Aris Velouchiotis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aris Velouchiotis

Message  Yeoman 35 le Mar 31 Mar 2009, 12:09 pm

ARIS VELOUCHIOTIS (ATHANASIS KLARAS)
(1905 Lamia - 1945)


Fils d'un avocat, il collabore très tôt au journal du Parti Communiste Grec Rizospastis (le radical) et devient dirigeant des Jeunesses communistes en 1929. Il est plusieurs fois emprisonné sous les gouvernements d'Eleftherios Vénizélos et de Ioannis Métaxas, mais finit par signer une "déclaration de repentir".
Exclu du parti communiste, il y est réintégré après l'invasion allemande en 1941 et, l'EAM le charge d'organiser les maquis dans le massif du Pinde (Epire).
Avec l'appui d'agents spéciaux britanniques, il participe à la tête de partisans au sabotage du viaduc de Gorgopotamos, ce qui a entravé le ravitaillement des troupes de l'Afrikakorps. Suite à cela, il devient chef des Andartès (partisans) de l'ELAS (Ethnikis Laïkos Apelevtherotikos Stratos, armée populaire de libération nationale).

Aris Velouchiotis se caractérise par une énergie et une audace qui forcent l'admiration, même de ses adversaires, ce qui fait de lui un chef redouté et respecté par toute la résistance héllène. Il va imposer une véritable discipline de fer à ses hommes pour qui il est impitoyable, comme pour ses ennemis d'ailleurs. Il dispose aussi de sa propre garde personnelle, les "bonnets noirs". En 1943, il est devient une figure de légende.
Ajoutons aussi que, pour tenir les zones rurales de Grèce il est fermement d'avis, tout comme beaucoup de responsables communistes de l'ELAS, de s'allier au clergé grec, en particulier aux popes qui son issus du peuple.
Seulement, les dirigeants de l'ELAS s'inquiètent de ses allures de "Kapetanios" (chef de partisans) anarchisant et romanesque, sa trop grande liberté et ses excès. Le 2 mai 1943, l'EAM crée, afin de le contrôler, un "haut commandement de l'ELAS", dans lequel il doit désormais partager les décisions avec Séraphis et Tzimas. En 1944 il est envoyé dans le Péloponnèse pour rétablir la situation désespérée des maquis de l'ELAS. Mais avant son départ, il massacre de sa propre autorité le 5/42e régiment de l'EKKA.

Après la libération en 1944, Aris Vélouchiotis ne reconnait pas l'accord de Varkiza et veut résister aux Anglais. Il est désavoué par son parti et abandonné par ses amis. Avec une poignée de fidèles, il tente de se réfugier en Albanie.
Il est exclu du Parti Communiste Grec le 16 juin 1945 et, le même jour découvert dans la montagne par des troupes du gouvernement de Papandhréou qui le tuent et le décapitent.

Sources
- Dir. P. Masson, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, T 2, Larousse, Paris, 1980
- M. Mazower, Dans la Grèce de Hitler, Les Belles Lettres, Paris

Cordialement.
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 31
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum