Le Deal du moment :
Smartphone Redmi Note 10 Pro Officiel 64 Go à ...
Voir le deal
163.93 €

Bataille d'Okinawa

+5
Thunderbolt
Psychopompos
von cooken
L axe
Yeoman 35
9 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 10/9/2009, 15:13

En raison de l'exposition dangereuse à laquelle étaient soumis les troupes, les éléments de la 96th Div. rejoignirent l'extrêmité du dispositif de la 27th Inf. Div, juste à l'ouest de la route Ginowan-Shuri dans le creux entre les crêtes de Kakazu et Nishibaru. Le Lt-Col. A. Nolan Jr., commandant le 3/381st se rendit compte d ela nécessité de coordonner les efforts après un matin fait d'échec et de mort. Il parcourut l'unité qui lui était adjointe, le 105th Inf. Regt de la 27th Div. pour discuter avec le Capt. John Mulhearn, commandant de la C Coy, dela possibilité de lancer une attaque en utilisant cinq chars. Mais cette proposition n'eut aucune suite étant donné que le Capt. Mulhearn préparait ses hommes à effectuer un mouvement sur Kakazu par la droite. Mais, réalisant qu'aucune avance ne pourrait être effectuée sur Kakazu, Nolan obtint de son supérieur, le Col. M.E. Haloran de retirer ses hommes sous la protection de la gorge de Kakazu. Peu avant cette retraite, l'un des cinq chars prévu pour l'attaque s'aventura seul dans la gorge et fut détruit par une charge explosive japonaise.

Pendant ce temps, le 3/106th Inf. quitta l'ouest de Kakazu à 6h00. Il franchit l'isthme de Machinato lorsque l'attaque générale avait débuté. Le bataillon grimpa sur l'escarpement et prit position le long de la crête entre les deux bataillons. L'unité de reconnaissance se trouvait dès lors à l'extrême droite de l'escarpement. L'unité de la 27th Div qui n'avait pas été encore utilisé était le 1/105th. Celui-ci fut déployé le long de la gorge de Kakazu, directement en face de la crête de Kakazu. Le 1/105th devait attaquer de front sur la crête tandis qu'une attaque de chars devait être effectuée à l'est. Les deux forces devait faire leur jonction au village de Kakazu qui était proche de la crête et rejoindre l'escarpement d'Urasoe-Mura.
Les troupes commencèrent à escalader le ravin à 7h30, cinquantes minutes après l'attaque principale. A 8h23, les éléments de tête se trouvaient sur la crête à une courte distance du ravin, faisant ainsi face à la crête de Kakazu située à 200 yards. Mais ils furent aussitôt pris à partie par des mortiers et des mitrailleuses.
A 8h30, des chars, par colonne de trois ou quatre commencèrent à faire mouvement à travers la gorge de Kakazu, puis ils continuèrent vers le sud à travers la vallée entre Kakazu et la crête de Nishibaru. Tous ensembles, chars d'assaut, canons automoteurs et chars lance-flammes quittèrent de leur zone de rassemblement pour se ruer sur les positions japonaises, la Coy A du 193rd Tank Battalion masquant le reste de cette force de frappe. Trois chars furent perdus en raison des mines. Comme les chars descendaient la route en colonne, les canons antichars de 47 mm, tirant depuis des positions couvertes situées à gauche de la crête de Nishibaru, détrusirent quatre chars par seize coups, sans recevoir un seul tir en retour. La colonne de chars se "précipitait" vers le sud afin de trouver une piste détectée par photographies aériennes menant dans Kakazu. La colonne ne la trouva pas, perdit un autre char par un tir de canon. La colonne prit ensuite un autre chemin par le sud pour se retrouver en face des positions ennemies, situées dans une campagne relativement plate à l'est de Kakazu, qu'elle entreprit de nettoyer. Se rendant compte de son erreur, la colonne reprit la route principale, découvrit la bonne piste et arriva sur Kakazu sur le coup de 10h00. Les chars firent comme dans les Westerns; ils encerclèrent le village puis se ruèrent à l'intérieur pour y détruire tous les édifices. Kakazu fut complètement détruite et brûla pendant les trois heures restantes. 14 chars américaines furent détruits autour ainsi qu'à l'intérieur du village, soit par les mines, soit par les canons de 47 mm et d'autres par des attaques kamikazes. Pendant la journée, six chars américains dans la zone de Kakazu-Nishibaru furent détruits par des soldats kamikazes utilisant des charges explosives, qui étaient généralement jetées contre la partie basse du blindage. La majorité des équipages de chars restèrent en vie après la destruction de leurs engins, mais beaucoup furent tués par des petits groupes de soldats ennemis qui ouvraient les tourelles et jetaient des grenades à l'intérieur.
A 13h30, il était alors évident que l'infanterie ne pourrait être capable de rejoindre les chars. Ces derniers reçurent alors l'ordre de regagner leurs lignes. Sur 30 chars engagés à Kakazu, seulement 8 purent regagner les lignes américaines. C'étaient les plus grosses pertes en matérie blindé dans un simple engagement à Okinawa. Les chars avaient grossièrement opéré sans le moindre soutien d'infanterie.
Les japonais avaient compris que les attaques combinées infanterie-chars voulaient pénétrer leurs lignes entre la crête de Kakazu et la crête de Nishibaru et ils s'étaient conscienceusement préparé à ce mode opératoire. Leur tactique était de séparer l'infanterie des chars. Le 272e BII déversait un tir de quatre mitrailleuses, de trois canons régimentaires, de deux canons antiaériens et de mortiers de 81 mm du 2e Bataillon de Mortiers afin de couvrir la vallée entre les deux crêtes. Ajouté à cela, deux équipes spéciales de 10 hommes chacune étaient envoyées en avant afin d'engager des combats rapprochés contre l'infanterie américaine. L'un des groupes fut complètement anéanti, l'autre eut un officier de blessé et trois soldats tués.
La défense ennemie utilisait aussi des canons de 47 mm du 22e Bataillon Antichar Indépendant ainsi que des équipes d'assaut suicide. Au sujet de cette préparation, les Japonais clamaient "aucun fantassin ne passera."
Dans la zone de l'escarpement d'Urasoe-Mura, les Japonais avaient procédé à une large réorganisation des unités qui s'y trouvaient avant l'attaque américaine. Les restes des bataillons étrillés furent rassemblés au sein d'une unité de 1 400 hommes regroupant en grande partie des hommes du 272e BII mais aussi des soldats des 13e, 15e et 23e Bataillons. Le 21e BII soutenait le 272e et le 2e Bataillon de mitrailleuses légères apportait son tir de soutien.

suite...

(Etant donné que je suis indisponible une semaine environ et que je ne dispose pas d'Internet là où je vais résider prochainement, la fin de rédaction/traduction est reportée. Veuillez m'en excuser.)
Cordialement Bataille d'Okinawa - Page 2 Beret
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 25/9/2009, 15:59

Pendant que les chars opéraient seuls entre les lignes ennemies, le 1/105th se retrouvait fixé au sommet de la crête de Kakazu afin de compléter ses effectifs. Malheureusement, une section de 34 hommes qui s'était portée en avant, tomba dans un piège en voulant rejoindre ses lignes et huit soldats furent tués. Les 26 autres réussirent à atteindre les lignes américaines par petits groupes.
A 9h07, le 2/105th reçut l'ordre de se porter sur les limites est du dispositif de la 27th Div. et d'exercer sa pression sur la route Ginowan-Shuri. Quand le bataillon attaque finalement à 12h25 en tentant d'opérer un mouvement d'enveloppement par la gauche, il fut repoussé tout à l'est de la crête de Kakazu. Pendant ce temps, le 3/106th qui avait relevé le 3/105th descendit sur Kakazu West pendant la matinée, franchit le village de Kakazu, et expédia, à 15h35 2 compagnies sur l'escarpement Urasoe-Mura. Mais durant l'après-midi, le temps se dégrada en donnant beaucoup de vent et des pluies. A 18h00, le 2/105th reçut la permission de se porter vers les positions sur les pentes de la crête de Kakazu juste au-dessous du 3/105th. Et le 1/105th reçut l'ordre de se constituer en réserve. A partir de ce moment, le 105th Regt. avait abandonné la crête de Kakazu.
A l'extrêmité ouest de l'escarpement d'Urasoe-Mura, le 2/106th essayait de progresser davantage vers le sud après son attaque nocturne réussie.
Mais il se retrouva pris dans un agglomérat de trous creusés, de tunnels et de grottes situées tout au long la crête bordant la route n°1 et dut combattre sévèrement. Mais son avance vers le sud se solda par un échec et le bataillon dut rejoindre les positions du 3/105th.
Ajoutons aussi que les Japonais bombardaient régulièrement la zone où le génie américain avait installé ses ponts Bailey. Le tout, à coup de canons de 320 mm et de tirs de blindés légers dissimulés sur les contreforts des grottes.
Enfin, pour ses journées d'attaques infructueuses, le XXIVth US Army Corps avait perdu 720 hommes, tués, blessés et portés disparus.

suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 1/3/2010, 19:12

La chute du premier anneau de défense de Shuri


"Item Pocket"

- En accord avec le plan du général Griner, le Colonel Gerard W. Kelley, commandant le 165th Inf. Regt., mit deux de ses bataillons (1st Bn., Lt. Col. James Mahoney et 2nd Bn., Lt. Col. John McDonough ) en disposition d'attaque sur la droite du dispositif de la 27th Division. Bien que les photographies et les cartes n'eurent pas relevé avec précision la forte structure des défenses japonaises ou la nature du terrain, le QG du Régiment était optimiste.

- Mais les espoirs ne s'avérèrent n'être qu'illusion à l'aube du 20 avril. Comme de coutume, le 165th se retrouva confronté à une forte résistance japonaise et un feu d'enfer dans les terrains abrupts situés au nord de Gusukama. C'est au prix d'efforts quasi surhumains que le 1/165th put atteindre la partie est de Gusukama à la tombée de la nuit.
Le centre de la résistance japonaise s'étendait au niveau de la zone baptisée par les Américains "Target Area 7777" ou encore "Item Pocket". En fait cette poche était le point d'articulation des positions nippones. C'était comme une roue géante qui reliait quatre crêtes basses : Charlie Ridge, Gusukama Ridge, Ryan Ridge et Potter's Ridge, séparées chacune par des ravins et des rizières.
Des mois avant le débarquement américain, les soldats japonais et des paysans d'Okinawa s'étaient efforcé d'aménager tout un réseau souterrain. Cette poche était tenue par 600 soldats impériaux appartenants à deux compagnies du 21e BII (64e Brigade, 62e Division) appuyés par une compagnie antichar.

- Sur la droite, les fantassins du 2/165th s'efforçaient de nettoyer tout une zone de Potter's Ridge transformée en gruyère par l'ennemi mais se retrouvèrent pris sous un déluge de feu sur leur flanc gauche. Les mortiers japonais faisaient taire systématiquement les mitrailleurs américains, empêchant ainsi toute couverture efficace. Plus à l'ouest le 1/165th tentait de dégager Fox Ridge afin de mieux dominer Ryan Ridge. Un groupe de neuf hommes commandés par le T/Sgt Earnest L. Schoeff (E coy/1/165th), réussi à atteindre le sommet de Ryan Ridge et bien qu'isolés et manquant de munitions, ils réussirent à repousser les Japonais à coups de crosse, de grenades et utilisant même des armes nippones au cours d'un affrontment d'une rare sauvagerie. Ils tuèrent près de 25 soldats japonais au prix de deux tués, d'un blessé et d'un porté disparu avant de rejoindre finalement le reste de la compagnie.

- Le 21 avril à 6h30, le 2/165th lança un nouvel assaut au-travers la bouche d'Item Pocket, avec l'appui d'armes antichars. Mais après seulement 10 minutes de progression les élements du bataillon placés sur la gauche furent cloués sur place. Une attaque à l'est fut avortée. En fait, dès que les Américaines tentaient d'escalader le fronton de mer, ils se faisaient systématiquement pillonés par des armes et des pièces d'artilleries légères. Ainsi, ce n'est qu'avec de légères difficultés que les Japonais défendaient les approches de la poche.

- Le colonel Kelley ordonna alors aux éclaireurs de trouver un autre passage. Outre ceci, un bulldozer créa une trouée au niveau d'Anderson's Gulch près de la voie de chemin de fer, mais lorsque aux environs de 10h00, le bulldozer apparu dans l'ouverture, il fut aussitôt stoppé net par un canon japonais. Le Lt. Col. Walter F. Anderson, commandant le 193rd Tank Battalion, ordonna aussitôt à ses Sherman de forcer le passage. Anderson grimpa lui-même sur le dernier "Tank-Dozer" qui lui restait et agrandit davantage la trouée. Mais un canon de 47 mm tira sur l'engin le détruisant et tuant ainsi le courageux officier. La trouée ne put être agrandie et l'initiative fut abandonnée.


- Les combats de Dead Horse Gulch

- Le Col. Kelley ordonna au 3/165th du Lt. Col. Dennis D. Claire de percer dans le dispositif japonais au niveau d'Anderson's Gulch et de pousser vers Dead Horse Gulch. Mais déjà, le départ fut très difficile (encore à cause des mortiers et des mitrailleuses), et malgré le fait que sa K Coy parvint au coeur de la poche, dans le secteur de Gusukama Ridge, le 3/165th fut obligé de reculer sans avoir égratigné le dispositif japonais. Ils durent même laisser des soldats blessés dans les grottes qui furent aussitpot attaqués par les soldats japonais.
- A 23h00, les Japonais gonflés par leurs succès défensifs lancèrent une série de contre-attaques et réussirent en fin de compte à repousser des éléments des 1 et 3/165th de près de 200 yards !

- Le 22 avril, visiblement peu impressionné par la force de la défense japonaise et davantage occupé par la ccordination entre le 105th Inf et la 96th Division, le Gen. Griner ordonna au Col. Kelley de tenir et de renforcer ses positions. En relation directe avec le 106th Inf sur sa gauche, le 105th devait présenter un front beaucoup plus compact.
Là, l'action des patrouilles fut intensifiée et grâce à cela, tous les japonais présents sur Potter Ridge et Charlie Ridge furent réduits au silence. De plus, l'artillerie bien déployée, empêchait toute autre incursion de l'ennemi.

- Le 25 avril à l'aube, le Capt. Bernard Ryan, commandant de la F Coy/165th, lança un assaut sur Ryan Ridge suivant son idée. C'est-à-dire attaquer dans l'obscurité avec un appui de l'artillerie qui martellerait les positions nippones de manière perpendiculaire à son axe de déplacement.
Mais les fantassins furent (encore) ralentis par les mortiers et aussi par des rochers et une végétation basse. Cependant, les hommes de la F Coy réussirent à atteindre le sommet Ryan Ridge au prix de lourdes pertes mais tout en délogeant progressivement des soldats japonais de leurs "trous d'araignée" et de leur positions de mitrailleuses.
Mais en fin d'après-midi vint la préoccupation de renforcer la position conquise et, les 27 hommes restant ne disposaient que de 6 doses de munitions de fusil chacun et ne pouvaient compter sur aucun soutien médical. Mais Ryan avait bien conclut qu'aussitôt le sommet atteint, les Japonais focaliserait leur attention sur son groupe de fantassins et, il était convenu que les I et K Coys monterait à l'assaut. Sauf que la I Coy échoua complètement au démarrage contrairement à la K Coy qui parvient vite à l'aide des isolés. Grâce à se renfort non négligeable c'était plus de 100 hommes qui se trouvaient sur le sommet de Ryan Ridge.
- Le matin du 26, la F Coy put alors s'élancer à l'extrémité-nord de la piste aérienne de Machinato.

(Suite...)
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 2/3/2010, 16:57

- Réduction de la poche; 26-27 avril

- Pendant que le capitaine Ryan opérait l'assaut sur la crête qui lui était éssignée, le 165th Inf. Regt lançait une attaque au sud-ouest de Ryan Ridge, au niveau de Gusukuma. Les Américains, au cours d'un combat sanglant qui dura toute la journée progressèrent mur par mur et arbre par arbre.
Le 26 avril, les troupes américaines exerçaient leur pression sur le coeur même de la poche. Les pertes augmentaient sans cesse. De plus, pendant la nuit du 26, les positions japonaises furent complètement nettoyées à Gusukama et sur Ryan Ridge.
Le 27 avril, les premiers chars arrivèrent pour achever le nettoyage mais, ils furent aussitôt pris à partie par les 47 mm nippons et immobilisés. Il faut tout de même souligner le rôle du Pfc. Alejandro C. Ruiz qui, à l'aide d'un FM BAR, nettoya plusieurs grottes l'une après l'autre abritant des mitrailleurs.
Toutefois, le Gen. Griner commençait à s'impatienter des laborieux progrès du 165th. Il était aussi préoccupé par la disposition confuse du régiment; la désorganisation s'étant faite sentir dès le 21 avril. Le 27 avril, Griner releva Kelley.


- A l'assaut de l'anneau de défense de Shuri

- Avec la réduction de la poche, ce furent les 7th, 27th et 96th Divisions qui s'efforçèrent de percer l'anneau de défenses japonnaises. Celles-ci étaient incrustées tout le long d'une ligne valloneuse entre Ouki et la presqu'île de Machinato.

- Skyline Ridge (7th Division)

Le 19 avril à 6h40, des élémens du 184th Inf. Regt lancèrent une attaque contre les positions de 11e BII (un vétéran de la campagne de Chine), fort de 1 000 hommes (le 1er avril il en comptait tout de même 1 400), sur la colline d'Ouki, dans un secteur baptisé "Skyline Ridge". Sauf que les fantassins furent cloués par un pillonnage de mortiers à 500 yards de leur ligne de départ).
Toutefois, des éléments du 32nd Inf. Regt. appuyés par des chars et des lance-flammes montés s'élancèrent vers le sommet de Skyline Ridge, tuèrent les soldats japonais qui s'y étaient cramponnés et l'occupèrent à 7h10. Mais, plus à l'ouest une poignée d'hommes commandés par le 1st Lt. Lawrence T. O'Brien se retrouvèrent isolés et pris sous les tirs de mortiers et de mitrailleuses japonais. Finalement, ils purent être secourus par d'autres éléments et l'appui de l'artillerie sur le coup de 12h00.
Malheureusement, la pression japonaise sur le 3/32nd se révéla trop forte et l'unité n'avait pas les forces nécessaires pour se projeter en avant.
A 15h25, deux comapgnies des 32nd et 184th Inf. Regt. lancèrent un assaut de nouveau, mais elles se firent clouer sur place cinquante-cinq minutes plus tard au pied de la colline d'Ouki par des mortiers de 81 mm. A 17h30, le 3/32nd avait perdu près de 100 hommes le long de Skyline Ridge. Cependant, à 20h00, le régiment reçut l'ordre du Gen. Arnold de relancer l'assaut le lendemain à 7h30.
Et, si la déception américaine était grande, le 11e BII Nippon avait vu deux de ses compagnies se faire complètement anéantir le jour même.

- Le 20 avril à 7h30, l'attaque américaine se concentra davantage contre la colline d'Ouki. Si les fantassins virent leur progression durement ralentie, deux chars lance-flammes réussirent à parcourir 400 yards et nettoyer des positions de mortiers japonaises sur les pentes ouest d'Ouki. D'autre part, le 32nd Inf., suivant l'intitative du Lt. Col. Roy A. Green, modifia sa manière de procéder en faisant précéder son infanterie par des tirs de mortiers de 4,2 Inch déversant des fumigènes sur Skyline Ridge. Mais là encore, malgré cette préparation, les Japonais clouèrent encore les Américains à coups de mortiers. Mais grâce à l'action du 1st Lt. John H. Holm et du S/Sgt. James R.W. McCarthy, qui réussirent à agréger plusieurs soldats seuls ou en petits groupes, les Américains parvinrent à atteindre le sommet de Skyline Ridge auquel ils s'accrochèrent. Mais les pillonages succédaient sans-cesse à des contre-attaques japonaises toujours repoussées. A la tombée de la nuit, les soldats américains isolés sur le sommet comptaient 25 tués dont Holm et McCarthy mais purent voir l'arrivée de renforts, de chars et de Half-Tracks. Pour autant les tirs japonais continuaient et il y eu d'autres pertes. Avant l'aube, les Japonais, appuyés par des mitrailleurs légères tentèrent de s'infiltrer dans les lignes US avant de lancer des attaques banzaï sur les chars lance-flammes.

Suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  kaisersozer 5/3/2010, 11:11

Tout simplement passionnant.... comme d'ab... Bataille d'Okinawa - Page 2 Pouce_mi

K.
kaisersozer
kaisersozer
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 180
Age : 55
Localisation : Liege
Date d'inscription : 15/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 6/3/2010, 15:53

- Il faut aussi souligner l'action du Sgt. Theodore R. MacDonell, observateur dans une compagnie chimique de mortiers, qui armé d'un BAR puis d'une Carabine M1 nettoya toute une pente de Skyline Ridge en tuant les tous les servants de mitrailleuses ennemies qui s'y trouvaient. MacDonnell reçut par la suite la Distinguished Service Cross pour son héroïsme.

- Le 22 avril, le 32nd Inf. tenait la face nord de Skyline Ridge mais n'engagèrent aucune action pour avancer. Toutefois, des patrouilles étaient envoyées vers le versant sud et une patrouille réussit à atteindre la face est de la Colline 178 et y trouve quelques japonais. Sur la "dent" la moins élevée de Skyline Ridge, les Américains découvrirent des grottes où gisaient respectivement 200, 100, 50 et 45 cadavres de soldats nippons.
Pendant la nuit du 22-23 avril, Skyline Ridge fut prise sous le feu japonais. Le 23 avril, le 32nd Inf. conserva ses positions et lança quelques patrouilles en avant. Il n'en reste pas moins que le 11e BII avait défendu Skyline Ridge de manière très efficace et avait reçu une citation par le commandant de la 62e Division. Il ne lui restait que 300 soldats en vie qui furent relevés par des éléments du 22e Régiment, unité de combat de la 24e Division qui faisait sa première apparition dans la bataille. Le 11e BII fut retiré de ce secteur et poursuivit le combat les jours suivant dans la zone de Maeda.


- Bataille dans les rochers escarpés

- L'attaque de la 7th Division contre les Rocky Crags avait permis de découvrir une formidable position. La hauteur de ces rochers escarpés était telle qu'elle permettait de contrôler toute les approches de la Colline 178. Ils étaient couverts par des mitrailleurs posés en hauteur sur une longueur de 200 yards, c'est-à-dire sur l'escarpement de Tanabaru.
Une attaque lancée le 20 avril contre les "rochers" n'aboutit à rien. Mais cette partie du dispositif de la 7th Division fut renforcée. Le 17th Inf. fut rattaché au 184th Inf. et fut mis en ligne à 16h30 le même jour.

- Une attaque fut lancée le 21-22 avril mais elle fut aussitôt stoppée par des tirs de mitrailleuses. Des Sherman et des chars lance-flamme arrivèrent à la rescousse pour tenter de mordre dans le dispositif nippon à l'ouest. Quelques soldats japonais se jetèrent sur les chars lance-flammes avec des sac d'explosifs. Ceci permit à l'infanterie d'enlever le côté nord-ouest de "Rochers". Un effort fut effectué pour tenter de se porter sur le côté est mais les hommes portées en avant furent abattus dans leur élan. On décida alors de faire retraite.
Les soldats qui avaient suivi les Sherman de près tentèrent de regagner le bas de la colline mais les japonais surgirent de leurs trous comme des diables de leur boîte et firent pleuvoir des grenades, des tirs de mitrailleuses ainsi que des obus de mortier sur les américains.
Les combats furent de la même nature que ce qui vient d'être décrit et, le 17th Inf. Regt. fut réduit à... 40 % de ses forces initiales en seulement deux jours !
Mais, le 23 avril, dans un ultime effort le 1/17th, appuyé par des chars-lance flammes nettoya les grottes une-à-une et put atteindre le sommet des "Rochers".


Suite...


Dernière édition par Yeoman 35 le 23/6/2010, 16:56, édité 1 fois
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 21/6/2010, 15:32

- La bataille de la crête de Nishibaru

- La 96th Div rencontrait les mêmes difficultés. Tôt le 20 avril, le 1/382nd piétinait devant Tombstone Ridge et dut cesser le combat. Le 3/382nd releva le 1st Bn et attaqua vers le sud depuis la partie nord de Tombstone Ridge. Malgré de durs combats des éléments du 3rd Bn réussirent à faire sortir des soldats japonais de leurs grottes et atteignirent le sud de la crête de Nishibaru. Le lendemain, après avoir repris son souffle, le 3/382nd et le 1/381st attaquèrent la crête de Nishibaru à 11h00 avec un soutien d'artillerie qui surprit complètement les soldats japonais. Deux compagnies se trouvaient sur la crête à 11h25. Mais l'incapacité du 3/382nd à dépasser Tombstone Ridge laissa le 1/381st exposé sur son flanc gauche. Evidemment, les japonais déchaînèrent des tirs d'artillerie lourde sur les éléments isolés qui connurent des pertes sensibles mais qui tinrent bon leur position. Le succès du 1/381st incita alors le Col. Halloran à lancer le 2/381st attaquer sur la droite à 13h00. Mais les japonais déversèrent là encore des tirs meurtriers depuis les hauteurs de Kakazu, ce qui arrêta net l'attaque. Et le 3/381st était même incapable de dépasser sa position. Pendant ce temps, les mitrailleuses lourdes et les mortiers nippons s'en donnaient encore à coeur-joie contre les éléments du 1/381st.

- Le 21 avril, le 1/382nd remplaça le 3rd Bn. au sud de Tombstone Ridge. L'unité attaqua vers l'est de la crête de Nishibaru et gagna du terrain jusqu'à 12h45, avant de devoir arrêter trois contre-attaques japonaises. Le Lt.-col Frankin W. Hartline, commandant le 1st Bn n'hésita pas à monter en première ligne pour encourager ses hommes. Les mitrailleuses lourdes de la M Coy. furent mises en batterie sur la pente nord de Nishibaru et soutinrent l'attaque efficacement par leur feu nourri. Plusieurs mitrailleurs US se distinguèrent dans l'action en faisant taire des mortiers ou des mitrailleuses japonais.
Pendant ce même temps, au centre du dispositif de la 96th Division, le 381st Inf. lançait ses 1st et 2nd Battalions de manière coordonnée pour prendre le village de Nishibaru. Là encore, aussitôt élancés sur les crêtes, les soldats américains reçurent l'accueil "chaleureux" des mortiers nippons. Des soldats eurent alors l'idée de riposter en se servant de leurs mitrailleuses de calibre 30 comme des BAR. A 14h00, un écran de fumée fut créé et le bataillon put se retirer juste derrière la crête, en emportant ses morts. Les pentes sud de Nishibaru comme le village du même nom étaient encore entre les mains ennemies.
Bilan: le 382nd Inf. Regt. avait perdu près de 50 % de ses capacités de combat.

- Du côté du 383rd Inf. Regt., on préféra concentrer l'attaque sur un coin de la crête de Nishibaru appelé "The Gate" qui jouxtait l'escarpement de Tababaru. Le 2/383rd attaque à 11h00. La colline 143 fut occupée sans difficulté. Mais en poussant vers le sud, l'unité rencontra un feu extrêmement nourri de la part des japonais. Le 3/383rd attaqua The Gate sans gains appréciables. Des chars légers furent avancés face à la crête, mais incapables de la franchir, ils se contentèrent de faire feu sur les pentes.
Le 23 avril, un bulldozer blindé et des chars du 763rd Tank Battalion réussirent à franchir et à tenir la crête ainsi que l'escarpement de Tanabaru. Des chars lance-flamme se joignirent à l'assaut et arrosèrent la face nord de l'escarpement et la pente de la crête à l'ouest de The Gate. L'infantry eut des gains limités en dépit du bon travail des chars lance-flamme. Les soldats nippons réussirent à tenir tous les points clés et repoussèrent les attaques américaines avec des grenades et des charges explosives.

- Sur les sommets

L'escarpement d' Urasoe-Mura était un point de défense naturel extrêmement bien situé. Le village d'Iso, situé juste au bas de la crête était la clé de la défense japonaise et était occupé par le 21e BII et par des éléments du 1er Régiment de Mortiers lourds (RML). Le 20 avril, la 64e Brigade vint renforcer les restes étrillés de la 63e Brigade tout à l'est de Nishibaru. Le long de la côte, les troupes déployées étaient scindées entre les 21e, 23e, 25e et 273e Bataillons Indépendants d'Infanterie. Le 4e Bataillon Indépendant de Mitrailleuses (BIM) devait coopérer avec le 22e Bataillon Antichar pour appuyer la 62e Division dans la zone de Kakazu-Ginowan. Dans les combats qui allaient se dérouler du 19 au 22 avril, le 4e BIM allait être l'unité nippone qui obtint les meilleurs résultats que toute autre à Okinawa. Enfin, le coeur du réseau défensif était un pain de sucre désigné sous le nom de "West Pinnacle" qui s'élevait de 40 à 50 pieds juste au-dessus du village d'Iso. L'autre point fort était baptisé "East Pinnacle" situé à 450-600 yards au sud-ouest du "West Pinnacle". Côté américain, l'attaque était lancée par les régiments de la 27th Div. qui avait durement conquis les terrains en contre-bas des crêtes quelques jours auparavant.
Bataille d'Okinawa - Page 2 Untitl10Bataille d'Okinawa - Page 2 Untitl11


- Dans la nuit du 19 avril, le 3/105th Inf. Regt. se trouvait au sommet de l'escarpement. Le 2/105th ne se trouvait pas au sommet mais restait en liaison avec le 3rd Bn. à partir du bas de la pente. Le matin du 19 avril, un violent tir de barrage d'artillerie quadrilla la zone des deux pains de sucre. Le Col. Winn commandant le 105th Inf. Regt. ordonna aux 2nd et 3rd Bn. de poursuivre leur attaque vers le sud sur l'escarpement. Cependant, les canons ennemis venus des pains de sucre interdisaient toute progression vers la crête et le 2/105th fut incapable d'atteindre le sommet. Le Col. Winn vint évaluer la situation, mais ordonna aux deux bataillons de relancer leurs attaque à 12h30 sans considération de la puissance de feu ennemie.
Winn organisa lui-même le 2nd Bn. et l'expédia à l'attaque par une autre route. Finalement, il effectua un mouvement en crocher vers l'ouest et gravit les falaises au nord du village de Nakama. Après cela, il se tourna immédiatement vers le sud faisant face à une route en contre-bas. Par ce mouvement rapide, le 2nd Bn. s'approcha au plus près des soldats japonais qui se trouvèrent immédiatement surpris. Mais le temps que les chefs de compagnies du 2nd Bn (Capt. Edward C. Kidd - F Coy et Capt. Louis F. Cudlin - G Coy) discutaient pour coordonner leur tactique d'attaque, les japonais se ressaisirent et déclenchèrent de violents tirs de mortiers sur la F. Coy. Sous la pressions les deux compagnies préférèrent changer de position. Mais il s'ensuivit une véritable confusion où des éléments des deux compagnies se trouvèrent isolés et des soldats japonais en profitèrent pour infiltrer les lignes américaines sur leur flanc gauche. Bien placées, des fusilliers et des mitrailleurs nippons arrosèrent sans pitié les soldats américains qui dévalaient les pentes. Certains soldats américains, gravement touchés, tombaient dans le vide. Beaucoup d'autres cependant, courant à toute vitesse, réussirent à rejoindre les lignes du 1/105th Inf., essouflés. Pour les éléments avancés américains, le bilan fut rendu désastreux, davantage à cause d'un manque de décision rapide que par la férocité des Japonais.
La lutte pour le contrôle de l'escarpement se poursuivit toute la journée du 21 avril. Malgré une autre organisation et des attaques conjointes effectués par des éléments du 105th Inf. et du 106th Inf., les résultats furent encore quasi-nuls.

Cependant, les choses s'améliorèrent pendant la journée du 22 avril. La veille, un officier japonais avait été tué et on trouva sur lui une carte qui indiquait la position des champs de mines sur le route qui partait de Machinato jusqu'à l'escarpement. A 9h00, le 21 avril, les champs de mines furent nettoyés et une ligne de ravitaillement put être ouverte jusqu'au sommet de l'escarpement. A 14h00, des chars parvinrent dans le secteur pour appuyer l'infanterie. Malheureusement, les problèmes de ravitaillement par route se firent jour de manière critique et le parachutage de vivres, de médicaments et de munitions au 106th Inf. fut alors nécessaire.
Le 22 avril, le 1/106th, appuyé par les obusiers automoteurs de la 106th Cannon Coy, qui purent se déployés grâce au terrain applani préparé par les bulldozers du génie et qui cherchaient à détruire systématiquement les positions japonaises le long de l'escarpement. Les soldats nippons préférèrent rester cachés autour du "West Pinnacle" très bien utilisé comme point d'observation pour mortiers. Seulement, les tirs américains avaient réussi à détruire les mitrailleuses situées derrière les lignes japonaises et les lignes de ravitaillement arrivant vers Iso étaient désormais soumises au quadrillage des obusiers américains.
Le 23 avril, deux compagnies d'assaut du 1/105th Inf., qui avait relevé, le 2nd Bn., parvinrent au sommet de l'escarpement à l'est de l'"East Pinnacle" de la même manière que le 3rd Bn, soit en surprenant les japonais, mais en engageant l'initiative beaucoup plus rapidement. S'ensuivit alors un corp-à-corps des plus sauvage à coups de baïonnette, de bâtons et de grenades. Plus de cent japonais furent tués en presque moins d'une heure. Le S/Sgt. Nathan S. Johnson mena l'engagement presque à lui tout seul et fut même crédité de la mort de plus de 30 soldats nippons ! Un moment, il sauta par dessus une retranchement de terre et tomba au beau milieu d'une douzaine de soldats japonais soudainement ahuris. Il en tua huit avec son fusil et assomma les quatre autres à coups de crosse jusqu'à ce que mort s'ensuive !
A la fin de la journée, la 27th Division tenait enfin la partie de l'escarpement situé à l'est des abords de Nakama, l'extrémité du dispositif de la 27th. Mais les japonais restaient toujours mordants. Pendant la nuit du 23-24 avril, plusieurs dizaines de soldats nippons se lancèrent dans une furieuse charge banzaï sur les lignes du 1/106th Inf. qui s'était enterré près d'Iso. Ils furent tous anéantis.

Suite...


Dernière édition par Yeoman 35 le 23/6/2010, 16:57, édité 1 fois
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 21/6/2010, 17:07

- La poche de Kakazu

- Le 20 avril, tandis que les 2nd et 3rd Bns. de la 105th Infantry étaient impliqués dans la bataille destructrice de l'Escarpement, le 1st Bn devait nettoyer définitivement la poche de Kakazu. Les trois compagnies de fusilliers du bataillon devaient remplir cette tâche. La 96th Division, était trop occupé avec le retranchement japonais sur sont flanc droit et le Gen. Hodge commandant le XXIVth US Army Corps, ordonna à son subordonné Griner de nettoyer la crête de Kakazu pour la tombée de la nuit. A 16h35, le 1st Bn. dégagea le passage des abords ouest du village de Kakazu et se trouva presque à portée de l'extrémité est de la crête de Kakazu. Une patrouille fut d'abord envoyée et déambula dans les ruines sans subir le moindre tir. L'information fut rapportée au colonel Winn qui ne fut pas satisfait pour autant. Il ordonna donc au Capt. Louis A. Ackerman de reconnaître encore la zone. La patrouille ne reçut aucun tir quand elle fit le même trajet dans le village, mais Ackerman s'écroula victime d'un tir ennemi de dos. Quatre hommes furent tués successivement en voulant lui porter secours et la patrouille entière fut hachée menue. Un homme seulement put s'en sortir. Et trois autres survivants furent récupérés le 24 avril. Kakazu était en fait un piège.
Dans la nuit du 20-21 avril, alerté per les intentions américaines, un grand nombre de soldats japonais se déplacèrent depuis l'escarpement jusqu'au flanc gauche de la 27th et disposèrent des mortiers et des mitrailleuses dans le secteur de Kakazu renforçant cette position de manière significative. Le 21 avril, la 27th Reconnaissance Troop attint les abords de Kakazu à 11h45 mais se retrouva complètement clouée sur place. Pendant trois heures les soldats US s'accrochèrent au terrain mais ne purent gagner que 50 yards. Puis, la 27th RT se retira et à 16h00 l'artillerie de la division se mit à pilloner le village. Puis, les américains tentèrent encore d'y entrer mais les soldats nippons sortirent de leurs abris et arrêtèrent net les Américains par un mur de feu et d'acier.
Tous ces évènements placèrent la 27th dans une situation critique. Les Japonais étaient en position de force derrière leurs lignes, la division n'avait aucune réserve et il y avait trou béant entre elle et la 96th Division. Les forces de combat étaient presque à leur point de rupture. Les américains préférèrent alors s'enterrer.
Le soir du 21 avril, le Gen. Hodge ordonna au Brig.Gen. William B. Bradford, commandant en second de la 27th Division, de prendre le commandement des opérations de la poche de Kakazu, avec la pleine autorité de coordonner les actions avec la 96th Division. Au même moment, Hodge ordonna directement aux éléments du flanc droit de la 96th de "sortir de leur propre zone" pour faire la jonction avec la 27th.

Le 22 juin, le Gen. Griner requit un bataillon de la réserve du XXIVth Corps pour tenter d'en finir avec la poche de Kakazu, estimant que les forces japonaises qui s'y trouvaient ne devaient excéder un bataillon. Hodge ordonna aussi au 3/17th Inf. Regt. de quitter la zone de la 7th Division pour renforcer le dispositif US de Kakazu et Griner ordonna aussi au 102nd Combat Engineer Battalion de se rassembler près de l'isthme de Machinato comme réserve de division qui servirait d'unité de fusilliers. Mais, il restait encore un fossé de 1 200 yards entre la 96th Division et le 3/106th. Si les Japonais y forçaient le passage ils débouleraient sur la côte et mettraient gravement à mal le service logistique. Griner ordonna alors au 2/165th Infantry de se porter dans le secteur afin de combler la brèche. Grâce à ce nouveau dispositif, les forces américaines purent maintenir la position en comblant l'espace vide.
Le 22 avril, Hodge décida de former une force spéciale (Task Force ou groupe interarmes) pour anéantir les forces japonaises de Kakazu une fois pour toutes. Cette force était composée de 4 bataillons d'infanterie puisés sur les 7th, 27th et 96th Divisions, appuyés par des chars, des chars lance-flammes, des obusiers automoteurs et des mortiers 'chimiques' de 4.2 inch. Elle reçut comme mission de prendre la crête et le village de Kakazu. Ces unités furent placées sous le commandement du Brig.Gen. Bradford.
- Le 24 avril, par un temps sombre et pluvieux, après une nuit marquée par un dur tir de barrage japonais, puis une préparation d'artillerie de 23 minutes la Task Force Bradford démarra son attaque à 7h30, déterminée à combattre dans la poche de Kakazu. En deux heures, tous les bataillons atteignirent leurs objectifs. Pendant l'après-midi, les bataillons accolés des 27th et 96th Divisions creusèrent des tranchées le long des limites de la division au pied de l'escarpement d'Urasoe-Mura.


- Les premières lignes tombent

- La facilité avec laquelle la Task Force Bradford remporta ses objectifs le matin du 24 avril ne fut pas un élément isolé. Sur le côté est de l'île, la 7th Division gravit la Colline 178 avec pour seuls obstacles, quelques tirs d'artillerie. Mais, la découverte de quelques corps de japonais sans armes à leurs côtés indiqua que l'ennemi s'était retirer en bon ordre. Au centre du front, dans la zone de la 96th Division, les quelques japonais trouvés n'étaient que des traînards qui se firent prendre par malchance. Les Américains occupèrent l'escarpement de Tanabaru, toute la crête de Nishibaru et la Colline 143. D'autres untiés s'avancèrent plus loin et atteignant la route Ginowan-Shuri et prendre position au pied de l'escarpement. Le seul échec de progression se localisa sur la côte ouest où la 27th Division se trouva incapable d'avancer en raison de féroces engagements derrière ses lignes entre avec des soldats japonais, ce qui sema la confusion.

- Pendant la nuit du 23-24 avril, alors qu'une brume épaisse s'éleva au sud d'Okinawa suivie d'un brouillard, l'artillerie japonaise se mit à donner de la voix le long du front. Chaque ligne de font américaine reçut au moins 1 000 coups durant les heures d'obscurité. Cette tactique permit aux soldats japonais de se retirer derrière les dernières positions du premier anneau de défense de Shuri en profitant du brouillard épais.

Suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 22/6/2010, 19:16


A L'ASSAUT DU SECOND ANNEAU DE DEFENSES DE SHURI



- Bataille de la Rivière Asa

- L'objectif initial de la 1st Marine Division était la rive nord de l'Asa, bordées par toute un enchaînements de collines. Bien entendu, les Japonais avaient bien préparé leurs positions défensives. Du 30 avril au 1er mai, alors que le 5th Marines Regiment (Col. Puller) se déployait à l'intérieur des lignes de la division, le 1st Marines Regiment essayait de porter son effort vers le sud, mais il subit plusieurs pertes.
Le 2 mai, par un temps frais et pluvieux, deux régiments d'assaut se lancèrent à l'attaque. A la gauche du dispositif de la 77th Division, le 5th Marines rencontra une résistance opiniâtre. Le troisième jour de l'engagement, les éléments du 1st Marines connut d'importantes difficultés pour franchir la limite sud du village de Nakanishi en vue d'atteindre la masse valloneuse de la crête de Jichaku. Les troupes américaines préférèrent alors se retirer. Le 3 mai se déroula comme le jour précédent. Les Marines tentèrent de progresser le long de la côte en se heurtant aux tirs des japonais. Il devint clair que si l'avance devait se poursuivre, il fallait couvrir les flancs des troupes par des mortiers et des armes automatiques.

Bataille d'Okinawa - Page 2 Ch11p210

- La 7th Division à Kochi Ridge

- Situé sut le côté est du dispositif du XXIVth Corps, la 7th Division, bien que non informée, faisait face à une nouvelle unité de combat. Le 23 avril, le 22e Régiment de la 24e Division se déploya sur la partie ouest de la zone de défense de Shuri. La 62e Division, qui avait supporté tout le poids de l'attaque américaine pendant trois semaines, dut recevoir de l'aide. La charnière des dispositif des 24e et 62e Divisions partait du nord de Shuri pour atteindre les lignes ouest de Kochi et de Tanabaru. La Route Ginowan-Shuri marquait nettement la limite entre les deux grandes unités de la XXXIIe Armée. Le changement de commandement le long du front eut lieu le 23 avril à 11h00. Il fut ordonné à la 24e Division de rester à tout prix en liaison avec la 62e en protégeant Kochi. Les lignes du 22e RI, orientées au Nord-Ouest, s'étendaient à travers les villages de Gaja, Kuhazu, Onaga et Kochi. Le reste de la 24e Division était placé en réserve au nord-est de Shuri dans le secteur d'Oroku.
A 2 miles au sud de la Colline 178, se dressait Conical Hill, qui gardait le passage. Entre Onaga et Kochi, le relief se faisait plus élevé sur une longueur de 500 yards. Enfin, au sud-ouest de la crête de Kochi se dressait la "Colline du Zèbre", une hauteur qui couvrait le nord de Shuri.


- Le 17th Infantry attaque la crête de Kochi

- Le 25 avril, le 1/17th Infantry, qui se heurta à une forte résistance, progressa de 600 yards dans le secteur des falaises pour s'agripper aux pentes de "Horseshoe Ridge" (littéralement la Crête du "Sabot de Cheval"). Le lendemain, le 1st Bn. tenta d'avancer le long du côté ouest de la Crête de Kochi, et le 2/17th le long du côté est. Dès que son effort commença, le versant inverse fut la démonstration de toute la technique de combat nippone, un tir plannifié de mortiers et de mitrailleuses venu des hauteurs de la zone. L'attaque fut arrêtée net et toutes les troupes durent se replier et certains éléments s'enterrèrent. Le lendamain, dans la pluie et la boue, les efforts pour établir le contact entre le 1st et le 2nd Bn. s'avérèrent vains. Peu de gains mais beaucoup de pertes, une fois de plus.

- Avant l'aube du 28 avril, le 3/17th releva le 1st Bn. sur le côté ouest de Kochi Ridge et prépara son attaque sous le commandement du Lt. Col. Lee Wallace qui espérait déployer ses hommes entre la crête de Kochi et la "Colline du Zèbre" et puis piquer dans le flanc des défenses japonaises. Là encore les armes lourdes japoanaises firent échouer la première tentative. L'attaque marqua le pas encore le pas le 29 avril et comble de malchance les obusiers de 105 mm de la division, ajustèrent mal leur tir de barrage et des obus tombèrent en plein dans le dispositif de la G Coy.
Le lendemain à 8h45, le 3/17th subit de plein fouet des tirs de mitrailleuses lourdes et de mortiers causant de lourdes pertes. Beaucoup plus grave, les blessés ne purent être secourus dans des délais rapides. Finalement, les médicaments furent parachutés par un Piper Cub.

- Du côté du 32nd Infantry les attaques n'eurent pas plus de succès. Le 28, une attaque contre une crête au sud-ouest de Kuhazu mit en lice un char lance-flamme en fer de lance, mais l'infanterie qui l'appuyait du se retirer en raison d'un violent pillonage à coups de mortiers.
Toutefois, le 30 avril le 1/32nd Inf. réussit à placer certains de ses éléments sur le "Chimney Crag" et dans la "Roulette Wheel" sur la crête au sud-ouest de Kuhazu. Les Japonais s'infiltrèrent en grand nombre derrière les lignes de la A Coy pendant la nuit et perturbèrent la coordination du dispositif de liaison entre le 32nd Inf. et le 184th Inf. Les américains chassèrent les japonais de ce secteur, mais la brèche ne fut comblée qu'à partir de 17h30.


- Poursuite du combat à Kochi au début de Mai

- Pendant les premiers jours du moi de Mai, le 17th Infantry ne remporta que de médiocres succès dans sa progression. Le 2 Mai, les Américains déployèrent entre les Buttes 1 et 2 des chars lance-flamme qui incendièrent la zone sans pour autant déloger les soldats japonais de leurs abris. Seul le village Onaga put être nettoyé mais l'Infanterie US vit tout le reste de son élan brisé. Enfin le 3 Mai, malgré une préparation d'artillerie à l'aube, les 1st et 3rd Bns ne purent encore mordre dans le dispositif nippon de Kochi.

Le Gen. Hodge fut alors rendu furieux par les échecs successifs des éléments de la 7th Division sur la crête de Kochi. Mais cet échec fut largement rendu possible en raison de la mauvaise connaissance du terrain et des positions japonaises.

Suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 23/6/2010, 12:48

- Le rempart japonais tient

- Le 26 avril, une attaque fut lancée par la 96th Division contre l'Escarpement de Maeda après une très forte concentration d'artillerie (près de 1 616 coups dans le secteur du 381st Infantry !). Mais, les Japonais utilisaient très bien cette forteresse naturelle qu'était Maeda. Dans le secteur de la Colline 150, les soldats américains furent cloués au sol par un feu d'enfet et il fallut utiliser des mortiers de 81 mm et de 4.2 inch tirant des obus fumigènes afin de couvrir la retraite.
Mais plus à l'est la chance sourit aux Américains. Des éléments du 383rd Infantry atteignirent les crêtes des Collines 150 et 152 pour déboucher sur un plateau où près de 600 japonais se trouvaient à découvert. Ainsi, un véritable carnage commença. Les mitrailleurs, les fusilliers et les soldats armés de FM BAR déchaînèrent leur feu sur les soldats nippons. Un soldat armé d'un BAR tua sans doute trente japonais. Des chars Sherman et des chars lance-flamme furent capables de se déployer sur la lisière de Maeda et participer à la curée. Les lance-flammes forcèrent le reste des ennemis à sortir de leurs trous et les fuyards furent impitoyablement achevés.
Cette action américaine sur les Collines 150 et 152 et l'arrivée de blindés sur Maeda eut de violentes répercursions au sein du QG de la XXXIIe Armée. A 16h00, le Général Ushijima ordonna immédiatement à toutes les unités de la 62e Division de bloquer l'avance ennemie dans le secteur de Maeda. La 24e Division reçut aussi comme ordre de coopérer étroitement avec la 62e pour empêcher les Américains d'exploiter leur succès de Maeda.

Bataille d'Okinawa - Page 2 Ch11p410

- Sur le versant opposé...

- Le 27 avril, le 1/381st Infantry et des éléments du 383rd Infantry, appuyés par des chars du 763rd Tank Bn. et des chars lance-flamme du 713th Tank Bn., tentèrent de forcer le passage à travers le col reliant la Colline 150 à la Colline 152. Pendant des heures marquées par des combats d'une sauvagerie absolue, l'infanterie américaine montra qu'elle était entièrement capable de coopérer avec les blindés. Les chars et les lance-flamme balayaient ou incendiaient les positions ennemies, forçant des centaines de japonais à quitter précipitamment leurs positions avant que les malheureux ne se fassent tués ou blessés par les tirs des fantassins et des mitrailleurs. Les chars et les fantassins pénétrèrent dans la lisière sud de Maeda, mais l'infanterie fut arrêtée par un violent feu ennemi. Et les tentatives de réduire au silenceles nids de mitrailleuses au sommet de l'Escarpement échouèrent.

Bataille d'Okinawa - Page 2 Ch11p510


- Le 28 avril, la K Coy/381st se déploya à l'ouest à travers le dispositif de la 27th Division en vue d'affaiblir la résistance japonaise. Elle lança alors une attaque en passant par Nakama en direction d' "Apartment House", en fait un large bâtiment scolaire qui était le centre de la force japonaise et stué au sud de l'Escarpement entre les villages de Nakama et Maeda. Après une demi-heure d'un combat au corps-à-corps, les soldats américains furent repoussés avec de lourdes pertes et les survivants se replièrent couverts par la fumée.

- Pendant les premières heures du matin du 29 avril, les contre-attaques japonaises s'enchaînèrent sur tout le front de la 96th Division. A 05h15, le 2/383rd fut violement accroché par un ennemi armé de grenades et de lances. Une section de la G Coy fut réduite de 30 à 9 hommes en état de combattre. En repoussant deux contre-attaques, le 383rd Infantry tua approximativement 265 japonais. Tard dans la journée, des chars et des chars lance-flamme placés en fer de lance tuèrent plus de 200 soldats ennemis.
Sur le flanc gauche (est) de la division, se créa un saillant à la pointe du XXIVth Corps qui bordait Shuri. Il fallait donc l'élargir et le sécuriser. La cime de la Colline 138 fut prise par la L Coy/383rd Infantry après de furieux combats rapprochés. Une position de mitrailleuse fut détruite par l'action quasi-frénétique du Pfc. Gabriel Chavez qui s'y précipita en tenant une grenade dans sa main, causant ainsi sa propre mort et celle de cinq soldats japonais. Des chars prirent position près du sommet de la Colline 138 et s'engagèrent dans des duels avec les canons antichars ennemis de 47 mm. Mais pour la première fois, les combats d'Okinawa se situèrent en plein du secteur de Shuri.

- Le 29 avril, le 307th Infantry de la 77th Division prit place sur la partie de la ligne de l'Escarpement de Maeda attribué au 381st et le matin suivant le 306th Infantry releva le 383rd à l'est du dispositif de la 96th Division. Le 381st perdit 40 % de ses forces de combat dans l'affaire soir 1 021 soldats dont 536 à Maeda.
Le 30 avril, le Gen. Bruce prit le commandement de l'ancienne zone d'action de la 96th Division. C'est aussi à ce moment là que le 32e Régiment de la 24e Division vint se placer entre le 22e RI et les restes sévèrement étrillés de la 62e DI.


- Bataille de destruction

- Le 307th devait se charger de nettoyer la partie est l'Escarpement de Maeda ainsi qu'une hauteur appelée "Needle Rock" garnie de tunnels, de fossés et de grottes aménagés.
La journée du 2 mai fut marquée par d'innombrables attaques, contre-attaques, duels à la grenade, de charges explosives lancées dans les grottes, d'engagements nocturnes d'une sauvagerie sans nom et de corps-à-corps sanglants. Des frappes aérinnes à coups de napalm et de bombes de démolition furent opérées sans cesse contre les positions de l'Escarpement. Des chars et des chars lance-flamme s'acharnaient à nettoyer les pentes sud-est. Pendant cinq jours le 1/307th du Lt.Col. Gerald D. Cooney combattit pendant cinq jours sur "Needle Rock" pour aucun gain.
Sur la droite de la 77th Division, le 3/307th qui remplaça les éléments de la 27th Division derrière l'Escarpement de Nakama, attaqua vers l'est en direction des installations d' "Apartment House". Là encore, les Américains ne progressèrent pas.

- Le bastion de Maeda tombe

- Le combat fut particulièrement féroce sur le sommet de l'escarpement le 4 mai. Les hommes du Lt.Col. Cooney réussirent à exécuter un assaut de destruction très compliqué contre les réseaux de tunnels, de grottes et de nids de mitrailleuses à l'est de l'Escarpement. On estima que 600 soldats nippons furent tués par le 307th Infantry pendant cet engagement. Lentement, le 5 mai, la pente opposée fut prise et les grottes purent être nettoyées. Pendant la nuit du 5-6 mai, les Japonais lancèrent plusieurs contre-attaques en vue de reprendre le contrôle de l'Escarpement. Un violente attaque frappa notamment le 3rd Bn. Mais l'unité tua 250 soldats nippons majoritairement au corps-à-corps. Pendant la journée du 6 mai, tous les bataillons du 307th Infantry progressèrent vers le sud en direction de la Colline 187.
Il faut aussi relever l'acte héroïque du Pfc. Desmond T. Doss, un Adventiste du Septième Jour qui avait refusé de toucher à une arme dès le début de la Guerre et qui fut versé comme infirmier. Pendant les combats sur l'Escarpement, Doss porta sans cesse secours à de nombreux blessés qui avaient été touchés dans les grottes. Puis, il les ramena un par un sous les tirs ennemis. Pour ce fait de bravoure, Doss recevra la Congressional Medal of Honor.
Malgré son succès incontestable et son vaillant comportement, le 1/307th subit de lourdes pertes avec pas moins de huit commandants de compagnies blessés en seulement 36 heures ! Parti à l'assaut avec 800 hommes le 2 mai, il ne lui en restait plus que 324 en état de combattre le 7 ! En revanche, la 77th Division estima avoir tué plus de 3 000 japonais à elle toute seule. Le chiffre paraît exagéré mais il n'empêche que la division infligea des pertes irremplaçables aux Japonais.

Suite...


Dernière édition par Yeoman 35 le 13/9/2010, 17:38, édité 1 fois
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 24/6/2010, 12:52

- L'OFFENSIVE JAPONAISE ET SES CONSEQUENCES -

- Plannification

- Pour tous les commandants japonais d'Okinawa il fallait à tout prix reprendre l'initiative afin de sauvegarder la position de Shuri. Mais le plan final d'Ushijima était très ambitieux. Il aspirait à détruire l'ensemble du XXIVth US Corps à Okinawa et de mettre à mal la flotte de ravitaillement alliée par une série d'assauts.
Côté terrestre, la 24e Division du Général Amamiya, forte de 15 000 hommes, devait fournir l'effort principal de l'attaque. L'unité était restée quasiment intacte depuis le 3 mai, hormis son 22e Régiment qui avait connu beaucoup de pertes. La mission d'Amamiya était de lancer de fortes attaques sur le centre et la gauche des lignes américaines. Une fois le front américain rompu, le reste de la 24e Division, appuyé par d'autres unités devaient s'engouffrer dans la brèche.
L'attaque amphibie devait s'opérer derrière les positions amaricaines grâce une série de débarquements. Plusieurs centaines d'hommes du 26e Régiment du Génie Amphibie (RGA), pourvus d'armes légères et de charges explosives devaient détruire des chars et des canons américains.
En fait, l'offensive terrestre coïncidait avec une offensive majeure d'avions Kamikaze et de navires-suicides contre les navires américaines. Les Japonais étaient convaincus qu'une attaque réussie contre les lignes de ravitaillement américaines serait décisive pour la campagne.

- Revenons maintenant à la préparation de l'attaque de la 24e Division. La mission de la division d'Amamiya devait pénétrer dans les lignes américaines sur une profondeur de 2 miles jusqu'à un point au nord-est de Tanabaru. L'objectif final d'Amamiya était Futema, où se trouvait le PC de la 96th Division US.
L'attaque devait être précédé par une préparation d'artillerie de 30 minutes ayant lieu à l'aube. Ensuite le 89e Régiment devait rompre la ligne américaine dans le secteur d'Onaga. Le 32e Régiment, supporté aussi par l'artillerie, devait pénétrer dans les lignes américaines dans le secteur de Maeda. Des chars devaient soutenir ses deux attaques. Des unités spécialisées dans l'infiltration devaient suivre les assauts du 32e et du 89e afin d'empêcher les américains de coordonner leur riposte. Une fois que la 24e Division eût atteint son premier objectif au nord-est de Tanabaru, ses troupes devaient s'enterrer en vue de repousser les contre-attaques américaines, d'installer des pièges antichars. Ensuite les unités pourraient relancer leur attaque vers le nord.
Le 22e Régiment et la 44e Brigade Miste Indépendante se sont vus attribuer des missions spéciales. Situé au centre du dispositif de la 24e Division, le 22e Régiment devait masquer la progression de deux autres régiments avec des tirs et de la fumée. La 44e BMI, unité fraîche, devait protéger le flanc gauche japonais pendant l'attaque. En suivant le mouvement de percée à l'est de Maeda, elle devait obliquer sur la gauche vers Oyama sur la côte ouest et ainsi, scindre les positions de la 1st Marine Division. Le commandement de la XXXIIe Armée considérait la percée de Maeda comme le point central de son offensive et appuya ses troupes en conséquences avec des chars, de l'artillerie et des éléments antichars. Enfin, les blindés étaient incorporés au sein du 27e Régiment Blindé.

- Le commandement japonais avait préparé son attaque avec une très grande minutie et un grand professionnalisme. Un peu à la manière des soviétiques et de leur Maskirovka, les forces japonaises réussirent à tromper les américains sur leurs intentions. D'une part le Col. Cecil W. Nist, chef du renseignement du XXIVth US Corps, remarqua une diminution sensible de l'intensité des tirs d'artillerie japonais concluant - à tort - que les forces nippones opéraient une retraite vers le sud. Et le General Simon B. Buckner, chef de la Xth US Army, pensait que le caractère rigide de la défense japonaise rendait impossible l'idée que les éléments de la XXXIIe Armée pouvait se permettre de lancer des contre-attaques localisées.


- Sorties dans la nuit

- Les avions Kamikaze frappèrent la flotee américaine le matin du 3 mai 1945. Cinq avions suicides s'écrasèrent sur l' Aaron Ward, mettant feu au bâtiment et tuant ou blessant 98 marins. Trois autres avions transportant des bombes coulèrent le Little. Deux autres vaisseaux furent coulés ou endommagés, mais les avions et la DCA américains détruisirent une quarantaine d'avions suicides et 22 autres appareils à la tombée du jour.

- Armés de fusils antichars, de mitrailleuses lourdes, d'armes légères et de d'un millier de charges explosives, plusieurs centaines d'hommes du 26e RAG se préparaient, sous un ciel couvert, juste au-dessous des aéridromes de Yontan et Kadena. Malheureusement, en raison d'une erreur de calcul, ils s'approchèrent d'un point de la côte fortement défendu. A 2h00, des fusilliers de la 1st Marine Division perçurent dans l'obscurité la venue de dix barges de débarquement et ouvrirent un feu nourri sans hésiter, profitant bientôt de fusées d'éclairage. Une compagnie tira 1 000 coups de mortiers de 60 mm. Plusieurs barges ennemies furent bientôt la proie des flammes. Une section de Marines utilisa une cinquantaine de boîte de cartouches et rendit inutilisables plusieurs canons de mitrailleuses.
Beaucoup de soldats japonais réussirent à aborder la côte mais certains s'en retournèrent vers leurs lignes tandis que d'autres se retouvèrent isolée dans Kuwan avant d'être tous anéantis par les Marines. Tous les navires de débarquement furent détruits. Un petit groupe de japonais avança tout de même jusqu'à Chatan à 2 miles au sud d'Isa, mais ils rencontrèrent de sérieuses difficultés pendant les jours suivants et furent anéantis dans les jours qui ont suivi.
Les hommes du génie amphibie eurent encore moins de succès sur la côte ouest d'Okinawa. Après un périple vers le nord dans un ensemble hétéroclite de navires, dont des bâteaux de pêche utilisés par les indigènes de l'île, plusieurs centaines de soldats nippons tentèrent de débarquer derrière les lignes de la 7th Division, mais la plupart périrent dans les navires à cause des tirs des navires dans Buckner Bay ou à terre par le feu de la 7th Reconnaissance Troop ou du 776th Amphibious Tank Battalion aussitôt débarqués.
L'attaque amphibie fut un véritable fiasco qui se solda par la mort quasi-inutile de 500 à 800 hommes.

- La 24e Division passe à l'attaque

- Pendant la nuit du 3-4 mai, la 7th Division connut un déluge de fer et de feu sans précédent depuis la campagne d'Okinawa. Les japonais utilisèrent tous types de calibre, 20 mm, mortiers de 70 mm, canons lourds... En tout l'artillerie nippone tira plus de 5 000 coups sur les positions de la 7th Division pendant la nuit.
En pleine obscurité, les troupes japonaises firent mouvement vers les lignes américaines. A 5h00, deux fusées éclairantes rouges donnèrent le signal de l'attaque. Comme les tirs d'artillerie japonais se faisaient de plus en plus intenses, une sentinelle de la A Coy/17th Infantry qui montait la garde sur une colline juste au nord d'Onaga préféra redescendre pour se mettre à l'abri sans imaginer que les soldats japonais attaqueraient au beau milieu de leurs propres tirs. Quelques japonais apparurent sur la crête et mirent une mitrailleuses en batterie. Le Pfc. Tillman H. Black, armé d'un BAR, tua le tireur, puis quatre autre soldats japonais qui tentèrent de se servir de la mitrailleuses. Cela n'empêcha pas les japonais de se précipiter sur la crête, mais la compagnie américaine alertée par les tirs de Black prit position et repoussa les japonais.
Mais l'attaque surprise réussit sur un autre point. Sur un plateau à 1 000 yards à l'est d'Onaga un groupe de japonais gravit la colline en face des positions de la I Coy/184th Infantry, commandée par le Capt. James Parker. Dans l'engagement soudain qui s'ensuivit, de mitrailleurs américains abandonnèrent leurs positions. Parker, observant l'attaque depuis la crête anticipa le mouvement et usa d'une mitrailleuse restante pour tenir les japonais à distance.

Suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  jbcg1995 3/7/2010, 11:37

Waw merci pour cette explication .
jbcg1995
jbcg1995
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 479
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Staldion 3/7/2010, 19:28

J'ai beaucoup aimé cette lecture également, merci Bataille d'Okinawa - Page 2 Pouce_mi
Staldion
Staldion
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 9/7/2010, 15:56

Merci pour les encouragements. Je vais profiter d'un moment de répit dans mes recherches universitaires pour poursuivre.

A l'aube, le XXIVth corps découvrit l'ampleur de l'attaque japonaise à la gauche de son dispositif. Dans le secteur du 184th Infantry, les forces ennemies du 89e Régiment, suivant l'instruction "de serrer l'ennemi de près en se servant de l'avantage de la couverture" avança vers les pentes de Conical Hill, escalada les hauteurs et regroupa ses forces autour des "Y Ridges" à l'est d'Onaga. Ils avaient réussi à contourner le flanc de trois compagnies du 184th sur "Chimney Crag" et "Roulette Wheel" au nord de Kuhazu et avaient aussi réussi à faire reculer les bataillons du 17th Infantry placés en avant autour de Kochi. D'autres éléments japonais s'en prenaient aux lignes de la 7th Division sur les hauteurs du nord d'Unaha.
Mais grâce à l'esprit d'initiative du 1st Lt. Richard S. MacCracken, comandant de la A Coy/184th, qui en avisa le Col. Maybury, des obusiers de 75 mm et des chars vinrent arrêter net la pénétration opérée par 2 000 soldats nippons au nord de Kuhazu.
Le 3/184th repoussa violemment une attaque de 200 japonais, qui se replièrent vers les ruines d'Unaha avant de mettre leurs mortiers en batterie. S'ensuivit un duel de mortiers, parfois à 250 yards de distance seulement. Le 3/32nd, lui aussi se mit à tirer sur les japonais. Après que la première tentative d'attaque eût échoué, un officier japonais dégaina son Katana et rassembla ses hommes pour l'attaque. Mais les mortiers américains ne lui laissèrent absolument pas le temps d'arriver jusqu'aux lignes adverses. Il fut tué en fin de compte.
A 8h00, les soldats nippons furent repoussés à une faible de distance des lignes de la 7th Division. Mais ils n'abandonnèrent pas leur attaque pour autant, sans doute du fait qu'ils avaient reçu l'ordre d'avancer à tout prix "même jusqu'au dernier homme". Ils commirent l'erreur de se dépolyer en éventail sur le plateau exposé, où ils devinrent des cibles parfaites; ils ne forcèrent pas leur attaque mais n'essayèrent pas non plus d'opérer une retraite en bon ordre. Les armes lourdes américaines leur interdisaient toute retraite et les forçaient à rester cloués dans les espaces ouverts. Un sergent de section américain dit même que "c'était comme la chasse au canard avec eux !"


- Les chars et l'infanterie attaquent au centre

- Tandis que la 7th Division mettaient complètement à mal l'attaque japonaise dans le secteur est du XXIVth Corps, la 77th Division tentaient d'endiguer l'effort de l'autre "fer de lance" ennemi au Centre. Là, le 32e Régiment japonais, appuyé par des chars et des soldats du génie, attaque derrière un intense tir de barrage. Le secteur qui lui était attribué était le point critique de l'attaque, là où après une percée il appuierait la 44e BMI à opérer un mouvement en crochet vers la côte ouest afin de d'isoler la 1st Marines Division du reste de la Xth Army.

- Des difficultés de transport affectèrent le 32e Régiment presque dès le début. Pendant la nuit des chars légers sortirent de la zone de Shuri et prirent la route de Ginowan (Route 5), mais l'artillerie américaine faisait tout pour interdire le trafic, empêchant les chars moyens de se porter en avant. Ces derniers durent opérer un long détour qui s'effectua dans de si mauvaises conditions que deux chars seulement purent être engagés dans l'attaque. Les camions et l'artillerie étaient sensiblement ralentis eux aussi. Même les troupes à pied connurent de nombreuses difficultés pour se déployer. Toutes ses difficultés handicapèrent sérieusement le 32e Régiment pour la suite des opérations.
Appuyé par neuf chars légers, le 3e Bataillon mena l'assaut du 32e Régiment contre le 306th Infantry Regiment (77th Division) juste avant l'aube du 4 Mai. L'ennemi lança son assaut depuis le sud-est de la Colline 187 et percuta la 77th Division là où la Route 5 rejoint l'extrémité est de l'Escarpement Urasoe-Mura. Les Japonais se fortèrent directement sur les premières lignes du 1/306th près de Maeda. Bien que les Japonais localisèrent les points faibles de la ligne de front, les tirs américains d'armes automatiques mirent à mal les forces d'attaque. Comme dans le cas de leur "fer de lance" droit, les Japonais furent incapables de pénétrer dans les lignes américaines, sur chaque secteur avec des forces suffisantes pour percer. Le seul succès fut une section qui parvint sur les collines. L'artillerie américaine fut appelée en renfort contre les chars japonais. Plusieurs furent neutralisés, et puisque l'infanterie se faisait décimer, le reste se replia.
Très peu de temps avant la levée du jour, alors que l'infanterie japonais avait échoué à prendre ses objectifs initiaux à l'est de la Colline 187, le Colonel Murakami commandant du 27e Régiment de Chars, impatient d'en terminer, lança plusieurs de ses blindés et une unité d'infanterie contre les positions américaines. Mais l'artillerie américaine détruisit un peloton de chars et fit échouer l'attaque. Murakami ordonna la retraite, mais l'artillerie américaine lui interdisait tout mouvement de recul. Quand les japonais usèrent de fumer en guise de dissuasion, les Américains répondirent simplement en faisant tirer des obus incendiaires sur la zone obscurcie. Les survivants se replièrent vers leur lignes juste à la tombée de la nuit. Tous les chars légers qui avaient supporté l'attaque étaient perdus.


- 5 mai : pénétration japonaise à Tanabaru

- Le Général Amamiya refusa d'abandonner l'attaque. Même si les deux "fers de lance" de sa 24e Division s'étaient vainement acharnées sur les lignes américaines, connaissant de très lourdes pertes, il ordonna un nouvel assaut pour la nuit du 4-5 Mai. Le 1er Bataillon du 32e Régiment, et le 26e BII qui était rattaché à la 24e Division furent dirigés vers les lignes du XXIVth Corps au nord-oues de Kochi. Le 1er Bataillon avait été utilisé en soutien deu "fer de lance" gauche le 4 Mai, mais il n'avait pas été entièrement engagé et était encore relativement intact.
La raison principale de la raison de la persistence d'Amamiya après la débâcle n'était pas très claire, mais un évènement a pu forcer sa décision. Le XXIVth Corps n'était pas au courant que des éléments du 1er Bataillon du 22e Régiment avaient pénétré plus de 1 000 yards à l'arrière des lignes Américaines près de Kochi. Le 4, ces éléments ont reçu l'ordre de se replier sur leurs lignes régimentaires. Amamiya résonna sans doute comme s'il avait trouvé LE point faible des défenses américaines.

- Percée nocturne

- Les Japonais, ayant arrosé les lignes du 306th Infantry pendant la nuit du 4-5 Mai, lancèrent leur attaque à 2h00 sur le Régiment US qui tenait la Route 5 au nord-ouest de Kochi. L'artillerie américaine mit fin à cette tentative. Trois heures plus tard, l'ennemi attaqua avec un bataillon appuyé par des chars. Bien que six chars furent bientôt mis hors d'état de nuite, les japonais forcèrent leur attaque au travers des tirs de canons et de mortiers pour engager un combat rapproché avec le 306th Infantry. Les japonais réussirent à isoler un poste d'observation du bataillon et tuèrent ou blessèrent ses cinq occupants. En débit, d'un violent tir de mortiers, les Japonais mirent leurs mortiers légers et leurs mitrailleuses lourdes en batterie près des lignes américaines et, ils tentèrent même de mettre un canon de 75 mm en batterie, mais sans succès.
De féroces combats se développèrent le long de toute la ligne de front du 306th. Une force ennmie, avançant en colonne serrée, marcha tout droit dans le secteur d'une compagnie et fut détruite par des tirs d'armes automatiques. La plupart des japonais, incapable de se rapprocher pour engager le combat au corps-à-corps, trouvèrent refuge dans des fossés juste en face des positions américaines. Des duels à la grenade et des échanges de tirs automatiques se poursuivirent jusqu'au milieu du jour. A l'aube, toutefois, le 306th reprenait la situation bien en main. Les chars Américains se déployèrent le long des fossés et mitraillèrent les soldats ennemis qui s'y étaient retranchés. Certains survivants, usant de fumigènes, réussirent à se replier derrière leurs lignes. Ils laissèrent 248 tués, de nombreuses mitrailleuses, des mortiers, des fusils et plusieurs centaines d'obus de 75 mm dans le secteur de la 77th Division.

- Derrière ce combat le long de la Route 5, une large proportion du 1er Bataillon Japonais du 32e RI réussit à s'infiltrer derrière les lignes du XXIVth Corps. Les japonais opérèrent leur pénétration sur un point entre la Route 5 et Kochi. Cette route s'étendait dans le secteur de la 77th Division, mais joignait les limites des dispositids des 7th et 77th Divisions. Environ quatre-vingt-dix soldats japonais prirent la route qui menait au PC du 306th Infantry, mais ils causèrent peu de dommage et furent tués pendant le jour suivant. La plupart des 450 soldats japonais franchirent la limite de la 77th Division et réoccupèrent la ville et la crête de Tanabaru. La pénétration représentait plus d'un mile derrière le front du Corps. Ces deux points étaient deux secteurs puissants du premier anneau de défense de Shuri. Ils avaient été abandonnés le 23 avril.

- Bataille derrière les lignes
A travers la brume, les hommes du 17th Infantry purent voir grâce à la pleine lune, une colonne de soldats se déployant au nord-ouest vers l'Escarpement de Tanabaru. Le 17th tira quelques coups avant de renoncer de crainte de tirer sur des forces amies. D'autres colonnes japonaises passèrent apparemment de manière furtive. Les soldats repérèrent rapidement les lignes téléphoniques américaines et sectionnèrent les fils rapidement entre le QG du Régiment et ses trois bataillons, mais le Régiment était encore capable de détecter des unités ennemies grâce aux mouvements opérés dans les secteurs tenus par ses unités subordonnées. Les japonais encerclèrent et attaquèrent des dépôts de ravitaillement à la base de la crête, mais ils furent contenus avec peine dans leurs tentatives de destruction.
La tâche de réduire les infiltrations japonaises fut dévolue à la E Coy/306th, qui envoya une une patrouille de la force d'une section à l'est des pentes de l'Escarpement. Quand les japonais placés sur les hauteurs prirent la patrouille sous leur feu, le 1st Lt. Walter Sinkiewicz, commandant de la E Coy, rappela le reste de son unité. Une section réussit presque à atteindre le sommet, mais l'ennemi la repoussa avec des mortiers, de mitrailleuses et des armes légères. Un tir de précision se développa alors, durant lequel Sinkiewicz et ses trois chefs de section furent blessés.
Les japonais se trouvèrent en bonne position toutefois. Leurs tirs couvraient les dépôts et les parcs motorisés du 1/306th sur le côté nord de la crête, les rendant inaccessibles aux Américains. Des groupes de soldats nippons en profitaient pour miner la route de ravitaillement qui passait dans Tanabaru et arrosaient cette même route à la mitrailleuse. Un half-track apportant du matériel médical fut endommagé par une mine et l'officier médical fut tué alors qu'il tentait de s'échapper. Les Japonais occupèrent le véhicule et le convertirent en nid de mitrailleuse. Une patrouille américaine arriva à la rescousse et tua onze soldats japonais situés à l'intérieur et autour du véhicule. Le S/Sgt. Carl W. Johnson se porta volontaire pour retirer les armes du half-track ; il fit trois tentatives réussies mais fut tué à la quatrième.

- A la fin de la journée du 5 mai, il y avait de l'appréhension au PC du 306th Regiment, qui n'avait pas apprécié la force de l'infiltration nippone. Depuis une colline située à côté du PC, le Lt.Col. Albert V. Hard, commandant adjoint du 17th Infantry, pouvait voir plusieurs soldats japonais à 600 yards sur l'Escarpement de Tanabaru. Les Japonais se mettaient à leur tour à surveiller les activités américaines. Se couchant à plat-ventre, Hard tira quelques coups sur les japonais avec sa carabine Mi pour les "neutraliser". Pendant qu'il était en train de faire le coup-de-feu, un soldat accouru avec un message radio pour lui annoncer que les Armées Allemandes avaient cessé le combat. "Parfait", dit Hard, "si nous avons juste les Japs sur l'Escarpement à faire taire, on devrait être au top, n'est-ce pas ?"

Suite...
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 13/9/2010, 17:37

Come back Boys !

- Placée à l'est de l'escarpement, la F Coy tenta de lancer une attaque sur la gauche. Deux éléments se lançaient avec l'appui de chars et après une préparation de mortiers, mais prit du retard en détruisant des positions japonaises enterrées. Emboîtant le pas à la F Coy, la E Coy lança un assaut et atteignit le sommet de l'escarpement à 17h30 après un barrage roulant de mortiers. Cela permit au 1st Btn. de transférer ses véhicules de ravitaillement vers une position plus sûre, mais la route de ravitaillement était encore bloquée.
Le 6 mai, un groupe de japonais placé au-dessous de la E Coy fit pression sur les Américains à coups de charges explosives et la compagnie du faire retraite. Toutefois, les E et F Coys, appuyées par des lance-flammes et des mortiers se lancèrent sur Tanabaru et réussirent à reprendre le contrôle du village. La F Coy ne s'arrêtat pas là pour autant. Toujours soutenue par des mortiers de 81 mm qui martelèrent mortellement les Japonais sur les pentes de l'escarpement de Tanabaru, l'unité réussit à atteindre le somment et y capturer des mitrailleuses lourdes et légères ainsi que des canons japonais. 462 soldats nippons avaient été tués.

- Echec de l'offensive

Au soir du 5 mai, il était clair pour le Général Ushijima que l'offensive avait échoué. Il réalisa que les éléments de la 32e Armée devaient se placer en position défensive. Selon lui, il fallait "poursuivre la bataille d'attrition pour continuer de briser l'endurance de l'ennemi." Malgré la résolution de leur chef, bon nombre d'officiers de la 32e Armée connurent une soudaine forte baisse de morale en raison de l'échec de l'offensive. Le Colonel Yahara pensait même que l'échec de l'offensive fut la phase décisive de la bataille. Même le Général Cho, considéré comme l'incarnation de la volonté de combattre, ne voyait plus aucun espoir.
Les Japonais avaient en effet consenti à une immense sacrifice ; ils avaient perdu 5 000 hommes contre seulement 731 pour les Américains (352 pour la 1st Marine Division et 379 pour les 7th et 77th Divisions). Toutefois, ces pertes n'ont pas complètement affecté les capacités d'attrition des forces japonaises. Ushijima avait en fait lancé des troupes fraîches à l'assaut plutôt que d'y expédier ses troupes de lignes ; par conséquent la force de défense avait été maintenue sur la ligne de l'anneau. Ainsi, le XXIVth Corps n'allait pas trouver de véritables points faibles dans la défense de Shuri.
Les forces furent réorganisées, ce qui montre les ressources qu'avaient encore les soldats du Soleil Levant. Des hommes affectés aux transports ou issus des unités de raids côtiers furent amalgamés aux unités de combat de la 24e Division.

- Les Marines au combat pour la Colline 60

- Le 6 mai, contournant les hauteurs de l'Asa par l'est, la 1st Marine Division se dirigea vers la Colline 60, une bosse située à un demi-mile au sud-est de Ysufu. Les Japonais cononnaient la Colline 60 depuis le plateau de Dakeshi et d'autre part, la colline de Nan, une hauteur au sud de l'Asa, n'étaient pas encore sous le contrôle complet des Marines. Ainsi, des hommes du 2/1st Marines Regiment furent tués dans leur trou à coups de baïonnette ou de couteau pendant des raids japonais.
Le 2/1st Marines Btn. lança son assaut à 10h00 avec le soutien de chars, de mortiers, de l'artillerie et des bouches-à-feu de l'US Navy.
Mais les tirs japonais semèrent la confusion entre les différents groupes américains et les obus antichars de 47 mm frappèrent sans pitié les Sherman. A 12h27, après un furieux engagement de plus de deux heures, le 2/1st Btn. dut se retirer.
Une nouvelle attaque lancée le 7 mai fut tout aussi infructueuse. Le 2/1st Marines Btn. concentra alors ces efforts pour nettoyer les positions nippones de la colline de Nan. Les Marines trouvèrent la tâche à accomplir hasardeuse et démoralisante. Mais grâce à l'aide des chars lance-flamme, la mission fut achevée le 9 mai. Les Marines purent alors se charger de la Colline de Nan. Pendant que le 1/1st Marines Btn. s'élançait à l'assaut du plateau de Dakeshi, le 2/1st Marines Btn. se chargea de dégager la Colline 60. Une coordination minutieuse entre les chars,l'infanterie et les armes de soutien donna des résultats rapides et satisfaisants et à la fin de la journée la Colline 60 était aux mains des Marines.

- Le XXIVth Corps avance sur la gauche

- Après d'intensives opérations de patrouilles menées pendant les 5 et 6 mai, le 184th Infantry Regiment de la 7th Division reprit son mouvement vers le sud. L'objectif initial de son commandant le Col. Greene était la crête de Gaja qui avait été perdue quelques jours auparavant. Le 7 mai, l'éminence fut occupée avec une surprenante facilité. Les Japonais qui avaient été surpris, ripostèrent par quelques tirs de canons et d'armes légères. Mais les autres mouvements du 184th vers Conical Hill furent bien plus difficiles. Des mines disposées à Kohahu et Onaga empêchèrent les chars d'appui d'avancer correctement. Les assauts de l'infanterie sur les collines furent bien plus fructueux. William Hill fut prise le 7 mai et l'extrémité du versant de Easy Hill le 8.
Durant cette période le principal obstacle de la 7th Division était un réseau de redoutes et de souterrains japonais disposé entre la Crête de Kochi et Zebra Hill. Les reconnaissances en force démontrèrent que la neutralisation de ces positions requérait des opérations méthodiques. Une attaque à grande échelle déclenchée par le 17th Infantry Regiment fut lancée malgré les menaces d'échecs en raison d'une savante combinaison de tir de la part des Japonais.
Le 6 mai, le 3/17th Btn. combattait pour Knob 2 sur la Crête de Kochi et tenta même d'incendier les positions japonaises en y déversant du napalm, de l'huile de moteur, de l'essence et du carburant. Le même jour, deux sections s'emparèrent d'une petite portion de How Hill, contrairement aux ordres qui étaient de se retirer du feu meurtrier de la Crête de Kochi. A ce moment de la bataille, le XXIVth Corps exerçait une forte pression sur la 7th Division pour qu'elle pousse son effort de manière plus aggressive. Le Brig. Gen. Joseph L. Ready, commandant en second de la division, ordonna au 17th Regiment du Col. Pachler d'attaquer Zebra Hill le lendemain, soit le 7 mai.
Les chars et l'infanterie du 3/17th Btn. firent mouvement sur Kochi le 7 en vue de s'emparer d'un point fort japonais qui coupait la route Zebra Hill - Crête de Kochi et qui était tenu par des éléments du 22e Régiment. Celui-ci devant "tenir face à l'ennemi le plus longtemps possible." Les canons des chars et des chars lance-flamme vomirent tout ce qu'ils purent sur le point fort avant de laisser la place aux fantassins. Mais lorsque les engins blindés durent se retirer pour se ravitailler en munitions à Knob 4, les Japonais ouvrirent un feu violent sur l'infanterie qui dut se retirer.
Pendant ce temps le 1/17th attaqua How Hill et gagna du terrain à Kochi. La pluie se mit à tomber pendant la journée, mais les hommes épuisés du régiment n'abandonnèrent pas leur attaque. Le 9 mai quand le 396th Infantry Regiment - 96th Division releva le 17th, le contrôle de Kochi était quasiment achevé. Mais les réseaux souterrains qui coupaient la route Kochi-Zebra Hill étaient encore aux mains des soldats nippons. Le 9 mai, les éléments du 22e Régiment furent relevés par d'autres unités et cités par le commandant du régiment pour "avoir infligé de lourdes pertes à l'ennemi."

Au prix de 20 000 hommes perdus, dont des non-combattants, les américains réussirent à étendre leurs lignes comme l'avait voulu le Gen. Hodge. Les positions américaines s'étendaient désormais d'Ouki sur la côte-est jusqu'à Asa-Kawa sur la côte ouest. Le XXIVth Corps contrôlait désormais Awacha, Kochi et Maeda, consolidant ainsi ses lignes de communication et offrant ainsi une bonne base de départ pour l'attaque que devait lancer la Xth Army le 11 mai.
Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Yeoman 35 22/9/2010, 13:38


L'ATTAQUE DU MOIS DE MAI CONTRE LES DEFENSES DE SHURI


- Après l'échec de la contre-attaque japonaise, le Gen. Simon B. Buckner commandant de la Xth Army estima que le moment était venu pour lancer une attaque de grande ampleur sur les défenses de Shuri, pensant à tort, qu'Ushijima y avait fait donné ses dernières réserves. Le 9 mai, il ordonna de coordonner une attaque pour le 11. Du côté de l'US Navy, Turner était pressé que les opérations terrestres cessent en raison des lourdes pertes causées par les attaques Kamikaze. Le 4 mai, le Brig.Gen. Elwyn Post, Chef d'état-amjor de la Xth Army estima quand même que la situation était sérieuse et qu'il était impératif d'engager une action immédiat.

- L'attaque américaine devait reposer principalement sur les épaules de la Xth Army et du IIIrd Amphibious Corps de Geiger qui avait quitté ses positions du nord de l'île en étant relevé par la 27th Division qui allait en profiter pour se reposer. Le IIIrd Amphibious, formé de la 6th Marine Division et d'éléments d'appui, tenait la droite du front sud. Il se vit alors rattaché la 1st Marine Division. Le XXIVth Corps se retrouvait avec les 77th et 96th Divisions et avec la 7th Division comme unité de réserve. Enfin, les opérations étaient plannifiées, organisées et décidées par la Xth Army.

- Le plan d'attaque des défenses de Shuri était simple. Les deux Corps devaient envelopper les positions de Shuri par l'est et l'ouest.
Les Américains pensaient que les défenses japonaises étaient plus faibles sur la droite, donnant ainsi une chance à la 6th Marine Division encore trop inexpérimentée mais fraîche, de pouvoir percer. Toutefois, le terrain était plus favorable sur la côte est.
En ce qui concerne la préparation d'artillerie, le plan initial prévoyait un tir de barrage de 30 minutes, mais le Gen. Buckner recommanda que "le plus grand nombre de positions connues de mitrailleuses et d'armes lourdes japonaises soient détruites".
Buckner avait retenu les leçons de l'échec de l'assaut du 19 avril quand l'artillerie américaine n'avait pas réduit au silence bon nombre de points forts de l'armée nippone. Mais la savante élaboration du réseau de défenses japonaises nécessitait un réglage et un tir très précis de la part des bouches-à-feu US.
- Pendant ce temps Ushijima préparait son dispositif défensif. Dans le secteur ouest, les unités qui faisaient face à la 6th Marine Division se virent renforcer par des éléments de défenses fixes sur leurs flancs. Le général japonais établit aussi une zone de défense centrale dont les lignes de front s'étendaient depuis un point au nord d'Asato sur la côte-ouest, traversant Wana et les hauteurs près d'Ishimmi, vers la côte est juste au nord de Conical Hill. Enfin, pour ralentir la progression américaine Ushijima ordonna de détruire routes et ponts à l'est de Naha.


- Attaque à l'Ouest

- Le 8 mai, quelques heures avant que l'Allemagne nazie ne capitule en Europe, le 22nd Marines Regiment de la 6th Marine Division releva le 7th Marines (1st MD), sur ses position au nord de l'Asa. Les Japonais tenaient bien sûr leurs positions sur près de
2 000 yards au sud de la même rivière. Le Maj.Gen. Lemuel C. Shepherd commandant de la 6th Marine Division, avait bien averti ses troupes que les combats pour le sud d'Okinawa allaient être bien différents de ce qu'ils avaient connu dans le reste du Pacifique. Il les informa que les Japonais savaient très bien utiliser leur artillerie, disposaient de lignes infranchissables par une attaque frontale et contre-attaqueraient sans doute sans cesse. Shepherd informa aussi ses subalternes qu'il leur fallait tirer profit du camouflage et chercher à contourner les positions japonaises plutôt que de tenter de les anéantir systématiquement.

- La 6th Marine Division avance à l'Ouest

- Le 22nd Marines commença à traverser l'estuaire de l'Asa dans les premières heures du 10 mai grâce à un pont jeté sur la rivière pendant la nuit. Après le passage de trois compagnies, une attaque-suicide japonaise réussit à détruire le pont à coups de charges explosives, mais les autres Marines franchirent le cours d'eau à gué. Pendant la matinée, les troupes US avancèrent dans la ville d'Asa en faisant face à une résistance obstinée et croissante. Le mouvement d'enveloppement par l'ouest fut alors rendu difficile à cause de la confusion qui règnait suiteaux tirs de fumigènes imprécis qui aveuglèrent les Marines. Les tirs directs des obusiers auto-moteurs Priest et des LVT soutenaient l'attaque. En dépit d'un tir nourri de l'artillerie nippone et de violentes contre-attaques locales, le 22nd Marines avaient réussi, dans l'obscurité, à établir une tête de pont longue de 350 yards.

- Dans la nuit du 10-11 mai, des éléments du 6th Marines Engineer Regiment réussirent à établir un pont Bailey à travers l'Asa sous le feu ennemi. Cela pouvait permettre à des chars de soutien de passer sur l'autre rive avec beaucoup moins de difficulté. Les Marines avancèrent alors sous un feu continu provenant des hauteurs de Shuri, d'où les japonais bénéficiaient d'une excellente vue sur la zone côtière. Et la résistance de l'infanterie nippone était très bien coordonnée. Une petite équipe d'une compagnie du 1/22nd qui avait atteint le sommet d'une petite colline située à 800 au sud d'Asa, failli disparaître entièrement à l'exception du soldat chargé du lance-flamme. Mais les navires de soutien pillonèrent les récifs coraliens de la côte et les débris vinrent se projeter en plein sur les positions japonaises, causant quelques dommages. Une charge d'infanterie de la C Coy/22nd appuyée par des chars de soutien réussit finalement à enlever la colline. Mais il ne restait à la C Coy que 80 hommes valides seulement ! La moitié de perdue, mais les Marines devaient bientôt faire face aux contre-attaques.

- Sur la droite du 22nd Marines, le 3rd Btn. réussi à occuper une falaise côtière au nord de la petite ville d'Amike grâce à un assaut dont le type était devenu classique dans la manière de procédé des Américains ; à savoir infantry+tanks+lance-flammes. Les Marines purent alors contempler les ruines de Naha, la capitale des Îles Ryuku. Les hommes du 3/22nd en profitèrent pour consolider leurs positions.

- L'avancée des unités de la 6th Marine Division fut lente durant les journées du 12 et 13 mai. Les 1 et 2/22nd durent s'occuper des zones rurales non-amménagées à l'est d'Amike que les japonais considéraient comme un point-clé de la défense de Shuri. Les éléments du 22nd Marines faisaient face au 15e Régiment Mixte Indépendant, la 44e BMI et le 7e Bataillon Antichar, une compagnie de mortiers de la Marine, un bataillon indépendant d'environ 700 hommes formés à partir du Bataillon de Raids en Mer. Toutes ces troupes aussi hétéroclites étaient pourtant très bien pourvues en armes individuelles, en mitrailleuses et en mortiers légers. Plus la bataille avançait, plus les éléments de renforts s'acheminaient à partir des bases de la 44e Brigade.

- Sugar Loaf

- Le 12 mai, la G Coy/22nd Marines avançait au sud-est avec onze chars vers la rivière Asato. Prenant la direction de Sugar Loaf, connu pour être un fort point de défense nippon, les forces US subirent un durcissement croissant des tirs japonais plus ils avançaient. Mais dès qu'ils atteignirent Sugar Loaf, les Américains virent surgir un grand nombre de japonais qui les prirent pour cible sans ménagement avec des armes légères. Infanterie et chars durent alors se retirer. C'est à ce moment que les Japonais firent donner leur artillerie qui mit trois chars hors d'état de nuire.
La 6th Division plannifia alors une attaque en force contre le secteur de Sugar Loaf. L'état-major de la division se rendit compte que la hauteur de Sugar Loaf pouvait bénéficier de la couverture de deux autres petites hauteurs : Crescent Hill (ou Half Moon Hill) sur sa droite et Horseshoe sur sa gauche. Ainsi toute attaque sur Sugar Loaf entraînait des tirs de ripostes depuis les deux autres collines. Enfin, les Japonais disposaient d'excellents champs de tir s'étendant vers le nord-est.

- Le 13 Mai, le 3/29th Marines Regiment entra dans la danse à l'est du dispositif du 22nd Marines. La journée se déroula en une série de petis assauts coûteux pour s'emparer des plateaux dominant les abords d'Asato. Les avances des Marines ne se chiffraient qu'en quelques centaines de mètres seulement. Au soir du 13 mai, la 6th MD ordonna au 29th Marines Regiment de renouveler son attaque le lendemain. L'aviation d'appui effectua de nombreuses sorties en pillonant les positions, les bâtiments et les zones logitiques en utilisant des roquettes de 100 livres et des bombes de 500 livres. Un cuirassé, quatre croiseurs et trois destroyers appuyaient eux aussi l'attaque.
Mais l'artillerie japonaise handicapa fortement les Marines. L'artillerie de la 44e Brigade disposait de 8 obusiers de 100 mm et de quatre canons de montagne tout en étant de temps en temps complétée par des mortiers lourds et des canons d'unités adjacentes. Bénéficiant d'un excellent point d'observation, les Japonais utilisaient tous leurs types d'armes avec précision contre les Marines et les chars. Ainsi, le commandant du 1/22nd Marines, trois radios, deux officiers de chars furent tués par un obus tiré des positions nippones et trois commandants de compagnies furent blessés.

Suite...


Yeoman 35
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 36
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bataille d'Okinawa - Page 2 Empty Re: Bataille d'Okinawa

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum