et d'établir une liaison entre les réseaux de résistance de France et d'Angleterre. Il espérait que Josephine trouverait un moyen de l'aider. Ainsi, durant l'été 1940, il retrouva Josephine aux Milandes qui abritaient également un officier de marine français né au Mexique, un aviateur breton et un couple de réfugiés belges. Pour mieux s'organiser, Josephine se dota de moyens sophistiqués en faisant installer un puissant récepteur radio dans la grosse tour du château.

L'aventure africaine

Abtey prit contact avec le colonel Paillole, qui dirigeait le contre-espionnage militaire à Marseille. Il deviendrait Jean-François Hébert, ancien artiste de music-hall et désormais secrétaire et assistant de Josephine. Celle-ci était sensée partir en tournée au Portugal et en Amérique du Sud, et Abtey l'accompagnerait, apportant au Portugal des renseignements à transmettre en Angleterre. Ces renseignements étaient écrits à l'encre sympathique sur les partitions de Josephine. Seulement, Josephine devait reprendre contact avec Paillole : elle partit donc pour Marseille. Rien ne justifiant sa présence dans la cité phocéenne, elle y reprit "la Créole", l'opérette qu'elle avait jouée à Paris en 1934. Abtey, toujours au Portugal, reçut des instructions de Londres : il transmettrait à de Gaulle et à ses alliés britanniques les informations que recueilleraient en France Paillole et son réseau de résistance. Baker et lui seraient basés au Maroc, où Paillole ferait parvenir à Abtey les renseignements qu'il apporterait à son tour au Portugal ; du Portugal, un contact direct pouvait être établi avec Londres. En partant pour le Maroc, Josephine et Abtey purent aider Solmsen, producteur de cinéma d'origine allemande, et son ami Fritz à quitter la France. Ainsi se retrouvèrent-ils tous à Casablanca. Abtey n'ayant pu obtenir de visa, Josephine se rendit seule au Portugal transmettre les informations de Paillole. De retour au Maroc et désormais installée à Marrakech, elle reprit sa vie avec Abtey. Elle y avait des amis importants : Moulay Larbi el-Alaoui, le cousin du sultan, et Si Mohammed Menebhi, son beau-frère, fils de l'ex-grand-vizir, qui occupait à Marrakech le palais de son père. Grâce à eux, Josephine fit la connaissance de Si Thami el-Glaoui, le puissant pacha de Marrakech.

Une absence provisoire

Josephine tomba malade en juin 1941. Elle entra à cette date à la clinique Mers Sultan à Casablanca et n'en ressortit qu'en 1942. Non seulement sa carrière d'agent de renseignements militaire était terminée, mais sa vie même faillit prendre fin par trois fois. A l'origine du mal, Lynn Haney, auteur d'une biographie de Josephine, parlera de fausse couche donnant lieu à une infection. Jacqueline Abtey, elle, parlera d'une mauvaise réaction à une injection d'Ipedol. Ce ne fut qu'un an après son entrée en clinique qu'elle fut assez forte pour subir une opération. Quand les troupes américaines entrèrent à Casablanca, Josephine voulut sortir les voir. Un mois plus tard, elle quittait la clinique de Casablanca et retournait à Marrakech achever de se rétablir. Mais elle tomba à nouveau malade, atteinte cette fois-ci de paratyphoïde. Dès qu'elle se sentit mieux, Sidney William, directeur des activités de la Croix Rouge au profit des soldats noirs américains d'Angleterre et d'Afrique du Nord, vint la chercher : il lui demanda de chanter pour l'ouverture du club de la Croix Rouge destiné aux soldats américains noirs de Casablanca. Elle accepta, et, en mars 1943, elle se retrouva à chanter en public pour la première fois depuis deux ans.

Un come-back en forme de propagande

Josephine se mit à chanter régulièrement pour les soldats français, britanniques et américains d'Afrique du Nord. Elle devint à cette époque une vraie gaulliste. Ainsi, au printemps 1943, de Gaulle installant à Alger son quartier général, il lui offrit une petite croix de Lorraine en or pour la remercier de ses services. Elle était son ambassadeur, son instrument de propagande en Afrique du Nord. Au cours d'une longue tournée avec Abtey, sur ordre militaire, Si Mohammed Menebhi les accompagna, déguisé en interprète. Tous trois traversèrent en jeep toute l'Afrique du Nord, de Marrakech au Caire. Du Caire, ils gagnèrent Beyrouth par avion pour poursuivre leur tournée à travers le Moyen-Orient. En Syrie et en Palestine aussi bien qu'au Liban, ils donnèrent des représentations au profit de la résistance. Essentiellement en reconnaissance des services de propagande qu'elle avait rendus au cours de cette impressionnante tournée, on la fit sous-lieutenant des troupes féminines auxiliaires de l'armée de l'air française.

Le retour en France

Après la libération de Paris, en août 1944, Josephine rentra en France avec les autres femmes de l'armée de l'air, par train d'Alger à Oran, puis par bateau jusqu'à Marseille, où elle débarqua en octobre.

On la vit goûter à nouveau l'air de Paris et descendre les Champs Elysées dans son uniforme, poursuivie par une meute de journalistes. Désormais, elle donnait des spectacles dans toute la France pour l'armée et les hôpitaux. Elle prit pour chef d'orchestre Jo Bouillon et refusa de se faire payer. Après le sud puis l'est de la France, vint l'entrée en Allemagne. Buchenwald la surprit dans toute son horreur ; elle chanta pour les survivants. Puis, ce fut une tournée qui emmena Josephine et l'orchestre de Jo Bouillon en Suisse, en Belgique, en Allemagne, en Norvège, en Finlande, au Danemark et en Suède. Durant l'année 1946, elle continua d'avoir des ennuis de santé, et, en octobre 1946, elle était dans une clinique de Neuilly pour une nouvelle opération au ventre lorsqu'elle fut décorée de la médaille de la Résistance. Le colonel de Boissoudy lui épingla sa médaille sous les yeux de madame de Boissieu, la fille de de Gaulle.

L'activité de résistante de Josephine fut rendue publique en 1949 à travers un ouvrage de son co-équipier, Jacques Abtey, La Guerre secrère de Josephine Baker, accompagné d'une lettre liminaire de de Gaulle, puis à nouveau en 1961, à travers un récit romancé.

La véritable récompense de ces années de guerre eut lieu le 18 août 1961 aux Milandes. Ce jour là, le Général Valin remit à Josephine les insignes de la Légion d'honneur, ainsi que la Croix de Guerre avec palme.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  le serpent mexicain le Dim 10 Juin 2007, 12:04 pm

Merci bien Big, très intéressant pouce
avatar
le serpent mexicain
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1823
Age : 27
Localisation : ds le maquis du gers
Date d'inscription : 27/08/2006

http://www.maquisard32.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

HGYTR

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 12:17 pm

le serpent mexicain a écrit:Merci bien Big, très intéressant pouce

- Tres intérressant , en effet , je l'ai mis pour prouver que les femmes etaient elles aussi trés impliquaient dans ce conflit ( et pour prouver a notre collaboratrice , j'ai nommé Reine , que l'on ne les oublie pas clin doeil gri ) . A+ . pouce
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  Baugnez44 le Dim 10 Juin 2007, 1:25 pm

Joséphine Baker fut effectivement beaucoup plus qu'une meneuse de revues légères et que l'intterprête de "J'ai deux amours...".

Big fait bien de nous rappeler son implication dans la résistance. Elle fut aussi très impliquée dans le mouvement pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis, soutenant notamment l'action de Martin Luther King.

Et elle adopta également ceux qu'elle appelait sa tribu multicolore, douze orphelins de toutes origines ethniques.

Une grande dame.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 6:33 pm

Dés le debut de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, Joséphine agit pour la Résistance, en devenant un agent de renseignement, traité par Jacques Abtey (chef du contre-espionnage militaire à Paris). A cet effet, elle fréquente la haute-société parisienne, puis se mobilise pour la Croix-Rouge[1]. Sa popularité demeure telle que Göring, dit-on, n'osant l'arrêter, la fit inviter à un dîner-spectacle où l'on tenta de l'empoisonner.

Voyant sa vie menacée en France occupée, elle s'enfuit et gagne le Maroc où elle se met à la disposition des services de renseignement de la France libre, puis de l'Armée de l'air. Elle s'acquitta durant la guerre de missions importantes, et reste connues pour avoir utiliser ses partitions musicales pour dissimuler des messages. À la Libération, elle poursuit ses activités pour la Croix-Rouge, et chante pour les soldats et résistants près du front. Ses activités durant la guerre lui vaudront la Légion d'honneur après les hostilités.

Le plus grand malheur de sa vie est de ne pas pouvoir avoir d'enfant, suite à une grossesse à l'issue de laquelle Joséphine a accouché d'un enfant mort-né, ce qui lui a valu de subir une hystérectomie.

Avec Jo Bouillon, qu'elle épouse en 1947, elle achète le domaine des Milandes en Dordogne. Elle y accueille les enfants de toutes origines qu'elle a adoptés et qu'elle appelle sa « tribu arc-en-ciel ». Dans ce domaine où elle emploie un personnel nombreux, elle engloutit toute sa fortune et multiplie les concerts pour poursuivre son œuvre.

Elle participe en 1963 à la Marche vers Washington pour le travail et la liberté organisée par Martin Luther King. A cette époque, elle est engagée depuis un moment dans l'action de la LICRA.

Alors que Joséphine est pratiquement ruinée, la princesse Grace de Monaco, amie de la chanteuse, d'origine américaine et artiste comme elle, lui offre alors un logement pour le reste de sa vie et l'invite à Monaco pour des spectacles de charité.

Au cours d'une ultime revue en 1975, elle tombe malade et meurt des suites d'une hémorragie cérébrale le 12 avril. Elle est enterrée au cimetière de Monaco.

Toute sa vie, elle aura eu à lutter contre des préjugés raciaux. Mais sa persévérance et son courage sont salués par tous. Elle fait figure aujourd'hui de « grande dame » et d'exemple de tolérance et d'intégration. La France démocratique d'après-guerre lui doit beaucoup. Elle est la première femme d'origine américaine à avoir reçu les honneurs militaires français à ses funérailles. Elle comptait, en outre, parmi les grandes figures de la franc-maçonnerie.

Bertrand Delanoë, maire de Paris, a décidé en juin 2006 (un siècle après la naissance de l'artiste) de donner son nom à la première piscine publique flottante sur Seine, inaugurée en juillet 2006 dans le 13e arrondissement, au pied de la nouvelle passerelle Simone-de-Beauvoir.

- Je continue sur le sujet en trouvant ceci sur wikipedia .
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Josepine Baker .

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 6:36 pm

- J'ai deux amours (1930). Paroles : Géo Keger et Henri Varna. Musique : Vincent Scotto. En écoutant attentivement les enregistrements de l'époque, on se rend compte qu'elle modifia le premier vers du refrain de sa chanson fétiche (J'ai deux amours, mon pays et Paris…), qui devint après la guerre J'ai deux amours, mon pays, c'est Paris….
- Pour Baugnez44 . clin doeil gri
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 6:37 pm

Au théâtre des armées alliées

Novembre 1942, c'est la bataille de Casablanca. Joséphine assiste aux combats de la fenêtre de sa chambre d'hôpital. Elle se félicite de voir Casablanca libre grâce à ses frères américains et fonde tous ses espoirs sur le général de Gaulle après sa visite dans la ville :
« Le général est enfin arrivé en Afrique du Nord. "Il a daigné venir !" comme disent ses ennemis. J'admire ce grand homme-là. Peut-on oublier que, sans son appel, la France s'enfonçait dans la nuit ? Il est arrivé à Casa pour rencontrer Roosevelt, Churchill et Giraud avec lesquels il pose pour les photographes, échangeant une poignée de main. Et puis il a regagné Londres. Il y aura désormais un représentant de la France Libre à Alger » (7).
La sortie de clinique de Joséphine Baker paraît curieusement simultanée au recul progressif des Allemands. Il s'agit à la fois du tournant de la guerre pour les Alliés et d'une résurrection pour l'artiste. Cette dernière ne quitte désormais plus de son esprit ce qui la fait vivre : la libération de la France. Pour une artiste de music-hall, quoi de mieux que de participer au théâtre des armées alliées, dirigé par le colonel Meyers, ami du général Eisenhower. C'est ainsi que Joséphine se produit à Casablanca, Oran, Mostaganem, Beyrouth, Damas, Le Caire. Mais elle ne s'en tient pas à cette tâche : elle est déterminée à mener la propagande pour le général de Gaulle lors de ses spectacles. Il est très important, pour elle, que l'influence française soit maintenue au Moyen-Orient. Jacques Abtey en réfère au chef d'état-major à Alger du général de Gaulle, le colonel Billotte, qui accepte : une tournée officielle de propagande est organisée, au bénéfice des groupes de résistance français en métropole, auxquels seraient versées intégralement les recettes, et sous le patronage de De Gaulle. C'est la première à Alger, en présence du général, qui constituera l'un des plus grands souvenirs de la vie de résistante de Joséphine Baker. Frédéric Rey, son partenaire sur scène, raconte :
« Nous réglions les éclairages lorsque Joséphine dit : "Ce serait fantastique si un grand drapeau tricolore pouvait être déplié sur la scène... avec une croix de Lorraine !" Bien entendu, un tel drapeau n'existait pas. "On va le faire ! dit-elle. Ce n'est pas difficile de trouver du tissu blanc, du tissu bleu et du tissu rouge !" [...] Le rideau se leva donc sur le jazz américain qui "chauffa" la salle. À l'entracte, l'officier d'ordonnance demanda à Joséphine de se rendre dans la loge d'honneur du général. Émue, la main comprimant son c¦ur, elle se trouvait enfin face à face avec celui qu'elle suivait depuis l'appel du 18 juin 40. Le général lui céda son propre fauteuil. Quand elle revient en coulisses, elle tenait son poing crispé sur une petite croix de Lorraine en or... Jamais je ne devais lui voir un visage plus bouleversé. C'était le cadeau du général. Elle ouvrit la main, nous montra le bijou, la gorge si serrée qu'elle ne put articuler une parole. [...] Et quand, à la fin de la soirée, le grand drapeau se déplia avec son immense croix de Lorraine de six mètres tandis que sonnait la Marseillaise, la salle entière fut soulevée d'enthousiasme, d'émotion. Cela, c'était le cadeau de Joséphine au général de Gaulle. »
La tournée Joséphine Baker est en route. Et dans chaque ville, à chaque gala, le drapeau à croix de Lorraine se déploie : Sfax, Le Caire, Tripoli en Libye, Benghazi, Tobrouk, Alexandrie, Beyrouth. C'est dans cette dernière ville que Joséphine se sépare de la petite croix de Lorraine du général. Elle décide de mettre l'objet aux enchères pour la France Libre et recueille trois cent mille francs. Puis elle traverse les villes de Jérusalem, Tel-Aviv, Haïfa. Enfin a lieu le retour vers Alger.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  bigbasketeur le Dim 10 Juin 2007, 6:38 pm

Dernière étape à Buchenwald
Après ses très nombreuses missions en Afrique, Joséphine Baker est officiellement engagée pour la durée de la guerre à Alger, le 23 mai 1944, dans l'armée de l'Air. Elle devient alors sous-lieutenant, rédactrice première classe, échelon officier de propagande. Elle est affectée à l'état-major général de l'Air et précisément à la direction des formations féminines administrées par le quartier Hélène Boucher. Le 6 juillet 1944, le commandant Bortzmeyer détache le sous-lieutenant Baker à la sixième sous-section administrative, service des "liaisons secours". Le 11 juillet, le ministre de l'Air confirme cette mutation et affecte Joséphine Baker au bataillon de l'air 117. Il demande également que l'artiste puisse obtenir un rappel de solde pour ses services à l'armée. Comme Joséphine Baker avait cessé de faire des spectacles personnels depuis le début de la guerre, elle n'avait plus de ressources. Travaillant exclusivement pour de Gaulle et pour la libération de la France, le minimum qu'elle pouvait attendre était que sa solde lui soit versée. C'est le commandant Pourtal qui régularisera son dossier.
Octobre 1944, Joséphine Baker est de retour à Paris, pour peu de temps. Elle est chargée par le général de Lattre de Tassigny de suivre la première armée française au fur et à mesure de son avance dans les pays libérés afin de chanter et de recueillir de nouveaux fonds. Toujours aussi enflammée sitôt le nom du général de Gaulle prononcé, elle réussit à convaincre tout un orchestre de la suivre. Les galas ont d'abord lieu à Monte-Carlo, Nice, Cannes, Toulon. Le secours aux sinistrés qu'elle récolte ainsi approche les deux millions de francs. Les spectacles se poursuivent à Belfort, le jour même de l'entrée des troupes de De Lattre. Malgré la neige et le froid, Joséphine et son orchestre se produisent pour les sinistrés. À Strasbourg qui vient d'être repris, quand elle fait déployer le drapeau à croix de Lorraine qui ne la quitte plus, on vient annoncer qu'un commando vient de passer le Rhin pour la première fois. À Mulhouse, elle est la première artiste française à revenir sur la scène du Municipal depuis 1940. Dans le triomphe qu'elle fait, on l'associe à la France, et elle rayonne d'émotion. Sa dernière étape est Buchenwald où elle chante, assise sur un lit de typhique, dans la salle des « intransportables ».
L'oeuvre militante de Joséphine Baker, sera honorée. Le 6 octobre 1946, le colonel de Boissoudy vient épingler sur la chemise de malade de l'artiste, à nouveau hospitalisée, la médaille de la Résistance avec rosette, en présence de Jean-Pierre Bloch. La médaille de la France Libre et la médaille de la commémoration de la Guerre 39-45 viennent compléter la distinction que représente la médaille de la Résistance. Enfin, le 18 août 1961, Joséphine Baker reçoit des mains du général Valin les insignes de la Légion d'honneur ainsi que la Croix de guerre avec palme.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  sam44 le Lun 11 Juin 2007, 8:20 am

en ce moment il y a un spectacle sur elle de jerome savary :

http://www.jeromesavary.com/

je l'ai vu à Sarlat il est tres bien pouce
avatar
sam44
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 602
Age : 25
Localisation : Loire-Atlantique (44)
Date d'inscription : 14/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josephine Baker .

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum