Amiral Muselier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amiral Muselier

Message  Invité le Ven 04 Aoû 2006, 4:21 pm

Bonjour,
Je ne vous ferais pas le coup de la bio de l'Amiral Muselier disponible en multiples exemplaires pour quiconque sait comment demander a notre ami Google.
Je voudrais juste revenir sur les raisons des frictions et désaccords qui ont caractérisés les relations entre le Général de Gaulle et l’Amiral Muselier.
Loin de moi l’idée de chercher à dénigrer un Compagnon de la Libération, et un Compagnon de la 1ere heure qui plus est.
Je commence donc par affirmer quelques points pour éviter tout malentendu :

L’Amiral Muselier a été un grand marin. Il l’a montré tout au long de sa carrière et ce point est indiscutable. La Royale peut s’enorgueillir, à juste titre, d’avoir eu des hommes comme lui dans ses rangs.
Il était un homme de grand courage. Cela s’est vu dans ses campagnes militaires, mais aussi, j’ai presque envie d’écrire surtout, lorsqu’il a choisi la France Libre et s’est mis aux ordres de Charles de Gaulle le 30 juin 40 alors qu’il était plus ancien dans un grade plus élevé. A ma connaissance, le seul autre exemple de militaire de haut rang se plaçant sous les ordres du petit général de brigade a titre temporaire de Gaulle, c’est Catroux (Si j’en ai raté d’autres, merci de me le faire savoir). Tentez de vous remettre dans le contexte de l’époque, il fallait le faire !

Mais, et la se trouve tout le problème, il n’avait pas le sens politique et, pour aggraver la situation, pensait l’avoir.

Cela commença avec l’affaire de l’arrestation de Muselier par les Britanniques le 1er janvier 1941. De Gaulle a soutenu l’Amiral de bout en bout jusqu’à sa libération, le gouvernement britannique présentant ensuite ses excuses, les «preuves » étant des faux. Mais Muselier en a toujours voulu à De Gaulle de ne pas avoir fait ce que lui, en bon militaire, aurait fait dans une situation analogue : Se constituer prisonnier par solidarité. Ce qui, aux yeux de De Gaulle (Et aux miens) aurait été une grossière erreur politique. La France ne se constitue pas prisonnière.

Cela continua avec l’affaire Weller. Ce journaliste américain a interviewé de Gaulle à Brazzaville en août 41 mais en a rajouté des pelletées à la publication, ramassant les ragots qui traînaient en ville. Il a envoyé sa dépêche depuis Brazzaville sans que les autorités françaises ne la vérifie, ce qui vaudra au pauvre François Coulet de s’entendre dire «vous êtes un sot » par un de Gaulle très en colère. Cet article déclencha une tornade a Londres. Churchill donna l’ordre aux journaux et a la BBC de ne plus mentionner le nom du général et de lui couper la parole. A peine de retour à Londres, Charles de Gaulle reçoit un rapport de Passy-Devawrin (BCRA) indiquant que certains Français de Londres, regroupes autour de l’Amiral Muselier, ne seraient pas fâchés de pouvoir «l’encadrer, le contrôler sinon le remplacer ». Réaction de de Gaulle : « Muselier est un insupportable touche à tout ». Lorsque Churchill suggérera le 12 septembre 41 que la France Libre crée un « Comité National », Muselier ira jusqu’à participer à une réunion a l’Hôtel Savoy de certains Francais et d’y avoir suggéré, en présence du major Britannique Morton (Encore se plier devant les Britanniques…), qu’il pourrait prendre la Présidence du Comité, de Gaulle en étant « Président d’honneur ». Bien entendu, de Gaulle refuse. Muselier déclare alors froidement : «la Marine devient indépendante et continue la guerre». Voilà la faute grave.

Le 23 septembre, Charles de Gaulle dicte une lettre officielle pour l’Amiral, un véritable ultimatum ou il lui donne 24 heures pour se ranger ou faire face aux conséquences de ses «abus intolérables ». Muselier pliera et se contentera d’être le Commissaire à la Marine du Comité National créé le 25 septembre.

Mais Muselier en conçu du ressentiment et aura un geste assez bas :
Le fils de Charles de Gaulle, Philippe, faisait partie de la 1ere promotion d’élèves aspirants de Marine des FFNL. En octobre 41, à l’occasion de leur graduation, Muselier reçu toute la promotion et accorda un cours entretien en tête a tête à tous les promus. Hélas, son emploi du temps très chargé ne lui a pas permis de rencontrer celui qui était au bout de la queue, à savoir l’aspirant Philippe de Gaulle…

Puis se fut Saint Pierre et Miquelon que Muselier, conformément aux ordres de De Gaulle, a rallié à la France Libre mais non sans avoir au préalable commis une bévue : L’Amiral, en bon militaire, souhaitait vivement obtenir l’accord des Alliés américains et canadiens avant de lancer une opération militaire près de leurs cotes.
Réaction, logique, de De Gaulle : «Quoi ! La France demandant la permission à des étrangers d’exercer sa souveraineté sur une partie de son propre territoire ! » Cela aurait en été effet une hérésie sur le plan politique.

Muselier rentre à Londres le 28 février 1942 et démissionne de son poste de Commissaire, suite au manquement, forcé, à sa parole envers les Etats Unis de ne pas intervenir dans ces territoires.
Il souhaite toutefois conserver le Commandement des FNFL ce que refuse le général de Gaulle. Sa démission est acceptée le 4 mars 1942.

Le 6 mai 1943 l'amiral Muselier arrive à Alger. Le 1er juin le général de Gaulle le nomme préfet de police d'Alger, il refuse le poste et accepte celui d'adjoint du commandant en chef civil et militaire de la ville, le général Giraud.

En septembre 1944 le général de Gaulle le nomme Chef de la délégation navale aux Affaires allemandes.
Rien donc d’étonnant à ce que de Gaulle se soit séparé de Muselier des que la mission militaire de ce dernier a été remplie, à savoir début 1946 ou il est mis à la retraite.
Aux élections législatives de cette même année il se présente dans le second secteur de Paris, comme vice-président du Rassemblement des Gauches, c'est un échec et l'amiral se retire de la vie publique ayant enfin peut-être compris qu’il n’était pas fait pour la politique.

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum