Le Roma et son nauvrage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Roma et son nauvrage

Message  laurentlemiltonien le Lun 18 Aoû 2008, 3:40 pm



Le navire de bataille Roma est un navire de la Regia Marina, la troisième unité de la classe Littorio et représente le meilleur de la production navale de guerre italienne de la seconde guerre mondiale.

Projeté par l’inspecteur général du génie naval Umberto Pugliese, cette classe de navire de bataille constitua un des premiers exemples au monde d’unité dépassant les 35 000t, limites imposées par le traité naval de Washington en vigueur à l’époque de la construction du navire.

Le 9 septembre il est touché par une bombe téléguidée le Ruhrsthal SD 1400, connue des alliés sous le nom de Fritz X, lancée par un groupe de bimoteurs allemands Dornier Do 217 KII et coula le Roma avec l’amiral Carlo Bergamini, commandant en chef des Forces Navales de Batailles ainsi que le capitaine de vaisseau Adone del Cima, une bonne partie de l’état-major de la Regia Marina et l’équipage (1393 victimes) au large de l’île d’Asinara.




Il lève l’ancre le 9 septembre 1943 de La Spezia pour rejoindre le port de Malte, conformément aux conditions d’armistice, il était en compagnie du navire de bataille Italia, ex-Littorio, du Vittorio Veneto et d’une flotte de lance-torpille. Les navires montraient leurs pavillons noirs prescris par les clauses d’armistice pour éviter d’être attaquer par l’aviation alliée.

Durant la journée, les avions allemands exécutèrent sans succès une attaque contre la formation italienne, mais la fin du navire de bataille le plus moderne de la Regia Marina était une question de temps ; peu après il est survolé à haute altitude par des Dornier Do 217 partis de l’aéroport Istres-Marseille et larguèrent leurs objets fuselés.

C’étaient les nouvelles bombes volantes, presque inconnues à l’époque : les Fritz X. Malheureusement, pour avoir trop observé les dispositions du haut commandement pour l’observation de la neutralité, les chasseurs que portaient à bord les navires de Classe Littorio ne furent pas lancés, qui pouvaient contrecarrer l’action des bombardiers allemands en haute altitude. La défense anti-aérienne ne réagit nullement alors que le lourd armement du cuirassé permettait avec ses excellentes pièces anti-aériennes de 90/50. Ainsi, les marins réalisèrent immédiatement que ces armes arrivaient sur eux, ils ne purent rien contres elles même l’unique moyen pratique de les contrecarrer, à l’étude du côté allié, le brouillage radio.

L’Italia est le premier navire gravement touché, mais le coup n’est pas mortel, vu que la charge était réduite, le navire continue donc à naviguer en formation.

C’est ensuite au tour du Roma, un premier coup au but le frappe sans effet dévastateur apparent, car l’explosion se produit en profondeur de la coque et il n’y a pas moyen, en étant à couvert, de comprendre se qui se passe. Le second coup frappe la proue, les conséquences donne à divergences. Ils existent d’autres témoignages directs dont celui de l’officier survivant le plus élevé en grade, outre l’enfer qui en dérive, font la mise au point que la poudre des dépôts du Roma déflagra, mais n’explosa pas comme sur les navires britanniques. Cette maniaquerie technique, qui serait un compliment de la qualité de la poudre italienne, sera aussi techniquement vraie mais elle ne réussira pas au destin du navire et d’une grande partie de l’équipage : la tour numéro 2 sauta en l’air pour retomber à la mer de toute sa masse de 1500 tonnes. La coque se brisa après quelques minutes. La tour cuirassée de commandement fut saisie par les flammes, elle s’en retrouva déformée et pliée par la chaleur, l’ammiral Bergamini et son état-major sont tués sur le coup. Le nuage de flamme monta jusqu’à 400 m en hauteur, formant le champignon classique des grandes explosions. Si on peut disserter sur la poudre qui aurait déflagré ou explosé, il est indubitable que le navire explosa ou plus communément sauté en l’air. Il est certain qu’il résista mieux que le HMS Hood avant de sombrer, mais le Roma avait une cuirasse plus moderne et plus robuste.

En quelques minutes, le navire se brisa en deux troncs, alors que sur le pont les marins s’inquiétaient, nombreux gravement blessés et brûlés. Alors, le navire s’enfonçait dans les eaux, après que la coque se soit brisée en deux, ceux qui se trouvaient à bord et spécialement ceux qui étaient en poupe se voyaient condamnés. Ceux qui pouvaient encore, réussirent à s’éloigner et furent sauvés par les torpilleurs d’escorte. Le naufrage du navire le plus moderne et le plus puissant de la flotte, au nom de la cité symbole de l’imaginaire fasciste, fut l’extraordinaire et goguenard épilogue de l’événement historique de l’Italie fasciste, avant l’occupation allemande et la guerre civile qui dureront 19 mois.

Le plus prestigieux des navires de guerre de la Regia Marina, extrema ratio des ressources que l’Italie attendait à engager même quand la Sicile fut envahie, fut coulé dans un climat irréel par ceux qui 48 heures auparavant étaient des alliés (d’où la fameuse phrase de Sordi dans tutti a casa « les Allemands se sont alliés avec les Américains »), et en même temps, pour la première fois, l’inutilité des cuirassés même les plus moderne est démontré, face aux armes de nouvelle génération.











Caractéristique




Poids : 44 050 t

Longueur : 240,7 m

Largeur : 32,9 m

Propulsion : 8 chaudières

4 hélices

8 turbines

180 000 CV

Vitesse : 31 noeuds

Autonomie : 3 920 mille à 20 noeuds

Equipage : 120 officiers et 1800 hommes d'équipage




Armement :

9 canons de 381/50 mm

12 canons de 152/55 mm

4 canons de 120/40 mm

12 canons AA de 90 mm

34 pièces AA de 20 mm




Blindages :

350 mm en vertical

150 mm en horinzontal

350 mm pour les tours d'artillerie principales

280 mm pour les tours d'artillerie secondaires

260 mm pour la tour de commandement




3 avions.
avatar
laurentlemiltonien
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 37
Localisation : J'y suis !
Date d'inscription : 30/03/2008

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Roma et son nauvrage

Message  ghjattuvolpa* le Lun 18 Aoû 2008, 5:18 pm



In les flottes de Combat 1943-44, Editions géographiques, maritimes et coloniales, Paris novembre 1944

Les données sont différentes mais doivent porter sur la série 1934

_________________
http://ghjattuvolpa.skyrock.com/35.html
avatar
ghjattuvolpa*
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 1283
Date d'inscription : 18/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Roma et son nauvrage

Message  dracir le Ven 26 Fév 2010, 10:23 am



Pour info http://www.corsematin.com/ra/corse/208124/recherches-sous-marines-une-expedition-franco-italienne-pour-retrouver-le-cuirasse-roma

avatar
dracir
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1251
Age : 54
Localisation : Lévignac 31
Date d'inscription : 30/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Roma et son nauvrage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum