Le Deal du moment : -54%
Smartphone 6.5″ OPPO Reno4 Pro 5G 256Go Noir
Voir le deal
182 €

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  st.ex. 28/5/2023, 18:22

Oui bonjour, j'intègre ce sujet bien dans le bon thème, puisque en premier l'invasion de la Tchécoslovaquie avait elle commencé au mois de Mars 1939, et le livre en lui même, avait été publier en 1941.

Ainsi, beaucoup de chose se déroulèrent dans le pays du Reich Allemand, sans que les marins à bord, on eu des nouvelles de leurs patrie...

Et le livre en lui même avait été écrit sous la plume de l'écrivain Dr. Ernst Herrmann. Et l'Expédition de l'Antarctique, figurait dans le plan des 4 Ans (plan de 1936) du Reichmarschall Goering.

et ici figure aussi la mention suivante pour leurs missions:
poursuivre les travaux de recherche allemands antérieurs (E. v. Drygalski, et de Wilhelm Filchner) dans ce monde lointain et en même temps créer une monnaie d'échange qui devrait garantir la participation future de l'Allemagne à la chasse à la baleine sans être perturbée par les revendications d'autres grandes puissances.

L'expédition était accompagnée d'une équipe de jeunes scientifiques confirmés et de deux équipages d'avions de Deutsche Lufthansa AG, très expérimentés dans le trafic aérien transocéanique, avec le personnel technique nécessaire et un équipage de navire sélectionné. Le capitaine Alfred Kottas du navire d'expédition "Schwabenland", une base aérienne de la D-L.H. (Deutsche Lufthansa)pour leur trafic aérien transocéanique, le chef baleinier bien connu, le capitaine Otto Kraul, s'est tenu à l'écart en tant que pilote des glaces à titre consultatif.

Ainsi ici sont énumérer les raisons par lesquelles Les allemands du Reich, souhaitait ou furent ordonné d'effectuer l'expédition. Et le capitaine Kottas, était l'ancien commandant du navire (depuis Mars 1935), et qui pour l'expédition, a été relevé de son poste par le Capitaine Ritscher, qui lui avait transmit tout ses documents à l'écrivain....

Maintenant pour les lecteurs, qui aurons lu une autre version, soit provenant d'ordre secret, ici cela ne sera nullement mentionné. Ce livre regroupe uniquement les 117 jours de navigations qui leurs on été nécessaire pour rejoindre le pôle Sud. Et bien sûr leurs trouvailles et leurs tests.

Et ici le lien, vers l'expedition de von Drygalsky entre 1901 et 1903..
https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_Gauss

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty Re: l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  st.ex. 28/5/2023, 21:39

Alors l'histoire de l'expédition au Pole Sud par le navire Schwabenland, commence ainsi:


Sortie du port

Le "Schwabenland" est depuis longtemps prêt à partir, le premier ingénieur, appelé Chief en diminutif, aspire à basculer l'interrupteur pour le diesel. Mais avez-vous déjà vu un marin partir un vendredi ? Et alors! Nous avons donc encore une journée ronde de congé à terre, pour obtenir les dernières petites choses.

En attendant, toutes les gares, tous les entrepôts, tous les bureaux de douane, tous les bureaux de colis postaux et, selon une vilaine rumeur, tous les bureaux des objets trouvés sont appelés pour demander s'il y a encore une caisse pour nous quelque part dans leurs entrepôts, si, pourquoi, sinon, pourquoi, non. Il nous manque encore une grande caisse de Friedrichshafen. Nous ne l'avons jamais vus elle non plus. Espérons que les emballeurs, qui y ont soigneusement rangé les couches épaisses de fourrure, y aient également mis de la poudre de mites en même temps.

Le lendemain, samedi 17 décembre, le départ a effectivement lieu. Les dernières cartes postales, lettres, baisers d'adieu se transmettent. . . En parlant de bisous d'adieu ! Si nous calculons seulement environ 100 pour chacun des 82 membres d'équipage de Moyenne, alors le total est d'environ 160 000.

Les derniers invités à quitter le navire sont les pompiers. Jusqu'à présent, ils ont gardé nos réserves non négligeables d'essence et de munitions. La nuit, ils résidaient à "l'hôpital", près de l'échelle d'embarquement. Ils ont mangé tous les bonbons mentholés de la pharmacie pour que le médecin se renforce. La seule consolation est qu'ils ont dû avoir mal au ventre pendant au moins trois jours avec ces doses. Mais le docteur pleure parce qu'ils sont partis, les bonbons et les hommes. Apparemment, il veut toujours la soigner.

Eh bien, allons-y ! Le remorqueur fait tttttt, et notre navire de 8 000 tonnes descend lentement l'Elbe. Et lorsque nous arrivons au coin près de Cuxhaven, le cap est pris directement au pôle Sud et maintenu jusqu'à près de 70 degrés de latitude sud.

L'expédition antarctique allemande 1938/39 est en route vers sa zone de travail.

Et elle emporte avec elle un avant-goût de l'Antarctique pendant le voyage. Il fait un froid glacial. Il fait encore un froid glacial à Hambourg. Vous vous promenez dans des vêtements d'hiver épais. Au début, ce n'est pas si terriblement confortable à bord. Le confort doit également se réchauffer en premier. Nous essayons d'aider avec quelques grogs. Cela fonctionne très bien. Des enquêtes minutieuses sont faites. Comment est-ce réellement en Antarctique ? Le plus interrogé est le capitaine Kraul, notre pilote des glaces, il a passé la majeure partie de sa vie dans l'océan Arctique austral, il en sait assez et nous raconte les histoires les plus délicieuses sur les manchots, les éléphants de mer et les icebergs.

Capitaine Kraul ! Oui, je devrais vraiment commencer à présenter l'ensemble de l'équipage de 82 personnes au cher lecteur. Mais pensez : 82 hommes ! Et le lecteur n'aurait rien des seuls noms, après tout, chaque individu devrait encore être informé un peu des pièges. Cela devrait également arriver, soit dit en passant, mais à une occasion ultérieure. Et puis pas tout d'un coup.

Tout d'abord, après l'activité intense des derniers jours et semaines, chacun a un besoin prononcé de repos. Vous bidouillez un peu avec vos affaires, rangez la cabine, rangez-la et vous gênez tout le temps. Tu t'excuses presque quand tu poses une valise sur tes pieds. C'est si serré. en place. Mais ce n'est pas la cabine, ce sont les cartons, les malles, les valises, les chemises, les bas, les pics à glace, les baromètres, les chaises, les cravates, les Contax, les livres, les ventilateurs autour ou entre les deux.

ventilateur ? Je vais voir si ça tourne ! S . sss. . s. . ss ! Impeccable! Oh mon dieu, je voulais emballer! attache là ! Annuaire nautique ici . . . Soit dit en passant, le Nautical Yearbook est traité avec beaucoup plus de soin que la cravate, même si - du moins pour moi - c'est le seul du genre. Mais comment Byrd le dit-il ?
On va dans un pays où les hommes n'ont pas à se gonfler comme des coqs, parce qu'il n'y a pas de poules. Mais, pour aller droit au but, quand après 11 semaine et demi les premiers "Coqs" sont vraiment apparues, vous avez peut-être pu vivre quelque chose. . . Mais de ça j'en reviendrai plus tard !

Au fait Byrd ? Bon, je voulais encore lire quelque chose. . . et quand au bout de 2 heures Barkley met sa tête dans le bulley, il se met à rire: "Eh bien, vous appelez ça concéder?"

Mais avec l'aide du lendemain matin, j'ai finalement réussi à le terminer. Et maintenant, je suis étonné de la taille de la cabine. princier! Les autres cabines sont également princières. Le capitaine Kottas, connu sous le nom de "The Old Man" ou "Père" en dimminutif, a la conversation suivante avec chaque propriétaire de cabine : "Eh bien, êtes-vous satisfait de votre cabine ?"

"Oui en effet! Beaucoup. Elle est magnifique!"

« Eh bien, je suis content ! D'ailleurs, c'est - (et il parle un peu plus bas, comme s'il ne voulait pas que quelqu'un d'autre l'entende) - ma meilleure cabine à bord !"

Même Lange le pensait, même s'il aurait dû oublier immédiatement que s'il veut rouvrir la bulle, il n'a pas de canot pneumatique à portée de main, ce qu'il demande plus tard. . . c'est exactement comment Lange a raconté son premier combat avec une bulle gonflée dans un vent de force 7 par le travers du port. Nous avons eu beaucoup de peine pour lui. Mais aussi de ça d'ailleurs !

Mais nous ne sommes pas un paquebot de luxe avec piscine et golf, nous sommes un navire d'expédition. Nos cabines sont avant tout des lieux de travail. Le besoin de bijoux ne peut être satisfait qu'en deuxième ou troisième position. Des cartes et des cartes marines sont épinglées aux murs, pas des peintures. Les tiroirs du bureau ne sont pas des tiroirs émotionnels, mais ont des choses pratiques à contenir : crayons, papeterie, tabac et allumettes.

Il fait froid. extérieur et intérieur. Le chauffage ne fonctionne pas encore très bien. La conduite d'eau ne fonctionne pas non plus. Congelé! D'adorables perspectives pour l'Antarctique ! Le "Chef", responsable de tout ce qui s'appelle "machine" à bord, ne se présente à aucun des repas, il n'ose pas encore. Il y a 2 heures, l'un des deux poêles est tombé en panne. Pauvre chef ! Quand il s'agit de l'estomac, il n'y a pas que les femmes qui deviennent des hyènes ! Personnellement, je ne participerai pas à l'exécution, soit dit en passant. J'ai fait des provisions et j'ai préparé mon pétrole. Aussi quelques bougies pour l'éclairage. Dans quelle mesure je rejoindrai les 80 lyncheurs par sympathie en cas d'urgence, je ne peux pas encore l'estimer aujourd'hui.

Mais le "chef" est toujours en vie après 11 semaines, est hilarant et vif, signe que le problème avec la cuisinière a été corrigé très rapidement.

Pour l'instant seul le cognac aide contre le froid de l'intérieur*), contre la chaleur de l'extérieur vêtements en laine et bonnets en fourrure. Nous utilisons donc le premier après-midi et distribuons des vêtements chauds, des chemises en laine, des sous-vêtements, des chandails, des gants en laine, des mitaines en cuir, des pantalons, des chaussures, des bottes en caoutchouc, des vestes en cuir et des chapeaux de fourrure à l'équipage du navire. Les autres membres de l'expédition recevaient une redevance d'acquisition et s'occupaient eux-mêmes de leurs biens.

Honnêtement, j'ai un peu peur. Oh mon Dieu! 82 personnes avec les avantages et les faiblesses de seulement 82 personnes. Un chapeau de fourrure ne peut-il pas soudainement avoir des jambes? Il est - à notre honte d'être dit - tout simplement pas possible pour le moment d'être aussi précis et de rayer chaque pièce comme disons à l'intendance ou cela prendrait 2 jours mais comme il fait froid tout le monde a besoin des choses. . . eh bien, nous dépensons tout et pas un seul morceau ne s'est perdu. Le capitaine Kottas a raison ; en mer n'est pas volé. Si quelqu'un essaie de le faire, il sera tué.

Le lendemain matin, je suis réveillé à 4 heures du matin. Douvres en vue ! Il fait noir, mais les lumières brillent à travers. Notre navire sera sûrement vu de là-bas aussi. Trois feux, un sur le mât, un vert à droite, un rouge à gauche. Que pensez-vous que nous sommes censés être? Cela ne devrait pas nous déranger, à 11 milles nautiques à l'heure, nous glissons hors des jumelles de quart.

Le lendemain apporte le premier véritable événement : la radiosonde ! Qu'est-ce qu'une sonde ? Un instrument utilisé pour pousser quelque part. Lorsque le médecin en a besoin, de l'eau ou du pus sort d'un ulcère, dans le cas du fonctionnaire de la compagnie municipale de gaz, le gaz éclairant provient d'une ligne brisée sous le trottoir, et dans le cas du météorologue, les chiffres et les courbes viennent des plus hautes couches de l'air Et parce qu'il y a une radio sonde, puis radio dance musique de Paris, pensent-ils ? Même pas proche ! Mais le tout petit appareil reste un pur miracle. Mais je veux dire comment le spectateur arrive progressivement à le voir.

En s'approchant du pont arrière, il remarque une foule de 15 têtes debout autour d'un trou rond sur le pont d'environ 2 m de diamètre, les bras tendus devant eux comme pour se défendre. Tous les quinze. A la deuxième sonde il n'y en avait que dix, à la troisième trois, à partir de la quatrième personne n'est venu du tout. Non pas qu'ils n'étaient plus nécessaires, mais ils en avaient perdu le plaisir. La radiosonde quotidienne faisait partie du petit-déjeuner, comme se brosser les dents auparavant. Plus personne n'y allait. Mais aujourd'hui, ils font toujours sensation. C'est crié fort. L'homme à qui l'on crie – par les 15 en même temps – est invisible. C'est le nerd radio Lange, il est totalement recouvert par un ballon de près de 2 m d'épaisseur. Les appels se multiplient. En conséquence, le ballon légèrement vacillant s'élève, escalade le bord du puits avec sa bosse géante, et maintenant 30 mains se posent avec amour sur le meilleur para-caoutchouc jaune. À l'intérieur, il y a de l'hydrogène, donc les cigarettes loin ! La quantité de gaz détonant, s'il y en a, serait suffisante pour faire exploser deux fois plus de curieux.

Maintenant crie à nouveau ! Et à nouveau le ballon monte un peu plus haut, puis un appel très fort de Lange depuis le sous-sol, tout le monde lâche ses mains et le ballon glisse hors du puits à une vitesse modérée. Sous le ballon quelques mètres de fil d'antenne brillant, puis un petit appareil brillant, puis encore du fil. 162 yeux le suivent car tout l'équipage est éparpillé quelque part sur le pont ou la passerelle. Longtemps dans le puits, il lève également les yeux, mais il ne voit que le ciel bleu, un vent de NE a depuis longtemps emporté le ballon. Regula observe son voyage céleste avec le théodolite afin de mesurer la direction et la vitesse du "globe-trotter" et donc le vent qui le pousse à des altitudes plus élevées.

Les assistants de Lange, Krüger et Gockel, ont maintenant attaché des écouteurs et utilisent un chronomètre pour suivre les signaux étranges que le petit appareil brillant transmet dans l'éther. C'est une toute petite station de radio, assez puissante pour être entendue à 40 miles de distance. Et grâce à une configuration ingénieuse, cet instrument, qui ne pèse qu'environ 1 kg avec une batterie, transmet en continu la température, la pression atmosphérique et l'humidité relative. Avec les informations sur le vent, la somme des données météorologiques donne tout ce qui peut être demandé sur les conditions météorologiques. Et que du niveau de la mer à plus de 20000 m d'altitude, i. H loin dans la stratosphère. Les températures à cette altitude sont généralement de -50 degrés.

Une expérience amusante s'est déroulée sur cette première radiosonde. Bien sûr, l'événement doit être filmé. Quand lesdits 15 hommes tiennent le ballon, je m'enfuis rapidement et attrape la caméra. Quand je reviens, j'apprends que le ballon est déjà parti. Bien sûr, je n'y crois pas, je pense qu'ils essaient de me taquiner. Enfin, il est rendu. Oui, oui, bien sûr, ce n'était qu'une blague. Je me construis à une distance appropriée. Encore une fois le mouvement de bras défensif de 20 hommes - quelques autres ont été ajoutés entre-temps. Mais le ballon vient et ne vient pas. Il fait froid. C'est un sacrifice d'attendre ici aussi longtemps.
"Pourquoi est-ce que ça prend autant de temps ?" je demande innocemment.

"Oui, n'est-ce pas, c'est de la méchanceté !"

Soudain, de quelque part, le cri indigné : Celui qui nous fait attendre ici si longtemps devrait en fait payer un grog. Et cher lecteur ! Qui d'entre nous n'aurait pas participé avec enthousiasme. J'ai failli crier : il faudrait qu'il en paye deux ! Maintenant la commande : Go ! Et - mes yeux gelés ne voient pas le grand ballon géant jaune, lumineux et bombé attendu, mais - un ballon pour enfants discret, minuscule et à moitié gonflé, que vous sautez simplement sur les planches et que vous vous faites presque prendre dans le Rehng. Mais... je dois payer le grog, car les frères malins m'attendaient ! La radiosonde avait en fait disparu, et quand je l'ai obstinément nié, un type intelligent a immédiatement préparé le plus petit ballon pilote pour l'ascension, avec la devise : L'homme peut être aidé ! Mais il devrait payer, affreux !

Au passage, cette première radiosonde monte à 22 000 m, certaines plus tardives montent à 28 000 m, les plus rares en dessous de 20 000 m, ce sont des résultats exceptionnels.

Donc ici c'était la préparation et le départ, avec les premières journées en Mer.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty Re: l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  st.ex. 29/5/2023, 14:02

Bien la suite:
Le nerd de la radio et son entourage se voient promettre 3 bouteilles de mousseux sur l'honneur si une sonde dépasse la limite des 30 km d'altitude sur l'honneur. Jusqu'à présent, cependant, cela ne s'est pas produit.

Une courte tempête de neige dans l'après-midi rappelle les futurs délices de l'Antarctique. Néanmoins, la température a nettement augmenté depuis Hambourg, elle avoisine à présent les 0 degrés. Même les conduites d'eau fonctionne, et le "Chef", espérant que cet heureux événement sera crédité sur son compte, ou il apparaît pour la première fois pour manger. Bien sûr, il est accueilli avec joie - nous célébrons comme ils se doit - mais il est terriblement taquiné. Il n'y a pas un « chef » à bord d'un navire qui ne soit appelé fantasquement « pour rendre compte » de chaque charnière de porte rouillée ou de chaque interrupteur cassé. Que Dieu l'aide s'il tombe sur la bouche ! Le nôtre ne parle pas tant que ça, mais il sait se défendre de bon cœur, et une longue expérience lui a donné une peau infiniment épaisse.

Notre table ronde est attrayante en général. Comme nous n'avons pas de grande salle à manger commune, nous servons dans 5 ou 6 salons différents. Ce n'est pas agréable et déchire un peu la communauté, mais cela ne peut pas être changé. Les marins mangent seuls dans le gaillard avant, les mécaniciens et superviseurs diesel à l'arrière, quelques officiers de bord, le chef d'expédition, le pilote des glaces et les 6 scientifiques dans le "salon". Les deux pilotes mangent dans leur cabine et viennent au carré pour le dessert. Là, ils s'assoient avec le capitaine Kottas sur le petit canapé à une extrémité de la table. Malheureusement, à partir du deuxième jour, ce canapé doit être baptisé "Lästerbank" (banc de discussion)à cause d'elle. Malheureusement, malheureusement! Le ton est informel, mais parfois même le conseil d'administration du salon tremble d'horreur. Sa tâche principale est de punir les mauvaises blagues. Le pécheur est condamné à une tournée d'alcool. On aime boire au bien-être d'un tel pécheur et certainement pas à la pensée qu'il devrait s'améliorer.

Le « club » numériquement le plus représenté chez Lufthansa (ici il faut comprendre, d'après mes recherche, Lufthansa disposait en plus d'un autre navire, ainsi le Schwabenland faisait anciennement parti de la Lufthansa.) Votre foire est pleine à craquer. La plupart d'entre eux se connaissent depuis des années. Cela a son bon côté, malheureusement aussi parfois son moins bon côté. Mais ce n'est pas très grave, seulement cela déborde un peu dans les zones chaudes. L'essentiel est qu'ils se tiennent ensemble dans une véritable camaraderie pendant les heures où quelque chose compte vraiment. Et nous autres, qui sommes obligés de nous tenir un peu plus loin, sommes heureux de reconnaître un tel lien. Ils ont un peu l'humeur des soldats de première ligne qui visitent la station. Mais à l'avant, ils tiennent absolument bon, et c'est probablement la chose la plus importante.

D'autres choses à bord vivent également selon la devise : Ceux qui se montrent obtiennent plus de la vie ! Mais les autres l'agressent bientôt de manière fantaisiste et, dans les cas graves, le condamnent à des ordres extensifs à l'intendant.

Le « chef » a deux voisins maléfiques, carrément farceurs ; mais si lui ou le moteur de son navire est assez souvent la cible des allusions les plus blasphématoires, il doit rire avec nous tous de la comédie de situation que l'un et l'autre savent magistralement évoquer.

Donc vous pouvez voir! Ce n'est jamais ennuyeux sur notre bateau !

Il y a aussi des échecs, du ping-pong et des livres. Le pardon! Aussi skat pour les frères skat. Incidemment, les pièces d'échecs risquent toujours de sauter de 30 cm d'un atout à l'autre bout de la table. Le jeu se joue avec un tel esprit. Parfois, ils trichent aussi. Ce qui bien sûr n'enlève rien au tempérament ! Récemment, quelqu'un a été surpris assis devant le miroir sur le mur et tenant des cartes importantes de telle manière que son partenaire. . . Tant pis! Il a été sévèrement puni.

Les livres sont là pour les heures tranquilles. Notre bibliothèque d'expédition se compose de 33 volumes. Bien sûr, il contient principalement de la littérature spécialisée pour les différentes branches de la science. Certaines autorités et la Fondation allemande pour la recherche, qui est en fait la marraine de l'ensemble de l'entreprise, ont prêté certaines œuvres difficiles d'accès. Il y a aussi des livres privés des participants, et ils s'échangent également de manière animée. Ma fierté particulière est un James Cook dans l'édition originale de 1787. Le livre de l'homme qui a traversé pour la première fois le cercle antarctique le 17 janvier 1773 à 38° 14' Est et a navigué autour de tout le continent antarctique approximativement sur le cercle polaire arctique. Cook devrait absolument aller en Antarctique avec. Et cette fois, il est même arrivé à près de 70° Sud, suivant le méridien 0 autrement inaccessible.

Mais nos bons hommes n'ont pas seulement besoin de lire des annuaires nautiques, des tables de logarithmes et la géologie du Gaussberg, de la littérature de divertissement légère et lourde est également fournie. La bibliothèque de notre navire compte environ 150 volumes propose une excellente sélection de bons romans, d'histoires simples du Far West et de livres politiques modernes. Les trois types se lisent avec plaisir, le 4ème Officier a un numéro tous les dimanches de 9h à 10h, mais le rush dure toujours jusqu'à 11h environ. Notre propre bibliothèque d'expédition contient également 10 romans que le Volksverband der Buchfreunde (Association des amis des livres) de Berlin nous a gracieusement donnés. J'en profite également pour les en remercier. Et pour cela, nous n'avons pas à remercier le monsieur qui a promis au capitaine Ritscher et à moi même lors d'une visite de nous prêter suffisamment de film de courte durée pour que nous puissions changer le programme tous les dimanches. Sa lettre de refus nous est parvenue exactement un jour avant le départ de l'expédition, il était donc impossible d'obtenir d'autres films. S'il ne peut pas tenir sa promesse, il aurait pu l'écrire une semaine plus tôt. Je me mets toujours en colère quand je passe devant notre impeccable ciné-téléphone moderne, j'ai bien peur de ne pas pouvoir nommer ce monsieur ici, mais je vais lui donner un exemplaire de ce livre et marquer cette page en rouge !

Il fait plus chaud, il fait de plus en plus chaud de jour en jour ! Passé le Cap Finisterre aujourd'hui le 21 décembre. Donc déjà l'Espagne. A quelques centaines de kilomètres à l'intérieur des terres, des gens se tabassent, des avions larguent des bombes de 500 kilos sur des monuments centenaires. On pense au pont de Fontane sur le Tay : Tand, Tand est l'œuvre de l'homme ! Mais la mer qui baigne la terre trahie ne sait rien de l'agonie intérieure. Il nous permet de passer tranquillement notre chemin. Nos avions sont à l'arrière, sans bombes, sans mitrailleuses, et nous sommes reconnaissants que quelque chose existe encore, que ce moyen de guerre le plus moderne soit également devenu le moyen le plus important de la recherche scientifique moderne. (la guerre d'Espagne c'était uniquement terminer en 1939).

L'aller sert à essayer des appareils et des instruments et à déballer des caisses qui n'ont pas encore été ouvertes. Je suis devant l'atlas avec Paulsen, l'océanographe, et Bruns, l'électricien et superviseur spécial des échosondeurs, et nous testons le fond marin. Nous comparons les profondeurs mesurées sur la carte marine. Ça va bien, la soudure semble être en bon état. Avec le chronomètre, nous vérifions les temps de circulation de l'aiguille de mesure. Le son parcourt 1500 m dans l'eau par seconde. C'est exactement ainsi que le pointeur doit fonctionner. De petites variations sont causées par la salinité et la température, et chaque numéro de profondeur doit être converti plus tard. Nous ramènerons environ 6000 numéros à la maison! Amusez-vous bien!

Peut-être qu'une explication de l'échosondeur est appropriée à ce stade : l'invention remonte à l'ingénieur allemand Alfred Behm à Kiel. Il a été le premier à avoir l'idée d'utiliser l'existant et par ex. B. pour reconstruire un récepteur de son sous-marin très utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale afin qu'un écho puisse être capté du fond marin. Il y aura toujours des gens qui diront que ce n'est plus un problème si l'appareil principal, le récepteur de son sous-marin, est déjà là ! C'est une erreur, chers amis ! Est-ce que l'un d'entre vous a eu cette idée ? Tout dépend de celui qui, d'un instrument utilisé pour envoyer et recevoir le code Morse des roseaux à un navire, utilise une idée ingénieuse pour construire l'appareil qui permet soudain de mesurer les profondeurs de la mer.

En principe, l'échosondeur est construit comme suit : D'un côté du fond du navire, un son est généré par le choc d'une cloche ou par une explosion, qui se propage dans toutes les directions dans l'eau, par ex. également vers le fond marin. Ici, le son est renvoyé comme un écho normal sur un mur de montagne et revient au navire. Un microphone capte l'écho et le dirige immédiatement et directement dans un téléphone à l'oreille de l'observateur. Le temps écoulé entre le bang et l'écho donne la profondeur de la mer.

Un exemple : 7 secondes s'écoulent entre le bang et l'écho. Comme le son se propage dans l'eau à 1500 m par seconde,

également dans les deux sens, la profondeur de la mer est —- = 5250 m.

Plus important encore, la mesure est précise et ne prend que 7 secondes. Un fil avec un poids en plomb, qui dans ce cas doit peser environ 1 quintal, ne pend jamais exactement à cause du courant dans l'eau, et toute la procédure prend au moins 4 heures. Et récemment on a vu le fil s'emmêler à 4127,63 m. L'océanographe a failli être lynché.

Noël — Nouvel An

Le 22 décembre, nous passons le cap Rova, l'entrée de Lisbonne. Le temps est toujours magnifique. Je m'assieds sur le pont supérieur avec mon ami Gburek, le géophysicien, et nous laissons le chaud soleil briller sur notre peau nue. Nous nous connaissons depuis longtemps, mais curieusement, nous ne nous sommes jamais rencontrés en Allemagne, mais à plusieurs reprises au Spitzberg.

veille de Noël ! Même si l'activité n'est pas aussi intense sur ce navire que sur la Kurfürstendamm (Avenue à Berlin), certains préparatifs laissent présager que ces journées seront exceptionnelles. Le chef se tient dans la cuisine et coupe des tranches interminables d'un jambon géant. De plus, il murmure des mots incompréhensibles dans sa barbe polaire, qui ne devient raisonnablement convenable qu'après 6 semaines. sortilèges ? guérison ? contenant des vitamines ? Pas une trace ! c'est des chiffres. 239, 240. A 246 il s'arrête. Même un mathématicien modérément talentueux peut facilement calculer qu'avec 82 hommes, il y a 3 tranches par tête. Les garçons de cuisine épluchent des montagnes de pommes de terre.

Il y a quelques jours, il y avait un avis sur le babillard (tableau noir) indiquant que tous les musiciens - en particulier ceux qui se spécialisent dans les chants de Noël - devaient se présenter au troisième officier. L'appel semble avoir été bien reçu, car de partout on entend : Stille Nacht (Douce Nuit...) ! Quelque chose est arrivé à la nuit silencieuse ! Cela vous rendra complètement sourd ! Les menuisiers construisent des tréteaux et des bancs, d'autres percent nos seules décorations murales sur les murs de notre salle commune : drapeaux de toutes tailles ; en particulier le drapeau jaune de quarantaine est très décoratif.

Le chef d'expédition est notre « plus vieux ». Cependant, cette dignité ne l'empêche pas de rayonner de joie à l'heure du déjeuner : « L'homme » — il est un peu gêné de dire « il » — regarde toujours secrètement le gros paquet de Noël qu'on lui a imposé de « chez lui » avec beaucoup d'interdits, mais sans l'ouvrir, bien sûr, même juste le toucher - "un", c'est comme un enfant !"

"Oh, watt!" dit Schirmacher, "on a déjà tout mangé, on spécule sur les autres pour Noël !"

Le dîner est à midi et la fête de Noël commence une heure plus tard. Elle est digne et drôle à la fois.

Après une attention de Noël, le chef d'expédition prononce un bref discours, qui n'est que le début de la célébration. Une autre chanson commune est maintenant suivie par la distribution de cadeaux. Je dois commencer par dire que lorsque vous entrez dans la salle commune, chacun tire un numéro de ticket, qui est également un numéro de siège et un numéro de cadeau. Chaque siège a au moins 3 bouteilles de bière et un sac de fruits et de noix.

Barkley et Paulsen s'occupent de la distribution des cadeaux. Vous tenez un cadeau, appelez le numéro dessus, le détenteur du numéro de billet crie joyeusement "ici" et le cadeau lui est remis.

Les cadeaux sont ce que vous offrez toujours à de bons amis pour Noël : couteaux, porte-mines, cendriers, peignes, briquets, livres neutres. Mais même si vous obtenez des choses dont vous n'avez pas du tout besoin, vous êtes heureux. C'est juste Noël et quelqu'un a pensé à toi avec amour. De temps en temps, les gens trinquent les uns aux autres et des coquilles de noix fêlées s'entassent sur chaque siège.

Nos électriciens ont installé un système de haut-parleurs et le discours de Noël du ministre du Reich Hess nous frappe également ici aux îles Canaries. Malheureusement, il y a tellement de courants atmosphériques que nous devons arrêter la diffusion prématurément. Le deuxième officier, Röbke, en tant que chef politique du "Schwabenland", clôt cette partie de notre fête par une victoire du Führer et du Reich.

Maintenant, le capitaine Ritscher suit à nouveau avec une histoire de Noël, et avec la sienne. Il a vécu, ou a dû vivre, une "fête de Noël" il y a 26 ans qu'il n'oubliera jamais, et ceux qui en ont entendu parler aussi. Puisqu'elle joue aussi dans la neige et la glace, elle m'a semblé particulièrement adaptée comme introduction à notre croisière en Antarctique.

En fait on découvre ici, que l'écrivain lui même faisait partie de l'équipage.
Et même un chef politique à bord du navire, identiquement comme chez les Russes pendant l'ère Staliniène.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty Re: l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  st.ex. 29/5/2023, 21:03

La voici l'histoire du capitaine:
C'était en 1912 et le capitaine Ritscher commandait le "Herzog Ernst", le navire qui a amené "l'expédition arctique allemande" sous Schröder-Stranz sur la côte Nord du Spitzberg. Une série de coïncidences malheureuses, des difficultés financières, etc., ont fait partir l'expédition très tardivement. L'été s'est terminé trop vite, l'automne ne dure que quelques jours sous ces latitudes, l'hiver est venu étonnamment vite et le navire a gelé. Puisque je ne veux reproduire ici que l'histoire du capitaine Ritscher, je crains pour le navire tout le temps qui suit, avec la division de l'expédition en différents groupes, avec la marche à la mort de Schröder-Stranz et de ses 3 compagnons dans la partie la plus inhospitalière du Spitzberg, dans le Nord-Est du pays. Un groupe de 3 hommes, dont le capitaine Ritscher, a séjourné dans des cabanes de piégeage vides appartenant à des chasseurs de fourrures sur la rive Ouest du Wijdebucht de septembre à décembre. Le besoin a augmenté au maximum. Les munitions s'épuisent. Et ce n'est qu'occasionnellement qu'un oiseau ou un renne peut être abattu. L'un des trois, Rüdiger, a de graves engelures aux pieds, un autre, Rawe, doit rester avec lui à tout prix, mais le troisième doit maintenant essayer d'obtenir de l'aide. Ce troisième est Ritscher. Il y a environ 140 km de la cabane du cap Petermann à la colonie la plus proche, Longyearbyen. Il ne sait pas non plus quand il peut arriver la bas, il ne peut que courir, courir jour et nuit. Il marche insouciant, il n'a ni tente ni carte. Il n'a ni poêle ni marmite, il n'a même pas une miette de pain avec lui. Alors il court, court. . . pour sa vie, pour la vie des autres. Son chien Bella court avec lui. Elle est son unique réconfort et sa camarade. Parfois, elle part une journée, sentant un renard quelque part. . . puis elle revient, elle est bien trop faible pour attraper le moindre gibier. De plus, 30 degrés de froid, jour et nuit, i. H il fait toujours nuit. La lune est également dans le ciel pendant la journée. Ritscher peut voir des étoiles quand minuit est, des étoiles il peut dire quand il est midi. L'étoile polaire est le point fixe, tout tourne autour d'elle, la lune, les étoiles, la terre entière, lui-même... Ritscher le remercie de ne pas tourner en rond. Il tourne et tourne… 9 jours et 9 nuits. . . sans manger. Il n'a pas le droit de dormir, 9 jours et 9 nuits. Toujours juste courir. Plus personne ne marche, une machine tourne, trot, trot, trot.
Et la chienne Bella court, trot, trot, trot, trot. — Il ne peut plus marcher, son corps ne veut plus participer à la folie, la machine menace de tomber en panne. Mais il les remonte encore et encore, trouve une réserve ici et une autre là, il veut, veut, veut — ——- Ridicule, ce corps, il faut bien ! Et il continue de marcher, continue de marcher. Et le chien Bella court avec eux. Peut-être qu'il veut essayer qui des deux peut le faire le mieux, la garce Bella ou lui. Il ne reste plus grand-chose à la folie, juste un tout petit morceau. Mais pas de peur ! Pour l'instant il court toujours, continue de courir, toujours vers le sud, plein sud, tout droit de l'étoile polaire là-haut. . . Il est assis dans le froid, juste au-dessus du pôle Nord, mais il court vers le sud vers la chaleur. . . s'il continue à courir un peu plus longtemps, il doit bientôt être sous les tropiques. 0, il commence même à prendre son rythme, il ne court plus au même rythme pendant toutes les 24 heures, non, non. Il devient frugal ! Parfois, il ralentit. Oui, il marche même, un pas très simple, en posant calmement un pied devant l'autre. Le cœur travaille comme un fou.

"Qu'est-ce que tu veux, cœur stupide, tu vois que je marche plus lentement, calme-toi."

Et le cœur le croit, se laisse duper, et il se réjouit de sa ruse, et court, et la chienne Bella court avec lui.

Et puis ça devient encore plus économique ! Il fait des pauses pour se reposer correctement. Oui, il se couche même sur la glace. C'est merveilleux de pouvoir s'allonger et s'allonger. Mais aussitôt il se relève. Ne mourez pas de froid !

Et puis il fait une invention. Il se recouche, très calmement, et dort même. . . s'il vous plaît, à 30° de froid. . . Ne vous inquiétez pas, il reste calme. . . C'est son truc... il a la tête sur la main et son réveil de poche tourne dans sa main. . . tic tac tic tac. Et après exactement 15 minutes, le réveil sonne. Puis il saute à nouveau. « Allez Bella, continue, continue ! » Et puis il rit, rit de son invention. Brevet Ritscher ! Phénoménal! Avec un mode d'emploi précis ! A utiliser en course de 6 jours sur glace à 30° de froid ! Super! Et il est vraiment reposé. Après quelques heures, le repos suivant. 15 minutes encore ! Et il se sent à nouveau plus frais, peut continuer à courir. Et le chien Bella court avec eux.

Enfin le Cap Thordsen ! Le fjord de glace, et de l'autre côté se trouve la colonie. Mais le fjord fait 25 kilomètres de large et le courant a déchiré la glace au milieu. Il doit attendre que l'eau gèle à nouveau. Et ce soir, c'est le réveillon de Noël. Il n'a plus faim depuis longtemps. Mais maintenant, il voit du gâteau de Noël, du café et des rôtis, beaucoup de rôtis. Et puis il continue à courir, toujours le long du ravin, voulant l'éviter.

Il vient un vent favorable. . . Le ravin gèle... il se dirige à nouveau vers le sud. La glace est encore fine, il saute de banquise en banquise. À un moment donné, il s'introduit. Il peut s'en sortir, mais il est trempé. Et en ce moment tout est gelé, vêtements, bottes, gants. Et si jusqu'à présent sa course était amusante, maintenant ça devient très sérieux. N'importe quelle seconde d'immobilité peut le geler à mort. Et il continue de courir dans une peur folle, courant, trébuchant, tombant, glissant sur ses genoux. . . et atteint la colonie. Le 27 décembre. Et le chien Bella est là aussi.

La gelure est sévère, elle coûte plusieurs orteils et doigts, mais après quelques jours, le capitaine Ritscher est en mesure d'envoyer une expédition de sauvetage sur son chemin. Le chien Bella les accompagne, mais meurt en chemin. À l'exception du groupe Schröder-Stranz sur le Nord-Est tous les autres participants ont ensuite été secourus. Le navire a également été renfloué et le capitaine Ritscher lui-même a eu le plaisir de pouvoir le ramener à la maison en bon état l'été prochain.

Schröder-Stranz est toujours porté disparu aujourd'hui, à l'été 1937 et 1938, un camp de tentes a été trouvé à Dove Bay, au nord-est du Spitzberg. Pour moi personnellement, c'est une étrange coïncidence que j'aie été autorisé à être celui qui a mis la main sur les restes de ce camp au Spitzberg l'été dernier et a pu les transporter en Allemagne.

J'ai reproduit plus en détail certaines scènes du reportage de Noël du capitaine Ritscher, car ce reportage devrait être au centre de notre soirée. C'était certainement une bonne chose que chaque participant à notre expédition ait pu affirmer une fois de plus que le chef de l'expédition n'était vraiment pas un novice en matière de glace et de neige, qu'il avait entendu de sa propre bouche les expériences qu'il devait s'essayer à la manière la plus amère.
Mais notre réveillon ne doit pas s'épuiser en expériences trop sérieuses, nous aurions aimé entendre des histoires plus joyeuses. Et c'est ce qu'on demande au Capitaine Kraul. Cela ne doit pas être un simple ronronnement, en aucun cas, cela doit être résolument Noël. Mais puisque Kraul n'a passé que 3 Noëls sur 30 avec sa famille, il y aura beaucoup de choses qui nous conviennent aujourd'hui. Il nous décrit une escapade de Noël avec des amis et des parents de Vladivostock à travers toute la Sibérie via Moscou jusqu'à Hambourg, de sorte que des larmes de rire nous viennent aux yeux. Et la belle histoire du Norvégien suffisant avec sa pipe shag, qui déclarait toujours : « Nous, en Amérique, faisons ceci et cela » a été cité encore et encore plus tard.

Maintenant un chant de Noël ensemble, puis les lumières du sapin de Noël s'éteignent et nous restons ensemble confortablement pendant un moment. De temps en temps, l'un disparaît pendant une heure, puis il se faufile dans sa cabane et déballe les paquets de Noël qu'on lui a donnés. Noël est la fête des enfants ! Le petit et le grand !

Las Palmas en vue. Mais nous le passons à 12 milles nautiques. Aide courant et vent.

Malgré les vacances, nos météorologues travaillent. Lange laisse même a fait monter deux ballons.

L'après-midi de la 2e fête, la côte africaine apparaît.

La ligne lumineuse à l'horizon est le continent noir ! Nous nous dirigeons vers le Cap Blanco.

Mon colis de Noël contient des petits pingouins en bois. Je les colle avec du Pelikanol - pourquoi ce truc ne s'appelle-t-il pas Pinguinol ? - sur le rebord de ma fenêtre. Je peux anticiper que pendant longtemps ces "Pikkelwinchen" ont été les seuls manchots que nous ayons vus en Antarctique, mais nous en reparlerons plus tard !

La lune est dans le premier quartier, ne se tient pas debout comme nous, mais se couche sur le dos. Drôle d'astronomie ! La Grande Ourse et l'Étoile polaire sont également basses à l'horizon.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty Re: l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  st.ex. 1/6/2023, 12:21

Bien et aussi comme je vient de m’en apercevoir, pour accroitre le nombre de page de son livre, ainsi après qu’ils se trouvèrent à nouveau en pleine mer, ou aucune île n’était visible, ainsi l’auteur, accroît, en intégrant simplement les histoires des marins qui se trouvèrent à bord. Bien sûr l’histoire du Capitaine du navire, il fallait l’intégrer, rien que pour avoir une vision de son expérience dans le grand froid.
Ainsi ultérieurement, si de tel histoire apparaîtrons, qui ne serons d’aucune aide autre de la vie antérieure d’un des 82 membres, je sauterais le passage contenant des …………………………….

Nous rencontrons de grands paquebots à passagers, à destination et en provenance de Cape Town. Mille lumières à bord. Une fois, j'ai acheté un énorme chapeau de paille en Sicile qui donne une ombre d'un mètre de diamètre. Je l'ai mis parce que le médecin met en garde contre le soleil tropical. Cap-Verde! L'Afrique si vraie et toute proche. S'il y avait des palmiers là-bas, on pourrait compter les feuilles. Mais cela semble être une zone désolée. Regula vous invite aux "miracles de la nuit tropicale". Nous nous asseyons devant sa cabine de météorologue et buvons du gin pur. L'eau gazeuse a disparu. Son collègue Lange voit le "miracle de la nuit tropicale" plus tôt que les autres, il a d'emblée rejeté toute interférence de soda. Par bonté de cœur, dont il ne se rend pleinement compte que le lendemain après-midi, il offre son gâteau de Noël. Il ne reste plus que des miettes à remettre dans son gin pour les maintenir en vie. De plus, Regula fait jouer son gramophone. Tropical Night Wonders comprend des chansons hawaïennes originales.
Kraul pense que les pingouins peuvent le faire aussi. Il devrait savoir, il les surveille depuis des années. Il peut presque communiquer avec eux. Le 30 décembre il fait presque 30° et presque 100% d’Humidité relatif, c'est-à-dire en allemand dans ma cabine de 3,5 M cubes : 2,5 M cubes de volume correspond à environ 2 litres d'eau dans l'air. Si on tentait de le diviser avec le couteau, ça goutterait. Plus le vent de la poupe. Donc pas une seule trace. L'inactivité étant la maladie la plus dangereuse et la plus contagieuse, des soirées conférences sont mises en place, d'une part, pour faire travailler au moins une personne, d'autre part, pour apprendre quelque chose, troisièmement, et c'est le plus important, pour continuer à mettre l'accent sur l'idée commune qui a amené nous les 82 membres de l'expédition ensemble. Ce n'est pas une mince affaire pour un chef d'expédition de jongler avec 82 esprits différents. Le chapeau haut de forme géant commun est notre tâche en Antarctique. 82 hommes aident à le résoudre. Chaque individu doit faire de son mieux à son poste qui lui a été assigné. L'interaction des 82 membres aboutit à l'ensemble de l'œuvre. En fait assez facile ! Notre docteur Dr. Bludau donne la première conférence. Beaucoup d'entre nous sont sous les tropiques pour la première fois, la plupart verront la glace pour la première fois de leur vie. Le corps doit donc s'adapter considérablement, ni insolation ni mort de froid ne sont agréables. Un cours de biologie se marie mieux avec un cours de médecine. Alors Barkley parle encore de ses petits et gros animaux. Le titre pourrait être : Du plancton à la baleine bleue ! Ou mieux l'inverse quand vous pensez à manger. En fait, l'un mange toujours l'autre. Mais celui qui les mange tous, c'est l'homme. Personne ne peut le battre ! Au fait, savez-vous combien pèse une Baleine Bleu ou dit rorqual adulte ? Jusqu'au poids de 25 éléphants ! Oui merci ! Le lendemain, le jours du réveillon du Nouvel An, apporte également le baptême de l'équateur pour 26 terriens (dénnomé en raison que ce n’était pas des marins d’origine) au franc-parler. Hier soir, Triton et un couple d'esprits de la mer étaient montés à bord, tirant une fusée éclairante en même temps, ils se sont présentés au capitaine du navire, et lui ont demandé la liste des personnes à baptiser, ils fumaient de gros cigares et avaient de grandes quantités de bière. Drôle, une sirène qui fume ! Mais apparemment, Neptune a interdit de fumer là-bas ou il a mouillé ses allumettes. Au moins ces émissaires des profondeurs semblent vouloir rattraper des années de privation. Mais laissez-les ! Et la bière aussi ! Bravo Triton ! Neptune, bien sûr, apparaît au baptême de l'équateur avec sa femme Thétis, ainsi que le pasteur, le médecin, le coiffeur, l'astronome, l'historien, les deux nègres, le policier et d'autres satellites et assistants.
Le baptême a lieu selon un ancien rituel marin et est en principe toujours le même. Bien sûr, les biscuits les plus sympathiques ont un goût de térébenthine, le verre servi de liquide rouge et de jus de framboise est forcément additionné d'un trait de pétrole, le médecin trempe toujours son trompette d'oreille dans de la peinture à l'huile bleue et le savon à raser est de la pur Graisse consistante. Les nègres ne sont que noirs pour que la personne à baptiser n'ait pas l'air très différente d’eux après la bagarre dans l'eau, et bien sûr il est jeté la tête la première dans l'eau et, conformément au règlement, les nègres eux sont baptisé trois fois. Les personnes qui ont déjà été coupables d'une infraction sont, bien sûr, plus susceptibles d'être baptisées.
Pauvre Gockel ! Il est une âme d'homme. Le calme lui-même, mais la tragédie - peut-être astucieusement attirée il y a deux jours - par une remarque désobligeante sur la valeur ou l'inutilité de l'acte sacré du baptême, . . . et il a dû payer cher. Il doit avaler deux biscuits, boire du jus de framboise deux fois et se faire baptiser six fois ! Maintenant, sur le chemin du retour, Gockel demande au marin Lange : "Dis-moi, y aura-t-il vraiment un autre baptême quand nous traverserons l'équateur ?" Ce baptême de l'équateur, réalisé avec beaucoup d'humour et de bonne humeur, est un joli prélude à la soirée de réveillon, qui se déroule à nouveau dans la salle commune. Nos électriciens ont installé un système de haut-parleurs impressionnant, construit une salle de diffusion, et maintenant les enregistrements et nos propres "émissions" peuvent être entendus dans l'ordre le plus coloré et le plus drôle. Hartmann et Ruhnke sont intarissables. Leur répertoire aurait certainement duré jusqu'au prochain réveillon. L'un des points forts de Hartmann est le reportage audio de la dernière course automobile sur les Avus. "Attention ATTENTION! Nous sommes maintenant sur la courbe nord, les premières voitures arrivent : uiiiih ! oueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee Le jour de l'An nous apporte le premier poisson volant. Les animaux de la taille d'un hareng traversent l'eau comme des flèches. Les télégrammes du Nouvel An arrivent et reçoivent une réponse. Les affaires sont en plein essor dans la Funkbude (Local de Transmission). Le 2 janvier nous atteignons l’île de l'Ascension, une petite île volcanique au milieu de l'Atlantique Sud. A l'angle nord-ouest de l'île, une garnison anglaise avec les seuls habitants humains. Au fait, on dit qu'il y a beaucoup de tortues ici. Preuschoff a martelé un harpon fantastique et regarde dans l'eau bleue pendant 4 heures jusqu'à ce que ses yeux pleurent. Mais il y a de magnifiques cônes volcaniques, des exemples parfaits tout droit sortis d'un livre d'images. Le tout joliment rangé en rang et en file. À partir des îles de l'Ascension, un service de plomberie régulier sera établi avec des bûches, etc. Paulsen, Gburek, Barkley, Bruns et moi-même. Mayr et Schirmacher les rejoignent plus tard. Chaque quart dure 4 heures et le bouton est pressé toutes les demi-heures. Plus souvent dans des endroits intéressants. Des îles de l'Ascension à la lisière des glaces et retour à l'équateur, nous scrutons plus de 12 000 milles nautiques de fonds marins. Un sondage est effectué tous les 5 milles nautiques. La nourriture est si bonne à bord que soudain le besoin se fait sentir : nous voulons être pesés pour savoir à quel point nous sommes en bonne santé et à quel point les "œufs de votre choix" du matin nous font nous sentir plus longtemps. Le médecin tient un registre. La balance vient de la cuisine. Sinon, le boucher ne pèse qu'un demi-bœuf avec. Les mauvaises langues prétendent que finalement toutes y sont attachées. Tout le monde est pesé, tout le monde.
Le capitaine Kraul détient le record avec un poids vif de 119 kg, mais Amelang est juste derrière lui. Les deux ensembles pèsent autant qu'une famille normale de six personnes. Aucun de nous ne sait vraiment combien il pèse réellement ou devrait peser. Seul le médecin le sait, pour des raisons professionnelles. Et c'est justement à lui que vous enlevez un peu imperceptiblement le poids. "Quoi ! Neuf kilos de plus que mon poids habituel ? Je dois faire un nouveau traitement de dégraissage ! Bludau est une âme ensoleillée et irréprochable. Il ne soupçonne ni mensonge ni tromperie. Désormais, son voisin de table Paulsen mange deux portions de dessert et deux portions de gâteau du dimanche après-midi avec un sourire. Une autre complication est que, depuis des temps immémoriaux, le jeudi est aussi le dimanche des marins. Alors Paulsen mange aussi du gâteau aux raisins secs deux fois le jeudi. Il y a toujours une atmosphère joyeuse. Mayr veut absolument s'exposer à Bouvet et abattre des léopards de mer. Kraul va devenir roi de Géorgie du Sud. Roi Kraul le Premier ! Pas mal !
Aujourd'hui, 6 janvier à midi, une élévation du soleil de 90 degrés. C'est-à-dire qu'on ne projette plus d'ombre, on marche sur sa propre tête. Le lendemain apporte la seule diversion — en dehors de la sonde radio quotidienne — les manœuvres des bateaux sur les canots de sauvetage en pleine peinture de guerre, c'est-à-dire. H avec un gilet de sauvetage. Mais personne ne tombe à l'eau, et tout se déroule selon le programme. Quelque chose comme ça doit être, pour qu'en cas d'urgence, chacun sache vraiment où il appartient. Le 8 janvier, c'est dimanche, dimanche du ragoût. Il y a aussi "Eintopf" (ragoût) sur le "Schwabenland", bien que nous nagions au milieu de l'Atlantique Sud à 31,5° Sud. Un engagement touchant envers la maison.
Une autre sensation ! Cette fois avec la sonde radio. Lange se précipite dans le « Salon » : « La bouteille de mousseux est gagner ! La limite des 30 km a été dépassée ! Nous avons entendu la station pendant plus d'une heure et demie ! » D'après les calculs de Lange, le ballon devait avoir presque atteint la lune. Que des bêtises ! L'heure et demie est correcte, seul le ballon devait avoir éclaté bien avant et la sonde avait continué à émettre pendant sa descente. Le point d'inversion et donc la plus grande hauteur peuvent être facilement déterminés à partir du diagramme par la suite. Et - au mérite de dire longtemps - il se corrige pour le dîner et renonce à la bouteille. Les sensations s'accumulent ! Dans la soirée du 9 Tristan da Cunha en vue. Une île volcanique assez petite. La plupart des îles de l'océan Atlantique Sud ont été découvertes par les habiles navigateurs portugais du début du XVIe siècle, Ascension, Fernando Noronha (de Vespucci), Trinidad, Martin Vaz, Sainte-Hélène, Gough et aussi Tristan da Cunha. À quelques exceptions près (par exemple Trinidad brésilienne), ces îles appartiennent désormais toutes à des Anglais. Les falaises nues de basalte n'offrent pas beaucoup de ressources minérales ni de végétation très luxuriante, mais en cas de guerre, ce sont d'importantes bases navales. Désormais, tout au plus, une cuisine baleinière reste sous le vent de l'île pendant 3 heures afin de pouvoir s'abriter en toute tranquillité dans le brise-vent. Les 128 résidents vivants de Tristan da Cunha ont une existence sensationnelle. Il ne se passe pas grand chose. Et quand un navire s'approche, il son aux anges. Nous le passons à une distance de 1,5 milles nautiques. On remarque comment des lampes sont allumées dans les maisons pour notre bien. Une lumière s'allume et s'éteint plus fréquemment. Quelqu'un semble utiliser le code Morse. Nos opérateurs radio sont au courant. Vous essayez de répondre. Ils utilise la radio sur toutes sortes d'ondes, et quand il n'y a pas de réponse, ils utilisent des lampes de poche en code Morse. Ils parlent le code Morse en anglais, portugais, allemand et français. Mais rien ne se passe. Si cette lumière est vraiment en code Morse là-bas, alors c'est soit une blague d'un garçon de 14 ans, soit la langue est le chinois.
Nous sommes vraiment désolés de décevoir les bonnes personnes, mais nous manquons de temps et nous avançons. Si on nous avait demandé de débarquer, peut-être pour demander de l'aide médicale ou quelque chose du genre, nous aurions bien sûr obéi. Le marin est toujours serviable. Mais un tel cas particulier n'existait apparemment pas. Nous perdons donc bientôt de nouveau l'île de vue. Mais ça a l'air super, l'île Tristan da Cunha. Elle a un surnom : l'île la plus solitaire du monde. Le nom en dit assez. Il aurait été découvert par l'amiral portugais Tristan da Cunha en 1506, puis les Hollandais l'ont redécouvert en 1643, car la connaissance de son existence était depuis longtemps perdue. En 1767 les Français sont arrivés et en 1790 les chasseurs de fourrure américains. Après tant de visites de tant de nations, l'Angleterre a jugé nécessaire d'annexer sommairement l'île en 1806. Une garnison de 50 Européens et 50 Hottentots a été déposée ici. À l'exception d'un Écossais, William Glass, la garnison est dissoute. Il y séjourna, fit suivre sa femme, mit au monde 16 enfants et devint l'ancêtre de la population actuelle. Des marins plus ou moins infructueux se sont installés et les femmes ont été récupérées sur l'île habitée la plus proche de Sainte-Hélène. Pas aussi romantique que les Romains avaient l'habitude d'avoir leurs Sabines. . . un camarade baleinier devrait louer un demi-choc pour eux. Quand il est revenu à Tristan, il a eu la chance de livrer cinq reines. Il les a alignés sur la plage, les célibataires perplexes - et puis ils se sont, pour ainsi dire, mariés. Les anciens récits ne parlent pas très gentiment de ces dames et décrivent certaines d'entre elles comme carrément vicieuses. Quoi qu'il en soit, Tristan abrite aujourd'hui environ 200 personnes, hommes et femmes, dans un rapport raisonnable d'environ 1:1. La course est censée être un peu compliquée, car les naufragés et les dames à moitié noires d'Helena étaient des personnes bien différentes. Curieusement, la consanguinité n'y a pas de conséquences néfastes, la plupart des gens vivent jusqu'à 80 ans et on dit qu'ils ont les meilleures dents du monde. Tristan da Cunha et quelques îles à proximité, par ex. B. Nightingale, sont d'ailleurs, à notre connaissance, les seules aires de nidification de plusieurs espèces d'oiseaux présentes dans l'Atlantique de Terre-Neuve à l'Antarctique (Petrelle), et abritent des oiseaux sans ailes, les plus grands albatros, et mille autres curiosités. L'image de la carte montre le plan au sol et l'élévation d'un volcan presque idéal. Le plus haut sommet (Mt. Olav) est de 2028 m au-dessus du niveau de la mer.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 413
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939 Empty Re: l'Expédition de l'Antarctique 1938-1939

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum