Le Deal du moment :
Display 24 boosters Disney Lorcana – Premier ...
Voir le deal
anipassion.com

Nazi en fuite

2 participants

Aller en bas

Nazi en fuite Empty Nazi en fuite

Message  st.ex. 18/2/2023, 01:13

Nazis en fuite

Exode des meurtriers de masse

Après la fin de la guerre, des milliers de nazis se sont cachés dans les coins les plus reculés du monde. L'Église catholique a souvent aidé à l'évasion. Parfois, même des agents américains ont utilisé la "ligne de rat" pour escorter les criminels de guerre en lieu sûr.

Bonjour, je m’arrête déjà ici pour vous expliquer quelques chose!
Ici est énumérer la ligne des Rats.

Mais cette ligne d'évasion, était uniquement attribuer à la route via le Vatican, ou l'évèque pro nazi et Austro Allemand Alois Hudal, lui as héberger, et à transmis des faux documents aux anciens nazi... (j'en reviendrais plus tard).
Mais ici il faut savoir, que il n'y avait pas uniquement ce chemin.
Par l'Espagne il y avait aussi la route organiser par nul autre que par Otto Skorzeny, qui lui même avait pris la poudre d'escampette avec l'aide de la ligne des rats, et qui par la suite, avait créer sa propre organisation, et comme c'était cher le tarif, un dernier une nouvelle fois attiré par les grosses sommes d'argent, mais qui lui aida plus les anciens de la luftwaffe à fuir, parce que ici c'était nul autre que le pilot Hans Rudel, qui avait créer en dernier son organisation d'évasion.

Mais comme je vient de l'écrire, cela coutait réellement cher... Et ici j'avais aussi lu, que c'était juste après le débarquement en Normandie, que les premiers conspirateurs, fortune à l'appui, et qui ne croyait plus a la vision de Hitler, pour que l'Allemagne sorte Gagnante, à Strasbourg à l'ancien Maison rouge qui était un hôtel pendant cette période, on commencé à mettre des sous sous, de côté, pour créer les premiers pas de l'organisation.
Et qui bien sûr, l'argent investit dans leurs projets, sera grandement remboursé avec le paiement de l'évasion.

Aujourd'hui, des Tableau soit disant oublier, ou plutôt, qui on été découvert chez des anciens galeriste Allemands, ou famille de Galeriste. du Picasso...... Parce que il ne faut non plus croire, que les anciens nazi, on emmener avec eux sur les navires, dans leurs bagages, ses toiles de maîtres. (valeur trouvé aujourd'hui plus de 60 000 000 €)
Et une fois en Argentine, ben même Mengele il lui as fallu travailler, bien sûr pour lui, il avait encore ses liens familles en Allemagnes qui avait une grande entreprise, et qui lui on envoyer de l'argent. Et pour Eichmann, hein rien de savoir, qu'il avait une maisonnette ou bien sûr sur les photos, on le voit avec un élevage de lama, mais comment diable, avait t'il pu se payer sa maison, et que bien sûr, il avait planifier pour construire des tunnels... Parce que en Argentine en cette période, le salaire d'un ouvrier n'était pas haut ou mirobolant, même Mengele disposait de 2 voitures, une Mercedes et une VW. Et ne me venez non plus, avec l'idée de faire un crédit à la Banque. ça cela serait n'importe quoi comme réponse absurde.

Et que personne ne me viennent, que ses toiles font partie de l’acquisition, ça c'est du baratin, en raison, que ses toiles se trouvait bien sur une des listes, de toiles volé. Maintenant bien sûr aussi, il existe mille façon d'écoulé au marché noir en cette période les toiles.

Et Priebke 47 ans ou il as vécue en fuite en Argentine (en 1995), mais là aussi l'argent..............
Alors je ne vous parle même pas, si Hitler et Eva ils aurait fuit en Argentine, là la somme à payer, elle devait se chiffrer à une très nombreuse vente de tableau. Oui bien sûr, cela doit être vrai pour l'histoire de Bormann.
Et comme à un moment on l'aurait aperçus avant son départ, en Espagne, ici cela devait être par la voie du groupe de Skorzenie, puisque pour son groupe, l'évasion s'effectua à travers l'Espagne.
Tandis que l'évasion "ligne des Rats" (Vatican), ou Bormann était en premier lieu, ici cela se passait via un port en Italie.
Ainsi lui suivant les dires de son ancien secrétaire, Bormann avait vécue jusqu'à sa mort, dans la zone des trois frontières Argentine/Paraguay et Bolivie.
Et comme Alain Decaux, l'avait déjà rappeler, vivre dans la tourmente de la traque, ou chaque jours on doit rester sur ses gardes, c'est bien le pire de tous les tourmente, et ici même si Bormann était riche comme crésus, bien sûr après qu'il était tout seul, je ne lui ai pas donné beaucoup de temps, avant que les indiens gochos, qui l'on protéger, se son prit à lui, pour connaitre l'emplacement du trésor.
Parce que là, tout l'argent doit depuis des années avoir disparu....

Bien alors ce sujet parlera donc des lignes d'évasion, et aussi des anciens nazi qui se son fait arrêté.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 18/2/2023, 11:39

1er cas:

A l'usine automobile "Volkswagen do Brasil" près de Sao Paulo, Senhor Paul Stangl a été appelé au téléphone : "Ici c'est la police de la circulation. Votre fille a eu un grave accident. Veuillez venir à l'hôpital.

Le mécanicien automobile Franz Paul Stangl, 59 ans, s'est précipité vers sa VW, est parti et est tombé dans le piège : il a été arrêté à l'hôpital.

Le 28 février 1967, la police brésilienne a arrêté l'ancien SS Hauptsturmfuhrer et commandant des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka (Pologne) pour Juifs recherchés depuis 1948. Bien que dans une position inconfortable, Stangl était soulagé : « Je pensais que ces messieurs venaient d'Israël.

Ces craintes n'étaient pas entièrement déraisonnables : le SS-Obersturmbannführer et dernier solutionneur Adolf Eichmann avait été kidnappé par un commando israélien en Argentine sept ans plus tôt. Et le chasseur d'Eichmann Simon Wiesenthal - alors chef du centre de documentation juive de Vienne - est également celui qui a découvert les traces floues de Stangl et a provoqué l'arrestation. Wiesenthal : "Stangl était sur ma liste... à la troisième place, derrière Bormann et le chef de la Gestapo Müller."

Wiesenthal a mis le tisserand Stangl en bonne place car dans les camps d'extermination que commandait Stangl, près d'un million de Juifs ont été gazés en un peu moins d'un an et demi.

En avril 1942, les Endlöser (Adolf Eichmann et co.)l'avaient nommé commandant du camp de concentration de Sobibor près de Brest-Litovsk. Mais à peine six mois plus tard, il a dû aussi remplacer le commandant du camp de Treblinka, le Dr. en médecine Irmfried Eben, qui n'avait pas atteint son quotas d'extermination. Le médecin autrichien a amené plus de Juifs qu'il ne pouvait en tuer.

Le nouveau commandant assure l'ordre et la rapidité. Il a fait installer une maquette en carton d'une gare de province sur la rampe. Devant l'entrée des chambres à gaz, il installa un rideau de synagogue avec l'inscription hébraïque "Voici la porte par laquelle entrent les justes".

Stangl a augmenté la productivité de l'entrepôt. Il a construit de plus grandes chambres à gaz et a remplacé le moteur diesel obsolète par le moteur plus puissant d'un char russe T 34, à partir duquel les gaz mortels s'écoulaient dans les chambres.

Jusqu'à 18 000 Juifs ont été tués en 24 heures dans des équipes de jour et de nuit. Le Reichsfuhrer -SS Heinrich Himmler a félicité Stangl, qui avait entre-temps été promu SS Hauptsturmfuhrer, pour ses réalisations "uniques" et lui a décerné la Croix du mérite de guerre pour "stress mental".

Un soulèvement de prisonniers dans le camp de Treblinka (Nord-Est de Varsovie) en août 1943 met fin à la carrière de Stangl en tant que commandant : il est affecté à la lutte contre les partisans sur la côte adriatique yougoslave et se retrouve en captivité américaine à la fin de la guerre. Les Américains le confièrent aux Autrichiens qui l'arrêtèrent et l'envoyèrent à Linz pour déblayer les décombres. Stangl réussit à s'échapper de cet avant-poste fin mai 1948.

Avec l'aide de l'organisation secrète »Odessa«(ligne des rats), il a atteint la Syrie via l'Italie, comme Wiesenthal l'a découvert plus tard. Selon Stangl lui-même, l'évêque romain Hudal lui avait fourni des papiers. Après la Syrie, il eut aussi sa femme Thérèse avec leurs filles Brigitte, Renate et Isolde.

En 1951, la famille s'enfuit au Brésil. Stangl a trouvé du travail dans le département d'ingénierie de l'usine Volkswagen près de Sao Paulo, qui a fini par lui verser un salaire mensuel de 1 200 dollars pour ses services.

Alors qu'il assemblait des automobiles, ses anciens subordonnés furent condamnés par Sobibor (1965/66 à Hagen) et Treblinka (1964/65 à Düsseldorf). L'introuvable Stangl n'était qu'un personnage mineur dans ces processus. August Miete, surnom du camp "Malchamowes" ("Ange de la mort"), qui a été condamné à la réclusion à perpétuité lors du procès de Treblinka, a déclaré dans ses remarques finales : "Les vrais coupables ne sont pas jugés ici."

C'était aussi l'avis de l'ancien Gestapoiste qui se rendit au bureau de Simon Wiesenthal le 22 février 1964 et déclara qu'il voulait révéler où se trouvait Stangl : « Les gros animaux, les Stangl et les Eichmann... ils avaient tous autant de soutien comme ils n'en avaient besoin que... et qui m'aidera ?"

L'homme de la Gestapo songea à se servir : il demanda d'abord 25 000 dollars pour son pourboire ; Wiesenthal ne pouvait pas rassembler la somme. Alors l'homme de la Gestapo s'est laissé marchander. Il veut au moins un centime pour chacune des 700 000 victimes de Treblinka, soit 7 000 dollars. Wiesenthal a rédigé une lettre de change qui allait entrer en vigueur uniquement après l'arrestation de Stangl, et a noté l'adresse de Stangl.

Ce n'est que trois ans plus tard - le 28 février 1967 - que la facture était payer et quatre jours plus tard, le parquet de Düsseldorf a demandé l'extradition de l'homme arrêté.

La Cour suprême de Brasilia a finalement donné la préférence aux Allemands par rapport aux Autrichiens et aux Polonais, qui voulaient également Stangl. Mais les Latino-Américains ont posé une condition visant à garantir que Stangl ne serait pas puni plus sévèrement en Allemagne que ce qui pourrait être fait en vertu de la loi en vigueur au Brésil.

Le Premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Heinz Kühn, a dû assurer par écrit qu'il pardonnerait à Stangl – si l'ex-commandant était condamné à la réclusion à perpétuité – à une peine à durée limitée. Les autorités allemandes se sont également engagées à extrader Stangl vers l'Autriche après qu'il eut purgé sa peine.

Le 23 juin, l'homme arrêté a été remis aux détectives de Düsseldorf Siegfried Kindler et Reinhold Greiner à Rio de Janeiro. Sur les conseils du capitaine, les fonctionnaires ont embarqué Stangl, pour qui ils n'avaient acheté qu'un billet touristique, en première classe du Boeing 707 -- il y avait environ 40 passagers juifs en classe touriste.

Lorsque Stangl a quitté l'avion à Düsseldorf vendredi dernier, il a déclaré : "Je suis heureux d'entendre à nouveau des sons allemands et de revoir le magnifique paysage allemand."

Publier le 02.07.1967 dans le magazine Allemand "Der Spiegel".
Et ici la dénomination d'Odessa, n'a rien voir avec la ville. Ici c'était juste un Acronyme, qui était égale à:
(Organisation der ehemaligen SS-Angehörigen, « Organisation des anciens membres SS »),puisque ils étaient bien au courant, du sort qui leurs serait réservé.

Et ici on part au Brésil, avec leurs récits.

Histoire
Un commandant nazi chez Volkswagen do Brasil
27/07/2017 27 juillet 2017

Franz Stangl, ancien chef de deux camps de la mort en Pologne, est non seulement devenu un employé du constructeur automobile de São Bernardo do Campo, mais a également mis en place un stratagème d'espionnage à l'usine en collaboration avec le régime militaire.

Ancien commandant des camps de la mort de Treblinka et Sobibór en Pologne, Franz Paul Stangl a travaillé pendant huit ans chez Volkswagen do Brasil, entre 1959 et 1967. Il était chargé de mettre en place un secteur de contrôle et de surveillance à l'unité de São Bernardo do Campo pour espionner pendant la dictature militaire, comme l'a révélé la Commission nationale de la vérité (CNV) en 2014. Bien qu'il ait été recherché à l'échelle internationale, Stangl n'a même pas changé de nom à son arrivée au Brésil en 1951.

L'affaire a été rappelée par un groupe de travail d'enquête des radiodiffuseurs allemands NDR et SWR et du journal Süddeutsche Zeitung dans un rapport publié ce mercredi (26/07). Le texte dit que Volkswagen a même recommandé un avocat à Stangl, après son arrestation à São Paulo, en 1967.

Stangl est arrivé avec sa famille au Brésil en 1951 après s'être évadé de prison et avoir vécu un certain temps en Syrie. Il a vécu dans le pays pendant 16 ans avant d'être extradé vers l'Allemagne. Né en 1908 à Altmünster, en Autriche, Stangl faisait partie de l'Aktion T4, le programme nazi d'euthanasie pour l'extermination des personnes handicapées physiques, et a été promu commandant de deux camps de la mort en Pologne.

Au Brésil, le criminel nazi a travaillé dans des entreprises textiles jusqu'à son embauche par Volks en 1959. La structure mise en place par Stangl - précisément pour espionner les employés - était complexe et comptait des dizaines de policiers et de membres des forces armées. Même aujourd'hui, cependant, la société affirme que personne ne connaissait son passé.

"Tout indique qu'ils ne savaient pas", a déclaré l'avocat de Volkswagen au Brésil, Rogério Varga, à l'équipe de journalistes allemands.

Stangl est arrêté à São Paulo le 28 février 1967 grâce à Simon Wiesenthal, surnommé le « chasseur de nazis ». Dans une affaire largement relayée par la presse brésilienne, l'ancien commandant nazi a été arrêté par des agents du Département de l'ordre et de la politique sociale (Dops) et extradé vers l'Allemagne.

L'ancien président du groupe Volkswagen, Carl Hahn, qui occupait à l'époque un poste au conseil de surveillance du constructeur automobile au Brésil, a déclaré qu'il n'y avait aucune information sur l'histoire de Stangl. « Nous ne connaissions pas par cœur les noms des commandants des camps de concentration », argumente-t-il. "Que des personnes venant d'Allemagne y soient enregistrées [chez le constructeur automobile] était quelque chose de très normal."

Recommandation de l'avocat

Peu de temps après l'arrestation, le chef de Volkswagen do Brasil. Friedrich Wilhelm Schultz-Wenk, qui avait été membre du parti nazi, a envoyé une lettre au siège du constructeur automobile à Wolfsburg pour justifier pourquoi l'entreprise ne connaissait pas le passé de Stangl.

Il a déclaré que la loi brésilienne interdisait la collecte d'informations sur les travailleurs. "VW au Brésil est indifférent à quelle religion on appartient", écrit-il. Mais dans le cas de Stangl, souligne le rapport, ce n'était pas une question de croyance, mais de crimes de guerre.

Le rapport révèle également qu'après avoir été arrêté, le constructeur automobile a recommandé un avocat à l'ancien commandant nazi. En décembre 1970, il est condamné par le tribunal de district de Düsseldorf à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de 400 000 personnes dans les deux camps de la mort (une autre source donne 900 000 mort).

Selon l'enquête, Wiesenthal, le "chasseur de nazis", a écrit à l'ancien parlementaire Walther Leisler-Kiep disant que la femme de Stangl avait parlé avec des membres de Volkswagen et que la société avait recommandé un avocat à l'ancien commandant.

La communauté juive s'est plainte de l'aide offerte à Stangl au consulat d'Allemagne à São Paulo et a demandé l'intervention de l'ambassadeur d'Allemagne au Brésil, comme le montrent des documents du ministère allemand des Affaires étrangères. On ne sait pas si le consulat est intervenu dans l'affaire. Stangl était représenté par un autre avocat, qui a reçu les honoraires autrichiens.

Après avoir été extradé, Stangl a été jugé en Allemagne. Avant que la peine ne devienne définitive, il mourut d'une crise cardiaque en prison le 28 juin 1971.

La source Brésilienne publier en 2017: https://www.dw.com/pt-br/um-comandante-nazista-na-volkswagen-do-brasil/a-39853635

Mort dans la prison de Düsseldorf:
Il est décédé d'une insuffisance cardiaque 19 heures après la conclusion de cet entretien dans une prison de Düsseldorf le 28 juin 1971.

et ma source wikipedia que j'ai utiliser pour sa mort.
https://en.wikipedia.org/wiki/Franz_Stangl
Alors à présent, laissez moi juste le temps de récolter toutes les informations sur sa fuite....

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 19/2/2023, 21:32

décidément pour trouver un texte complet, sur la ratline pour l'évasion de Franz Stangl, ici on peut se gratté, ben oui  j'avais oublier, ou mis de côté, que ODESSA l'organisation, est encore aujourd'hui un sujet tabou en Allemagne.
Puisque au jour d'aujourd'hui, il y'a encore les descendants qui vivent, et eux sont encore protéger, par l'ancienne organisation, qui depuis des années n'existe plus, mais en réalité, ODESSA est rester actif en version sous officiel, et ce je m'en doute bien, que ce sont les descendants de ses anciens criminel, qui l'on réactivé.

Ainsi je vous fait une fois part. des informations que l'on peut trouvé, et ici je garde toute les informations, puisque ils ont tous été énumérer, sauf lorsque quelqu'un souhaite écrire un livre, l'auteur oublie, ou plutôt pour son second livre, il vas intégré à chaque fois les bouts manquants (non énumérer dans le livre précédent.) Donc c'est juste une histoire de fric, ou l'auteur garde des informations volontairement, pour être sûr que le livre suivant, il recevra encore des rentrer d'argent.

a) première source pour Stangl depuis son évasion, jusqu'à son arrivé à Rome.
Après la Seconde Guerre mondiale, des milliers de nazis ont fui vers l'Amérique du Sud le long de soi-disant ratlines - souvent avec l'aide du clergé catholique. Le Vatican ouvre maintenant ses archives de l'époque. Sera-ce un moment de vérité ?

En 1948, trois ans seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un grand criminel de guerre nazi réussit à s'évader d'une prison de Linz, en Autriche.

Franz Stangl, ancien SS-Hauptsturmführer et commandant des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka, était responsable de la mort de près d'un million de Juifs. Via Graz, Merano et Florence, il se rendit à Rome et, surtout pour lui, au Vatican.

A Rome, l'évêque Alois Hudal, un compatriote autrichien, l'a accueilli avec ces mots : "Vous devez être Franz Stangl - je vous attendais." Il a ensuite remis à Stangl de faux documents permettant au criminel de guerre nazi de se rendre en Syrie, où sa famille l'a finalement rejoint. En 1951, la famille Stangl émigre au Brésil. L'homme qui a perfectionné le meurtre de masse dans les camps de concentration a passé des années à assembler des voitures dans une usine Volkswagen près de Sao Paulo.

Franz Stangl est l'un des milliers de nazis et de collaborateurs qui, avec l'aide de l'Église catholique, ont échappé à l'Europe par des routes appelées "ratlines" - dont certaines allaient d'Innsbruck par les Alpes à Merano ou Bolzano dans le Tyrol du Sud, puis à Rome et de là à la ville portuaire italienne de Gênes.

Stangl a choisi un détour par la Syrie, mais la majorité des nazis sont montés à bord de navires se dirigeant directement vers l'Amérique du Sud - principalement vers l'Argentine, le pays survivant de l'Holocauste et écrivain Simon Wiesenthal surnommé le "Cap du dernier espoir" des nazis. L'Argentine a été le dernier pays à déclarer la guerre à l'Allemagne nazie.

Ici déjà il faut prendre en compte, que Hudal, à travers les faux passeports de la croix rouge, lui jouait juste le rôle finale, tandis que le tout était orchestrer par l'organisation ODESSA, parce que c'était bien eux, qui l'on fait sortir de prison....

bien passons à une version plus longue.
Premières exfiltrations : Alois Hudal

L’évêque catholique autrichien Alois Hudal, recteur du Collegio Teutonico di Santa Maria dell’Anima à Rome, un séminaire pour prêtres autrichiens et allemands, est le directeur spirituel des germanophones résidant en Italie. Connu pour avoir promu une synthèse entre catholicisme et national-socialisme, certains historiens l'accusent d'avoir été en réalité un agent du renseignement nazi infiltré au Saint-Siège. Après la fin de la guerre en Italie, Hudal devient actif dans le ministère des prisonniers de guerre et des internés germanophones détenus dans des camps en Italie. En décembre 1944, le secrétariat d'État du Vatican reçut la permission de désigner un représentant pour « visiter les internés civils germanophones en Italie », tâche assignée à Hudal.
Adolf Eichmann, ici à son procès en 1961, bénéficie du réseau Hudal pour s'exfiltrer vers l'Argentine.

Hudal se sert alors de cette position pour aider des criminels de guerre nazis à s’échapper : parmi ces derniers figurent Franz Stangl, commandant de Treblinka, Gustav Wagner, commandant de Sobibor, Alois Brunner, responsable du camp d’internement de Drancy près de Paris et chargé des déportations en Slovaquie à destination des camps de concentration allemands, et Adolf Eichmann3 – un fait sur lequel il s’ouvrirait plus tard sans manifester de remords. Certains de ces hommes recherchés sont détenus dans des camps d’internement ; dépourvus de papiers d’identité, ils sont le plus souvent enrôlés dans les registres du camp sous de faux noms. D’autres nazis se cachaient en Italie et s’adressèrent à Hudal lorsque son rôle dans l’aide aux fuyards devint connu dans les communautés nazies. Dans ses mémoires, Hudal écrit au sujet de ses actions : « Je remercie Dieu qu’Il m’ait permis de visiter et de réconforter beaucoup de victimes dans leurs prisons et camps de concentration et de les avoir aidé à s’enfuir avec de faux papiers d’identité ». Il y explique aussi qu’à ses yeux, « la guerre des Alliés contre l’Allemagne n’était pas une croisade, mais la rivalité des complexes économiques pour la victoire desquels ils avaient combattu. Ce prétendu business… utilisait des slogans tels que démocratie, race, liberté religieuse et christianisme comme appâts pour les masses. Toutes ces expériences furent la raison pour laquelle je sentis qu’il était de mon devoir après 1945 d’orienter mon travail de charité essentiellement vers les anciens nazis et fascistes, et plus particulièrement vers les prétendus criminels de guerre ».
Les relations entre Alois Hudal et Pie XI puis son successeur sont mauvaises : ses positions provoquent sa mise à l'écart dès 1937, année de la parution à la fois de son manifeste et de la condamnation papale du nazisme, Mit brennender Sorge (avec une inquiétude brulante).

Cependant, les relations entre Hudal et le Vatican ne sont pas bonnes : lorsqu'il publie en 1937 son essai, Les Fondements du national-socialisme, les autorités de l'Église perçoivent son éloignement radical avec la ligne doctrinale et politique officielle. En effet, Hudal y remet ouvertement en question la position du pape Pie XI et d'Eugenio Pacelli, futur Pie XII, sur le national-socialisme, à savoir une condamnation culminant avec l'encyclique Mit brennender Sorge qui attaque ouvertement l'idéologie du Troisième Reich. Pie XI et Eugenio Pacelli, qui essaient au départ de changer les opinions de Hudal, cessent d'entretenir tout contact avec lui à la suite de l'échec de plusieurs rencontres. Dans ses mémoires posthumes7, Hudal se rappelle d'ailleurs avec amertume ce qu'il estime avoir été le manque de soutien de la part du Saint-Siège à la lutte contre le bolchévisme athée de l'Est. Il atteste avoir reçu plusieurs fois de vertes critiques contre le système nazi de la part des diplomates du Vatican sous Pie XII, au lieu du soutien espéré. De même, l'ascension de Hudal au Vatican est rapidement gelée : isolé dans son collège, il finit par démissionner en 1947 et se voit même expulsé hors de Rome.

D'après Mark Aarons et John Loftus, dans leur ouvrage Unholy Trinity, Hudal est le premier ecclésiastique catholique à s'être consacré à la mise en place de filières d’exfiltration. Ils prétendent qu'il fournissait aux bénéficiaires de l’argent pour les aider à s’échapper et, chose plus décisive, des faux documents incluant des papiers d’identité délivrés par l’organisation du Vatican pour les réfugiés, la Commission pontificale d'assistance.

Si ces documents ne sont pas réellement des passeports et ne sont pas suffisants par eux-mêmes pour permettre un voyage outre-Atlantique, ils constituent toutefois la première étape dans la chasse aux documents. Ils ont notamment pu être utilisés pour obtenir un passeport de personnes déplacées de la part de la Croix-Rouge internationale, document permettant d'obtenir par la suite des visas, sans que la CRI n'effectue les contrôles de vraisemblance sur les passeports auxquels elle est théoriquement tenue. Selon les informations recueillies par Gitta Sereny auprès d’un haut responsable de la branche romaine de la CRI, Hudal utilise également sa position d’évêque pour demander au CRI des papiers « établis selon ses spécifications ». Les sources de Sereny font également état d’un trafic illicite actif de documents du CRI volés ou falsifiés à Rome à cette époque.

Selon des rapports déclassifiés des services de renseignement américains, Hudal n'est pas le seul ecclésiastique ayant apporté de l’aide aux nazis à cette époque. Dans le rapport La Vista déclassifié en 1984, l’agent du Corps du Counter Intelligence Vincent La Vista explique comment il s'est facilement arrangé pour que deux faux réfugiés hongrois puissent obtenir de faux documents de la CRI au moyen d’une lettre rédigée par le père Joseph Gallov, qui gérait un organisme de charité soutenu par le Vatican au profit des réfugiés hongrois, et qui ne posa aucune question pour écrire à son « contact personnel » à la Croix-Rouge, qui délivra alors les passeports.

Donc version plus longue, comme vous pouvez l’apercevoir, mais aussi contenant déjà plus d'info.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 19/2/2023, 23:12

euh et là je vient de relire se passage:
D'après Mark Aarons et John Loftus, dans leur ouvrage Unholy Trinity, Hudal est le premier ecclésiastique catholique à s'être consacré à la mise en place de filières d’exfiltration. Ils prétendent qu'il fournissait aux bénéficiaires de l’argent pour les aider à s’échapper et, chose plus décisive, des faux documents incluant des papiers d’identité délivrés par l’organisation du Vatican pour les réfugiés, la Commission pontificale d'assistance.
Si cette partie est réel, ben cela veut aussi dire, ou mentionne déjà, que aucun des fuyards n'avait de fortune sur lui.
Déjà les tableaux, ben non, trop encombrant, cela pour les personnes qui en disposait, ou de l'or, là je pense que cela n'a jamais quitté l'Allemagne, ou si cela a quitté l'Allemagne, c'était effectuer par une personne de réel confiance, genre membre de la famille.

Pour Stangl, tssss, et maintenant devinez une fois qui était la personne, mentionné dans les document de l’honorable Mr. Simon Wissenthal? (personne qui avait vendu, oui contre les 1Centimes par personne morte, l'intérêt que Mr. Wissenthal, avait pour capturer ou avoir le privilège, de voir Stangl devant ses yeux en tant que prisonniers.) Es ce difficile à devinez?
Quel confiance témoignez vous personnellement à votre beau-frère?

Mais pour répondre à cette question, bien sûr, ici entre plusieurs facteur en compte, déjà si il est financièrement bon, au jours d'aujourd'hui, on mettrais en plus la vision, si c'est un drogué, donc on mettrais en avant tous les facteurs, qui pourrait faire basculer d'un rien la confiance que on pourrait lui accordé.

Pour Mengele, je ne sais pas si il as amassé une fortune ou des tableaux provenant des morts.
Cela se peut aussi si Mengele n'avait rien amassé, que tout l'argent qu'il avait, provenait soit des actions ou de la part de l'entreprise familiale. Tandis que d'autre, eux qui n'avait strictement rien, telle je suppose que c'était le cas pour l'ex journaliste Français (un qui publiait du pro nazi). Mais bon je sais aussi que chez nous, notre belle loi de la constitution, elle a changer après 1945. Ainsi je ne sais non plus, quel loi en vigueur était pour ce journaliste, Parce que actuellement, ont as bien le droit d’énumérer verbalement ce que l'on souhaite. Si, si et ne le prenez pas mal, mais c'est bien notre constitution, qui nous donne ce privilège. Et on ne s'en privera jamais assez, de souhaiter la garder, sans que elle soit modifier.

Et pour ce Belge, aucune information pour le moment, mais lui aussi avait réussi à fuir via les voix sainte ou diabolique de ce ecclésiaste, pour rejoindre l'Argentine. Mais ici on parle de menu frotin, pas comparable à Wagner ou à Stangl, qui était d'ancien commandant de camps ayant tué autant de personnes.
Alors si moi j'aurais entendu, les paroles de ce soit disant évêque, mentionné qu'il avait écouté la voix de dieu. Je lui aurait mis mon poing dans sa figure... Et là je comprend aussi les raisons, que le Vatican à uniquement ouvert ses archives aujourd'hui......
Que le pape me pardonne de ses phrases, mais en tant que personne, je me demande aussi comment en ses périodes, ou même les SS, on mis dans les mines et autres, les prêtres, comment on t'il pu fermer autant de temps leurs yeux, et leurs oreilles sur les agissements de cet ignoble évêque. Es ce que qu'un d'eux, aurait oublier de ne pas s’initie dans la politique?
Et désolé, mais ce n'est pas en 1947, puisque en 1948 même en 1950-1952, Hudal officiait encore, ainsi lui avait bien encore accès aux porte du Vatican.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  Prosper Vandenbroucke 20/2/2023, 11:42

Pas mal et ceci non plus:
https://www.39-45.org/viewtopic.php?f=135&t=54220&p=793969&hilit=R%C3%A9seau+ODESSA#p793969
Prosper Vandenbroucke
Prosper Vandenbroucke
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1030
Age : 73
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 20/2/2023, 13:28

oui bonjour Mr. Prosper, comment cela marche chez vous en Belgique? aussi du beau temps?

Bien, oui bien sûr que d'autre forum français en avait déjà parler.
Et vous, oui comme je suis plus jeune de 13 ans par rapport à vous, j'aime bien vouvoyer!
Ainsi vous qui connaissez l'histoire en générale. vous,vous rappelez sans doute, que Himmler, était fanatisé par les Chevaliers Teutonique et tout le reste.
Ha ben il ne faut non plus s'étonné que le château Meran fessait partie des haltes en tant que lieu.
Puisque il suffit juste d'effectuer des recherches sur le château, que à un moment, on peut lire dans les récits historique, "Ordre Teutonique".
Et ce lieu beaucoup de haut gradé SS, devait être au courant, Puisque eux tous pour recevoir leurs chevalières tête de Mort, ils sont du aller au château de Wewelsburg, qui une nouvelle fois au XIIIème Siècle, c'était une résidence des chevaliers Teutonique.

Et pour l'Autriche, Vienne cette ville, contient la maison de l'ordre Teutonique.
Nazi en fuite Deutscher_Orden_in_Europa_1300
ici vous avez la vision de la grandeur de l'ordre Teutonique.
Donc pour moi, cela sent, ou plutôt cela ressemble, à tout les lieu ou les Anciens chevalier Teuton, avait tenu à un moment.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 1/4/2023, 15:23

Re bonjour, et je continue avec de Nouvelle documentation trouvé:
Nazi en fuite Ausvmd10

Voici son histoire, pour ceux qui ne l'on pas encore identifier.
Oui bien sûr, la traduction pour cette dénomination Allemande, c'est bien Lignes des Rats, mais ici si on utilise l’animale on sait que lui vie dans les égouts, ainsi la traduction exacte, serait plus "l'égout Nord des Rats", et puis comme chacun sait, lorsque un navire est entrain de coulé, les rats quitterons toujours en premier le navire...  
"Rattenlinie Nord"*: Comment les criminels SS sont arrivés à Flensburg

Le terme "Rattenlinie" n'a été inventé que dans les années 1980. Il a d'abord décrit la fuite de nazis fortement incriminés via l'Italie, le Vatican ou l'Espagne vers l'Amérique du Sud. Ce n'est que plus tard que de nouvelles sources ont précisé qu'il y avait aussi une "Rattenlinie Nord". Celle ci n'a pas conduit en Amérique du Sud, mais via Flensburg vers l'Allemagne d'après-guerre. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, fin avril 1945, le Schleswig-Holstein était le seul territoire allemand inoccupé restant, avec certaines parties de la Bavière. Il est ainsi devenu l'une des principales destinations d'évasion des criminels nazis. Même si la « Forteresse alpine » et la « Forteresse Nord » n'étaient que des produits de la propagande nazie, elles offraient la dernière retraite à l'État et à la direction militaire.

Point de fuite Flensbourg

À la fin de la guerre, la population de Flensburg a doublé en quelques jours pour atteindre probablement plus de 150 000 habitants. Depuis la fin de 1944, la marche des réfugiés ont emprunté la route vers le nord. Il y avait aussi des prisonniers de guerre et des travailleurs forcés. Dans les premiers jours de mai 1945, des trains transportant des prisonniers du camp de concentration de Neuengamme atteignirent la ville. Au même moment, des navires transportant des prisonniers des camps de concentration émaciés et mortellement épuisés de l'Est ont accosté dans le port. Le SS Reichsfuhrer Heinrich Himmler (*1900-1945†) l'a commandé. Son plan était d'utiliser les prisonniers des camps de concentration comme otages.

Mais ici pour la Photo; voici la partie.
par Werner Junge

11 mars 1946, 23 heures : Tout est encore calme à la ferme Hansen à Gottrupel près de Flensburg. Soudainement un bruit. Les habitants sursautent. Est-ce que ce sont les Polonais, anciens travailleurs forcés, qui veulent piller ? Mais les portes sont ouvertes par des soldats britanniques. Aussi ceux de la chambre des domestiques. C'est là que Franz Lang dort. L'ancien compagnon de marine et qui aide à la ferme sans agriculteurs. Un homme travailleur et gentil qui prend beaucoup de temps pour les enfants. Maintenant, des crosses de fusil le frappent. Il est couvert de sang dans ses sous-vêtements lorsque son alliance est arrachée de son doigt. Le capitaine Hans Alexander lit la gravure : Rudolf et Hedwig. Le chasseur de nazis britannique vient de trouver sa cible. Il a arrêter le commandant du camp de concentration d'Auschwitz, il vient d'identifié Rudolf Höss.

Jusqu'à 3 000 criminels de guerre SS on fuit dans cette dernière région.

Höss est extradé aux Polonais et pendu à Auschwitz le 16 avril 1947 devant son ancienne villa de commandant avec vue sur les chambres à gaz. Il fait probablement partie des 3 000 criminels de guerre SS qui se sont cachés à Flensburg en mai 1945. La grande majorité d'entre eux peuvent s'échapper dans l'après-guerre en toute impunité.
Ainsi sur la photo, on peut bien identifier l'uniforme d'un des Soldats Polonais.

Comme l'a décrit l'historien Gerhard Paul, les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale à Flensburg sont caractérisés par une ambiance apocalyptique et chaotique - mais aussi par une bureaucratie très efficace. Elle travaille au siège de la police et transforme les meurtriers de masse, les tueurs et les responsables de l'Holocauste en simples soldats de la Wehrmacht.

Point de fuite Flensbourg

Flensburg regorge de monde. Dans quelques jours, la population de la ville du fjord doublera probablement pour atteindre plus de 150 000 habitants. Aux réfugiés affamés, désormais logés dans chaque maison, viennent s'ajouter d'anciens travailleurs forcés et prisonniers de guerre de l'Est

Le plan de Himmler échoue

Vêtus de beaux uniformes, de limousines et d'autobus, bourrés de provisions, d'argent et d'or, le chef SS Heinrich Himmler et son état-major de 150 fidèles atteignirent Flensburg le 2 mai. Le Haut Commandement de la Wehrmacht arrive le 3 mai, suivi de Karl Dönitz, successeur d'Hitler. Himmler compte sur lui. Après ses tentatives de négociations séparées et en libérant les prisonniers des camps de concentration scandinaves, il est tombé en disgrâce auprès d'Hitler.

Himmler courtise maintenant les faveurs de Dönitz. Il espère gagner les Alliés en libérant les prisonniers des camps de concentration. Mais le 6 mai, il a finalement quitté Dönitz. Ce n'est que deux jours avant la reddition inconditionnelle que Himmler s'est rendu compte que lui et ses chefs SS ne pouvaient que se cacher. Dès le 3 mai, il conseille aux organisateurs de la Shoah d'obtenir des documents qui les transformeraient en simples soldats de la Wehrmacht.
De nouvelles identités qui sont produite à la chaîne

L'usurpation d'identité est déjà organisée. Le SS Standartenfuhrer Hans Hinsch, en tant que chef de la police, s'en charge. Premier arrêt, la préfecture de police à Norderhofenden 1. Il y a de nouveaux papiers ici. Les SS-Standartenfuhrer deviennent de simples gendarmes de terrain, sous-officiers de la Wehrmacht, camarades de la Marine. Les poches pleines d'argent nous allons à Mürwik. Il y a un uniforme qui correspond à la nouvelle identité, les articles usagés sont préférés.

Himmler avait alors conseillé de fuir au Danemark. Mais la plupart d'entre eux vont vers le sud. Ils se laissent capturer par les Britanniques qui avancent vers le nord. Ils sont internés dans les zones réglementées d'Eiderstedt et de Fehmarn/Ostholstein. Beaucoup sont libérés en tant que soldats de la Wehrmacht à l'été 1945. Rudolf Höß, alias Marinemaat Franz Lang, en est un exemple typique. Il déclare être issu de l'agriculture et est donc logé dans la ferme près de Flensburg.

La chasse aux nazis commence

Les soldats britanniques atteignent Flensburg le 8 mai. Et ils sont au courant que de nombreux criminels nazis essaient de se cacher dans les uniforme de la Wehrmacht en voie de dissolution. À la frontière germano-danoise, en quelques jours, les Britanniques ont filtré plus de 2 400 hommes d'ancien SS déguisés en soldats de la Wehrmacht rentrant du flot de soldats de Norvège et du Danemark qui affluaient vers le Schleswig-Holstein.

Les choses sont différentes pour ceux qui obtiennent de nouvelles identités à Flensburg : la majorité d'entre eux réussissent le coup. Ils échappent à la punition et réapparaissent plus tard dans la nouvelle République fédérale. Dans de nombreux cas, ils retournent à des postes de direction. Vous pouvez compter sur un cartel de complices silencieux.

La fin d'Himmler

Heinrich Himmler s'est caché à Kollerup près de Flensburg. Le Reichsführer SS se rase la moustache le 8 mai et se transforme en simple policier militaire. Avec seulement quelques partisans restants, Ils se son dirigez vers le sud. Les Britanniques attendent au canal de Kiel. Alors Himmler soudoie un pêcheur, qui le ramène à travers l'Elbe. Le 20 mai, il sera contrôlé près de Lüneburg. Les papiers de l'officier de police de terrain Heinrich Hitzinger sont frappants. Ils sont trop neuf, trop frais. Hitzinger se révèle être Himmler.

Une capsule de cyanure est cachée dans une de ses dents. Il l'a mordu le 23 mai 1945. Le même jour, les Alliés ont arrêté le gouvernement Dönitz à Flensburg. Dönitz, Alfred Jodl - tous deux en bel uniforme d'amiral ou de général, et Albert Speer en trench-coat sont présentés à plusieurs reprises dans la cour de la préfecture de police de Norderhofenden. La cour est petite, les équipes de tournage du monde entier devraient avoir l'opportunité de prendre la photo historique de la fin de l'ère nazie.

Et pour les personnes, qui sont intéressé par la chasse au trésor. Ici il ne faut pas oublier, que cette Or et cet Argents mentionné dans le récit, est plein de sang, provenant tous des Juifs qui ont été assassiné à travers ses ordres.

ma source Allemande:
https://geschichte-s-h.de/sh-von-a-bis-z/r/rattenlinie-nord/

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 1/4/2023, 16:08

Bien je continue donc une fois avec cette "Rattenlinie Nord"

Raisons de fuir vers Flensburg

Dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie des grands NS restants ne se sont pas enfuis vers la prétendue forteresse alpine, mais via la soi-disant ligne de rat au nord du Schleswig-Holstein en direction de Flensburg. Dans le quartier non détruit de Flensburg à Mürwik, la zone spéciale de Mürwik a été créée pour le dernier gouvernement impérial sous Karl Dönitz. La planification de la relocalisation des ministères du Reich sous la forme de groupes de travail hors de Berlin avait commencé en février 1945 et avait été mise en œuvre en avril 1945 (cf. affaire Clausewitz). Une plus petite proportion des décideurs nazis en fuite espéraient apparemment aussi pouvoir fuir au Danemark. Mais le 5 mai, Mürwik ordonna la reddition partielle des troupes allemandes au Danemark. En mai 1945, les soldats allemands se retirent du Danemark (cf. Danemark sous occupation allemande). En outre, les nazis en fuite espéraient également que la puissance occupante britannique, comme c'était la coutume en Grande-Bretagne à l'époque, renoncerait à l'obligation de s'enregistrer. Cela s'est avéré plus tard vrai et a donc favorisé la possibilité d'entrer dans la clandestinité à long terme.

Réfugiés et unités

Le Reichsfuhrer SS Heinrich Himmler, accompagné de son adjudant-chef Werner Grothmann et de son état-major personnel du RFSS, composé de 150 personnes, partit également en direction de Flensburg, qu'il atteignit le 2 mai 1945. Il voulait être impliqué dans le gouvernement du grand amiral Dönitz.

Les autorités de commandement qui ont déménagé dans la région de Flensburg en mai 1945, en partie sur ordre de Himmler, étaient :

le "SS-Führungshauptamt" bureau principal de la direction SS sous les ordres du SS Obergruppenfuhrer Hans Jüttner,
le "SS-Personalhauptamt" bureau principal du personnel SS sous le commandement du SS Obergruppenfuhrer Maximilian von Herff,
le  "Hauptamt der Ordnungspolizei" bureau principal de la police de l'ordre sous le SS Obergruppenfuhrer Alfred Wünnenberg,
le "Amt III des Reichssicherheitshauptamtes (SD-Inland)"Département III du Bureau principal de la sécurité du Reich (SD-Intérieur) sous Otto Ohlendorf (chef du groupe SS et lieutenant général de la police, chef de la "Einsatzgruppe D "force opérationnelle D),
le "Amt VI des Reichssicherheitshauptamtes (RSHA) (SD-Ausland)" Département VI du Bureau principal de la sécurité du Reich (RSHA) (SD à l'étranger) sous le chef du groupe SS Walter Schellenberg,
Certaines parties du  "Reichskriminalamtes"  bureau de la police criminelle du Reich (qui a été intégré au RSHA en tant que département V),
le  "SS-Wirtschafts- und Verwaltungshauptamt" bureau principal économique et administratif SS sous le SS Obergruppenfuhrer Oswald Pohl ainsi que
le "Amt D des WVHA" Département D de la WVHA Inspection KL sous la direction du chef de groupe SS Richard Glücks.

En plus de ces autorités de commandement, les employés du bureau de la Gestapo à Schwerin sous le SS Standartenfuhrer Ludwig Oldach et les employés du centre de contrôle de Stettin sous le SS Standartenfuhrer et le président de la police Fritz Karl Engel sont également venus à Flensburg.

Le Département D, qui a été transféré à Flensburg, comprenait le commandant du camp de concentration d'Auschwitz, Rudolf Höß, le SS Hauptsturmfuhrer Karl Sommer, le médecin du camp de concentration Enno Lolling, le SS Sturmbannfuhrer Wilhelm Burger, le SS Standartenfuhrer Gerhard Maurer et les commandants du camp de concentration Hans Bothmann, Arthur Liebehenschel, Anton Kaindl et Paul Werner Hoppe. D'autres personnes qui sont venues à Flensburg comprenaient Le chef du groupe SS Emil Höring, ancien commandant de la Warthegau Ordinance Police (BdO), le général de division de la police Walter Gudewill et le médecin du Reich SS Karl Gebhardt. Les généraux SS qui se trouvaient dans la région de Flensburg à la fin de la guerre étaient Udo von Woyrsch, Curt von Gottberg, Hans-Adolf Prützmann, Wilhelm Koppe et le médecin général et chirurgical SS qui accompagnait Adolf Hitler, Karl Brandt.

Le SS-Sturmbannfuhrer Kurt Stawizki, un auteur de l'Holocauste, est également venu à Flensburg. Le Gauleiter du NSDAP en Prusse orientale, Erich Koch, a également atteint Flensburg, mais avec une escale à Copenhague. En outre, le ministre des Affaires étrangères du Reich, Joachim von Ribbentrop, est également venu à Flensburg début mai.

Arrivés à Flensburg, les nazis qui avaient fui s'installent dans des auberges ou des bâtiments publics de la ville. Ils ont campé au siège de la police de Flensburg ou se sont cachés dans la base presque ingérable de Mürwiker. De nombreuses unités étaient également campées autour de la ville de Flensburg. On peut donc supposer que toutes les personnes et unités qui ont fui ne peuvent encore être retrouvées aujourd'hui.

Les Restants...

Avant même d'atteindre Flensburg, certaines unités avaient été dispersées ou faites prisonnières par les Alliés, ou étaient parties sans être retrouvées, si bien que leurs supérieurs en fuite ne pouvaient qu'enregistrer leur disparition. Les personnalités NS qui sont arrivées à Flensburg ont reçu des papiers pour de nouvelles identités après leur arrivée au siège de la police, qui était sous l'autorité du SS Standartenfuhrer Hans Hinsch en tant que chef de la police. Ainsi, les membres SS étaient déclarés simples officiers de police de campagne, les sous-officiers de la Wehrmacht étaient compagnons dans la Marine. Le nombre exact de faux papiers délivrés à la préfecture de police n'est toujours pas clair. Il devait y en avoir des centaines. On estime qu'environ 2 000 à 3 000 faux papiers d'identité qui ont été délivrés. A Mürwik, ces "nouveaux" ont reçu des uniformes d'occasion appropriés. Si ceux qui arrivent à Mürwik manquent encore de papiers, le commandant de l'Académie navale de Mürwik, Wolfgang Lüth, fait également délivrer de fausses cartes d'identité de la Wehrmacht. Une fois que les membres SS ont eu de nouveaux papiers, ils ont pu se mêler aux soldats de la Wehrmacht revenant du Danemark près de Krusau.

Le 3 mai 1945, Dönitz avait confirmé à Himmler, qui s'était enfui à Flensburg, comme chef des Waffen-SS et chef de la police allemande ; qu'il lui donnerais sa réponse le 6 mai, il le déposa en sa présence lors d'un conseil des ministres. Après cela, Himmler trouva cela trop dangereux de continuer à vivre à Flensburg ; il quitta la ville et se retira à la campagne. Avec quelques partisans, il s'enfuit de nouveau vers le sud le 11 mai, où il fut arrêté le 21 mai à Meinstedt, au sud-est de Bremervörde, et se suicida peu de temps après. Comme Himmler, Ribbentrop n'a trouvé aucun lien avec le gouvernement exécutif du Reich. Karl Dönitz l'a également rejeté. Le 6 mai 1945, le Gauleiter et président supérieur du Schleswig-Holstein, Hinrich Lohse, est relevé de ses fonctions par Dönitz. Il a été allégué que lui et Erich Koch avaient demandé un sous-marin pour pouvoir se rendre en Amérique du Sud.

Otto Ohlendorf a été impliqué dans le gouvernement du Reich, ce qui l'a éloigné de Himmler, avec qui il est resté en contact jusqu'à sa mort. Le 13 mai, l'Amt III (SD-Inland) sous son commandement a été classé comme service de renseignement du gouvernement du Reich. Il a essentiellement conservé son poste de secrétaire d'État du ministère de l'Économie du Reich sous Albert Speer, qui était responsable du département «Économie et production» du gouvernement de Flensburg, mais a laissé la gestion réelle du personnel à Ohlendorf. Avec environ 200 employés, le service de renseignement constituait la majorité du gouvernement du Reich de Dönitz, qui comptait environ 350 employés. En 1948, Ohlendorf a été condamné à mort lors du procès des Einsatzgruppen et exécuté en 1951.

Avec la fin de la guerre, la British Field Security Section a commencé à rechercher des criminels de guerre. L'unité rapporta ses premiers succès le 13 mai. À la frontière, les Britanniques ont également commencé à contrôler les membres de la Wehrmacht. En collaboration avec les Danois, un centre d'interrogatoire a été mis en place dans l'ancien camp d'internement allemand de Fröslee.

Le diffuseur de propagande William Joyce (Lord Haw-Haw), arrêté près de Flensburg en mai, lors de son transport ultérieur dans une ambulance


Maximilian von Herff a été arrêté par des soldats britanniques à Flensburg en mai 1945. Richard Glücks, chef de l'inspection des camps de concentration, s'est suicidé le 10 mai 1945 à l'hôpital naval de Flensburg-Mürwik. L'idéologue en chef nazi Alfred Rosenberg avait été écarté du gouvernement exécutif du Reich par Dönitz. Il est arrêté à l'hôpital naval le 18 mai 1945. La zone spéciale de Mürwik a été occupée par des soldats britanniques le 23 mai. Karl Dönitz, Alfred Jodl et l'ancien ministre de l'armement Albert Speer ont été arrêtés puis condamnés à Nuremberg. L'amiral Friedeburg, qui travaillait également pour le gouvernement, s'est suicidé le même jour.

Le 11 mars 1946, le commandant du camp de concentration d'Auschwitz, Rudolf Höß, qui s'était caché sous un faux nom, est arrêté par les Britanniques dans une ferme du village de Gottrupel et extradé vers la Pologne, où il est mis jugé et exécuté à Auschwitz en 1947.

Lorsque, après la guerre, l'euthanasiste nazi en fuite Werner Heyde a découvert que le poste de médecin du sport à l'École navale des sports était vacant, il a postulé sous le nom de "Dr. médical Fritz Sawade" et a été embauché en 1949. Il a acheté une maison mitoyenne sur Walter-Flex-Weg dans le quartier Westliche Höhe, où d'autres nazis s'étaient déjà installés après la guerre. Ce n'est qu'en 1959 que Heyde a été dénoncé. Il s'est enfui de l'arrestation prévue à Francfort-sur-le-Main, où il a finalement été arrêté. En 1964, avant le début du procès principal, il se suicida.

Ainsi ont comprendra, que beaucoup d'entre eux, leurs dernier refuges a été la region de Flensburg.

Et ici aussi la fin de la théorie, qui visaient que Dönitz avec des sous marins, à laissez évadé des anciens nazies pour l'Amérique du Sud.
Tient tient et Erich Koch ce .... avec l'autre ont tenté d'en avoir un...

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 1/4/2023, 20:17

Ben tenez encore un autre fait marquant:
Vous vous rappelez que j'avais mentionnez dans mon message du 20 Février, le fait que toutes ses villes, ou passèrent les Nazie en fuite, détenait de l'histoire des Chevaliers Teutoniques...
Et devinez quoi?
Heinrich Himmler, lui avait été arrêter au poste de contrôle d'un petit village se dénommant "Meinstedt", on y trouve le nom de "Karl der Große" qui est référencé à ce village, et ah qui est ce karl?
Petit indice, Dans la SS, ils avait même permis au Français de porter le nom de leurs unité par le nom de l'empereur écrit en Français.
Un empereur à présent? Oui, et si je vous indique encore Carolingien. C'a y'est vous l'avez trouvez?
Ben oui en Français il est connus sous le nom de "Charlemagne". soit bien sûr le petit fils de Pepin le bref....
Charlemagne 1, du latin Carolus Magnus, ou Charles Ier dit "le Grand".

Ainsi vous trouvez comment ce fait, toujours encore entrain de penser que c'est juste une corrélation sans réel fondement? Moi je pense que ici Himmler leurs avait bien fait suivre des cours d'histoire sur le moyen âge, avec tout ses fêtes style du moyen âge, que les SS on fêter dans les châteaux historique. Cela prouve juste une unique chose, que Himmler les as instruits, tout ce qu'il savait encore de ses cours, et de ce que son père, lui à endoctriner en tant que instituteur pendant que Heinrich était encore jeune.

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  st.ex. 1/4/2023, 20:55

Et "Lord Haw Haw" c'est qui?
La réforme du droit de la trahison et l'affaire Lord Haw-Haw 75 ans après

Tard dans l'après-midi du 28 mai 1945, deux officiers britanniques ramassant du bois de chauffage au nord de Flensburg, en Allemagne, près de la frontière danoise, rencontrèrent un homme en civil. Il s'est arrêté pour bavarder, d'abord en allemand puis en français - sa main droite dans sa poche tout le temps. Il a ensuite dit, en anglais : "J'avais l'habitude de ramasser moi-même du bois de chauffage.

Le son de cette voix était tout ce dont les officiers avaient besoin pour l'identifier.

Trois semaines après la capitulation allemande, ils avaient trouvé William Joyce, le fasciste né à Brooklyn qui avait passé cinq ans à diffuser de la propagande nazie au public britannique et américain. Il était l'un des nombreux anglophones à diffuser sous le nom de Lord Haw Haw, mais le pseudonyme lui était depuis longtemps associé le plus étroitement.

Les officiers britanniques dans les bois ont reconnu sa voix et Joyce - qui portait un passeport allemand portant le nom de Hansen - a admis sa véritable identité. Ce faisant, il a déplacé cette main droite qui était restée dans sa poche tout au long de la rencontre, et l'un des officiers a tiré, frappant Joyce à la cuisse.

Alors qu'il était transporté en ambulance au quartier général de la deuxième armée britannique à Lüneburg, où l'ancien chef SS Heinrich Himmler s'était suicidé en captivité cinq jours plus tôt, Joyce a reconnu les raisons possibles de ses ravisseurs pour être un peu nerveux.

"Je suppose qu'au vu des récents suicides auxquels vous vous attendez, je vais faire de même", a-t-il déclaré, selon ses propres dirent accorder Au "New York Times". "Je ne suis pas ce genre d'homme.".
William Joyce (Copyright : ©)

Selon le récit de l'Associated Press sur son transport à Lüneburg, Joyce "a été exposé ici pendant cinq minutes afin que les Tommies britanniques puissent avoir un aperçu de l'un des hommes les plus détestés d'Angleterre". Un soldat lui a crié : "Espèce de traître jaune, enfin entre nos mains."

Un autre a déclaré: "Nous pouvons tous respirer plus facilement. Cela aurait été affreux si les Britanniques n'avaient pas eu l'honneur de capturer ce traître."

Les correspondants n'ont pas glané de telles citations de l'homme lui-même. Après avoir attendu trois heures pour le voir, il s'est contenté de "regarder d'un air maussade" les journalistes rassemblés, vêtus d'un pyjama à rayures bleues et blanches.

Avec son silence, l'une des voix les plus distinctives de la guerre a tranquillement quitté la scène.

Né à Brooklyn en 1906 de parents irlandais - un catholique, un protestant - Joyce et sa famille sont retournés en Irlande lorsqu'il était enfant, puis Joyce a déménagé en Angleterre lorsqu'il était adolescent. Il est diplômé de l'Université de Londres et, au cours de son mandat, a acquis sa caractéristique physique la plus distinctive. À seulement 18 ans, il a été lacéré sur le côté droit du visage par un insurgé communiste alors qu'il assistait à une réunion politique, laissant une longue cicatrice sur sa joue.

Toujours de droite dans sa politique, Joyce a rejoint l'Union britannique des fascistes en 1932 et est devenu un lieutenant clé du chef du mouvement, Sir Oswald Mosley. Les deux se sont disputés quelques années plus tard et Joyce a finalement déménagé en Allemagne en 1939, peu de temps avant que les nazis n'envahissent la Pologne. Il est devenu citoyen allemand l'année suivante alors qu'il assurait un nouveau rôle de distribution de propagande dans le pays qu'il avait laissé derrière lui.

Il ne parlait initialement à la radio que sous le nom de "Lord Haw Haw", le surnom fourre-tout que le chroniqueur britannique Jonah Barrington appliquait aux propagandistes. Alors que les forces allemandes roulaient à travers le continent, écrasant la résistance aux Pays-Bas, en Belgique et en France, Joyce était pleine de fanfaronnades.

Il a ouvert son émission en répétant Germany calling "l'Allemagne appelle" avec sa prononciation particulière, une marque de fabrique moquée par de nombreux journaux britanniques après sa capture, avant de s'extasier sur les succès allemands et d'encourager ses auditeurs à abandonner ce qui doit sûrement être un combat sans espoir.

Les médias avaient spéculé – correctement, pour la plupart – sur son identité pendant un certain temps, et il s'est révélé net lors d'une émission du 2 avril 1941 avec une sorte d'énoncé de mission.

Pour conclure cette note personnelle, moi, William Joyce, dirai simplement que j'ai quitté l'Angleterre parce que je ne me battrais pas pour la communauté juive contre le Führer et le national-socialisme, et parce que je crois très ardemment, comme je le fais aujourd'hui, à la victoire et à la perpétuation de l'ancien système serait un mal incomparablement plus grand pour (l'Angleterre) que la défaite couplée à la possibilité de construire quelque chose de nouveau, quelque chose de vraiment national, quelque chose de vraiment socialiste.

À ce stade de la guerre, avec les États-Unis toujours sur la touche et la décision désastreuse d'Hitler de lancer l'opération Barbarossa dans quelques mois, on peut pardonner à Joyce de croire qu'il y avait une chance que cela se produise réellement.

Cela n'a pas duré, mais Joyce a continué à se débrouiller alors même que la situation se détériorait pour son pays d'adoption. Au printemps 1945, alors que tout le monde pouvait voir que ce n'était qu'une question de temps avant la défaite inévitable, il avait depuis longtemps fui Berlin pour Apen dans le nord-ouest de l'Allemagne.

Joyce a enregistré sa dernière émission le 30 avril, le jour où Hitler s'est suicidé. C'est une chape défaitiste dans laquelle Joyce, sa voix étouffée, proclame que "le peuple de Grande-Bretagne mérite ce qu'il obtiendra à l'avenir" pour avoir uni ses forces avec les "bolcheviks" de l'Union soviétique.

J'ai toujours espéré et cru, en dernier ressort, qu'il y aurait une alliance, une alliance, une entente entre l'Angleterre et l'Allemagne. Eh bien, pour le moment, cela semble impossible. Bien. Si ce n'est pas possible, alors je peux seulement dire que tout mon travail a été vain. Je peux seulement dire que j'ai, jour après jour, attiré l'attention du peuple britannique sur la menace venue de l'Est à laquelle il était confronté.

Son émission concluait :

C'est pourquoi je vous dis, en ces termes, que vous ne pourrez plus entendre parler de moi avant quelques mois. Je dis, es lebe Deutschland . Heil Hitler, et adieu.

Les troupes britanniques ont découvert l'enregistrement le lendemain, le dernier mot d'un homme qui avait longtemps été moqué par ceux qu'il était censé influencer - "une blague plutôt qu'une terreur", selon les termes d'un compte d'agence de presse.

Un éditorial du New York Times après sa capture a résumé son héritage de cette façon :

Sa voix a été entendue avec empressement en Grande-Bretagne et, lorsque les conditions météorologiques le permettaient, dans ce pays. Ni lui ni ses maîtres allemands n'ont jamais compris que c'était des rires dirigés contre eux, et que quelques minutes avec Lord Haw Haw laissaient tout le monde plus déterminé à débarrasser le monde d'un système aussi absurde que méchant. Il aurait pu être payé avec profit par l'un des gouvernements alliés, il a fait tant de bien à la cause alliée.

Bien qu'il soit difficile de classer ses infractions au même niveau que celles commises par Himmler ou d'autres nazis jugés plus tard pour crimes de guerre, il savait sûrement que les Britanniques auraient peu de pitié pour examiner son cas.

Environ 10 jours avant qu'ils ne tombent sur Joyce, les troupes britanniques ont attrapé et identifié sa femme, Margaret, bien qu'elles aient gardé cela hors des nouvelles entre-temps. Elle a été amenée à Lunebourg le jour de sa capture.

Margaret a également diffusé de la propagande nazie, mais les autorités britanniques ont finalement refusé de la poursuivre, "pour des raisons de compassion". Cette concession découle du sort qui a frappé son mari.

Joyce n'était pas considérée comme un criminel de guerre et a donc été jugée en tant que civil. Il a été reconnu coupable de trahison le 19 septembre 1945 à Old Bailey, et une cour d'appel et la Chambre des lords ont confirmé la condamnation dans les mois à venir.

Les avocats de Joyce avaient fait valoir qu'il n'était pas accusé de trahison parce qu'il n'était pas citoyen britannique, mais la couronne a fait valoir avec succès qu'il était responsable parce qu'il avait obtenu un passeport britannique en 1933.

Tôt le 3 janvier 1946, Joyce a rendu visite à sa femme, son frère et sa sœur à la prison de Wandsworth à Londres. Il est ensuite conduit au gibet, où le bourreau Albert Pierrepoint exerce ses fonctions peu après 9 heures.

Une foule d'environ 300 personnes s'était rassemblée à l'extérieur de la prison et l'avis officiel de la mort de Joyce a été affiché à 9 h 08. Quelques sympathisants ont enlevé leur chapeau à la nouvelle, mais il n'y a pas eu de troubles dans la foule.

Les derniers mots de Joyce sont venus de son frère, Quentin, qui a déclaré aux journalistes que son frère était allé dans la tombe sans se repentir avec la déclaration suivante :

"Dans la mort comme dans la vie, je défie les Juifs qui ont causé cette dernière guerre et je défie la puissance des ténèbres qu'ils représentent. Je mets en garde le peuple britannique contre l'impérialisme écrasant de l'Union soviétique. ... Je suis fier de mourir pour mon idéaux et je suis désolé pour les fils de la Grande-Bretagne qui sont morts sans savoir pourquoi."

st.ex.
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Age : 59
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nazi en fuite Empty Re: Nazi en fuite

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum