Operation Landcrab: La reprise d'Attu par les américains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Operation Landcrab: La reprise d'Attu par les américains

Message  Hellfire62 le Jeu 31 Déc 2009, 6:30 pm

Pour ceux que çà pourrait intéresser, j'ai créé ce post complémentaire à celui fait il y a quelques jours sur les Aléoutienens et les Komandorski. Il est basé sur des "After actions reports" de la 7th US Infantry Division et des communiqués du Navy department.
Il traite de la coûteuse reprise de l'île d'Attu du 11 au 29 mai 1943.



Suite à la prise d'Attu et de Kiska par le 303rd Independent Infantry Battalion japonais, Les américains projettent une opération visant à reprendre le contrôle des Aléoutiennes mais sont bloqués par une météo exécrable. les plans originaux de l’état-major américain sont de reprendre d’abord l’île de Kiska, au début de 1943. Kiska est choisie car elle offre un port plus approprié pour les navires et des sites pouvant accueillir l’aviation après transformation. A l’Etat-major américain, le Lieutenant General De WITT est chargé de superviser l’Opération. Il prévoit une Task Force de 25000 hommes, soit une division renforcée (la 35th « Santa Fe » Inf Div). Ceci, en dépit des recommandations de l’Amiral Nimitz qui estime les forces japonaises sur Kiska supérieures à 10000 hommes et préconise l’envoi d’au moins deux divisions. Le War Department avalise la proposition de De WITT mais propose l’emploi de la 7th US Infantry Division, jugée de meilleure qualité et mieux entraînée. Choisie finalement pour cette mission, cette unité surnommée depuis la Première Guerre « Bayonet Division, », reçoit un entraînement poussé pour mener un assaut amphibie, placée sous la responsabilité d’un officier de l’USMC, le Major Genénéral Holland M. "Howling Mad" SMITH. Elle sera renforcée par le 184th US Infantry Regiment, du 8th Coast Artillery (antiaérien) moins 1 Bataillon, et le 2nd Bataillon, 501st Coast Artillery (antiaérien). La 11th Air Force doit multiplier ses sorties au dessus de Kiska et Attu dès que le temps le permet. Mais l’aviation est clouée au sol une grande partie du mois de décembre et de janvier à cause de conditions météorologiques exécrables. Quelques raids de B24 Libérator ont lieu mais n’obtiennent pas les résultats escomptés. Seulement dix tonnes de bombes seront larguées pour 10 appareils perdus dont aucun du fait de l’ennemi. Les pertes seront principalement dûes aux accidents à cause du brouillard permanent et aux erreurs des chasseurs P38 et P40 de la base avancée d’Amchitka. En février, la météo s’améliore un peu et permet d’effectuer 24 sorties de bombardement en neuf jours et de mener 20 sorties de reconnaissance. 150 tonnes de bombes sont utilisées sur cette période. Mais il apparaît que la puissance navale disponible pour supporter un assaut de cette envergure reste insuffisance (la bataille de Guadalcanal vient juste de s’achever). Les japonais de leur côté s’attendent à une attaque sur Kiska et ont très bien préparé leurs défenses sur l’île. Le Contre-Amiral KINKAID propose alors un nouveau plan, au début de mars 1943. Il est décidé de reprendre en premier Attu, la plus grande des îles qui apparaît moins défendue. Kiska une fois isolée et les renforts promis par les canadiens arrivés, les alliés attendront une météo propice pour lancer leur assaut final.





L’élaboration du débarquement

Des estimations basées sur les photographies aériennes de février laissent à penser que la garnison japonaise d’Attu ne serait défendue que par environ 500 hommes, avec au moins trois compagnies d’infanterie, une compagnie de travaux et de l’artillerie antiaérienne. Des informations transmises à la Navy mettent en évidence l’existence d’un aérodrome japonais à Attu et soulignent l’urgence de mettre le plan d’invasion à exécution. A partir du 22 mars, le plan d’action est revu. Il prévoit plus de moyens maritimes et terrestres. En avril des rapports apportent la preuve au Général BROWN que la garnison ennemie serait de 1600 à 1800 hommes et non 500 comme avancé initialement. Les photographies aériennes montrent aussi des positions japonaises existantes dans les parties basses de Massacre Valley, pouvant tenir sous le feu la baie et ses plages. Mais l’état-major, n’ayant pas la preuve qu’elles sont occupées considère qu’elle ont été construites en 1942 et probablement abandonnées depuis. Le général Brown inquiet, obtient le renfort d’un bataillon d’infanterie supplémentaire. Pour l’attaque initiale il est donc prévu un Regimental Combat Team composé du 17th Régiment d’Infanterie avec un Field Artillery Bataillon, d’un Bataillon du 32nd Infantry Regiment, avec une batterie de Field artillery, les scouts de la 7th Division Reconnaissance Troop, un Bataillon d’Antiaircraft Artillery et un Bataillon de Combat Engineers. Le reste du 32nd Infantry Regiment, complété par des unités du 117th Infantry combat team sont placé en renfort sur Adak et doit être en mesure d’intervenir sur Attu à D+1. Une seconde vague de renfort composée du 4th Infantry Regiment et d’un Engineer Regiment doit occuper l’île Shemya, dès la reprise d’Attu pour y construire un aérodrome.



L’assaut initial est prévu pour le 7 mai 1943. Cinq plans d’attaque différents ont été étudiés. La Task Force avec ses 11000 hommes, enfin prête, quitte San Francisco le 24 avril. Les forces américaines sont placées sous le commandement du Contre-Amiral Thomas C. KINKAID, Force du Nord-Pacifique. C’est le Contre-Amiral Francis W. ROCKWELL qui sera responsable de la phase amphibie de l’opération et le Major General Albert E. BROWN commandant de la 7th Infantry Division, qui assumera le commandement des troupes débarquées sur les plages. Les cuirassés Pennsylvania (BB-38), Idaho (BB-42) et Nevada (BB-36) seront chargés de l’appui. Mais le débarquement est repoussé au 11 mai à cause du mauvais temps. L’île est continuellement entourée de brouillard et son relief très difficile (montagnes, glaciers, failles et crevasses) ne permet d’envisager un débarquement et une opération terrestre dans de bonnes conditions qu’à partir de la plages situées à son Est. La zone de débarquement est donc fixée dans le secteur où la côte est entrecoupée par quatre baies. Au vu des derniers rapports, c’est finalement le 5ème plan d’attaque, le plan « E » qui est adopté. Il prévoit un débarquement principal à Massacre Bay, une remontée rapide de Massacre Valley puis la prise des hauteurs commandant Holtz et Sarana Bays. Enfin il prévoit une jonction avec l’autre force débarquée au Nord sur Holtz Bay. Ceci permettant à la force principale flangardée par les troupes sur Holtz de prendre à revers les unités sur Chicago Harbor, d’encercler puis d’anéantir les japonais.
Les prévisions sont optimistes, le commandement parie sur trois jours de combat au plus. Pendant les dix derniers jours qui vont précéder le débarquement, les chasseurs bombardiers basés sur Amchitka vont encore larguer 95 tonnes de bombes sur Attu.



Mais les japonais ont eu le temps d’être renforcés sur Attu par plusieurs convois avant de subir leur revers naval aux îles Komandorski. Ils ont eu de nombreuses semaines pour se préparer. Leur effectif est maintenant d’environ 2400 hommes, incluant un bataillon et demi d’infanterie, 3 batteries antiaériennes de 75 mm, divers mortiers, canons légers et 2 pelotons d’une batterie d’artillerie de montagne, armés de 75mm Pack Howitzer. Ils ont également reçu une unité médicale, divers détachement de service et plusieurs unités de génie, dont la mission essentielle est de construire un aérodrome dans le bras Est de Holtz Bay. Débarqué par sous-marin début mars, le Colonel Yasuyo Yamazaki a pris le commandement sur l’île avec consigne de combattre jusqu’à la mort sans espoir de renfort. Il installe son quartier général à Chicago Harbor, une toute petite baie coincée entre Holtz Bay et Sarana Bay. L’essentiel de la garnison japonaise est concentré dans le secteur de Holtz Bay et autour de Chicago Harbor, où les défenses les plus puissantes ont été installées. Une batterie de quatre canons antiaériens interdit l’accès au bras Ouest de Holtz Bay, une autre est placée afin d’interdire l’accès au bras Est et le dernière est incluse dans les défenses de Chicago Harbor. L’artillerie de montagne a été placée sur les hauteurs entre Holtz et Massacre Bays. Chacun de deux pelotons peut prendre en enfilade sous ses feux le secteur de Massacre Valley, point de sortie des plages Sud. Toutes les collines dominant Massacre Valley et Sarana Bay sont truffées de positions de mortiers et de mitrailleuses Nambu. Les plans américains échaffaudés en Californie tiennent compte du fait que Chicago Harbor et Holtz Bay seraient les secteurs les plus défendus car les plus propices à un débarquement mais pensent que rien de sérieux ne les attend à massacre bay. Des reconnaissances aériennes ont pourtant bien décelé une présence ennemie dans Massacre valley et dans le secteur de Temnac Cove, à Sarana Bay. Mais il leur a été impossible de dénombrer avec précision le nombre de positions de défenses installées sur les collines.





L’opération amphibie :

Le premier acte de cette opération a lieu le 11, quand vers 02H00, les appareils du porte- avions Nassau (CVE-16) attaquent Chicago Harbor. Ils mènent une action combinée de bombardement, de mitraillage et de lâché de tracts, invitant les japonais à se rendre.
Le commando du 7th Scout Company est le premier à atteindre Attu. Il fait partie d’un Bataillon Provisoire commandé par le CaptainWilliam H. WILLOUGHBY, avec le 7th Division Reconnaissance Troop (moins un peloton). Précédant l’assaut amphibie, il est déposé dans la nuit par sous-marin, sur une petite plage baptisée Beach Scarlet. Il doit être suivi immédiatement par le débarquement du Reconnaissance Troop, en attente sur le destroyer Kane (DD-235). Ensembles, ils doivent remonter une étroite vallée menant plein sud et contrôler une passe qui domine les sorties de Holtz Bay. A partir de là, ils peuvent empêcher un repli japonais ou les prendre à revers. Mais un banc de brouillard retarde le débarquement du Reconnaissance Troop qui n’a lieu qu’aux premières heures de l’aube.



Sur la plage de Holtz Bay (Beach Red), exactement à Goltsov point, ce sont les Alaskan Scouts et la Company A du 17th Infantry Regiment qui débarquent en premier. Ils peinent à trouver leur route dans le brouillard. Leur mission est de vérifier la faisabilité du débarquement de la totalité de la Force du nord sur la plage (le BCT 17-1, créé autour du 1st Bataillon du 17th Infantry). Le Beachmaster de la Navy et le Colonel Frank L. CULLIN, commandant le 32nd Infantry Regiment ont accompagné les éclaireurs. Ils rendent compte que malgré quelques difficultés dues au relief, le débarquement peu avoir lieu. Côté japonais, à 10H00, le Colonel Yamazaki est informé que des bateaux américains ont débarqué sur Attu et il ordonne au 303ème Bataillon de rejoindre ses positions de combat. Peu après les cuirassés Pennsylvania et Idaho engagent un bombardement guidé par radar sur la zone de Chicago. L’ennemi répond en renforçant ses positions défensives qui gardent les passes contrôlant Massacre Valley.



A 12H30 le Lieutenant Colonel Albert E. HARTL, commandant le BCT 17-1, demande l’autorisation au Général Brown de débarquer le reste de ses troupes. Celles-ci, masquées par les nappes de brouillard sont embarquées sur les barges depuis 8H00. BROWN décide alors que le débarquement au Sud sur Massacre Bay commencera à 15H30, et autorise HARTL à débarquer dès qu’il sera prêt. A 16H15, la Company B du 17th Infantry Regiment prend pied sur Beach Red. Quelques minutes plus tard, des éléments du 2nd et 3rd Bataillons du 17th Infantry Regiment débarquent sur Beach Blue et Beach Yellow, à Massacre Bay. Aucune opposition ennemie n’est rencontrée sur les plages.



Vers 21H30, cinq heures après que le débarquement principal ait commencé, un total de 3500 hommes a pris pied sur Attu. 400 à Beach Scarlet, 1100 à Beach Red, et 2,000 sur les deux plages de Massacre Bay. Au Nord, le premier contact avec l’ennemi se fait vers 18H00, 1600 mètres au Sud-Ouest de Goltsov Point. Deux japonais sont tués, les autres s’enfuient. Mais la patrouille venue de la plage est tout de suite prise sous le feu de canons doubles antiaérien et sa progression est sérieusement ralentie. Le BCT 17-1 pense être devant son objectif principal: Hill X, une positon haute de 240m et située à 3500m de Beach Red. Les hommes stoppent leur progression durant la nuit et creusent des fox holes. La 7th Scout Company, après avoir progressé toute la journée, a atteint une élévation d’une altitude de 750m au sommet de la passe. Mais la nuit est tombée et il est difficile de faire un point topographique avec précision. Le Captain WILLOUGHBY ordonne alors à se hommes de bivouaquer pour la nuit.



La force de débarquement Sud prend contact avec l’ennemi après 18H00. Le BCT 17-2, après avoir progressé de 2500m, est ralenti fortement par des tirs violents provenant d’une position japonaise sur les hauteurs à l’Est de Massacre Valley. Celle-ci va prendre le nom de Gilbert Ridge. Totalement bloqué 500m plus loin par des tirs de mitrailleuses et de mortier, et incapable de se redéployer, le BCT 17-2 doit s’enterrer sur place vers 21H00. Sur le flanc gauche, le BCT 17-3, venant de Beach Yellow, a réalisé sensiblement la même progression. Les deux bataillons sont maintenant bloqués par les tirs venant des positions ennemies qui gardent les passes de Holtz Bay et Sarana Bay et des collines de chaque côté de la vallée. A la demande du BCT 17-3, les howitzer de 105mm débarqué sur la plage délivrent un feu concentré sur les hauteurs surplombant la vallée. Mais dès la fin du tir d’artillerie, le harcèlement japonais reprend, rendant toute progression impossible. Le Bataillon se trouve juste devant le BCT 17-2, de l’autre côté du versant.
Deux petits détachements ont été envoyés sur chaque flanc pour sécuiriser les colinnes Gilbert Ridge, à droite et Henderson Ridge à gauche. Un de ces détachements, un peloton du 7th Reconnaissance Troop, a été débarqué à Alexai Point, 6 kilomètres à l’Est de Massacre Bay et se trouve à mi-chemin de Chirikof Point. Il a reçu comme mission d’établir une ligne d’avant-poste sur la péninsule entre Alexai point et Sarana Bay et de reconnaître à l’Ouest pour inclure la zone entre Lake Nikolas et Massacre Bay. En mesure de reconnaître ensuite la péninsule vers l’Est dans la direction de Chirikof Point. Il doit prendre contact et coordonner son action avec un peloton du 17th Infantry posté dans la passe entre Sarana Bay et Massacre Bay. Mais après son débarquement à Alexai Point, le peloton du 7th Reconnaissance Troop se trouve coupé de tout contact avec la force principale pendant deux jours. Pendant ce laps de temps, il ne va pas rencontrer d’ennemi et ne prendra pas part à la bataille. Cette section aurait plus tenir un rôle plus actif si les japonais avaient essayé de s’infiltrer à travers Gilbert Ridge, même si sa position se situait loin à l’Est de tous point probable de contre-attaque ennemie. L’autre peloton était la F Company du 17th Infantry. Renforcée d’un groupe de mortier de 60mm et d’une section de mitrailleuses légères, cette section fait mouvement à l’Est, le long de la plage de Massacre Bay et doit emprunter un raidillon qui mène au sommet de Gilbert Ridge, puis redescend sur Sarana Beach. Il doit s’emparer de Gilbert Ridge et la nettoyer de l’ennemi puis établir une position défensive, au bout de la passe de Sarana. Le peloton a grimpé toute la nuit et la matinée du 12 pour atteindre son objectif, mais sur les hauteurs, il est découvert par les japonais. Pendant deux jours, ses hommes vont combattre contre de fortes patrouilles ennemies le long de Gilbert Ridge. Ils arrivent finalement à rejoindre le secteur où s’est retranché le BCT 17-2 dans la nuit du D-Day.



L’infanterie ne progresse pas

Pendant ce temps, les détachements qui avaient été envoyés sur le flanc gauche de la Force du Sud pour protéger l'Arête Henderson et son secteur, se sont également heurtés à des difficultés. Une section de la I Company, 17th Infantry, dépêchée de Massacre Beach pour protéger le côté de la vallée, a dû gravir des pentes abruptes. Le brouillard et l'obscurité arrêtent finalement la section qui a atteint un point environ 700 mètres un peu avant la position où le BCT 17-3 s'est établi dans la vallée. Une semaine plus tard, le 18 mai, la section se trouve seulement environ 500 mètres au-delà de ses positions originales.
Sur le flanc gauche, derrière l'Arête Henderson, la F Company, 32nd Infantry Infanterie s’est heurté à plusieurs impasses infranchissables après avoir atteint son premier objectif :Temnac Cove. Bien que retardé pour avoir débarqué plus loin à l'est que prévu, la F Company atteint Temnac Cove au crépuscule de D-Day. Elle y découvre et détruit par surprise un poste avancé ennemi. Elle entame sa seconde mission le lendemain matin et se déplace au Nord-Est vers Holtz Bay, conformément aux ordres reçus de nettoyer toutes les installations ennemies situées sur le flanc de la Force Principale, progressant vers la sortie de Massacre. Mais le relief est infranchissable et la compagnie ne fait aucun progrès. Partout où elle se dirige, elle se retrouve comme dans un cul de sac et finalement le général BROWN lui ordonne de revenir sur ses pas et de retourner à Massacre Beach. Le BCT 32-2, mis à part sa F Company, n'a pas encore été engagé et les deux autres bataillons du 32nd Infantry ne doivent arriver d'Adak qu’au cours des vingt-quatre prochaines heures. Des renforts supplémentaires sont nécessaires. Le Général BUCKNER est disposé à détourner le 4th Infantry regiment prévu pour occuper l’île de Shemya, le 31 mai. Les choses ne se déroulent pas comme le plan l’avait prévu. Les combats se durcissent toute la journée du 12 mai. Henderson et Gibert Ridge ne sont toujours pas nettoyées et les bataillons sont pris sous les feux croisés venant de chaque flanc.



La mort du Colonel EARLE.

Le BCT 17-2, qui a pour ordre de consolider et de tenir sa position en bloquant les accès de la passe Sarana-Massacre, se trouve obligé d'avancer sur le terrain très difficile sous un feu nourri. Le colonel Edward P. EARLE, chef de corps du 17th Infantry, est tué par une rafale de mitrailleuse alors qu’il rejoint une position avancée. Sa mort est un coup sévère pour l’unité. Il est remplacé par le Colonel Wayne L. ZIMMERMANN, précieux chef d’Etat-major du général BROWN. Le 12 au soir, le Régiment a réussit à verrouiller l’accès à la passe mais les défenses japonaises sont quasiment intactes. Le BCT 17-3 a réussi à se hisser jusqu’à Jarmin Pass, mais il est durement accroché. Pendant deux jours, toutes ses attaquent frontales contre la passe vont échouer, bien qu’il soit épaulé maintenant par le BCT 32-2. Le 14 mai, l’attaque contre Massacre vallée semble enfin terminée. Au Nord, le BCT 17-1 progresse maintenant correctement depuis Holtz bay. Les hauteurs atteintes par le Bataillon, la nuit du D-Day, se trouvait en fait 900 mètres avant Hill X et les japonais ont profité de la nuit pour s’emparer du sommet. Après d’âpres combats qui vont durer toute la journée du 12, le BCT 17-1 s’empare enfin de son objectif initial, dans la soirée. Mais pendant les deux jours qui vont suivre, les japonais vont opposer une farouche résistance et s’accrocher désespérément au versant opposé de la colline. Le 14, le bataillon est rejoint par le BCT 32-3. Le Bataillon Temporaire, parti de Beach Scarlet se trouve toujours dans le ravin sur l'arrière des positions Holtz Bay. Il est fixé depuis trois jours sur la même position et se situe encore à environ 1500m de son objectif.
Le général BROWN dira de ces combats :
-« L'expérience de ces quatre jours de lutte montre que la tactique japonaise est au point. Elle utilise des barrages de mitrailleuses, des tireurs embusqués dissimulés qui se terrent dans les trous ou les tranchées de chaque côté des hauteurs, le long des passes étroites menant aux montagnes. Leurs positions sont difficiles à repérer et presque impossibles à neutraliser avec l'artillerie. Ils créent de nombreuses pertes dans nos rangs. Le nombre de positions de mitrailleuses est très important en regard de l’effectif de la force ennemie. De plus, de petits groupes d'infanterie sont enterrés au sommet des hauteurs parallèles à l'axe d'approche des passes. Etant donné les caractéristiques du terrain, il est presque impossible de s'approcher de ses positions, en raison des pentes escarpées plus ou moins couvertes de neige et extrêmement glissantes. A moins que nous n'ayons beaucoup de chance, les progrès dans les passes, seront lents et coûteux et exigeront des effectifs supérieurs à ceux actuellement disponibles sous mon commandement. »



Le général BROWN est relevé

Suite aux demandes répétées du Général BROWN, les deux bataillons du 32nd Infantry (BCT 32-3 et BCT 32-1) qui constituent la réserve de force, arrivent enfin sur Attu le 13 mai. Mais ceux-ci s’avèrent insuffisants. BROWN réclame toutes les unités disponibles (même celles allouées aux services et à la défense antiaérienne) pour combattre. Le 15 mai, l’Amiral ROCKWELL accorde les renforts demandés. Ses cuirassés ont tirés la majorité de leurs projectiles et le PENNSYLVANIA a fait l’objet d’une attaque à la torpille manquée d’un sous-marin japonais. Les navires sont restés trop longtemps dans ces eaux dangereuses et doivent se retirer des côtes. Les maigres progrès de l’assaut et les demandes incessantes en hommes et en matériels du général BROWN, finissent par irriter l’Amiral KINKAID. Il décide de le relever et confie le commandement des opérations sur Attu au Général LANDRUM. Celui-ci prend ses fonctions le 16 mai à 17H00, juste au moment où les combats pour Holtz Bay entament leur dernière phase. La relève du général BROWN coïncide avec l’avance de la force du Nord qui parvient enfin à briser le « verrou de la mort ». Les intenses bombardements tant navals qu’aériens ont eu raison de la résistance acharnée des japonais qui se replient enfin du bras Ouest de Holtz Bay, le 14 mai. Les deux jours suivants, la Force du Nord, après avoir fait sa jonction avec le Bataillon Provisoire se rend maître du bras Ouest et après de sévères combats, des hauteurs qui séparent le deux bras de la baie. Ils s’emparent de la crête elle-même dans la nuit du 16 mai. Cela permet à la force du Nord (BCT 17-1 et BCT 32-3) de se retourner sur les arrières des forces japonaises défendant la passe de Massacre Valley. Le 17 mai, les japonais sont forcés de se retirer vers Chicago Harbor.



La fin des japonais sur Attu.

Dans les premières heures du 18 mai, les forces du Nord et les forces du Sud opèrent enfin leur jonction. La K Company du BCT 17-3 rencontre la 7th Reconnaissance Company sur le versant Ouest de la Passe Holtz Bay-Massacre. C’est le tournant de la bataille. Les combats seront encore durs et coûteux en vies humaines et dureront presque deux semaines encore pour atteindre tous les objectifs assignés. Il faudra réduire au silence un à un, les nids de mitrailleuses et les mortier juchés sur les hauteurs. Mais finalement la force combinée américaine, renforcée par un Bataillon du 4th Infantry, réussira à encercler Chicago Harbor. L'organisation défensive japonaise sera finalement brisée, la nuit du 29. Dans une charge suicide fanatique, menée par le Colonel Yasuyo Yamazaki, sabre à la main, les quelques mille japonais survivants, attaquent les lignes américaines, après avoir achevé leurs blessés. Tous trouveront la mort exceptés 4 d’entre-eux, qui seront faits prisonniers. Le 30 mai, L’Etat Major Impérial annonce la perte d’Attu.



Voici un passage d’un journal trouvé sur le corps De l'officier japonais Nebu TATSUGURI, du service médical nippon sur Attu. Celui-ci évoque parfaitement l’état d’esprit du soldat japonais lors de ces terribles combats.


-« 28 mai 1943.
Il ne nous reste plus que deux jours de vivres. Notre artillerie a été détruite. On entend le son des mortiers et des canons anti-aérien. Les compagnies qui tenaient le sommet du volcan d’Attu ont été anéanties, excepté une. Je me demande si le commandant Yenegawa et quelques-uns de ses hommes sont encore vivants. Le 303ème bataillon est vaincu, la plupart des compagnies ont été annihilées. Le bataillon Yenegawa tient encore sur Umanose. Il y a de nombreux cas de suicide. La moitié du secteur où se trouve l’Etat-Major a été emporté par l’ennemi. J’ai entendu dire qu’ils ont distribués 400 doses de morphines pour aider les blessés à se suicider. J’ai mangé du chardon à demi-séché. C’est le seul aliment frais que j’ai pu consommer depuis des mois, c’est un régal. l’Etat major a ordonné que nous implantions l’hôpitâl plus loin dans l’île, mais cet ordre a été annulé.

29 mai 1943.
Aujourd’hui, il est 20H00 nous sommes rassemblés à l’Etat-major, les personnels de l’hôpital vont combattre aussi. C’est notre ultime assaut. Tous les blessés se sont suicidés. Del’hôpital, nous ne sommes plus que 33 encore en vie et je dois mourir. Je n’ai pas de regrets. Banzaï pour l’Empereur ! Je suis heureux car j’ai gardé la paix dans mon âme. J’ai pris sur moi de m’occuper de mes derniers patients avec des grenades. Au revoir Taeki, mon épouse adorée qui m’a aimé jusqu’à mon dernier souffle. Jusqu’à notre prochaine rencontre, accorde toi la grâce de dieu. La faute commise il y a quatre ans me sera pardonnée. Je suis désolé pour toi Takiko, né en février de cette année et parti sans avoir pu connaître ton père. Au revoir Mattué, frère Hokkey Sukechan, Masachm, et Mitichan, au revoir. Nous sommes un peu moins de mille hommes pour cette dernière charge. Nous allons tenter de prendre les positions d’artillerie ennemies. Il semble que l’ennemi prépare un assaut général demain… »


Drapeau japonais saisi sur Attu en mai 1943. Emmené aux Aléoutiennes par le soldat Tadashi KIKUCHI, ce drapeau, récupéré après la mort du soldat fut gardé pendant 60 ans par le soldat Californien Edwin TREBIAN. En 2001, le vétéran américain a souhaité que ce drapeau soit remis à la fille de KIKUCHI, au Japon.


Dernière édition par Hellfire62 le Dim 03 Jan 2010, 1:54 pm, édité 2 fois
avatar
Hellfire62
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 890
Age : 49
Localisation : à Arras, avec l'ami Bidasse
Date d'inscription : 18/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Landcrab: La reprise d'Attu par les américains

Message  Hellfire62 le Sam 02 Jan 2010, 11:25 am

Le nettoyage des dernières poches de résistance sur Attu

Interrogatoire d'un des rares soldats japonais survivant sur Attu


Bien que les américains annoncent la prise de l’ïle d’Attu le 29 mai 1943 et que l’Etat-major impérial japonais reconnaisse la perte de l’île dès le 30 ; il serait une erreur de croire que les combats sur l’île se sont terminés à cette date. L’étude des communiqués du Navy Department montre qu’il n’en est rien et que des poches de résistances japonaises vont encore poser des problèmes durant de nombreux jours aux forces américaines.

le secteur de Engineer Hill après l'attaque suicide des japonais , le 29 mai 1943


N. D. COMMUNIQUÉ NO. 399, JUNE 2, 1943
Le 31 mai, sur Attu, les opérations de neutralisation de groupes de japonais isolés continuent. Les etimations fournies le 30 à minuit concernant les pertes japonaises sur Attu sont les suivantes : Tués 1500, prisonniers 4.
N. D. COMMUNIQUÉ NO. 400, JUNE 3, 1943
Le 1er juin sur Attu, divers secteurs ont été ratissés par les troupes américaines qui, vers midi, ont rencontré et éliminé quelques petits groupes de soldats japonais. Un rapport complémentaire confirme 1791 tués japonais sur Attu. Ce chiffre ne tient pas compte du nombre inconnu de japonais disparus lors des destructions occasionnées par les tirs d’artillerie navale et les bombardements aériens. Un certain nombre de corps ont été également incinérés ou enterrés par les japonais.
N. D. COMMUNIQUÉ NO. 401, JUNE 4, 1943
Au 1er juin, sur Attu, il subsiste de petits groupes de japonais qui tiennent certains secteurs de l’île, mais l’ennemi n’est plus en état d’opposer une résistance. Les pertes américaines sur Attu au 1e juin à minuit sont de 342 tués, 1135 blessés et 58 disparus.
Aux 1791 tués japonais mentionnés dans le communiqué du Navy Department, il convient d’ajouter 11 prisonniers faits par les troupes américaines.
N. D. COMMUNIQUÉ NO. 404, JUNE 8, 1943
Au 7 juin, 8 japonais ont encore été tués sur Attu. 11 autres, encerclés dans Chicago Valley, ont préféré se faire sauter avec des grenades plutôt que de se rendre. Le total des tués ennemis connu à ce jour est de 1826.

N. D. COMMUNIQUÉ NO. 405, JUNE 10, 1943
Durant la journée du 9 juin, 19 japonais ont été tués sur Attu et 5 autres ont été capturés.

N. D. COMMUNIQUÉ NO. 407, JUNE 12, 1943
Pendant la nuit du 8 au 9 juin, des patrouilles de l’US army sur Attu ont combattu dans le secteur entre Sarana Bay et Cape Khlebnikof. 66 japonais ont été tués et un seul a été fait prisonnier. Il n’y a pas eu d’activité ennemie signalée dans les autres secteurs de l’île.
N. D. COMMUNIQUÉ NO. 416, JUNE 18, 1943
Au 16 juin, trois prisonniers japonais supplémentaires ont été faits sur Attu, dans le secteur de Khlebnikof. Un total de 24 soldats japonais a té capturé sur Attu
N. D. COMMUNIQUÉ NO. 423, JUNE 26, 1943
Des patrouilles américaines ont tués 15 japonais sur l’île Attu.

N. D. COMMUNIQUÉ NO. 439, JULY 12, 1943
Le 4 juillet, 4 japonais ont éét capturés sur l’île d’Attu.

Ces rapports montrent bien que des combats sporadiques ont lieu sur Attu pendant de nombreux jours. Attu ne sera définitivement nettoyée de toute présence japonaise que le 4 juillet 1943, soit 36 jours après l’annonce de la prise de l’île par les troupes américaines. Les derniers japonais ont bien souvent préféré combattre jusqu’à la mort ou se suicider plutôt que de subir le déshonneur de se rendre. L’un d’entre-eux dira qu’il a été fait prisonnier parce trahi par la grenade qu’il pressait contre son ventre. Celle-ci n’avait pas explosé. Les communiqués concernant Attu permettent aussi de vérifier que le nombre de prisonniers avancé généralement est bien exact, mais au 12 juillet et non au 29 mai, après la charge suicide, comme il est avancé parfois.
Cimetière japonais d'Attu
avatar
Hellfire62
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 890
Age : 49
Localisation : à Arras, avec l'ami Bidasse
Date d'inscription : 18/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum