Opération Fortitude

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  mme chapelle le Ven 11 Juin 2010, 4:16 pm

a ce jour je decouvre ce site pour ce qui est de l'operation jericho je ne peux faire autrement de la connaitre car mon beau pere etait " pepe" et son epouse a ce jour tjrs vivante malgre les sevices dans les camil me semble que ce sont des heros .

mme chapelle
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 1
Age : 65
Localisation : st mandrier sur mer
Date d'inscription : 11/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  LeSieur le Ven 11 Juin 2010, 5:40 pm

le jour le plus long (documentaire) reste une très bonne source sur le sujet ..
avatar
LeSieur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2598
Age : 23
Localisation : Trois-Rivieres, Canada
Date d'inscription : 13/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 2:49 pm

Re bonjours!
Alors oui, j'ai un petit peut survolé rapidement les énumérations qui ont été faites dans ce sujet.
Euh....
Quelqu'un pourrait me dire, la raison que une personne, a entrer dans l'opération Fortitude, "Pickard et le bombardement de la prison d'Amien"?
En raison, moi j'avais lu, un livre, sur l'histoire d'un Lt. Col. (Francais, provenant de la Normandie) et qui lui en raison de son âge avancé, l'armée de l'Air Française n'en a pas voulu, du moins pour le laisser continuer à volé sur un avion.
Mais comme il avait réussis à passer un mensonge flagrant sur son âge avancé, les anglais l'eurent pris, et il avait servit dans cette unité de bombardier Mosquito. il a bien mené au côté du Flight commander Pickard la dite mission du bombardement de la prison d'amien, mais il n'avait jamais fait un lien avec Fortitude.
Et si je me rappelle bien, le titre du petit livre de chevet, était "Opération Jericho"! Publier à la mi des années 1970.

Et aussi, oui complètement d'accord avec, que la doublure de Montgomery, que c'était le Lt. Clifton Jones, dans le film, c'est bien énumérer, qu'il joue son propre rôle, pour décrire son histoire.

Et ici pour clarifier quelques petite anecdotes qui ont été mis à jours.
donc je vous laisse une fois lire.

Operation fortitude et l'abwehr

Alors que savons nous réellement sur l’opération, qui a aider nos alliées a effectuer le débarquement sur notre terre de France ?.

Alors par quoi ont vas commencer ? De suite se lancer en Espagne, avec le faux major (qu’un sous marin anglais a déchargé sur les côtes ? (suivant le récit des reportages historique tout naturellement)).

Déjà moi, personnellement j’aime lire les histoires, qui ont tous un début.
Donc, autant j’ai adoré l’histoire de Barnes Wallis (inventeur de la bombe sauterelle, enfin c’est ma propre dénomination la réelle c’est http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombe_rebondissante ). le film était bien, mais, mais, ont sait aussi, que si il faudrait raconter toute l’histoire dans un film, la le film serait comme "Band of Brother" donc dix heures a filmer.

Donc en clair, moi j'aime connaître l'histoire dès le début, et pas simplement, a partir du milieu.
Voilà donc, et j'espère, que j'aurais un peu d'aide de votre part, en raison, que écrire, tout seul, cela vas durer longtemps.
Et bien sûr, je suis sûr, que vous aussi, vous connaissez des morceaux de l'histoire, a travers vos propre source.

Alors un premier nom qui arrive en tête de l'histoire de la mise en place de l'opération Fortitude.
Sir John Cecil Masterman (était pendant la deuxième guerre mondiale; le Président du XX Comité) Et le XX Comité ce n'est pas le 20ème mais comité "double X" pour le MI5.

Ainsi, j'ai remonté encore plus l'histoire pour retrouver ses origines:
Conférence de Téhéran 28/11 – 01/12/1943 (du moins ou Churchill l'a annoncé à ses confrères). Ou lui-même en tant que premier ministre du Royaume Britanique, était aussi le Président du directoire du LCS.

Alors le LCS c'est l'abréviation pour "London Control Section", et en dessous de churchill, un des planificateurs fut Sir Ronald Evelyn Leslie Wingate, qui en 1943, est devenu le député responsable du LCS. Ainsi lui-même à créer de nombreux plan de déception pour l'Abwehr. Parce que si on compare "l'Operation Torch" et "l'opération Overlord".
Entre 1941 et 1943, il existait de réelles lacunes en matière de sécurité pour les opérations de débarquement.
Tandis que pour le débarquement sur le territoire Européen, ici Churchill a mis son poing sur la table.

Et pour ses origines, ont retrouve cette partie de l'histoire:
"Pendant la guerre, la vérité était si précieuse qu'elle devait toujours être accompagné par un garde (garde du corps) des mensonges" - a déclaré le Premier ministre britannique Winston Churchill, l'auteur du plan visant à introduire les Allemands en erreur sur l'heure et le lieu de l'invasion alliée de l'Europe. Le plan d'action, s'appelait à ses débuts "Plan Jael", et il détenait uniquement sept pages du manuscrit, incluent les priorités stratégiques d'action sur cinq niveaux principaux. La première partie du programme, a été planifié par le service de renseignement britannique MI-6 et les Américains de l'OSS et incluait la reconnaissance sur les forces de défense allemandes et de l'état de contrôle du commandement allemand sur les préparatifs d'invasion alliées.

La deuxième partie, a été transmise au service de contre-espionnage britannique au MI-5 et au FBI Américains, pour les activités de contre-espionnage comprennent des directive et la protection des secrets des plans d'invasion.
La Troisième – a été transmise au (Special Operations Executive, SOE) et aux Américains de la Division des opérations spéciales de l'OSS, qui incorporait les activités de sabotage.
La Quatrième –a été transmis entre les mains de la Direction britannique de l'action politique (Political Warfare Executive) et au Bureau d'information de la Guerre US (Office of War Information), incluent des activités de propagande.
La cinquième partie, fut la plus importante du plan, la stratégie décrit les mesures pour convaincre les Allemands que l'invasion sera faite dans un endroit différent de celui effectivement planifié par les Alliés (dans le sud de la France, dans le golfe de Gascogne, en Norvège ou Pas de Calais).

La mise en œuvre de ces plans était une gigantesque opération effectuée par des milliers d'agents, membres de la résistance, scientifiques, militaires, du renseignement et de contre-espionnage. Les principales hypothèses du plan ont été approuvés lors de la conférence des trois grand "Churchill - Roosevelt - Staline Téhéran en Novembre 1943".
Le mois suivant, enfin le plan formulé a été envoyé de Londres à Washington pour approbation par les chefs d'état-major interarmées, et qui la décision des chefs d'État major n'était une simple formalité. Ou le Nom du plan a été changé de "Jael" en tant que "Bodyguard".

Alors, ici en tant que source, humm. http://www.eduteka.pl/doc/bodyguard-jael-plan-1943-44
Ce n'est pas plus que une source encyclopédique. Mais j'ai contrôler, (je n'ai pas encore trouvé les documents sur le plan jael discuté lors de la conférence de Téhéran, mais, beaucoup d'auteur historiens, énumèrent tout ce qui a été écrits sur ce site.

Ainsi pour le plan jael ont retrouve non seulement overlord (et l'opération Fortitude):
FERDINAND parasitage du plan Britannique pour attaquer Rome au mois de Janvier 1944, partie du plan JAEL
FORTITUDE NORD parasitage du plan britannique pour attaquer le centre de la Norvège; partie du plan JAEL
FORTITUDE SUD parasitage du plan britannique pour attaquer Calais; partie du plan JAEL
GRAFFHAM parasitage du plan britannique pour attaquer le centre de la Suède; partie du plan JAEL
IRONSIDE parasitage du plan britannique pour attaquer Bordeaux; partie du plan JAEL
JAEL plans de déception alliée pour tromper les Allemands sur l'emplacement réel de l'invasion de la Normandie. voir BODYGUARD
ROYAL FLUSH parasitage du plan britannique pour attaquer au sud de la Suède, en Espagne ou en Turquie; partie du plan JAEL
VENDETTA parasitage du plan britannique pour attaquer Marseille; partie du plan JAEL
ZEPPELIN parasitage du plan britannique pour attaquer les roumains de la mer Noire côte, la Crète et la côte ouest de la Grèce et l'Albanie; partie du plan JAEL

Ainsi comme ont peut le comprendre, le plan Jael, n'était pas simplement la désinformation, pour le débarquement de Normandie, mais bel et bien les plans des lieux pour la désinformation des divers lieux que divers opérations couvrait.

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 3:03 pm

Ainsi tout en continuant sur le plan Jael j'ai trouvé ceci:

A l'origine "l'opération Bodyguard" a été connue sous la dénomination "plan Jaël", qui fait référence à l'héroïne de l'Ancien Testament qui a tué un commandant ennemi par la tromperie. La politique globale de Jaël a été convenue lors d'une réunion de 1943 des 3 grands dirigeants alliés à Téhéran. La responsabilité a ensuite été transmis à la Section London Controlling (LCS), un département mis en place pour planifier les stratégies de déception et son coordonnement. Lors d'une de ses premières réunions du LCS, le plan a été renommé en tant que "Bodyguard", après le commentaire de Winston Churchill à Joseph Staline à la conférence de Téhéran; "En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu'elle devrait toujours être protégée par un rempart de mensonges."

Objectifs

La partie principale de l'opération "Bodyguard" était le plan pour tromper l'ennemi quant à la date, la taille des effectifs et la direction de l'invasion de la Normandie. Roger Hesketh, qui a aidé à planifier et a faire naître l'opération en travaillant à 'l'Ops B', secteur de tromperie du SHAEF, qui a rappelé dans son livre les trois principaux objectifs de cette partie de "Bodyguard". Elles ont été fixées à l'annexe Y du COSSAC, un plan de tromperie précédent, et qui ont été:

Pour induire le commandement allemand à croire que l'assaut principal et la suite du débarquement se fera dans l'EST du Pas de Calais, pour encourager ainsi l'ennemi de maintenir et d'augmenter la force de ses forces aériennes et terrestres et ses fortifications au détriment des autres zones, en particulier de la région de Caen.
Pour garder l'ennemi dans le doute quant à la date et l'heure de l'assaut réelle.
Pendant et après l'assaut principal pour contenir les plus grandes forces terrestres et aériennes allemandes si possibles à l'EST du Pas-de-Calais pendant au moins quatorze jours.

Des chars gonflables ont été utilisés lors de l'opération "Fortitude", l'une des trois opérations majeures constituant "Bodyguard"

La section Contrôle de Londres a divisé "Bodyguard" en trois grandes sous-opérations (opération Fortitude Nord et Sud, et l'opération Zeppelin). Un certain nombre de petites opérations ont également été conçue pour soutenir les objectifs de ses trois majeurs.

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 3:11 pm

et je fini par ma première partie.
Bien, continuons à présent pour aller à téhéran au mois de novembre 1943.
Et il est dit:
:
Au 30 Novembre 1943, le dernier jour de la conférence de Téhéran et ainsi que le jour du 69ème Anniversaire de Churchill, le chef Britannique proposa Jael pour l'année 1944, en concluant "En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu'elle devrait toujours être protégée par un rempart de mensonges." Et ainsi dans les directives, furent intégré la tromperie dans la conférence militaire et qui stipulait: "pour couvrir un plan d'opération, il faut désinformer et induire l'ennemie en erreur….. et doit être concerté avec l'état major."
Le résultat de cet accent des hauts dirigeants politico-militaire a été un plan de déception finement coordonnée globalement, rebaptisé "Bodyguard" en décembre 1943 par le LCS pour refléter la remarque de Churchill qu'il a faite à Téhéran. Seulement la machine de la tromperie centralisée et bien huilée, qui a été lancé par Churchill avec son département du LCS auront à produire et coordonné 36 plans subordonné pour Bodyguard ainsi que les stratagèmes associés qui son innombrables.


st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 6:06 pm

Bien, ici ont apprend déjà bien le fonctionnement. Mais c'est mieux ici.
TROMPERIE STRATÉGIQUE: opération Fortitude

L'ennemi ne doit pas savoir où j'ai l'intention de livrer ma bataille. Car s'il ne sait pas où j'ai
L'intention de livrer ma bataille, il doit se préparer dans de nombreux endroits. Et quand il se prépare à un grand nombre d'endroit, ceux que je ai à combattre à un endroit seront peu nombreux.. .Et quand il prépare dans tout les endroits où il sera faible en nombre à tout les autres endroits.
-Sun Tzu

SITUATION STRATÉGIQUE
La marée a changé en Europe au cours de l'automne 1943, ou l'Allemagne était entrain de perdre la guerre. Le succès rapides que Hitler avait joui pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale étaient maintenant du passé. Le groupe d'Armée d'Afrique venait de cédé, les Allemands ont perdu l'initiative en Russie, et avait été forcé de quitté la Sicile et s'engager de façon décisive en Italie.

Pour décider de l'avenir de la guerre en Europe, le président Roosevelt, le Premier ministre Churchill et Staline se son rencontré à Téhéran à la fin du mois de Novembre 1943. Le but de leur réunion était d'assurer la coordination et la synchronisation des principales opérations alliées qu'ils seraient prêt à mener contre les nazis en 1944. La position américaine lors de la réunion était d'envahir rapidement le nord de la France avec une attaque pour de support dans la Côte d'Azur. Les Britanniques n'étaient pas directement opposés à l'assaut en traversant le canal de la manche, mais ils souhaitèrent d'abord continuer à renforcer la campagne d'Italie et mener des opérations de soutien à travers les Balkans. La position soviétique était limpide:
Staline avait besoin d'un front supplémentaire ouvert en France, pour enlever la pression sur ses forces engagée sur le front de l'Est et de ses projets future pour les Balkans, qui ses projets n'incluaient nullement la présence des forces britanniques et américaines dans la zone. Après un long débat, Staline dégrossi la situation avec Roosevelt et les trois
Finalement furent parvenus à un accord qui serait au centre de l'effort pour la première moitié de l'année 1944 avec "l'Opération Overlord", une invasion de la "forteresse Europe". En traversant la manche d'Hitler.
Immédiatement après la décision de mener OVERLORD, Churchill a commencé à informer et a vendre son plan d'opérations de tromperie pour tromper les nazis et d'assurer la surprise pour le débarquements des Alliées en Normandie (NEPTUNE). Les Planificateurs britanniques avaient mis au point le plan de la tromperie depuis l'été 1943 et ont été en attente de l'approbation des dirigeants lors de la conférence à Téhéran en vue de compléter et de commencer la mise en œuvre du plan. L'Opération Jaël, Opération de tromperie britannique qui a été menée à l'époque, a été élargi et rebaptisé Opération Bodyguard.

"Bodyguard" devenu le nom de couverture pour un ensemble opérations de tromperie conçus pour tromper délibérément Hitler et le Haut Commandement des Forces de l'armée Allemande (Oberkommando der Wehrmacht-OKW) sur les véritables intentions et des objectifs des opérations alliées à travers 1944. Churchill avait entendu dire «En temps de guerre la vérité est si précieuse qu'elle devrait toujours être protégée par un rempart de mensonges ". Alors que tout les trois furent d'accord pour partager leurs informations pour l'opération de tromperie, ou Churchill n'avait pas réellement réussis à donné de la confiance à Staline. Uniquement une série de coordination d'information mutuel limité transita entre Londres et Moscou.

Opération Bodyguard

Les dirigeants alliés avaient décidé de procéder à l'invasion de la France dans le courant de l'année 1944 et ce déjà au cours de la Conférence de Casablanca tenue en Janvier 1943. En Avril 1943, le Britannique le Lieutenant Général Fredrick E. Morgan a été nommé chef d'état-major au commandant suprême des forces alliées désigné (COSSAC). Le 26 Avril 1943, il a été chargé de commencer la planification pour ce qui devait aller devenir l'Opération Overlord, l'assaut de la France en traversant le canal. Explicit dans ses tâches y figurait l'obligation de planifier à travers la tromperie. Le plan OVERLORD a été complété par le général Morgan et son personnel en Juillet 1943 et a été soumis à l'examen. Ce n'est qu'à ce moment là qu'ont débuté les travaux pour la tromperie pour le plan OVERLORD, qui a été mis en œuvre par le groupe OPS-B Britannique.
Ce fut en premier Le lieutenant-colonel John Jervis-Reed. Qui dirigeât le OPBs-B qui ultérieurement sera connu sous le nom de Comité des Affaires Spéciale(Committee of Special Mean "CSM"), qui lui disposait de moyens particuliers, pour effectuer leurs activités sous la direction du Britannique Colonel Roger F. Hesketh.
Au mois de Janvier 1944, l'état major du COSSAC a été intégré dans le suprême
Allied Expeditionary Force (SHAEF) que le général Eisenhower a pris le commandement.

Les Relations ont été formalisées entre le SHAFE(*) Ops-B / CSM, et les services de l'Intelligence Britannique (MI-5 et le MI-6), et avec les Américains du JSC "Joint Control Security Control", le Comité double XX(XX Commitee) et le London
Controlling Section (LCS). Le but du Comité double XX était d'examiner les éléments d'information véridiques amicale, et qui pourrait être divulgué aux Allemands afin de développer et de maintenir la crédibilité des agents double. Le comités était composé de représentants des divers parties des intéressées du Royaume Unis-
et du Service de renseignement américains, autant de l'État que du département militaires. Churchill avait créé le LCS en 1941 en tant que élément d'état-major pour la planification conjointe des Britannique afin d'exercer un contrôle et pour aider à la mise en œuvre des opérations stratégiques et opérationnels de diversion. Le LCS était sous la direction du Britannique Le colonel John Bevan et à conduit aux échange d'informations entre tous les organismes alliés gouvernementaux impliqués dans la planification et l'exécution de la tromperie, et tous en même temps ont approuver et ont coordonner leur activités.

Pendant l'hiver 1943-1944 Hitler a été confronté à des menaces très réelles provenant des Russes à L'EST, les Alliés ont attaquer par le sud à travers l'Italie, et les forces alliées stationné dans la Grande Bretagne était importantes. L'intention de Bodyguard était d'ajouter aux menaces réelles un mélange de fausses menaces incluent une invasion alliée de la Norvège, une attaque à travers la mer Noire en Roumanie et dans les
Balkans, une invasion de la Côte d'Azur, les attaques dans la région de Bordeaux en France et un effort principal allié d'une invasion dans le Pas de Calais.

La clé du succès des Alliés en France pouvait donner à Hitler une perception de pouvoir répondre aux menaces réel tout en dissimulant simultanément le vrai plan OVERLORD et ainsi la menace de l'invasion alliée associé en Normandie.
Le plan "Bodyguard" et les plans de soutien, se composait de cinq opération stratégiques majeurs, et tous ont été élaboré pour empêcher l'accumulation et le renforcement des forces et des défenses nazies en France, en général et particulièrement dans la zone Normande. Ces cinq principaux thèmes / de mensonges étaient:

1) Que les Alliés croyaient fermement qu'ils pourraient éliminer la capacité Allemande de mener la guerre grâce à d'intenses bombardements à travers (L' OPERATION POINTBLANK).
La priorité Alliée devait être donnée à la production et du transfert des bombardiers lourds et de leurs équipages en Grande-Bretagne et dans la Méditerranée.
Cela ralentirait considérablement l'accumulation des formations terrestres et des fournitures aux Etats-Unis. Par conséquent, il fut nécessaire, d'une force d'invasion terrestre pour l'Europe qui ne pouvait pas être réalisée avant la mi-Juillet 1944.
Cependant, les forces suffisantes serait maintenue en Grande-Bretagne affin d'exploiter un effondrement ou un affaiblissement significative des garnisons côtières allemandes.

2. Que pour accéder à l'Allemagne, les Alliés pourrais dès le printemps 1944 attaquer par l'intermédiaire de la Norvège. Initialement, les Alliés avaient souhaité attaquer et libérer la Norvège, tout en s'assurant diplomatiquement pour leurs bases avec la Suède neutre, et idéalement convaincre la Suède à se joindre à l'effort de guerre des Alliés. Une fois
Les ports et aérodromes de la Norvège et de la Suède acquit, la puissance de combat pourrait être suffisante pour constituer, et alors être utilisée pour lancer une attaque pour libérer le Danemark et à partir de là, à Berlin (OPERATION FORTITUDE-NORD).

3. Que les Alliés ont destiné à améliorer le soutien aux opérations en cours en Italie et au
Front de l'Est en lançant des attaques de soutien contre les Balkans. Ces attaques viendraient en mai ou en Juin 1944 et seraient mener par les Britanniques en Grèce et par un assaut combiné russo-britannique en Roumanie qui menaceraient les champs de pétrole à Ploesti (Opération Zeppelin).

4. Que la Russie ne lancera pas d'offensive majeure en été dans le Front de l'Est jusqu'en Juillet 1944. L'objectif serais de concentrer les forces sur le front de l'Est et de créer en plus pour Hitler une incertitude stratégique sur l'allocation des force allemande et le ré-alignement.

5. Que les Britanniques et les Américains croyaient que la «forteresse Europe» a été si bien défendue qu'il faudrait au moins 50 divisions alliées pour prendre son assaut. Et que aux Alliés cela leurs prendrait jusqu'à la mi-Juillet 1944 (au plus tôt) pour les former, et pour les transportés et que les 50 divisions soit prête à être embarqué par les forces navales, qui sont stationné en Grande-Bretagne pour une telle agression soit un succès. Et lorsque l'attaque se fera, elle serait menée en partant à proximité de Dover, pour se rendre dans la zone Pas de Calais de la France (FORTITUDE-SUD).
Au total, l'Opération Bodyguard serait composé de plus de 35 plans subordonnés
et les opérations tous concentrés sur l'objectif commun de paralyser la capacité des Allemands à réagir aux actions alliées d'une manière décisive et efficacement. Le but recherché à atteindre était de peindre des menaces possibles sur tous les côtés du Reich tels que Hitler ne pouvait pas renforcer un quelconque point sans accepter le risque, que dans une autre zone il aurait besoin de ses même unités. Et le plus important, et complexe fut la réussite de ces opérations qui furent FORTITUDE-NORD et SUD.

Ici je vous l'ai laisser en complet, la raison, que a présent, comme moi au départ, je l'avait posté sur un forum, qui actuellement quoi, (Mort) je ne sais pas, du moins il y existe encore quelques sujet qui ont été écrit cette année, enfin bref, et comme ce fil ne disposait pas cette variante d'information. j'ai juste besoin de copier et coller mon ancien texte.
Et bien sûr j'ai aussi le souhait de continuer mes recherches pour le mettre à jours.

Et pour mon asterix (*), Ici c'est l'auteur qui avait écrit cette abréviation, es ce de la dyslexie?
Apparemment oui, en raison, que dans d'autre livre c'est bien mentionné "SHAEF Ops-B / CSM"

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 8:48 pm

Bien cela provient donc de ma seconde source, en raison, comme vous pouvez vous le doutez, comme l'historique détient des précisions sans faille, que cela provient d'un livre. Mais un peut de patience, lorsque vous, vous trouvez sur Wikipedia, entrain de lire, les sources sont aussi énumérer tout à la fin. Même les Auteurs des livres, délivres leurs sources uniquement à la fin de leurs livres.

L'opération Fortitude
La série d’opération pour FORTITUDE, disposait de trois objectifs principaux:

1. tromper les Allemands sur la date et la localisation de l'invasion alliée et de faire croire à l’ennemi que la Norvège était l'objectif initial, et que ainsi que les bases de départ proviennent du Royaume-Uni.

2. Quand il n’était plus possible de cacher l'accumulation des forces au Sud de l'Angleterre, cela convaincue les Allemands que le site d'invasion allait être la région Pas de Calais.

3. Une fois que les forces ont commencé à débarquer en Normandie, convaincre les Allemands que la force en Normandie n’était qu’une tromperie.
FORTITUDE-NORD orienterait sur la réalisation de l'objectif 1.
Tandis que FORTITUDE-SUD mettrait l'accent sur la satisfaction des objectifs 2 et 3.

Actuellement, la doctrine d’état souhaite que pour être efficace, n’importe quelle histoire de tromperie doit être crédible, vérifiable, exécutable et bien sûr cohérente. Et en examinant FORTITUDE nous constatons que tous ces critères ont été remplis.

La crédibilité était probablement l'un des critères les plus faciles à satisfaire. En 1940, avant que les Allemands ont envahi la France, ils ont d'abord envahi le Danemark et la Norvège. L'invasion allemande de Norvège a été fondée en partie sur les leçons apprises au cours de la Première Guerre mondiale, et du fait qu’Hitler devait convaincre que l'accès aux ports de la mer du Nord et la Norvège étaient la clé de la victoire sur les Britanniques.
Depuis que les Alliés et les Allemands, eurent déjà combattu une première fois en Norvège, il était raisonnable de penser à ce qu'ils pourraient y avoir une nouvelle tentative pour conquérir les bases. Et que les Alliés pourraient réussir à établir des bases dans le sud de La Norvège et la Suède, et défendre la forteresse Europe d'une invasion alliée attaquant du nord s’avérait extrêmement difficile. En outre l’aide à l'effort des Alliés a été la croyance tenue par Hitler et le feld-maréchal Gerd von Rundstedt, commandant en chef de l'Ouest (OB West), que si les Alliés n’opteraient pas pour une invasion de la France, l'emplacement d'invasion serait une cible le plus proche des côtes Anglaises. Ils en ont ainsi conclu que les Alliés allait concentrer et mettre l’accent sur la réduction des lignes de communication, réduire la distance de l’assaut amphibie, et de renforcer considérablement la capacité des fonctions au sol, soit la force aérienne qui appuierait l'assaut.

L'histoire était vérifiable par les Allemands parce qu'ils recevaient leurs informations sur les opérations "Fortitude" à travers plusieurs sources d'espionnage indépendante et digne de confiance. Et si il n'y avait tout simplement qu'une unique source, l'information aurait pu être facilement discrédité. Mais lorsque les meilleurs espion de renseignement humain (HUMINT) agents allemand, et de leurs rapporteurs radio (SIGINT), rapports effectuer par le Service allemand "Y" (unité d'interception de signal radio et de cryptanalyse) et des photographies de la Luftwaffe qui rapportaient tous la même histoire, ici il était difficile de discrédité l'information.

Faire apparaître la tromperie en tant que exécutable ou en tant que possibilité de débarquement stratégique, cela s'avérerait beaucoup plus difficile et aurait exigé une variété d'outils et de techniques de tromperie. Fausse unités, l'émission de message Radio (avec code militaire), la manipulation des radars et les scénarios HUMINT rapports qui ont tous servi à créer, au Service de renseignements secrets de l'Abwehr (l'état-major militaire et du contre-espionnage allemand), ainsi leurs canaux de communication ont fait penser à Hitler, qu'une grande force alliée et prête et capable
de mener les types d'opérations proposées par les informations de "FORTITUDE".

Enfin, les histoires de "FORTITUDE" devaient maintenir leurs cohérences pendant de nombreux mois, ou les informations provenaient due en grande partie au contrôle centralisé exercé par le CSM et du LCS.

FORTITUDE-NORD
L'Amiral allemand Wolfgang Wegener après la Première Guerre mondiale, il avait écrit une œuvre de réflexion, qui a blâmé la défaite de l'Allemagne dans cette guerre, et sur la capacité de la Grande-Bretagne pour contrôler la mer du Nord et de botté les fesses de la Flotte allemande en dehors. Hitler à lu l'œuvre de réflexion de l'amiral Wegener, et ou il et est devenu obsédé par le maintien du contrôle sur la Scandinavie.
"Le but de FORTITUDE-Nord a été de convaincre le Führer et l'OKW allemande que l'offensive alliée initiale dans l'ouest, serait d'envahir la Norvège et de la libéré de l'occupation allemande. Et une fois que cet objectif intermédiaire aurais été obtenu, les Alliés serait alors en possibilité d'accéder aux ports et aérodromes sécurisé du sud de la Suède en convainquant la Suède d'adhérer à l'effort de guerre du côté des Alliés. Et une fois ses droits acquis en Suède, de lancer leur prochain assaut sur le Danemark. Et après la libération du Danemark, les Alliés auraient alors pu commencer l'entraînement pour l'assaut sur Berlin. Ce plan était, à bien des égards, presque le plan inverse de "WESERUEBUNG", l'opération allemande du printemps 1940 pour envahir le Danemark et la Norvège.
Le plan des Alliés a demandé l'utilisation deux sites d'invasion/débarquement en Norvège.
Le site de débarquement au sud de Stavanger serait effectuer par une force Britannique / Etats-Unis pour saisir tout les aérodromes terrestres, et que la force de combat nécessaire était de 6 divisions, qui purent être créer dans les trois mois avant le débarquement.

Et le second débarquement serait fait par une force combiné Russo- britannique qui pouvait se produire à Narvik pour sécuriser les voix ferroviaires et routières des lignes communication dans le nord de la Suède.

Pour la réussite de l'opération de tromperie "FORTITUDE-NORD", il était nécessaire de laisser une empreinte et les signatures d'une véritable invasion, la taille de l'armée devrait être créé fictivement, en raison qu'il n'y avait pas de forces "réel" disponibles. Et c'était également clair, compte tenu que la situation géographique de l'Ecosse, pour les allemands il serait très difficile d'effectuer des reconnaissances aérienne, pour observer la force d'invasion de la Norvège. Par conséquent, les Alliés ont placé de lourd moyens Radio pour que les opérations d'interception du Service Allemand "Y" pouvait intercepter les messages, et ainsi que des moyens spéciaux pour envoyer et recevoir les messages aux espions. Des moyens spéciaux signifiait, spécifiquement l'utilisation des espions allemands qui ont été pris au début de la guerre et qui ont été convaincu de travailler en tant qu'agents doubles ou dont leur rôle / identité était créer par le Service de renseignement britannique. (Tandis que des moyens spéciaux ont aussi également été utilisé par certains pour désigner les méthodes de couverture en général, dans ce document, son utilisation se traduira par la déclaration des agents doubles de HUMINT).
Et pour faire ce travail proprement, les rapports HUMINT et ainsi que le trafic radio devrait être scripté, transmis, collecté et expédier à l'Abwehr.

Pour la première étape, il fallait choisir le commandant de la force d'invasion (fictive). Ce rôle à été attribuer au Britannique – le Général Sir Andrew Thorne. Thorne avait précédemment servi comme Officier attaché militaire à Berlin, donc son nom était bien connu dans le corps des officiers allemands et prêterait la crédibilité de l'histoire. Pour son adjoint (et celui qui allait finir par faire plus de travail de jour/jours) ce fut le Colonel R.M. Mac Leod, un vétéran Britannique de la Première Guerre mondiale décoré. Tandis que Mac Leod a été déçu d'être affecté à un commandement fictif à la place réel d'un commandement au combat, ou il avait consciencieusement quitté Londres pour l'Ecosse pour créer la quatrième armée, ou son siège d'état-major avait été dans le château d'Edimbourg.
Cette quatrième armée (fictive) était composée du VII Corps britannique (fictive) basé à Dundee, du IIème Corps Britannique (fictive) Basé à Sterling et du XVème Corps US (réel) Basé en Irlande du Nord. Le XVème Corps US se composait des 2e, 5e et 8ème divisions d'infanterie et pour jouer leurs rôle, ont reçus la formation identique, que la force réel pour l'invasion en Normandie, mais son trafic sans radio refléterait des préparatifs pour la participation au débarquement sur Stavanger.

Le Deuxième Corps d'armée britannique devait mener la première vague d'assaut sur Stavanger, et se composait de la véritable 55e Division britannique, 1131e Brigade d'infanterie et de la 58e Division d'infanterie (fictive). Le VII Corps britannique ferait l'attaque sur Narvik et composait de la 55e division (Fictive) avec trois bataillons de US Ranger provenant de l'Islande et de la 52ème Division (Lowland)Britannique (réel) contenant une Brigade (réel) norvégienne, et qui elle conduirait l'assaut sur Narvik.

Maintenant que la quatrième armée était structurée, il fallait l'amené à la vie. Le Colonel Mac Leod
rassembla son personnel en le faisant provenir des officiers et opérateurs de radio du SHAEF. Une fois que son état major étaient arrivés, ils ont prêtés serment de garder le secret, et ont informé sur l'ensemble du plan et ont bien compris leur rôle dans l'opération FORTITUDE-NORD pour en faire un succès, ou ils eurent envoyé à travers toute l'Ecosse des unités (fictives).
L'état major des communications est rester sur la base du terrain du château et ou il furent doté d'un système de chiffrement de bas niveau pour chiffrer les communications scriptées
entre les unités de l'état major et de leurs subordonnés. Un soutien au service des unités de soutien
a aussi également été créés en plus des unités d'état-major primaires pour gérer tous les besoins courants de la quatrième Armée et de créer une image plus complète pour que la crédibilité ne soit sans faille pour le service" Y" allemand.
Mac Leod a créé au fil du temps, une armée fantôme de plus de 250 000 hommes avec leur propre tactique de l'armée aérienne et plus de 250 véhicules blindés. Les transmissions radio de la quatrième armée ont commencé le 22 Mars 1944 et de 6 Avril l'ensemble du réseau était actif.

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 8:58 pm

Ben encore un petit peu.

Le Brigadier britannique Richard Barker, un officier des communications de l'état major du SHAEF (Home Forces), avait prédit que après que le service allemand "Y" avec leurs récepteur sensible et l'équipement goniométrique, il pourrait rapidement identifier et localiser la quatrième armée. Coïncidence ou non, un avion de chasse Messerschmitt avait mitraillé le château d'Edimbourg, trois jours après que le groupe Mac Leod eurent commencé à émettre.
Heureusement personne n'eu été blessé au cours de cette unique combat, que la quatrième armée à du faire face.

La Royal Navy a soutenue FORTITUDE-NORD à partir du début du mois Avril 1944 avec la
création de la force d'Assaut Navale "W" et "V". Le trafic radio scripté de ces forces reflétèrent qu'ils eurent à leurs disposition plus de 35 navires chacun, et qu'ils furent engagés dans les exercices d'embarquement et de débarquement. Vers la fin du mois d'Avril et au début du mois de mai a été réellement envoyé dans le vaste estuaire du Firth et Forth sur la côte Est de l'Ecosse. Bien que la Royal Air Force a maintenue une surveillance avec le Combat Air Patrol (CAP) sur ces navires réels, ils auraient pu donner l'occasion que la Luftwaffe de faire des vol de Reconnaissance à haute altitude. Pour photographier l'armada qui était entrain de ce formé en-dessous.
En plus du trafic radio scripté diffusé par l'équipe Mac Leod, la Royal Navy, eut utilisé des moyens spéciaux supplémentaire, pour fournir l'information nécessaire pour les Allemands. Mutt et Jeff étaient les noms de code attribué à deux ex- Espions allemands qui ont été pris en Ecosse en 1941 et qui jouerait un rôle clé dans la tromperie cible Norvège. Le LCS avait fourni le script scénarisé pour le rapport HUMINT que les agents eurent l'obligation de transmettre à leurs contrôleurs de l'Abwehr. Et Hitler lui-même lue ces rapports à l'occasion ou les rapports mentionnait des informations particulièrement importantes. En tant que moyens spécial qui fut largement utilisé, pour fournir des
informations qui seraient disponible par le biais de l'interception radio ou pour confirmer l'information transmise scénarisé par le trafic. Des détails furent transmis tels que l'unité patchs / désignations, et ainsi que les allées et les venues des visiteurs haut dignitaires, les mouvements d'unité / déplacements, l'humeur de la population locale et l'observation des exercices militaires étaient tous les sujets appropriés pour des moyens spéciaux ».

Sur le plan diplomatique, le PLAN Graffham a commencé à la fin du mois de Mars 1944 avec le rappel à Londres de leur envoyé spécial de Stockholm Victor Mallet. Le plan de soutient du LCS à la Tromperie FORTITUDE-NORD consistait à créer une crise diplomatique entre la Suède et les Alliés en élargissant leurs liste des demandes actuelles que les Alliés faisaient au gouvernement neutre de la Suède. Ces exigences supplémentaires inclurent:
1. Le droit d'atterrissage de l'aviation alliée sur les terres et sur les aérodromes suédois pour faire le plein après les opérations de combat.

2. L'autorisation d'envoyer des experts britanniques pour consulter les homologues suédois pour le transport des fournitures entre la Norvège et la Suède, cela obligerais les Allemands à quitter la Norvège.

3. Le droit aux Alliés de mener la surveillance et des vols de reconnaissance au dessus du territoire de la Suède.

Tout naturellement, la Suède a rejeté les demandes en premier, comme ils l'eurent attendu et désiré. Mallet quand à lui devait pour le LCS, faire traîner les négociations et les faire durer aussi longtemps que possible. Les informations sur les négociations furent transmis à l'Abwehr à travers une variété de moyens.
Ces moyens comprennent, un espion allemand à Stockholm qui avait accès à un officier de renseignement suédois (Qui a été inconsciemment alimenté par les informations du LCS), potins bureaucratique / sociale et ainsi que par les journaux, reportages et des éditoriaux. Le LCS joua au jeu économique avec la Suède. Cette activité économique a commencé par des discours prononcés par des membres du Congrès américain qui soulignait, que les États-Unis US étaient résolus à traiter sévèrement avec des pays neutres qui soutiennent les efforts de guerre de l'Allemagne.
A cette époque, la Suède alimentait l'Allemagne avec la fourniture de minerai de fer, des roulements à billes et de machines-outils, tous les éléments que les alliées demandaient qu'un embargo devait être imposé. Les Alliées eurent délibérément trafiqués avec le marché boursier de Stockholm, afin de faire grimper le prix des titres norvégiens, qui indiquerais en outre la spéculation des investisseurs sur l'invasion imminente et la libération de la Norvège.

Bien à présent la dernière partie, pour l’opération « Fortitude Nord »

L’opération de Tromperie « FORTITUDE-Nord » a été un succès complet, ou les allemands ont attaché une importance capitale, en y assignant 27 Divisions pour la défense de la Norvège et du Danemark. Hitler non seulement a empêché à l’OKW de faire bouger une quelconque unité, pour l’envoyer de la Norvège en France, mais en plus il a fait renforcé la Norvège! À la fin du printemps 1944 riens que en Norvège furent stationné, pas moins de 13 divisions de l'armée, 90 000 homme du personnel de la Kriegsmarine, 60000 hommes du personnel de la Luftwaffe, 6000 hommes des troupes SS et 12 000 hommes des forces paramilitaires. Avec la menace d'invasion qui ne fut jamais complètement retiré, la majorité de ces forces se trouveraient encore en Norvège à la fin de la guerre, et y furent prisonnier. On ne peut que supposer le nombre de vie sauvées d'Alliée (et allemand) en laissant ces forces indisponible pour le combat en France ou en Allemagne.

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. le Sam 21 Oct 2017, 9:49 pm

Ben commençons donc en douceur…

FORTITUDE-SUD

Le joyau de la couronne de l'effort pour la tromperie Bodyguard était « FORTITUDE-SUD » qui
eu deux rôles à jouer, d'abord pour soutenir le débarquement en Normandie lui même, puis à soutenir les après « D-Day » opérations en France. Les efforts du pré-débarquement ont porté pour convaincre Hitler, l'OKW et OB-West que le site d'invasion en France serait la région du Pas-de-Calais et que l'invasion a été fixée à une date de 45 jours plus tard du D-Day qui a été fixée pour l’actuel opération « NEPTUNE ».

De toute évidence la raison pour avoir sélectionner ce site pour la tromperie, c’était pour provoquer les Allemands à consacrer des ressources d’hommes, d'équipement et pour les fortifications des plages, que les Alliés n’avaient aucune intention de la prendre d’assaut.
La fixation de D-Day + 45 a été utiliser pour deux raisons, en premier pour avoir un gain de surprise pour les débarquements de l’opération « NEPTUNE » au débarquement et au support à la deuxième partie de la Tromperie.

La deuxième partie de l'histoire « FORTITUDE-Sud » a été de convaincre Hitler et l'OKW
que le débarquement en Normandie serraient une tromperie. Cette histoire de tromperie sur le sol de la Normandie, fut élaborée de telle façon, pour attirer l'attention les forces allemandes loin de la région du Pas de Calais où le «vrai» ou effort Schwerpunkt Alliés principale allait se produire. En réalité, les Alliés eurent besoin de maintenir cette croyance aux allemand aussi longtemps que possible, pour permettre l'accumulation d'une quantité suffisante de puissance de combat sur les plages, pour permettre les ouvertures sur la zone plages de Normandie, sans avoir à lutter contre une supériorité des forces allemandes en France.

Identiquement à « FORTITUDE-NORD », une force crédible, crédible et exécutable et un plan opérationnel devrait être créé. Puis les détails de cette force et du plan devraient être subtilement "Conditionné" pour que Hitler et son état-major puissent arriver à la conclusion logique que les Alliées feront l'assaut sur le Mur de l'Atlantique au Pas de Calais. Pour faire croire à Hitler et au feld-maréchal von Rundstedt que l'invasion aurait lieu dans le Pas de Calais s’est avérée être facile, en raison qu’il suffisait juste à joué sur leurs attraits préconçues. Ils pensaient que les Alliées allait choisir la zone la plus proche de la Grande-Bretagne afin de minimiser les temps de transport en mer et de permettre au plus grand usage de l'aviation qui était basé sur la terre basé et pour soutenir l'assaut. En outre, une tête de pont Pas de Calais fournirait en plus, la route la plus courte pour libérer Paris et avancer vers Berlin.

Le plus grand défi serait de créer une force crédible et imaginable pour menacer le Pas
de Calais, et bien sûr sans compromettre les forces étant constitué et formés pour soutenir NEPTUNE.
Ce défi est tombé principalement aux officiers britanniques aux colonel Hesketh et au lieutenant-colonel Jervis-Reid, provenant du service de la tromperie de l’état major du SHAEF / CSM et du colonel Bevan provenant du LCS.

La première étape de la création d'une force d'invasion, était d'obtenir un commandant approprié. Le Major Général de l'Armée US George S. Patton a été choisi pour ce poste important et unique. Patton était un excellent choix parce qu'il avait une solide réputation dans le corps des officiers allemand basée sur ses performances à l'appui de l'Opération Torch en Afrique du Nord et en Sicile. Pour les Allemands, il est parfaitement logique que le général Patton serait le choix des Alliées pour diriger la force d'invasion en France., La force d'invasion de Patton serait la First United State Army Group (FUSAG « Premier Groupe d’Armée des Etat-Unis »). Tous les efforts visant à créer et à soutenir le maintien de l'illusion du FUSAG, il fut ajouter un nom de couverture supplémentaire « QUICKSILVER ». Sous le code QUICKSILVER, le FUSAG était composé de plus d’un million d'hommes répartis sur dans le sud de l’Angleterre. Ces hommes ont été organisées en deux armées, la Première Armée canadienne et de la Troisième armée américaine. La Première armée canadienne était composée du IIème Corps canadien qui lui fut composé avec la 2ème Division d'infanterie et la 4ème divisions blindées et du VIIIème Corps US composé lui de la 28ème, 79ème et de la 83ème Divisions d'infanterie. La troisième armée américaine était composée du XXème Corps Blindé composé lui de la 4ème, 5ème et 6ème divisions Blindé US et du XIIème Corps constitué de la 7ème division blindée, 35ème et de la 80ème divisions d'infanterie américaine et. L’état major du FUSAG était localisé dans Wentworth.
Alors que FORTITUDE-nord disposait d’une représentation symbolique d’une seule armée de trois corps en réalité se trouvant en écosse, FORTITUDE-Sud avait pour créer l'apparence de onze divisions, quatre quartiers généraux de corps d’armée, le Quartier Général du FUSAG et en plus le support aérien, naval et de la force logistique dans le Sud de l’Angleterre.

Une fois scénarisé, le trafic radio et les agents double qui allaient rapporter, joueraient un rôle majeur dans l'opération de tromperie, mais en raison de la portée de l'effort et la proximité de la côte tenue par les allemands, il fut également nécessaire, d’utiliser des méthodes supplémentaires.
Comme mentionné ci-dessus, le général Patton a été nommé pour diriger le FUSAG. Ainsi des officiers réels, ont été assignés pour diriger les unités fictives. Cela a été fait en raison que aux alliées, ils ont bien été au courant, que le Service de renseignement allemand a créer des fichiers avec les biographies et (si la personne est connue) l’assignation des hauts responsables militaires alliées. Et si soudainement un groupe de nouveaux, généraux et d’amiraux non connus apparurent soudainement à diriger l'effort suprême des forces alliées, les dirigeants allemands et l’Abwehr aurait
vraisemblablement et rapidement déduit le canular, causant que tout les efforts réaliser pour FORTITUDE, allait être pour rien.

Depuis que la région du sud-Est de l’Angleterre était observable par les vaisseaux de la marine allemande, l'aviation et des unités côtières, il fut en plus nécessaire, pour raconter une histoire convaincante d’utiliser la tromperie physique. Les grandes villes de tentes ont été construites dans les champs ouverts. Bien que aucun soldat n’eut occupé la tente, le cuisinier laissa les réchauds allumer et ont laissa aussi brûler du tabac. Les chemins de terre menant à nulle part ont été construits dans les bois, mais de l'air ces mêmes routes, avaient l’air de conduire à des dépôts de munitions qui était dissimulées, un état-major ou encore vers des aires de repos.

Les équipements en caoutchouc gonflable ont également été largement utilisés. Un bataillon entier de chars gonflés, des canons et des camions ont mis en scène le stationnement sur les zones d’assemblage comme, cela ressembleraient dans la réalité à partir de milliers de pieds dans les airs.
La même chose pourrait être créer la flotte de débarquement qui fut ancrés dans plusieurs ports et criques.

Bien continuons encore un peu, pour les fervent assidu de lecture d’histoire.


Mais si quelqu'un aurait effectuer un examen plus approfondi de ses embarcations qui furent ancré dans les ports et rades, ont pourraient comprendre que ces mêmes engins de débarquement étaient maquettes construite en bois et de toile, ou ils furent fixé sur de vieux barils de pétrole. Une installation de raffinage et de stockage d'huile qui était fausse a été construite près de Douvres, et qui a été bombardé et attaqué à plusieurs reprises par les Allemands, qui ont cru que c’était une installation réel. Pendant la nuit, fut l’unique occasion des défis pour de la tromperie physique. Avec des enregistrements qui ont été faite de moteurs d'avions, et qui furent amplifié et transmis par haut-parleurs. A partir des phares automobiles qui ont été démonté et remonté sur une charrette et qui elle fit des aller et des retours sur les fausses pistes d’aviation, et la nuit pour simuler le décollage et l’atterrissage d’avion pour le profit des avions de reconnaissance de la Luftwaffe de haute altitude et qui passeraient au dessus de la zone. Des feux spéciaux appelés «Qlights" ont été utilisées pour délimiter ces aérodromes, et qui pendant la journée, sur ce faux aérodrome, cela ressemblais à de «vrais» avions, mais une nouvelle fois, si ont regarde de plus près, ont pourrait vite comprendre que cela n’en est rien, mais de la toile et des tubes. Autant que cette effet de tromperie Q-light ont été créées 65 autres, pour les représentations d’aérodromes, des ports et des zones de rassemblement à la fois pour fournir des preuves de l'activité du FUSAG, et ainsi cette astuce, permis entre autre que les Bombardiers allemands, se tienne loin des véritables zones de rassemblement de l’opération « Neptune ». Avec des fusées et du feu ont été allumés dans ces zones, après que les Allemands les avaient bombardé, et pour aider ainsi à transmettre le message du succès de l’attaque.

L'utilisation intensive des moyens spéciaux du LCS qui ont été intégré dans l'histoire de FORTITIUDE-SUD. Depuis cette opération a été considérée comme la clé du succès d'Overlord, la plupart des agents de confiance (La confiance des deux coté Alliés et Allemands), et qui ont été utilisés pour raconter QUICKSILVER et plus encore l’histoire de FORTITUDE-SUD. Des Agents se trouvant à travers le monde entier, dans des villes comme Londres, New York City, Stockholm, Lisbonne et Istanbul ont tous signalé un flux régulier des informations scénarisé du LCS qui furent transmis aux contrôleurs allemands. Ces renseignements comprenaient les mouvements de troupes américaines, ordres de bataille alliées (Pour inclure le FUSAG), les observations militaires de haut rang, les intentions alliées, qui ont fuit lors de cocktails partie et même d’autre choses qui toutes ses informations, pourraient être importantes pour la carte Michelin n°51 (une carte touristique de la région du Pas-de-Calais). Le comité double XX fournissait des informations observables et qui devaient être inclus avec un soin artisanal de fausses informations, afin d'améliorer la crédibilité de la source de l'information. Souvent ils intégrèrent même dans leurs scripts des informations de sorte que deux ou plusieurs moyens spéciaux, les agents confirmeraient les histoires des uns et des autres, et que avec les Allemands, eux allaient penser que les agents ne connaissait rien sur l’histoire en sachant que a l’emplacement ou ils furent affecté, se trouvait à des centaines ou même des milliers de kilomètre de distance.
Des agents tel que GARBO et Brutus(*) étaient deux de ces agents qui se sont révélées avoir joué un rôle essentiel pour la narration de l'histoire FORTITUDE-SUD, de façon que Hitler, l'Abwehr, et l’état-major de l’OKW, ont trouvé leurs rapport tout à fait convaincant.

Les Alliés ont même utilisé un prisonnier de guerre allemand (POW) pour aider à la croyance de la tromperie de FORTITUDE SUD. Ce fut le Général allemand Hans Cramer, un vétéran de l'Afrika Korps, qui a été détenu dans un camp de prisonniers de guerre britannique au Pays de Galles. Lorsque la santé du général Cramer a commencé à se détérioré, les Alliés eurent décidé de le rapatrier en Allemagne avec l'aide de la Croix-Rouge suédoise. Ou pendant la conduite à partir de son camp jusqu’à Londres, la conversation entre lui et ses deux officiers d'escorte, les deux officiers furent du CSM, ou dans leurs discutions, ils firent croire au général Cramer, qu’il allait être conduit à travers la zone FUSAG en Angleterre se trouvant à l’avant de Londres. Et lors de son passage, il aperçut des mouvements de grandes concentrations de troupes, de chars, et des avions et de vivres. En fait Cramer avait été conduit le long d'un itinéraire qui était emprunté par les zones de rassemblement et des aérodromes des forces d'invasion NEPTUNE au Sud de l’Angleterre. Tout les signes qui permis au général Cramer d’être trompé était présent, tous les panneaux reflétant les noms des routes et des villes avaient été enlevés déjà en 1940, dans la crainte d'une invasion Allemande. A son arrivé à Londres, le général Cramer s’est réuni et a un dîné avec le général Patton et beaucoup de ses subordonnés du FUSAG, corps et commandants de division furent présent. Pendant le dîner, plusieurs fois fus fait références aux Pas de Calais, et qui ont été glissé par quelques-uns des invités haut-gradé. Et bien sûr, après qu’il fut de retour en Allemagne, Cramer en a fait un rapport immédiatement à Hitler. Il a indiqué aux Führer comment il avait vu de ses propres yeux et entendue provenant directement en tant que sources, des officiers d’état major, qui eux ont parlé sur les grands préparatifs de FUSAG pour envahir le Pas de Calais.

La capacité Allemande à intercepter les communications, et pour détecté les alliées était aussi fortement exploités, pour transmettre la tromperie FORTITUDE-SUD. Un grand volume de trafic radio scénarisé a été envoyé entre l’état major du FUSAG et son corps subordonné et à ses fausses divisions. Tout les rapports de préparation, les mouvements d’unités, la participation d'exercice, et ainsi que les problèmes de vivres, en y intégrant même les congées d'urgence et des problèmes pour payer les hommes, furent tous scénarisée, crypté (dans un code qui fut facile à décrypté) et transmis. En outre, les barrages de la police militaire ont été mis en place pour signaler des problèmes non seulement avec des soldats ivres dans les villes côtières, mais aussi pour les grands mouvements de convois de nuit. En sélectionnant soigneusement la localité du service « Y » qui allait réceptionner les rapports, qui a été bombardé précédemment par les alliées, et qui se service fut resté fonctionnelle, les Alliés étaient en mesure de contrôler à une certaine mesure le signal, que les Allemands pourrait intercepter et pour trouver la géolocalisation de ce signal. La même chose a été fait pour les sites de radar allemand, laissant intentionnellement 16 sites sur 92 fonctionner. Et ces 16 sites joueraient un rôle crucial dans la détection d'une flotte fantôme volant dans la direction du Pas de Calais le 6 Juin et les jours après le débarquement.

Bien pour mon Asterix, comme je vient de trouvé l'information juste aujourd'hui.(nouvelle source, que je vous traduirais à la fin de cette source).
Donc en Premier commençons par Garbo = Nom de code des Anglais du MI-5 et pour l'Abwehr c'était B-319 mais dans sa vie, c'était un journaliste Espagnol

Et pour Brutus = Nom de code Anglais du MI-5 et pour l'Abwehr = Hubert, qui en réalité était un officier de l'état major Polonais.

Mais ici je vous ais juste en vitesse, sortit les informations primaires, qui en fait se trouve dans une réel toile d'araignée. Et ou il faut que vous connaissiez toute l'affaire qui les relies. Et il y'en a encore beaucoup d'autre, qui ne sont pas mentionné ici. Logique, puisque cette source, elle n'a pas de lien avec l'Abwehr ni avec les dossiers du MI-5 et du MI-6, juste militaire US. (Chut gérard, il ne faut pas trop dévoilé tout!!) oui gri

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  Prosper Vandenbroucke Hier à 12:35 am

Pourquoi ne pas tout dévoiler???
Juan Pujol Garcia (ou Garbo) n'a jamais été journaliste, il avait obtenu un diplôme en aviculture.
http://www.demotivateur.fr/article/debarquement-normandie-espion-couple-dispute-seconde-guerre-mondiale-7411
et si il fit bien croire aux Allemands que le vrai débarquement aurait lieu dans le Pas de Calais, ce ne serait pas 45 jours plus tard que le 6 juin 1944 mais que ce débarquement aurait lieu endéans les 15 (quinze) jours suivants le 6 juin.
Quant à la traduction........personnelle ou via traducteur automatique?????.
Sur ce bonne soirée
Prosper clin doeil gri clin doeil gri
avatar
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 766
Age : 67
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  st.ex. Hier à 2:02 pm

Bonjour Prosper!
FORTITUDE-SOUTH
The crown jewel of the BODYGUARD deception effort was FORTITUDE-SOUTH which
had two roles to play, first to support the Normandy landings and then to support post D-Day
operations in France. The pre D-Day efforts were focused on convincing Hitler, the OKW and
OB-West that the invasion site in France would be the Pas de Calais area and that the invasion
was set for a date 45 days later than the actual D-Day set for NEPTUNE.

Et pour mon erreur, B-319 n'était pas pour Garbo, mais "Alias ​​Garbo appartenait à un autre reseau d'un autre super-espion de l'intelligence allemande (B-319), journaliste espagnol Luis Calvo."

Et oui bien sûr, j'utilise des traducteurs automatique, ou a la suite je rectifie à la main.
Et l'histoire sous Garbo, provient d'un livre en Russe.

st.ex.
Major
Major

Nombre de messages : 149
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Fortitude

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum