Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Message  roger15 le Jeu 08 Mai 2008, 6:07 pm

Pourquoi je suis un amoureux de notre belle langue française.

Bonjour à toutes, et bonjour à tous, Smile


Je voudrais ici expliquer le pourquoi de ma fascination envers les personnes qui arrivent à rédiger sans faire de fautes d'orthographe ou de grammaire, ou du moins qui n'en font que très rarement.

Tout d'abord je voudrais préciser que je n'ai personnellement été à l'école que jusqu'à l'âge de 16 ans ½ (mon père n'était qu'un simple ouvrier d'état au ministère des Finances, décédé alors que j'avais six ans et demi, et ma mère une simple agricultrice), après avoir passé le BEPC (Brevet d'Études du Premier Cycle) en troisième, j'ai fait ensuite une Seconde, puis me suis rendu compte que les études ça suffisait pour moi (à l'époque avoir le "Brevet" était largement suffisant pour trouver un emploi), et à l'âge de 17 ans et deux mois j'ai commencé à travailler.

Ma mère avait une amie d'enfance prénommée Gabrielle, née comme elle en 1910, et donc également formée par les institutrices de la Troisième République (les fameux "Hussards noirs de la République"), qui avait réussi (car elle avait obtenu en plus du Certificat d'Études, le "Brevet élémentaire", l'ancêtre du "BEPC" de ma jeunesse) à devenir correctrice de l'imprimerie Lang à Paris, à l'époque une des plus grandes et des plus prestigieuses de la capitale française.

Lorsqu'elle venait déjeuner chez nous à Antony elle amenait des "ratés de couleur" c'est-à-dire des revues non destinées à la vente dont les couleurs n'étaient pas bien centrées pour rentrer dans les bonnes cases. Les rotativistes amélioraient manuellement les marges de couleur jusqu'à arriver au bon cadrage, qui allait permettre enfin de lancer les rotatives à pleine vitesse pour les exemplaires destinés à la vente. L'imprimerie Lang permettait au personnel d'emporter chez lui ces "ratés de couleur". Et lorsque cette dame venait chez nous elle amenait un bon paquet d'illustrés pour la jeunesse et notamment l'hebdomadaire "Tintin" que je m'empressais de dévorer dès son départ (peu m'importait que les couleurs soient légèrement décalées par rapport aux cadres…). Et cette dame citait le Belge Hergé (Rémi Georges) comme un des rares auteurs francophones à écrire dans un français presque pur ; presque, car elle nous avait révélé qu'elle avait (elle en était très fière !…) relevé deux ou trois fautes de français chez Hergé, et comme le personnage était déjà à l'époque mythique elle s'était couverte en allant montrer au correcteur en chef de l'imprimerie Lang ces erreurs et celui-ci avait approuvé qu'on les corrige… Comme quoi "nobody is perfect"…

Et lors des repas avec cette amie il y avait des joutes verbales (qui m'ont marquées à tout jamais) entre elle et mon frère aîné, né en 1943, qui était typographe (du temps de la composition au plomb…) après avoir fait l'école Estienne à Paris. Mon frère aîné était doté d'un simple BEPC et d'un CAP de typographe.

Gabrielle, la correctrice de chez Lang, était très fière de déclarer, avec une grande assurance, qu'elle et ses collègues correcteurs étaient les derniers remparts pour éviter de publier une revue, ou pire, un livre, avec une faute d'orthographe ou de français. Elle aimait dire qu'à son bureau sa bible était le "Dictionnaire des difficultés de la langue française" de Adolphe V. Thomas qui était le "Chef correcteur des Dictionnaires Larousse", paru en mars 1956 (bien des années après j'ai personnellement acheté ensuite la réimpression de décembre 1964), mais que cet ouvrage lui-même était nettement insuffisant et qu'elle devait se référer en permanence au "Grand Robert" (en six volumes) et au "Grand Larousse du XXème siècle" (en sept volumes). Et puis en cas d'incertitude persistante les correcteurs de chez Lang ouvraient avec respect le "Dictionnaire de l'Académie Française" en deux volumes (8ème édition éditions Hachette 1932-1935). Devant tant d'assurance tout le monde se serait écrasé !… Sauf mon frère aîné qui était typographe à l'imprimerie Larousse à Montrouge sur la Nationale 20, et qui osait lui rétorquer : « Tu sais Gabrielle, le dernier rempart contre les fautes d'orthographe ou de grammaire ce n'est pas le correcteur d'une maison d'édition ou d'imprimerie, comme Monsieur Adolphe Thomas que je vois de temps en temps à notre imprimerie, mais bien le typographe car souvent mes collègues ont rattrapé in extremis une coquille en français pour le dictionnaire Larousse lui-même que les yeux avisés des collaborateurs de Monsieur Thomas avaient cependant laissée passer. » Après cette remarque de mon frère aîné, la fameuse Gabrielle s'est mise à rougir et n'a pas su quoi répondre…

Comme quoi il faut toujours rester modeste quand on prétend maîtriser la langue française...

Roger le Cantalien. Rolling Eyes
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 289
Age : 68
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Message  Baugnez44 le Jeu 08 Mai 2008, 6:28 pm

Des coquilles dans le Larousse! Je le crois pas!

Encore que je suis bien obligé. Il y a quelques années ils avaient - par erreur - publié une planche sur les champigons où les champignons vénéneux étaient marqués comme comestibles et vice versa. affraid

Ce que j'ignorais - entre autres choses - c'est que l'hebdo Tintin était imprimé en France. En revanche, l'orthographe - presque - sans faille d'Hergé ne me surprend qu'à moitié. C'était un pur produit de l'enseignement catholique à une époque où ce dernier se voulait élitiste et rigoureux.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 61
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Message  roger15 le Jeu 08 Mai 2008, 7:43 pm

Bonjour Baugnez 44, Smile

Baugnez 44 a écrit :
« Des coquilles dans le Larousse! Je le crois pas ! »
Ça ne se produisait que très rarement, car fort heureusement les typographes de l'imprimerie Larousse veillaient au grain !…

Baugnez 44 a écrit :
« Il y a quelques années ils avaient - par erreur - publié une planche sur les champignons où les champignons vénéneux étaient marqués comme comestibles et vice versa »
Ça ce n'est pas une faute de français, mais une erreur dans la composition de la page… Tu as peut-être remarqué que l'anecdote que j'ai indiquée se passait à la fin des années soixante.

Baugnez 44 a écrit :
« Ce que j'ignorais - entre autres choses - c'est que l'hebdo Tintin était imprimé en France. En revanche, l'orthographe - presque - sans faille d'Hergé ne me surprend qu'à moitié. C'était un pur produit de l'enseignement catholique à une époque où ce dernier se voulait élitiste et rigoureux.»
L'hebdomadaite Tintin avait un moment une édition belge et une édition française différente. C'est bien entendu l'édition française que nous apportait l'amie de ma mère.

En revanche, tu commets l'erreur que commettent souvent ceux qui croient bien s'y connaître à propos de Tintin dans ses aventures d'avant guerre : il y avait bien deux parutions différentes pour la Belgique et pour la France ; les aventures du célèbre reporter belge, toujours accompagné de son sympathique petit chien blanc Milou, paraissaient en Belgique dans le supplément jeunesse du quotidien bruxellois "Le Vingtième Siècle" (qui portait le titre de "Petit Vingtième"), alors qu'en France elles paraissaient dans l'hebdomadaire catholique "Cœurs Vaillants". D'ailleurs, Hergé a créé pour l'hebdomadaire "Cœurs Vaillants" la série "Jo, Zette et Jocko".

Voir ce qu'en dit Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Herg%C3%A9#Jo.2C_Zette_et_Jocko

Et comme je suis un "tintinophile" convaincu, je ne résiste pas au plaisir de vous poster la première planche de l'album "L'Étoile Mystérieuse", parue en pleine occupation allemande de la Belgique, en 1942. Dans cette première planche on voit que Tintin est un spécialiste des constellations dans le ciel puisqu'il découvre une huitième étoile dans la Grande Ourse. C'est peut-être à cause de cela que dans ma jeunesse je me suis intéressé à l'astronomie…

Roger le Cantalien. Rolling Eyes


[img]http://www.coinbd.com/images/planches/tintin_t9.jpg[/img]
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 289
Age : 68
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Message  riderdigeste le Sam 31 Mai 2008, 5:37 pm

bravo! roger15, nous sommes deux à aimer Tintin alors...
faut dire que c'est de ma génération, je suis toujours
surpris de voir qu'on en parle tant de nos jours, car il faut
bien avouer que les scénarions sont un peu naïfs pour notre
époque (pas pour la mienne bien sûr).
oui gri
avatar
riderdigeste
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 618
Localisation : Le Plat pays (BW)
Date d'inscription : 31/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi je suis un amoureux de la langue française.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum