L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  st.ex. 14/1/2023, 15:28

Bonjour, ce titre je lui trouve rien d'exagérer, puisque on ne connaitra jamais toute la vérité, si on essaye d'entrer dans le monde des Espions. L’Espionnage restera à jamais le théâtre de bataille du mensonge des Espions.
Que cela soit en ayant jurer de dire toute la vérité, devant un Tribunal telle celui de Nuremberg, ou les anciens chefs subordonné de l'Amiral Canaris, avait témoigné. Hans Piekenbrock et Lahousen de vivremont.

Mais il faut leurs laissé la fierté d'être rester honorable, puisque leurs tâches, autant ceux de la ZBV-800 et d'autre, eux des crimes de guerre, non ils n’ont pas été intégré dans ses histoires. Espionnage, Sabotage, chantage, et combats dans l'arrière des lignes ennemies oui, mais pas de torture et autre que le SD, de Heydrich s'était spécialisé pour obtenir les réponses lors des interrogatoires.

Bien commençons donc une fois avec Wilhem Canaris.
L'AMIRAL WILHELM GANARIS était un petit homme de quarante-sept ans, les cheveux tout blancs et le visage rubicond, ridé et posé avec bienveillance, lorsqu'il pénétra dans le bâtiment de quatre étages en stuc uni et brun qui jouxtait le ministère de la Guerre au numéro 74-76 Tirpitzufer à Berlin. C'était en janvier 1935 et les branches nues des châtaigniers révélaient le canal Landwehr et les façades ornées des résidences de la période wilhelminienne en face. Son propre bureau. son bureau était petit et dépouillé avec une carte du monde sur le mur et des photographies de ses prédécesseurs, les chefs du service de renseignement militaire allemand. Le parc du Tiergarten où il avait l'habitude de monter à cheval tous les matins n'était qu'à deux minutes à pied du bureau, les ambassades et les légations étaient à portée de main. Il se trouve que lorsque j'ai pris un appartement à Berlin deux ans plus tard, c'était à moins de deux cents mètres de l'immeuble de l'Abwehr. En regardant en arrière maintenant, je peux voir l'importance d'un ou deux incidents que j'ai remarqués alors que je marchais le long de l'avenue des marronniers devant ces bureaux.

Wilhelm Canaris avait atteint le sommet de son ambition professionnelle lorsqu'il a repris la nomination de chef du renseignement. S'il avait été un autre type d'officier, il aurait pu se lever pour commander la flotte de la mer du Nord, ou la nouvelle marine allemande qu'il avait tant fait pour construire secrètement.
Bien qu'il ait navigué dans des Sous-marins avec crédit pendant la Première Guerre mondiale et se soit levé pour commander le cuirassé Schlesien, tous ceux qui le connaissaient avec qui j'ai parlé conviennent que c'était le jeu du renseignement qui l'intéressait le plus. Il était le fils d'un industriel westphalien au nom italien* longtemps installé en Allemagne, qui a retracé ses ancêtres en Lombardie. Il s'est distingué au début de sa carrière navale lorsque le croiseur Dresde esquivait les navires de guerre britanniques Dans les eaux sud-américaines après la bataille des îles Falkland. Ses collègues officiers ont été frappés par son habileté à se procurer son charbon et ses victuailles auprès d'un agent consuel et de marchands chiliens de rang, et à répandre de fausses rumeurs sur sa position. Son travail plus tard dans la Grande Guerre a consisté à organiser le ravitaillement en carburant et les radoub pour les Uboots allemands dans des bases étrangères. Cela l'a marqué pour une carrière dans l'intelligence.
Pourtant, il lui sembla en 1934 que son dernier poste serait celui d'officier de pavillon commandant Schwinemünde, une frégate de pierre sur la côte baltique au nord de Berlin dans une petite station balnéaire où les Prussiens passaient ici leurs vacances d'été.

Ils l'ont fait surnommer "Kieker" quand il était encore lieutenant "peeper", de son insatiable curiosité.
La première photo de lui avec le nez incliné et le regard curieux montrent pourquoi le nom lui est resté. Kieker avait une passion pour les connaissances obscures, qu'il absorbait et divulguait au moment où il respirait.
"Je leur dis ce que tu veut entendre et ce qu'ils peuvent transmettre aux autres", expliqua - t-il plus tard dans sa vie-et derrière son apparente loquacité, ils cachaient un immense silence sur les questions qu'il ne révélerait à personne.
Ils n'étaient pas tout à fait amicaux envers lui à son service. Certains de ses collègues officiers croyaient qu'il avait travaillé avec les assassins de Vehm pour liquider les révolutionnaires allemands. Ils n'aimaient pas sa préparation facile pour la mission secrète, son approche fluide des problèmes étrangers complexes, sa familiarité avec les étrangers étranges, et ils croyaient qu'il était également passionné par le national-socialisme.

st.ex.
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 232
Age : 58
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty Re: L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  st.ex. 15/1/2023, 17:31

Bien ici un peu plus sur l’Énigmatique Canaris, qui pouvait être autant Mr. Hyde que Mr. Jeckyl!
Bien sûr une nouvelle source, l'ancienne je la reprendrais plus tard pour le reste.

Tôt le matin, le dimanche 23 juillet 1944, une voiture noire s'arrête devant la maison de l'ancien chef du renseignement militaire (Abwehr). Wilhelm Canaris, 57 ans, debout à la fenêtre en uniforme complet avec des récompenses militaires, aurait reconnu cette voiture parmi mille. Les numéros du service de sécurité impérial, Sicherheitsdienst des Reichsführers SS, ont été installés sur la Mercedes Benc 170V. Abréviation de SD. La même organisation où le mythique Maxim Maksimovich Isaev (Stirlitz) a servi.
Cependant, le «chef Stirlitz» absolument réel, Walter Schellenberg, était assis dans la voiture, qui a fumé plus d'une cigarette avant de sortir de la voiture et de partir remplir la mission la plus désagréable que lui ait confiée le Führer - arrêter un vieil ami tombé en disgrâce.

Canaris, qui devina la faiblesse momentanée qui couvrait Schellenberg, sourit d'un air prédateur. Enfin, la portière de la voiture s'ouvrit. Schellenberg marcha lentement le long du chemin jusqu'à la porte de la maison, essayant de trouver mentalement les mots justes et espérant vivement que Canaris aurait le temps de se suicider.

L'adjudant lui ouvrit les portes, leva la main dans le geste de salut bien connu des nazis et le conduisit à travers les couloirs de la spacieuse maison de l'ancien chef de l'Abwehr.

Schellenberg écoutait. Il attendait le coup. Mais il n'y a pas eu de tir. Par décence, il s'est tenu devant la porte pendant dix secondes - pas plus. Il comprit que, peut-être, Canaris avait entendu ses pas et comprit que le moment le plus opportun était venu de se coucher la tempe sur le museau. Enfin, ouvrant la porte, il vit le chef à la retraite du renseignement militaire du Reich en grand uniforme, une croix de fer sur la poitrine.

Regardant son ami, le Brigadeführer de 34 ans, chef du renseignement extérieur du service de sécurité, a décidé que la sincérité et la convivialité étaient la toile de fond parfaite pour cette rencontre dramatique. Et, après l'avoir salué, il a directement suggéré à Canaris de se suicider.

A sa grande surprise, Canaris, qui connaissait parfaitement les méthodes de travail de "Papa Muller", refusa catégoriquement de se tirer une balle et suivit Schellenberg jusqu'à la prison souterraine de la Gestapo. Il n'y avait pas de menottes. Walter faisait confiance à son ancien camarade. Hitler ne l'est pas.

Le nom de Canaris a toujours été considéré à part des noms de fanatiques du Troisième Reich devenus des noms communs. Les historiens n'ont pas réussi à se mettre d'accord, qui était Wilhelm Canaris ?

Quelqu'un est enclin à croire que le chef de l'Abwehr était un vrai patriote de l'Allemagne sans Hitler. Quelqu'un croit que Canaris était incroyablement rusé, attendant la meilleure heure en tant que sinistre fonctionnaire, opportuniste et carriériste. Le Führer lui-même croyait que c'était Canaris qui était impliqué dans les tentatives d'assassinat contre lui.

Un autre point de vue a été exprimé au tribunal de Nuremberg, que Canaris n'a pas vécu pour voir. En particulier, il a été dit que Canaris et de nombreux autres officiers de haut rang du Reich avaient saboté les ordres d'en haut. Cela a conduit à des défaites écrasantes sur de nombreux fronts.
Et le reste de l'histoire on la connait en Avril 1945, il as été pendu.

bien à présent son historique.
En fait, Wilhelm Canaris était un officier de carrière dans la marine du Kaiser Wilhelm II et un monarchiste convaincu. Le futur chef du renseignement militaire est né le 1er janvier 1887 dans la petite ville d'Aplerbeck. Il était le dernier des trois enfants du directeur de l'aciérie Carl Canaris et de sa femme Augusta Amelia.

La bonne tradition de cette famille typique de bourgeois allemands respectables était une croyance sincère dans l'avenir radieux de l'Allemagne. Le petit Wilhelm a été intelligiblement expliqué qu'une main forte du pouvoir et l'inviolabilité de siècles de traditions jouent un rôle très important dans la vie.

En même temps, il n'y a jamais eu de militaires dans la famille Canaris. Le garçon a été affecté au prestigieux gymnase de Duisburg. Il a été créé pour les enfants de riches industriels, industriels, hauts fonctionnaires et avocats. Wilhelm était un excellent élève. Et, semble-t-il, son avenir est brillant et prédéterminé. Mais un jour, lors d'un dîner de famille, il dit à sa mère et à son père qu'il comptait réaliser son vieux rêve :

"Je veux devenir marin !"

La nouvelle que son fils a l'intention d'entrer dans le Kaiserlische Marine Korps à Kiel (aujourd'hui Schleswig-Holstein, Allemagne) a fait une forte impression sur ses proches, qui n'ont cependant pas mis d'obstacles sur le chemin de Wilhelm.

Mais, excusez-moi, le rêve de la mer n'est pas le rêve du renseignement militaire. Et il est peu probable que le jeune Canaris sache déjà où les chemins impénétrables du Führer le mèneraient. Cependant, ceux qui le connaissaient personnellement ont dit que Wilhelm était un éclaireur de Dieu. Il était réservé et prudent. Quand il le fallait, il était facilement hypocrite. Et aussi, quand il en avait besoin, il convergeait facilement avec les gens, nouant des contacts utiles. Et c'était un excellent analyste, capable de jouer rapidement le solitaire de n'importe quelle collision de vie.

Comment Canaris est-il entré dans le renseignement ?

En 1907, le croiseur de Brême avec le lieutenant Wilhelm Canaris, âgé de 20 ans, qui partit pour sa première campagne, navigua dans les eaux de la mer des Caraïbes. La tâche du navire de guerre était d'observer les événements dans la région et de recueillir des informations utiles. Canaris a activement enseigné l'espagnol, le pays politique et économique dans les pays côtiers.

Peu avant le début de la Première Guerre mondiale, Canaris a été transféré sur le croiseur Dresden, où il a servi jusqu'en 1915, provoquant des évaluations extrêmement positives de son leadership. Et puis la flotte Kaiser est entrée, peut-être, dans la plus grande bataille. Elle s'est déroulée dans l'Atlantique Sud. Et l'ennemi des Allemands était les Britanniques.

Dire que cette bataille s'est terminée par la défaite de l'escadre allemande, c'est ne rien dire. Le croiseur miraculeusement survivant Dresden a presque coulé, mais a réussi à nager jusqu'à la côte du Chili, où il a coulé.
Ceux qui ont eu la chance de rester en vie, comme Wilhelm Canaris, ont été internés. Et ici, plus que jamais, la connaissance de Wilhelm de l'espagnol et des coutumes des habitants des pays de langue latine s'est avérée utile. Il a fait l'impossible. Ne consacrant pas ses camarades à ses plans, Wilhelm s'est échappé de captivité, a réussi à se rendre en Argentine, où il a pris un nom fictif, a corrigé ses documents et s'est rendu en Hollande.

D'Amsterdam à Berlin, c'était à deux pas. En apprenant quelle astuce le lieutenant principal de 28 ans Wilhelm Canaris a réussi à réussir, la direction navale a été stupéfaite. Il rentra chez lui non pas les mains vides, mais avec des observations que Canaris avait l'habitude d'écrire dans son journal.

Ces données présentaient un réel intérêt pour l'Allemagne. Il a été décidé d'utiliser Canaris pour mener à bien des missions top secrètes. À l'été 1916, il se présente à Madrid avec un passeport chilien au nom de Reed Rosas. Dans la capitale de l'Espagne, Canaris a habilement recruté des agents qui travaillaient dans les ports espagnols et écoutaient ce que disaient les marins. Rosas-Canaris a également noué des contacts dans les milieux d'affaires espagnols, y recueillant des informations précieuses, qui sont parvenues en Allemagne par l'intermédiaire de l'attaché allemand à l'ambassade.

Au milieu de 1917, l'officier de renseignement de 30 ans se retrouve à nouveau à Berlin, où il reçoit de nouvelles instructions pour travailler en Italie. Ici, son premier échec l'attendait. Il s'est avéré que l'espion allemand était suivi et il a été arrêté. L'affaire « sentait le kérosène ». Mais Canaris s'est comporté correctement lors des interrogatoires et, faute de preuves, a été déporté en Espagne, d'où il a été transporté en Allemagne par sous-marin.

Les données que Canaris a apportées à Berlin étaient décevantes. La guerre était perdue. Il n'avait pas tort. L'Allemagne du Kaiser a péri dans une agonie atroce. L'économie s'effondrait. Après l'abdication de Guillaume II du trône, le chaos, l'humiliation et les ténèbres attendaient le pays.

A Berlin, il y avait des batailles entre les militaires et les ouvriers. Ne voulant pas tenter le destin, Canaris est parti pour le sud relativement calme de l'Allemagne, où il voulait prendre soin de sa vie personnelle. Les souvenirs d'une vie bourgeoise tranquille, dont il s'est séparé une fois, l'appelaient. Après toutes les transformations dans lesquelles il avait été au cours des 10 dernières années, ce n'était pas étonnant.
Cette version jusqu'à présent est correcte, vis à vis d'un reportage sur Le SMS Dresden, et ou en 1915 oui Canaris avec un navire Hollandais, avait regagner la Terre ferme, c'était la ville de Hambourg ou il as débarqué, suivant le reportage.
Et ce qui est énumérer de ses anciens camarade de classe, montre déjà qu'il savait être Mr. jeckyl et Mr. hyde.Donc changer de rôle dès le moment que sa vie était menacé....

Et avec son nom d'Espion en Espagne, oui cela coïncide avec un autre récit en langue Française, mais j'ai juste utiliser le site, pour vérifier le nom de Rosas. Ma version provient d'un site Russe.

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjl6ZCM_cn8AhXaTaQEHRtgCqAQFnoECAsQAQ&url=https%3A%2F%2Fcf2r.org%2Fhistorique%2Fcanaris-maitre-espion-du-reich-dun-bout-a-lautre-de-lhispanite%2F&usg=AOvVaw2t4Xt-RRQ0h4IEbi5FlirG

st.ex.
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 232
Age : 58
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty Re: L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  st.ex. 16/1/2023, 12:32

En 1919, il épousa vraiment la fille bien éduquée d'un fabricant nommé Erika. Qu'y avait-il de plus dans ce mariage ? La prudence qui a toujours été inhérente au pragmatique Canaris ? Ou, pourtant, l'amour ? D'une manière ou d'une autre, Erica possédait deux qualités très utiles: elle ne s'immisçait jamais dans les affaires de son mari et elle était également une excellente hôtesse qui savait organiser des dîners luxueux.

Un jour, les invités réguliers de ces soirées seront les plus hauts grades SS et SD (y compris Schellenberg) et les collègues accompagné de leurs épouses de L'Abwehr. Mais c'était encore loin. En 1924, canaris est retourné à la marine, a parcouru l'océan Indien, s'intéressant vivement à ce qui se passe dans les ports, puis a été au Japon et en Chine, le destin l'a de nouveau jeté en Espagne et en Argentine, où il y avait des membres de son ancienne équipe.

Bien ici à cette année il faut que je m'arrête avec la source, en raison comme vous le savez ou peut être que cela va devenir une nouvelle pour vous.
Les Allemands, et ce depuis l'après grande guerre, juste 1 an après la fin du conflit en 1919 (Sous la République de Weimar), avait continuer leurs programmes de développement des Sous marin, sauf que pour berner le traité de Versailles, comme dans leurs propres pays, leurs ingénieurs n'avaient plus le droit de pratiqué les plans, et les tests. Les anciennes entreprise Allemandes on donc offert leurs anciens plans de construction et technologie des sous marins, aux pays telle que au Japon qui souhaitait améliorer leurs propre technologie des sous marins, ou au pays telle que l'Argentine (mais qui lui s'était rétracter en raison des différents putsch et démissions des ministre qu'il y'a eu pendant ses périodes.), qui a cette époque ne disposait d'aucune flotte sous marine. Mais aussi pour la vente des plans de construction, ici des anciens ingénieurs, on été embauché par les pays acheteurs, pour autant la meilleurs compréhension de la lecture des plans, et bien sûr pour la compréhension des divers technologies.

Et ici trois pays ou Canaris avait visité, Japon, Argentine et bien sûr pour la construction de l'UE-1 en Espagne. Pour la chine, je n'avais pas encore fait de recherche sur les développements des sous marin à Cette époque, et si elle aussi avait des anciens ingénieurs ou acheter des plans aux Allemands.

Bien mais à présent, ici une nouvelle source, qui bien sûr quand on est dans la marine, on reste dans la Marine.
Depuis 1919 - adjudant du ministre de la guerre Noske. Depuis février de la même année, il sert dans le nouveau commandement de la flotte de la République de Weimar (Reichsmarine).

Depuis juin 1923 - Adjoint principal sur le croiseur d'entraînement "Berlin" (où il a servi avec Reinhard Heydrich).

En mai 1924, il a été envoyé en mission secrète en Extrême-Orient pour organiser la construction de sous-marins au Japon pour l'Allemagne, ce qui était interdit par les termes du traité de Versailles pour les avoir.

Depuis octobre 1924, il était le chef du secteur des travaux préparatoires et de mobilisation au département de la flotte sous le haut commandement de la marine. Participé à l'armement secret de la marine allemande. Avec l'aide d'un réseau d'agents créé pendant la guerre, il organisa une passation secrète de commandes pour la Marine en Espagne.

Mais ici une nouvelle fois, cela ne reflète que quelques épisodes. Alors on vas revenir avec la même source en 1916.

st.ex.
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 232
Age : 58
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty Re: L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  st.ex. 16/1/2023, 18:36

En 1916, Canaris arrive en Espagne avec des documents
le même veuf chilien Reed Rosas. Faisant preuve d'une ingéniosité et d'un courage remarquables,
Officier du renseignement allemand a réussi à lancer de vastes activités d'espionnage en Espagne et
même a organisé l'approvisionnement des sous-marins allemands en carburant et en nourriture a partir des territoires de l'Espagne et du Portugal. Il s'est avéré que ce n'était pas du tout facile, mais l'avenir du future chef de l'Abwehr a réussi à surmonter tous les obstacles et, dans sa propre peau, complètement ressenti ce que c'était que d'être un officier de renseignement illégal pendant la guerre mondiale.

Canaris a été rapidement rappelé pour le passage
service supplémentaire dans la flotte sous-marine. Il a dû se rendre en Allemagne

rond-point et presque à la frontière suisse

Un incident malheureux s'est produit : la police italienne a soupçonné Rosas d'avoir fait de
l'espionnage et le futur amiral s'est retrouvé dans une prison de la ville de Gênes. Essayer de sortir
de là, ses tentatives n'ont pas été couronnés de succès - les gardes se distinguaient par l'incorruptibilité, et les barreaux et les murs étaient trop épais et trop forts. Cependant, Canaris avait déjà gagné quelques expérience et a montré dans une situation difficile les qualités d'un véritable officier du renseignement -
l'ingéniosité, la débrouillardise et les talents d'acteur. Conçu un stratagème d'évasion extrême, Wilhelm s'est habilement présenté comme un catholique repentant. comme lui et
comptés, les Italiens dévots sont immédiatement tombés dans l'appât du rusé Officier de renseignement allemand : à sa demande, les gardes ont invité un prêtre d'un monastère du village voisin.

Le Padre fut touché - le prisonnier le disposa à un chagrin sincère et à un repentit sincère. Il n'a pas hésité à verser des torrents de larmes, et après une longue conversation avec le saint père, il tomba face contre terre du lit de la prison et resta longtemps immobile, enfouissant son visage dans l'oreiller. Sécurité, trompée par ce comportement de Canaris, ils s'habitua rapidement aux visites du prêtre et caprices du suspect et a cessé de s'inquiéter, perdant sa vigilance.

Il a déjà appris à imiter fidèlement la démarche, les gestes et
même la voix d'un vieil aumônier, et quand il a de nouveau rendu visite à un prisonnier
tard dans la soirée, Canaris réussit à faire asseoir le saint père sur un tabouret dos à la porte, et
lui-même, comme un pécheur vraiment repentant, s'agenouilla devant lui et, s'étant amélioré
moment opportun, a attrapé le visiteur à la gorge de manière inattendue.

Bientôt le garde ouvrit la porte et libéra le padre,
qui se dirigea vers l'escalier. Le prisonnier, comme d'habitude, gisait
face contre terre sur la couchette. L'alarme n'a été donnée que quelques heures plus tard, lorsque
découvert qu'un prêtre étranglé gisait dans la cellule. L'Espion qui a été menacé par la potence, hardiment échappé du château-prison !

La chasse n'a pas rattrapé le fugitif : il a réussi à passer au port et embarqua sur le navire qui partait pour l'Espagne, où Wilhelm Canaris était déjà apparu bonnes relations. Les Italiens ont signalé un criminel d'État évadé les Français - le paquebot sur lequel naviguait Canaris devait faire escale à Marseille. Par tous les calculs, les Français le saisiront certainement et y pendront l'espion. Cependant, le vapeur n'est pas allé à Marseille.

Canaris s'est de nouveau retrouvé en Espagne, mais même ici, il pouvait faire face à de gros problèmes. Il a donc décidé d'essayer de revenir en Allemagne et dès que possible. Nous avons dû partir dans un sous-marin – exactement Wilhelm Canaris organisa l'approvisionnement des sous-marins allemands et créa pour eux des bases secrètes.

Il n'a été possible de réaliser le plan qu'à la troisième tentative. De toutes les aventures
le futur chef de l'Abwehr a fait ressortir quelques règles : les agents de renseignement doivent certainement être pieds et poings liés par leur Centre et placés dans des conditions complètement
excluant la possibilité de commerce de secrets militaires. Tout le monde dans l'intelligence doit
exécuter des fonctions strictement définies et ne savoir que ce qui est nécessaire. Obligatoire
discipline de fer et communication uniquement avec un cercle restreint de personnes. L'intelligence doit compter non pas sur les "talents" d'espions individuels, mais sur un système bien pensé.

Personnalité controversée de l'amiral

Parmi les anciens dirigeants allemands, Canaris est la figure la plus controversée. Ils parlaient de lui de différentes manières : certains prétendaient qu'il était un patriote de sa patrie, qui voulait libérer son pays et le monde entier de la politique monstrueuse d'Hitler ; d'autres pensaient qu'il était un lâche fataliste ; d'autres encore l'appelaient un fonctionnaire rusé qui attendait dans les coulisses.

Lors des procès de Nuremberg, Canaris a également été évoqué de manière incohérente. D'après le témoignage de K. Doenitz, Canaris n'a jamais participé à aucune résistance au régime, c'était un lâche politique et un intrigant, un opportuniste ordinaire qui, au final, voulait simplement passer dans l'ombre.

Dans le même Nuremberg, un autre point de vue a été exprimé sur le rôle de l'amiral Canaris. On a affirmé que c'était lui et ses proches qui avaient saboté certains des ordres d'Hitler, ce qui avait entraîné des défaites écrasantes sur tous les fronts.

Canaris lui-même a écrit dans ses journaux que toute sa vie il avait rempli le devoir d'officier, sa conscience devant l'Allemagne et son peuple était claire, et il n'y avait qu'un seul défaut: ils se sont trop appuyés sur un miracle et ont surestimé les nazis, la perspicacité, malheureusement arrivé trop tard.

Désaccord avec la situation politique du pays

Canaris n'aimait pas le régime qui s'était établi en Allemagne avec l'arrivée au pouvoir d'Hitler. Habile et prudent, il était parfois effréné en la matière et faisait des déclarations ouvertes contre le régime en présence d'inconnus. Des amis et associés ont averti Canaris des conséquences de ses déclarations négligentes. Parfois, il écoutait les avertissements d'amis et, lors de la réunion suivante, il essayait d'adoucir les libertés qu'il avait prises. Puis il a développé une autre stratégie. Les réunions étaient divisées en deux sections. Au cours de la première section, les questions liées au service ont été discutées, et dans la deuxième section, les questions de politique interne qui le préoccupent. Certains collègues se sont demandés comment il est toujours en fuite, car pour ce qu'il s'est permis, un autre aurait été arrêté depuis longtemps.

En 1912

En 1912, Wilhelm Canaris est transféré sur le croiseur Dresden,
qui opérait dans les eaux au large de la péninsule balkanique, où à l'époque
une guerre a éclaté entre les Serbes, les Turcs, les Grecs et un certain nombre d'autres États. Là
Wilhelm est devenu lieutenant et son croiseur a de nouveau été envoyé en Amérique du Sud.

Au début de la Première Guerre mondiale, le croiseur "Dresden" retourne dans sa patrie et, dans le cadre de l'escadron de l'amiral Spee, participe à la bataille de Coronelle - dans laquelle les Allemands ont réussi à remporter une victoire décisive sur les anglais. Mais les Britanniques vindicatifs, habitués à régner sur les mers, envoyèrent chassant les vainqueurs de nouveaux navires de guerre: ils ont dépassé l'escadre allemande et en une bataille acharnée l'envoya au fond. Seul le croiseur Dresden réussit à s'échapper.
- son commandant s'est orienté dans un épais brouillard , a quitté la bataille et, grâce à
vitesse du navire, s'est détaché de la poursuite. Mais en mars 1915 le "Dresden" découvert de son lieu d'ancrage, se remit en marche pour un autre lieu, après avoir reçu un approvisionnement, en nourriture et en charbon . La faute fatidique fut faite, ils avaient envoyer un message à leurs amirauté, en donnant les coordonnées pour leur prochain ravitaillement en Charbon, La royal navy eut bien sûr intercepté ce message, Et en remplacement du navire de ravitaillement Allemand c'était le croiseur anglais "Glasgow" dans les eaux chiliennes qui venu à leurs rencontre, et le navire a été coulé en raison des problèmes avec la chaudière qui les avait lâché. et l'équipage était interné.

Pendant l'année de son séjour en Amérique latine, Canaris réussit a apprendre l'espagnol et au cours d'une nuit, il réussis à fuir de son lieu d'internement, ou par la suite il à nouer de nombreuses relations avec des agents secrets allemands, et a également établi avec leur aide des contacts avec des financiers et des politiciens, focalisé sur l'Allemagne. Noël 1915 "kicker" sournois surnom donné déjà en Argentine, dans la famille d'un agent allemand. Là, Canaris a reçu des documents les papiers Reed Rosas pour son nom (des roses rouges chiliennes) et étant un homme veuf , se rendant en Hollande pour recevoir un héritage. Et le nouveau courrier du renseignement militaire se précipita comme messager vers son Vaterland. À son retour les Allemands ont su apprécier les capacités du jeune officier et l'envoyèrent en mission spéciale en Espagne - Canaris fut chargé d'organiser la surveillance constante de Gibraltar - la base principale de la flotte britannique en mer Méditerranée.

Bien alors ici, beaucoup de chose on été énumérer, et rien !
Mais ici, pour les affaires d'espionnage comme c'était la période de la première guerre mondiale, ah que oui, ici la Futur "Abwehr" était encore l'Abteilung IIIb ou aussi Militärische Nachrichtendienst Abteilung III b du General Stab soit le département IIIb du Grand Quartier Général.

Et pour cela il faut remonté au nom du Major Walter Nikolaï, et pour après 1920, c'est sous le major Friedrich Gemmp. Que Canaris travaillait.
Et d'après une autre source :
Walter Nicolai - un officier de renseignement allemand exceptionnel, une star de première grandeur parmi les dirigeants des services spéciaux du XXe siècle, a laissé une marque notable dans l'histoire du renseignement et du contre-espionnage allemands avec ses activités. Pas un seul livre sur l'espionnage européen du XXe siècle n'est complet sans mentionner son nom. Pas un seul livre sur l'espionnage allemand ne peut se passer de mentionner ses mérites. Dans son ouvrage Forces secrètes (Geheime Mächte), publié à Berlin en 1923, Nicolai examine le travail du renseignement et du contre-espionnage militaires allemands à la veille et pendant la Première Guerre mondiale, à laquelle il a lui-même participé.
et encore une autre source. Ben oui lorsque on as les noms clé on trouve des informations.

Le "colonel silencieux" Walter Nicolai n'a pas eu à exercer les fonctions de chef du renseignement militaire du Troisième Reich pendant longtemps. Déjà le 5 janvier 1935, le nouveau chef de l'Abwehr, l'amiral Friedrich Wilhelm Canaris, surnommé "kicker" dans sa jeunesse, ce qui peut être traduit par "zyrkun" ou "peeping", entra dans le bâtiment avec des fenêtres éternellement voilées sur Tirpitzufer 74/76.

Il a aménagé son bureau au dernier, quatrième étage de l'immeuble dans une grande pièce avec deux larges fenêtres. Un mur était décoré d'une carte géographique détaillée du monde, et sur l'autre se trouvaient des portraits des anciens chefs du renseignement allemand, parmi lesquels se trouvait un portrait de Nicolai, qui devint à nouveau le conseiller personnel d'Hitler en matière d'espionnage. C'est à la suggestion de Nikolai que le Führer a béni Canaris pour créer un "État secret dans un État" capable de résister à toute intelligence dans le monde.
En clair, c'était ainsi en 1935, Nikolaî qui avait suggérer au Führer, de nommé Canaris en tant que Chef de l'Abwehr.

st.ex.
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 232
Age : 58
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty Re: L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  st.ex. 18/1/2023, 21:10

Et tenez une nouvelle version, sur l'épopée de Canaris sur le Dresden, et comment il s'était échappé.

Canaris a servi sur le croiseur Dresde, qui a survécu à la bataille des Malouines le 8 décembre 1914 (après avoir gagné le 1er novembre la bataille de Coronel au large du Chili (les Allemands avaient 2 cuirassés et 3 croiseurs légers, les Britanniques avaient 2 cuirassés, 1 croiseur léger et 1 auxiliaire, À la suite de la bataille, 2 croiseurs de bataille anglais ont été coulés, 1200 marins ont été tués, dont le contre-amiral Cradock, commandant de l'escadre), les Allemands, se rendant en Allemagne, se sont heurtés à une excellente escadre anglais près de les Malouines (2 croiseurs de bataille, 3 croiseurs cuirassés et 3 croiseurs légers). Des croiseurs cuirassés et 2 croiseurs légers allemands sont coulés, le Dresde s'enfuit. ) puis atteint le Chili, où il est découvert plus tard par le navire de guerre de la marine britannique Glasgow (un croiseur qui a survécu (a réussi à s'échapper) dans la bataille de Coronel). C'est là que le jeune Canaris ont découvert la capacité de tricher et de profiter de la situation. Alors qu'il négociait avec les Britanniques, prouvant que le Dresden était en eaux neutres et ne pouvait donc pas être attaqué, ses collègues sabordèrent le croiseur. (Attaqué par 3 croiseurs britanniques ("Glasgow", "Kent" et le croiseur auxiliaire "Orama"), qui ne se souciaient guère de la neutralité chilienne, le "Dresden" le 14 mars 1915 avait subit de graves avaries moteurs en raison de la vitesse surélevé pendant qu'ils ont tenté d’échappé le Dresden fut inondé par l'équipage. Canaris à cette époque négociait sur le "Glasgow".

Canaris qui parlait couramment l'espagnol, plus tard atteint Santiago, la capitale du Chili, où il a contacté l'ambassade d'Allemagne.
Ayant reçu un tout nouveau passeport chilien, il traversa les Andes jusqu'à Buenos Aires et, sans éveiller les soupçons de personne, il embarqua sur un navire britannique à destination de l'Angleterre. Il a réussi à échapper aux agents vigilants du MI5, à débarquer en Hollande neutre et à se rendre à Hambourg, où il en a profité pour rendre visite à sa tante Dorothea Popp, qui n'a pas subi de petit choc. Le 17 septembre 1915 à Berlin, il reçoit la croix de chevalier. En tant qu'homme qui a montré la capacité d'un espion de première classe, Canaris s'est vu proposer de continuer son service dans la ND* sous le commandement du capitaine von Krohn, et en 1916, il a été envoyé à Madrid. Là, le jeune et courageux officier du renseignement tombe dans son élément - c'est dans la capitale espagnole que le SIS britannique, avec le soutien de la Sûreté française et du Second Bureau, se heurte au ND.

(ND) Alors l'abréviation ND = Allemands pour Narichten Dienst. Service Secret. Après la seconde guerre mondiale, l'ancienne Abwehr est devenu Le BND, = Bundes Narichten Dienst. Soit le Service Secret de l'Allemagne Uni.

Mais ici vous comprendrez mieux la signification de la phrase "Canaris était l'homme le plus controversée".
Allez zoubi, la dernière version provient de nul autre de l'Ecrivain Oskar Reile.
Et qui était cet Ecrivain  d'espionnage ?
Alors pour ceux, qui non jamais encore eu le plaisir de lire les récit d'espionnage, Ce cher Oskar Reile, était l'un deux, du moins il était l'assistant de l'Amiral.

Ainsi oui bien sûr, toutes ses histoires, pour embrouiller tout le monde, qui s'intéressait de trop près à sa vie, je pense que toutes ses histoires, Wilhelm Canaris lui même il as du les racontés, lors d'une entrevue avec une de ses personnes. A Heydrich et à sa clique par exemple, je pense, que il as sûrement du raconter la version d'avoir étranglé de ses propres mains le moine, lors de son emprisonnement à Gêne. Juste en raison que Canaris était devenu un maître espion, et ainsi tout les racontars, sont uniquement des mensonges. Et comme il as réussi à lire dans la vision de Heydrich, ainsi il lui était facile de lui empaqueter une version de son histoire bien sanguinaire, pour que Heydrich savoure pleinement son histoire.

Et L'Amiral dans son bureau avait 3 statuettes de singes, qui raconte bien la loi primaire des Espions.
Mais tous ceux qui pénétraient dans ce bureau, sans trop de faste, prêtaient toujours attention au bureau du propriétaire, car il occupait une place centrale dans ce cadre plutôt modeste. "Sur celui-ci se trouvait un modèle miniature du croiseur Dresde en souvenir des batailles navales. À côté se trouvait une petite plaque de pierre sur laquelle se trouvait un groupe sculptural original en bronze: trois singes, dont l'un tient sa patte à l'oreille, comme s'il écoutait attentivement, le second regarde attentivement au loin, tenant sa patte sur son oeil avec une visière, et le troisième couvre sa bouche avec sa patte. Cela était censé signifier que les employés des services secrets devaient garder les yeux et les oreilles ouvertes, mais en même temps être capables de garder le silence.
.

Bien alors à présent la version de Oscar Reile. Provenant de son livre Der deutsche Geheimdienst im II. Weltkrieg. (Le service secret Allemands pendant la 2ème Guerre mondiale.).

Au cours de son incroyable voyage, Canaris a réussi à célébrer les vacances de Noël de 1915 déjà en Argentine, en rendant visite à la famille du colon allemand von Bülow. Entre-temps, il a obtenu un passeport et des documents connexes au nom du veuf chilien Reid Rosas. Puis, sous ce nom, Canaris se rendit à Rotterdam sur le vapeur Frisia. Pendant le voyage, il devait inévitablement parler avec les Britanniques. Il en a profité pour parfaire son anglais. Personne sur le navire ne soupçonnait que sous le nom de Reid Rosas, le lieutenant de la flotte allemande Canaris se cachait. Au contraire, il gagna tellement la confiance de nombreux compagnons anglais qu'ils l'invitèrent à lui rendre visite.

Alors que la Frise s'approchait de l'Europe, des navires de guerre anglais la retinrent et lui demandèrent de se rendre à Plymouth. Les fonctionnaires britanniques ont soumis tous les passagers et l'équipage du navire à une fouille stricte. Canaris l'a passé et a pu continuer jusqu'à Rotterdam. Ici de nouvelles difficultés surgissent. Bien que les Pays-Bas ne soient pas un pays belligérant, leurs autorités ont clairement jugé nécessaire d'identifier le citoyen chilien Reid Rozas avant de l'autoriser à entrer en Allemagne. L'autorisation a finalement été accordée. Épuisé par de longues épreuves, mais en conséquence, Canaris a réussi à atteindre sa patrie.

Il a donc fait un voyage incroyable, à bien des égards encore entouré de mystère. Le véritable travail de renseignement pour Canaris a commencé peu de temps après, à savoir à l'été 1916. Il est envoyé à Madrid comme assistant de l'attaché naval allemand, le capitaine de corvette von Kron.

L'Espagne pendant la Première Guerre mondiale était le centre de l'espionnage politique et militaire pour les pays participant à la guerre. L'Allemagne y avait des stations, certaines d'entre elles menaient des activités de renseignement en France, d'autres surveillaient les forces armées des alliés. Les services de renseignement des puissances ennemies, à leur tour, ont envoyé des espions d'Espagne de diverses manières [75] dans les pays de la sphère d'influence allemande. La même situation s'est développée dans la péninsule ibérique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comment Canaris a réussi à y arriver, je n'ai pas pu l'établir. En tout cas, à l'été et à l'automne 1916, on pouvait le trouver dans de nombreux ports espagnols. Il a de nouveau agi en tant que chilien Reid Rosas et a recruté des personnes capables d'observer le mouvement des navires ennemis, en particulier à la base britannique de Gibraltar. Afin d'obtenir des informations dans ce sens, Canaris n'a pas eu peur, sous le couvert d'un citoyen chilien neutre, de rechercher des contacts avec des membres d'équipages de navires ennemis et de les écouter. Ensuite, sa tâche consistait à rechercher des capitaines de navires et des marchands disposés à ravitailler les bases sous-marines allemandes.

Trouver la bonne personne pour cette tâche difficile pourrait être difficile. Cela devait se faire de manière anonyme. L'attaché naval allemand et ses assistants officiels ne pouvaient pas faire un tel travail. Pour Canaris, cela signifiait de nouvelles complications. Il ne doit pas annoncer son appartenance à l'ambassade d'Allemagne. Mais Canaris s'est lancé dans une activité secrète, ce qui a été une grande tentation pour lui. Il était fasciné par les entreprises dangereuses dans les ports espagnols, où il, ne comptant que sur lui-même, pouvait tester ses capacités. L'intuition, le flair et l'imagination se combinaient avec bonheur en lui avec le don d'un calcul sobre pour et contre, de sorte qu'il menait à bien des entreprises risquées. Et son patron, von Kron, était entièrement satisfait des réalisations de son assistant. Mais l'Oberleutnant de la Marine Canaris s'est brièvement satisfait de telles activités en Espagne. Au vu de la situation difficile, il souhaitait certainement être envoyé au front et sollicitait son transfert dans la flotte sous-marine.

Sa demande de transfert a été approuvée. Mais la question s'est posée de savoir comment Canaris pourrait se rendre en toute sécurité en Allemagne, qui était en guerre avec la France. Puis Canaris - toujours sous l'apparence de Reid Rosas - a décidé de se rendre en Suisse par le sud de la France et le nord de l'Italie. Pour justifier le voyage, Reid Rosas a décidé de se faire passer pour un patient physique qui allait se faire soigner en Suisse. [76] Par l'apparition de Canaris, on pouvait le croire, car à cause du paludisme transféré, il avait perdu beaucoup de poids et avait l'air émacié. Il était accompagné d'un ami prêtre espagnol.

Le voyage d'Espagne en France et de là en Italie s'est déroulé comme prévu. Mais lorsque Reid Rosas et son compagnon ont voulu partir pour la Suisse, ils ont été arrêtés à la gare de Domodossola. Tous deux ont été détenus pendant plusieurs semaines par des membres du service de contre-espionnage italien. Mais Canaris et le prêtre espagnol n'ont pas trahi leur secret. Cependant, il est devenu clair pour Canaris que, très probablement, ils seraient condamnés par une cour martiale italienne. Ensuite, il était attendu par la peine de mort par pendaison - une punition typique pour l'espionnage à cette époque.

Canaris s'est reproché d'avoir manqué de prévoyance, se sentant coupable et responsable de la mort de son ami espagnol. Mais apparemment, le contre-espionnage italien n'avait aucune preuve que Reid Rosas et le Oberleutnant des forces navales Canaris étaient une seule et même personne. Mais ils avaient clairement des documents indiquant que Reid Rosas travaillait secrètement pour l'Allemagne en Espagne.

Pendant ce temps, l'ambassadeur d'Allemagne à Madrid a reçu des informations sur l'arrestation de Reid Rosas. Les amis de Canaris ont alors mobilisé des personnalités influentes pour obtenir sa libération. Par les voies diplomatiques et en utilisant des relations personnelles, des messages ont été envoyés aux départements italiens indiquant que Reid Rosas était vraiment celui qu'il prétendait être.

Reste à savoir si les autorités italiennes ont cru à ces assurances. Quoi qu'il en soit, les principaux départements de Rome décidèrent de mettre Canaris et son compagnon espagnol sur un cargo espagnol faisant route de Gênes via Marseille vers Carthagène. Cependant, le danger pour Canaris et du prêtre espagnol n'est pas encore passé. Apparemment, le contre-espionnage italien a alerté ses collègues de Marseille. Canaris évaluait sa position de telle manière qu'il ne pouvait éviter d'être pendu en France si un cargo espagnol mouillait à Marseille. Les services secrets français ont probablement beaucoup plus d'informations sur les activités d'espionnage de Reid Rosas que les services italiens. [77]

Par conséquent, le Oberleutnant a pris une décision audacieuse mais typique pour lui. Il est allé voir le capitaine du navire et lui a révélé qu'il n'était pas un chilien Reid Rosas, mais un officier allemand. Si le navire vient à Marseille, il est perdu. Il confie son destin entre les mains du capitaine. Ainsi, Canaris fait appel aux sentiments chevaleresques du marin espagnol. C'était un jeu de tapis, un jeu non pas pour la vie, mais pour la mort. Canaris l'a gagné. Le capitaine agit comme un vrai caballero et prend un cap direct vers Carthagène.

Ainsi, le lieutenant a évité le danger mortel. Sain et sauf, il arrive en Espagne. Désormais, son retour dans sa patrie se préparait par voie maritime. Et ici, nous avons dû surmonter des difficultés. Mais après deux tentatives infructueuses, le sous-marin U-35 réussit finalement à embarquer Canaris dans la rade du port de Carthagène.

Cette manœuvre était également dangereuse, car les agents des pays de l'Entente, après le retour de Canaris d'Italie, le gardaient jour et nuit. Par conséquent, une nuit noire a été choisie pour entrer à Carthagène, afin de se débarqué des espions du renseignement ennemis lors du départ pour le port, et aussi pour que les garde-côtes espagnols ne détectent pas un sous-marin allemand.

À la maison, Canaris, à sa demande, a été transféré à la flotte sous-marine. Cela signifiait pour lui qu'il devait d'abord suivre une formation. Puis, après quelques mois de stage, il commence lui-même à enseigner à l'école de plongée d'Eckernfjord. Lorsqu'il fut finalement nommé commandant de l'un des sous-marins au printemps 1918, la guerre sous-marine avait déjà atteint son paroxysme. Malgré cela, Canaris a réussi à faire naviguer son sous-marin à travers l'Atlantique et Gibraltar, gardé avec vigilance par les forces ennemies, à entrer dans la mer Méditerranée et, depuis la base autrichienne de Cattaro, à mener avec succès la guerre contre les puissances ennemies.

À la fin de la guerre, Canaris, malgré la mutinerie de certains navires et la perte de discipline dans la flotte, est resté fidèle au métier d'officier. Grâce à ses relations et à sa connaissance des langues, il pouvait facilement trouver des emplois dignes de son travail chez lui ou à l'étranger, mais préférait en période révolutionnaire se confier une tâche beaucoup plus difficile - comme officier pour établir [78] l'ordre, la discipline et tranquillité dans sa patrie allemande.

Non passé Canaris et la lutte pour rétablir l'ordre dans la flotte. Il comprit rapidement d'où venaient les agitateurs rouges. Apparemment, le profond rejet du communisme parmi les Canaris patriotes s'est formé précisément dans ces batailles politiques des premières années après la Première Guerre mondiale.

Donc cette partie là, c'est juste pour l'épisode de 1916,

st.ex.
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 232
Age : 58
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'abwehr et ses histoires fausse et vraie. Empty Re: L'abwehr et ses histoires fausse et vraie.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum