Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 9:18 am

Bonjour à tous;

Je vous propose un aperçu (très condensé) sur un des épisodes un peu moins reluisants (et donc moins connu) des libérations entreprises au fur-et-à-mesure de l'avancée des troupes Alliées en Allemagne...

La vaste majorité des personnes intéressées de près ou de loin par la 2e Guerre Mondiale ont vu les films Alliés tournés lors des libérations de camps de concentration sur le territoire allemand ; des films en noir et blanc granuleux, très graphiques, parfois à la limite du soutenable. Des soldats US ou UK y déambulent dans un univers de cauchemar, entourés de morts-vivants, et de montagnes de cadavres tractés pêle-mêle par des bulldozers, ou jetés dans des tranchées par des gardes SS hirsutes… Bref, ces films, qui semblent nous offrir une vue documentaire précise, ne sont qu’une vision superficielle des évènements. Racontées de façon condensée et simplificatrice dans les documentaires télévisés, ou dans les fictions traitant du conflit, les libérations ne furent pas des tâches aisées – au cours desquelles des unités Alliées charitables découvrirent l’horreur et organisèrent le secours des détenus et l’arrestation des coupables – mais un mélange de désorganisations dues à l’intense désordre régnant dans les zones de combat, de partis pris politiques, de priorités diverses, et d’attitudes divergentes… Je propose d’examiner cette situation par le biais de la libération du camp de Bergen-Belsen ; exemple d’un cuisant échec britannique…

Les véritables circonstances de la reddition du camp de concentration de Bergen-Belsen sont difficiles à établir et restent, encore de nos jours, sujettes à débat. Début 1945, un peu à contre cœur, Himmler, trahissant son idole, entame des négociations secrètes avec la Croix-Rouge et les pays neutres dans le but de mettre un terme à la situation inimaginable régnant dans les camps. Le 7 avril 1945, l’Obergruppenführer-SS und General der Polizei Ernst Kaltenbrunner, successeur de Reinhard Heydrich à la tête du SD et du RSHA, ordonne au Haupsturmführer-SS Josef Kramer, Kommandant de Bergen-Belsen, de procéder à l’assassinat de tous les prisonniers du camp afin d’éviter qu’ils ne tombent aux mains des Alliés. Selon l’historien Gerald Fleming, l’ordre aurait été donné à Himmler par Adolf Hitler lui-même. Lorsque la terrible nouvelle atteint les représentants du Congrès International Juif à Stockholm, ils s’empressent, en un effort désespéré, de contacter Felix Kersten, le masseur suédois et « Bouddha » d’Himmler afin qu’il intervienne auprès de ce dernier. Toujours selon Gerald Fleming, Kersten, par son lien d’intimité avec Himmler, aurait alors persuadé le Reichsführer-SS de renverser l’ordre. L’apprenant, Hitler aurait piqué une de ses légendaires crises de rage…


Felix Kersten

Le lendemain, 8 avril, entre 25.000 et 30.000 détenus sont transférés des camps de la zone de Neuengamme vers Bergen-Belsen, qui contient désormais 60.000 prisonniers. Certains d’entre eux doivent mêmes êtres logés dans des annexes du centre d’entraînement militaire adjacent… Simultanément, informé qu’une épidémie de typhus s’est déclarée à Bergen-Belsen, le Standartenführer-SS Kurt Becher visite le camp le 10 avril. Les Alliés ne sont plus très loin maintenant, et il devient de plus en plus évident que les détenus ne peuvent êtres déplacés sans exposer les troupes allemandes à une contamination. Par conséquent, Becher conseille vivement à Himmler de ne pas évacuer ou détruire le camp, mais de le remettre tel quel aux Anglais. Quoi qu’il en soit, plus question d’exterminer les détenus ; ils peuvent toujours êtres utiles pour les négociations et, franchement, à quoi bon envenimer la situation…

Situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Hanovre, le camp de Bergen-Belsen est au centre de la zone de combat, et les Anglais, comme les Allemands, craignent eux aussi que l’épidémie de typhus ne se propage au sein des combattants. Déjà, la puanteur qui en émane se répand sur environ 5 kilomètres à la ronde, et inquiète passablement l’état-major… Les troupes prennent donc possession du secteur, mais ne pénètrent pas dans le camp pendant presque 3 jours. En effet, les négociations destinées à transférer le camp sous autorité britannique durent plusieurs jours. Le 12 avril, le Colonel Schmidt, un émissaire allemand, franchit la ligne, se présente aux troupes combinées du 21st Army Group et du 1st Canadian, et les informe de la présence du camp. Dans l’après-midi, un accord est signé prévoyant la création immédiate d’une zone neutre de 48 kilomètres carrés autour de Bergen-Belsen ; des panneaux « Danger-Typhus » sont placés à toutes les entrées de routes et intersections.


(source : Imperial War Museum - IWM)

On ordonne au personnel SS de regagner leurs postes et de vaquer à leurs occupations jusqu’à ce que les Anglais se présentent. Le cesser le feu est signé à la tombée de la nuit, entre le commandement militaire Allemand local et le Chief of Staff britannique, Brigadier General Taylor-Balfour, mais les Anglais participent à de violents affrontements les 13 et 14 avril pour forcer un passage de la rivière Aller à Winsen et Walle, retardant encore de deux jours la libération du camp. En attendant d’être remis aux Anglais ce dernier est placé sous la surveillance de soldats Hongrois et de fantassins de la Wehrmacht. Finalement, le 15 avril vers midi, des Anglais atteignent le poste de garnison de l’Armée Allemande proche du camp, et concluent officiellement le transfert de la zone neutre.

En début d’après-midi, l’avant-garde du Régiment du Lieutenant-Colonel Taylor, le n° 249 (Oxfordshire Yeomanry), et le 63rd Anti-Tank Regiment pénètrent dans la zone neutre. Taylor ordonne alors au Major Derrick Sington, et à deux sous-officiers trilingues, de s’acheminer vers le camp à bord d’un camion équipé d’un haut-parleur. Leur tâche consiste à diffuser un message informant les détenus que « bien qu’ils soient libérés, personne ne pourra quitter le camp pour l’instant en raison de l’épidémie ». Notons au passage que certaines sources affirment que des membres de la Military Intelligence et du SAS étaient déjà sur place à l’arrivée du camion. Sous-officiers et soldats menés (sans doute ou peut-être) par le Major Sington se présentent maintenant aux portes du camp…

Suite...


Dernière édition par eddy marz le Jeu 29 Déc 2011, 1:28 pm, édité 2 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 9:39 am

Suite :

Vêtu d’un uniforme de terrain – pantalon bouffant et rangers – le Haupsturmführer-SS Josef Kramer, visiblement fatigué, et arborant une barbe de deux jours peu conforme au règlement SS, vient à leur rencontre et leur demande de l’aider… Kramer, qui a été formé à Auschwitz, exprime son désir d’une transition ordonnée et pacifique, assure ses interlocuteurs d’une collaboration sans faille, traite les officiers anglais d’égal à égal, et les conseille même sur les méthodes à adopter pour remédier à « cette situation déplaisante »… La confusion la plus totale s’installe ; nombre d’officiers britanniques sont persuadés que Kramer fait tout ce qu’il peut pour venir en aide aux détenus…


Josef Kramer (IWM)

Puis, les Anglais pénètrent dans le camp, et découvrent la « situation déplaisante »… Le Major Sington se souvient : « J’avais dé jà essayé de m’imaginer l’intérieur d’un camp de concentration, mais je n’avais pas imaginé ça. Pas plus que je n’avais imaginé l’étrange foule simiesque accolée à la clôture barbelée, avec ses têtes rasées et ses vêtements pénitentiaires obscènes… […] Les saluts incrédules de ces hommes presque perdus, de ces clowns vêtus de leurs haillons répugnants, dégageaient une puissante émotion ; j’ai eu du mal à retenir mes larmes ». Le Brigadier Glyn-Hughes, Directeur adjoint des Medical Services 2nd Army, dont les propos seront rapportés par Raymond Phillips dans son livre « The Belsen Trial » (publié en 1949), raconte : « Les conditions dans le camp étaient indescriptibles ; aucune description, ou photo, ne peut donner une idée des horreurs à l’extérieur des baraquements… et les scènes à l’intérieur étaient encore pires… ». Inutile donc de se lancer dans des descriptions dantesques ; nous sommes dans les égouts de l’humanité. Il suffit de savoir que le camp abrite environ 50.000 personnes souffrant de malnutrition sévère, de typhus, de gastro-entérite, et d’autres maladies infectieuses et virulentes. Les notions habituelles de pudeur et de dignité sociale ont disparues ; hommes et femmes s’accroupissent aux yeux de tous pour se soulager… Environ 10.000 morts, nus en majorité, dans un état avancé de décomposition jonchent l’ensemble du terrain (sans compter les monceaux de cadavres à demi carbonisés par les SS dans les bois avoisinants, avant l’arrivée des Anglais).

Les soldats britanniques sont en état de choc ; littéralement dépassés par leur découverte. Certains vomissent, beaucoup pleurent… De façon presque incompréhensible, durant quelques heures, les SS du camp restent libres de leurs mouvements… et continuent comme possédés, à l’insu des libérateurs, à liquider discrètement des détenus. Les déportés, quant à eux, ne savent plus où en donner de la tête ; le camp est rempli de soldats, SS et Alliés, et pour eux, ces derniers ne sont encore que des « soldats de plus ». Il leur faudra quelques heures encore pour comprendre qu’ils sont libres… Entre temps, le Brigadier Glyn-Hughes envoie un courrier motorisé au Corps Headquarters, réclamant de la nourriture, de l’eau, et une aide médicale. Malheureusement, n’ayant pas anticipé la dimension de la situation, ni prévu les besoins immédiats d’un tel sauvetage, 14.000 personnes meurent au cours des cinq jours suivants, et autant dans les semaines qui suivront.

Arrivant finalement sur les lieux en milieu d’après-midi, le Lieutenant-Colonel Taylor procède à l’interrogatoire de Josef Kramer, et conclue que le Haupsturmführer-SS, commandant du camp, est seul responsable. Kramer est immédiatement arrêté. On lui retire ses rangers pour l’enchaîner par les chevilles avant de le soumettre à de nouveaux interrogatoires. Quelques photos isolées sont prises…


Arrestation de Kramer (IWM)


Un garde SS contrôlé... (IWM)

Quant aux effectifs Hongrois, utilisés les premiers jours pour garder le camp, ils sont – d’après le témoignage de plusieurs soldats Anglais présents – fusillés sur le champ. Le lendemain, 16 avril, les rations, de l’eau, et du charbon, atteignent Bergen-Belsen. Les hommes du 63rd Anti-Tank Regiment tentent tant bien que mal de distribuer les vivres. Toutefois le problème n’est pas la quantité de nourriture, mais sa nature. Mis à part le fait que la plupart des détenus ne sont pas en mesure de se servir eux-mêmes, ils ne réussissent pas à digérer ces aliments trop riches ; certains en meurent… Une situation qui va durer encore quelques jours.

Le 17 avril, une délégation du N°5 Army Film and Photographic Unit se présente au camp. Le sergent William Lawrie, cameraman de métier, se souvient que « nombre de photographes étaient très mal à l’aise, et avaient l’impression de jouer les voyeurs… ». Afin de communiquer, où d’aider à comprendre le fonctionnement du camp, certaines photos doivent être « posées »… Mais il est pratiquement impossible d’obtenir quoi que ce soit des détenus. Ce même jour, les 47 autres membres du personnel SS, hommes, Aufseherinen, et Kapos, sont également arrêtés, regroupés et photographiés un à un. On leur annonce qu’à partir de maintenant, chaque déporté tué équivaudra à une exécution sommaire dans leurs rangs. Hagards, ou le regard fiévreux, chacun son tour, ils doivent décliner leur identité et leur fonction dans le camp… Puis, on les fait défiler devant les détenus. Un sergent Anglais les invective : « You bastards created this fucking mess so you can fucking well clear it up ! ». Ils sont immédiatement recrutés pour ensevelir les cadavres. Nombre d’entre eux protestent, particulièrement les Aufseherinen, dont la célèbre photo, ci-dessous, avec Irene Haschke et Herta Bothe en premier plan, fut prise, selon un témoin, au moment de l’annonce…


Aufseherinen (Bildarchiv Preußischer Kulturbesitz)

Le docteur Fritz Klein, un des médecins du camp, est contraint de descendre dans une fosse et, hirsute, de poser pour les photographes. Cette photo mondialement connue, quoi que d’un goût douteux, deviendra un des symboles de la barbarie nazie.


Le Dr. FRitz Klein pose pour les Anglais...

Beaucoup de soldats Anglais ne sont pas vaccinés ; le SMO (Senior Medical Officer) de l’hôpital de Campagne ordonne une inoculation générale. Malgré cela, plusieurs individus attrapent le typhus ou des formes sévères de dysenterie. Heureusement, tous en réchapperont.

Dans un premier temps, et contrairement aux Américains lors de la libération de Buchenwald, la libération de Bergen-Belsen n’est pas suivie de visites de Presse ni de films d’actualité exposant les atrocités. Le film, très connu, montrant les bulldozers militaires déversant d’énormes quantités de cadavres émaciés dans les fosses, n’est pas immédiatement diffusé. Ces images sont, pour l’instant, propriété privée de l’armée… Les journalistes se voient refuser l’accès à la zone. Rapidement, Patrick Dean, du Foreign Office, soupçonne que l’épidémie de typhus qui sévit dans le camp n’est pas la vraie raison de cette interdiction car les journalistes, comme les troupes, peuvent êtres vaccinés. À sa grande surprise, Guy Lambert, sous-secrétaire au War Office, rejette ses propositions de visites de Presse et « nia froidement que des crimes de guerre avaient été commis à Belsen ».


Patrick Dean (IWM)

Insistant, Dean le tente de le persuader d’encourager l’Armée Britannique à faciliter des prises de vue comme celles fournies par les troupes US à Eisenhower et au Général Omar Bradley à Buchenwald. Mais Lambert refuse. Outré, Richard Law, Ministre d’État, écrit une lettre de protestation au War Office, et réitère une plainte de Lord Finlay, le représentant Britannique de la Commission des Nations Unies, expliquant que l’Armée Anglaise est tellement mal organisée qu’elle avait permis la disparition de preuves matérielles. Mais la Commission est également interdite d’accès à Belsen. Dean ne cache pas son amertume : « Le War Office est un département axé sur la contrariété, et je me permets d’émettre l’hypothèse qu’il n’hésiterait pas à prendre toutes les mesures nécessaires afin de prouver qu’il n’y eut aucun crime commis à Belsen dans le seul but d’écarter tout visiteur indésirable ». Mais Lambert reste imperméable aux critiques. Il annonce à Dean que compte tenu du fait que les victimes de Belsen ne soient pas des sujets britanniques, l’Armée Britannique ne saurait être considéré comme responsable...

Suite...


Dernière édition par eddy marz le Jeu 29 Déc 2011, 1:29 pm, édité 3 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 9:48 am

Suite :

Le 5 mai, Lambert est soutenu par le Secrétaire d’État à la Guerre, Sir James Grigg qui, dans une lettre à Lord Simon, déclare que « seules les nations alliées ayant été victimes de crimes de guerre sont habilitées à s’en occuper ».


Sir James Grigg (IWM)

Entre temps, le QG de Montgomery annonce la création de trois équipes d’investigation des crimes de guerre, chacune constituée de 4 hommes. Cette annonce semble n’avoir été qu’une formalisation officielle destinée à conférer une « légitimité » au « scratch team » (l’équipe de libération initiale) travaillant à Belsen depuis sa libération. Pourtant, le 8 mai, seuls 3 hommes en tout auront été recrutés, comparés à la centaine fournie par les troupes US.

Plusieurs photos et extraits de film de la libération de Bergen-Belsen finissent par atteindre le public Anglais, mais la réaction n’est pas celle escomptée : Une tranche significative de la population n’y croit pas, et pense avoir affaire à une opération de propagande anti-allemande… La Presse s’empare des récits des soldats et se met à broder, exaggérant les horreurs jusqu’à la limite du vraisemblable, donnant ainsi naissance à des légendes aussi nauséabondes que fausses. Par la suite, ces dernières nourriront bien entendu les thèses négationnistes…

C’est la fin de la guerre ; tout le monde est fatigué. Le War Office et le JAG (Judge Advocate General) pressentent que le déballage des crimes de guerre ne profitera à personne. Du coup, le Département d’État n’est plus tellement pressé de s’impliquer ; au contraire il paraît même dévouer tous ses talents bureaucratiques et administratifs à empêcher qui que ce soit de s’en mêler ou de faire des vagues. Sir Donald Somervell, l’Attorney-General, complique l’affaire en insistant que son bureau approuve les affaires impliquant des victimes britanniques avant qu’elles ne passent en jugement ; une prise de position qui va retarder, une fois de plus, la Justice… En réalité, la découverte de Bergen-Belsen, et surtout des cafouillages de l’Armée Britannique, dérange le War Office. Le 16 mai – un mois jour pour jour après la libération du camp – le Major Isham du MI1 présente un document prouvant qu’aucun citoyen de Sa Majesté ne se trouve parmi les victimes. Ce document semble exclure d’office toute nécessité d’une participation britannique à l’instruction d’éventuels procès. Lorsque Isham s’enquiert si les Allemands arrêtés par les Anglais à Belsen doivent êtres jugés, on lui répond que si une telle décision est prise il faudra amender le Royal Warrant de façon à ce que des Cours Militaires anglaises puissent le faire en toute légalité…

À la fin du moi de mai, Viscount Bridgeman, est nommé chef de l’AG3, et chargé de veiller à ce que « l’engagement britannique dans les crimes de guerre ne doit pas être plus important qu’il n’est vraiment nécessaire ». Les raisons étaient évidentes : « Tout le monde au War Office pensait que le traitement des crimes de guerre serait un travail non seulement coûteux, mais inefficace, et qui de plus serait mal perçu par le public. […] Nous pensions que la plupart des criminels nazis se trouvaient en zone Américaine. Alors nous nous sommes assis et avons attendus pour voir ce qui se passerait ; nous attendions les ordres des politiciens »…


Viscount Bridgeman (IWM)

Finalement, la Justice reprend ses droits ; à reculons, certes, mais tout de même… Joseph Kramer et 44 membres du staff SS comparaissent devant un Tribunal Militaire Britannique, le 17 septembre 1945, à Lünebourg. Trois SS (Nikolas Jenner, Paul Steinmetz et Walter Melcher) sont acquittés dés le début de la procédure ; un quatrième sera trop malade pour y assister, laissant 40 accusés sur le banc. Convaincu de crimes de guerre, Kramer se défendra, assurant avoir été « abandonné » sans moyens par Himmler dans une situation critique… À l’issu du procès, 12 coupables, y compris Kramer, seront condamnés à mort et exécutés. Plusieurs autres seront condamnés à diverses peines de prison, et 14 acquittés…

Merci de votre attention.

Eddy
clin doeil gri

Sources :

- Bower, Tom. Blind Eye to Murder ; Britain, America and the purging of Nazi Germany – Granada Publishing Ltd ; 1981.

- Kemp, Paul. The British Army and the Liberation of Bergen-Belsen – Article dans Belsen in History and Memory ; édité par J. Reilly, D. Cesarani, T. Kushner, C. Richmond ; 1997.

- Gilbert, Martin. The Holocaust – Collins, London 1986

- Kogon, Eugen. L’Etat SS ; le système des camps de concentration allemands – Seuil, Paris, 1970.

- Reitlinger, Gerald. The SS, Alibi of a Nation 1922-1945 Arms & Armour Press, London, 1981

- Padfield, Peter. Himmler ; Reichsführer SS – Papermac, 1995

- Imperial War Museum (IWM)


Dernière édition par eddy marz le Jeu 29 Déc 2011, 1:29 pm, édité 5 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Phil642 le Mar 03 Nov 2009, 10:02 am

Merci Eddy.

Quelle incurie de la part des Britanniques, c'est à peine pensable, cependant ça me rappele des évènements récents en Afrique Centrale où c'est l'Humanité entière qui fut aveugle, souvent volontairement.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 10:31 am

Salut Phil;

ça me rappele des évènements récents

Oui, moi aussi. On ne s'en sort pas à ce qu'il paraît...
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  le ronin le Mar 03 Nov 2009, 10:52 am

Bonjour, comme à ton habitude, très bon "post" , excellente documentation enrichissante . Merci , Eddy .


Amicalement.


Le ronin.



.....Dans la réalité, il n'y a pas de round d'observation ....



Semper fidelis.
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3426
Age : 65
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 10:53 am

You're very welcome, Ronin...
clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Phil642 le Mar 03 Nov 2009, 11:01 am

Eddy Marz a écrit:Le 16 mai – un mois jour pour jour après la libération du camp – le Major Isham du MI1 présente un document prouvant qu’aucun citoyen de Sa Majesté ne se trouve parmi les victimes

Certitude effroyablement ridicule en sachant qu'il était impossible de le savoir.

On est loin de la notion de citoyen de l'Humanité ...
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  kaisersozer le Mar 03 Nov 2009, 11:10 am

Comme à chaque fois, excellent reportage et aussi impressionnant !!!
Comment les tortionnaires ont ils pu continuer à tuer alors que les Anglais étaient sur place?

A la décharge des Anglais, je pense que s'était une situation totalement nouvelle sans précédents , laissant les libérateurs devant un probleme qu'ils découvrent de plus en plus grand . Je parle ici des premiers jours.

K.
avatar
kaisersozer
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 180
Age : 50
Localisation : Liege
Date d'inscription : 15/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Phil642 le Mar 03 Nov 2009, 11:24 am

Oui en effet, ma critique ne s'adresse nullement à l'encontre des troupes de combat qui furent les premiers à arriver au camp et qui ont agit du mieux qu'elles pouvaient en regard avec leur boulot normal, mais bien des ordres d'en haut ...

On constate bien qu'il s'agit d'un solide "cadeau empoisonné" de la part des ss eux-mêmes complètement dépassés.

Il faut savoir que Bergen-Belsen a durant les derniers jours de la guerre servit à "acceuillir" plein de prisonniers ayant évacués d'autre camps devant l'avance des armées Alliées, souvent par marches de la mort.

Parmi les "cadres" des gardiens, on en trouvera plein qui avaient déjà exercés leurs talents ailleurs.

A ce sujet, je conseille vivement de lire les pages du site http://www.sonderkommando.info/ de l'excellente historienne amateur, faut-il le dire, Véronique Chevillon, et plus particulièrement, les pages consacrées aux procès dont celui de Lüneburg dit "de Belzen".

Concernant celui de Belsen http://www.sonderkommando.info/proces/luneburg/index.html , en bas de page vous trouverez également deux liens vers les accusés et les peines.

PS: Véronique est membre très discrète de ce forum clin doeil gri



Edit: Il s'agit du seul camps que j'aie visité, lorsque j'étais à l'armée, nous allions souvent en manoeuvre dans le camps Britannique de Bergen et la tradition voulait qu'un détachement aille régulièrement rendre les honneurs aux victimes de la barbarie.

Il n'existe plus rien des baraquements puisqu'ils ont été incendiés un musée explique l'histoire et des fosses communes plantées de bruyères avec une simple plaque donnant le nombre de victimes enterrées ça et là.

La tombe symbolique de Margot et Anne Franck se trouve là.

http://isurvived.org/Bergen-Belsen_liberation.html
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Jules le Mar 03 Nov 2009, 2:16 pm

Encore un grand merci à Eddy pour ce post. Ton esprit de synthèse est impressionnant.

Je rejoins "kaisersozer" sur la libération du camp et suis littérallement atterré de voir que les SS ont pu continuer à exécuter des détenus malgré la présence des anglais. C'est insensé mais ça montre aussi le l'intensité du choc psychologique qu'on dû subir certains soldats.

Par contre je ne suis pas sûr d'avoir saisi cette histoire avec la presse et les "libérateurs du camp" : pourquoi, au juste, Guy Lambert a refusé l'accès au camp ? Est-ce que certains soldats britanniques avaient "pété les plombs" en pénétrant dans Bergen-Belsen au point d'assassiner certains nazis / prisonniers ?

Merci !
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 4:20 pm

Salut Jules;

et suis littérallement atterré de voir que les SS ont pu continuer à exécuter des détenus malgré la présence des anglais. C'est insensé mais ça montre aussi le l'intensité du choc psychologique qu'on dû subir certains soldats.

Je suis assez d'accord avec toi. Ces meurtres furent commis, Dieu merci, que pendant les premières 4 ou 5 heures d'occupation du camp, et de façon dissimulée (prendre en considération la taille de l'installation), jusqu'à cela se saches ou soit dénoncé. Les photos montrent bien l'état de stress et d'hystérie des anglais, tout autant que celui des allemands. Cela a dû être comme entrer dans une maison de fous...

je ne suis pas sûr d'avoir saisi cette histoire avec la presse et les "libérateurs du camp" : pourquoi, au juste, Guy Lambert a refusé l'accès au camp ? Est-ce que certains soldats britanniques avaient "pété les plombs" en pénétrant dans Bergen-Belsen au point d'assassiner certains nazis / prisonniers ?

Non je ne penses pas. Il y a sûrement eu des violences, mais rien de radical. Je pense tout simplement que nous avons affaire à la Raison d'État. L'Angleterre est financièrement à genoux (contrairement aux USA) et - certes égoïstement - ne souhaites dépenser des sommes colossales ni dans l'instruction de crimes de guerre, ni dans le recrutement de Tribunaux particuliers. Les "ratages" de l'Armée Britannique sont certainement pour quelque chose dans les décisions de Lambert; l'impression de s'être retrouvé avec un cadeau empoisonné (lâché dans leurs mains par les nazis) et aucun moyen d'y remédier de façon adéquate a sûrement été ressentie comme une atteinte au prestige de la Nation. Cela ajouté à l'aspect économique et, sans aucun doute, à la volonté de passer dans la restructuration de l'Europe sans écraser l'Allemagne plus que nécessaire car, sans elle, l'équilibre financier d'une nouvelle Europe deviendrait impossible... Mais ce n'est que mon avis.

Eddy
clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  navigant le Mar 03 Nov 2009, 5:43 pm

Excellent reportage eddy marz,

La tenue de Kramer peu élégante doit être une tenue de "travail" de la ss, car il porte des insignes de grade qui sont sur le tenues camouflées de la waffen ss.

navigant
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Jules le Mar 03 Nov 2009, 5:51 pm

eddy marz a écrit:Salut Jules;

et suis littérallement atterré de voir que les SS ont pu continuer à exécuter des détenus malgré la présence des anglais. C'est insensé mais ça montre aussi le l'intensité du choc psychologique qu'on dû subir certains soldats.

Je suis assez d'accord avec toi. Ces meurtres furent commis, Dieu merci, que pendant les premières 4 ou 5 heures d'occupation du camp, et de façon dissimulée (prendre en considération la taille de l'installation), jusqu'à cela se saches ou soit dénoncé. Les photos montrent bien l'état de stress et d'hystérie des anglais, tout autant que celui des allemands. Cela a dû être comme entrer dans une maison de fous...

je ne suis pas sûr d'avoir saisi cette histoire avec la presse et les "libérateurs du camp" : pourquoi, au juste, Guy Lambert a refusé l'accès au camp ? Est-ce que certains soldats britanniques avaient "pété les plombs" en pénétrant dans Bergen-Belsen au point d'assassiner certains nazis / prisonniers ?

Non je ne penses pas. Il y a sûrement eu des violences, mais rien de radical. Je pense tout simplement que nous avons affaire à la Raison d'État. L'Angleterre est financièrement à genoux (contrairement aux USA) et - certes égoïstement - ne souhaites dépenser des sommes colossales ni dans l'instruction de crimes de guerre, ni dans le recrutement de Tribunaux particuliers. Les "ratages" de l'Armée Britannique sont certainement pour quelque chose dans les décisions de Lambert; l'impression de s'être retrouvé avec un cadeau empoisonné (lâché dans leurs mains par les nazis) et aucun moyen d'y remédier de façon adéquate a sûrement été ressentie comme une atteinte au prestige de la Nation. Cela ajouté à l'aspect économique et, sans aucun doute, à la volonté de passer dans la restructuration de l'Europe sans écraser l'Allemagne plus que nécessaire car, sans elle, l'équilibre financier d'une nouvelle Europe deviendrait impossible... Mais ce n'est que mon avis.

Eddy
clin doeil gri

Merci pour ces réponses. Effectivement c'est un point de vue intéressant.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mar 03 Nov 2009, 6:00 pm

navigant a écrit:La tenue de Kramer peu élégante doit être une tenue de "travail" de la ss, car il porte des insignes de grade qui sont sur le tenues camouflées de la waffen ss.

Bien vu, Navigant
pouce gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  panzerblitz le Mer 04 Nov 2009, 11:56 am

Et bien bravo ,encore un coup de maître ,Eddy !

Sinon ,je voulais savoir 2 ,3 truc au sujet des soldats hongrois ...Ils ont été massacrés ,mais je n'ai pas saisi si cela avait été par les Anglais ,les W SS allemands ou par les déportés ?

Connaîtrais tu par ailleurs d'autres implications de soldats hongrois dans l'encadrement même des camps de concentration ?

J'avoue posséder quelques ouvrages sur la Hongrie de cette période ,mais il n'y est fait état que d'arrestations et de soutiens logistique pour les déportations en Allemagne ,essentiellement sous le régime de Szalasi en fait ...Peut être partialité des auteurs ,tous hongrois ...
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mer 04 Nov 2009, 1:34 pm

Hello Panzerblitz;

je voulais savoir 2 ,3 truc au sujet des soldats hongrois ...Ils ont été massacrés ,mais je n'ai pas saisi si cela avait été par les Anglais ,les W SS allemands ou par les déportés ?

A priori par les Anglais. Fusillés, pas massacrés...

Peut être partialité des auteurs ,tous hongrois ...

Sans doute (sûrement). Je ne suis pas très calé sur cette question précise, mais il me semble que les collabos pro-nazi Hongrois avaient été fournis par le Ministère de l'Intérieur Hongrois, et plus particulièrement par sa Police, la Csendorség. Tant le Ministère que la Police avaient des liens étroits avec les Croix Fléchées.
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  panzerblitz le Mer 04 Nov 2009, 2:11 pm

Héhé ,merci beaucoup Eddy ,comme je l'ai déjà mentionné quelques part ,je rédige un dossier sur la Hongrie contemporaine (1918-1945) ,vaste sujet peu connu ,sur lequel la littérature impartiale manque cruellement !

Mon ouvrage le plus sérieux fait dans les 650 pages ,mais vu qu'il fut écrit par des profs de l'université populaire de Budapest ,en 70 ,c'est pas vraiment ce qui se fait de mieux sur le domaine de l'objectivité !
Il n'y est question que "d'unité nationale dans la lutte contre le fascisme" (sic !) ,tu as bien la moitié des pages concernant la 2e GM qui sont consacrées au "parti communiste clandestin" ,qui n'a jamais dépassé les 200 membres !

Pour les autres ,plus récents ,c'est tout à fait le contraire ...On te mentionne l'affreux régime de Bela Kun ,qui justifie une répression sanglante à l'égard de toutes les forces communistes .
Tant qu'aux juifs ,et bien ...Semblent avoir été vus comme d'horribles patrons d'usines d'armements s'enrichissant par la guerre (classique tu me diras ) !

Le plus ironique dans l'histoire ,c'est que parmis les meilleurs pilotes de combat hongrois ,tu trouves effectivement quelques juifs (Sandor Boskovits et Sandor Hautzinger pour ne pas les nommer ) ...S'ils savaient !
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Ming le Mer 04 Nov 2009, 4:55 pm

C'est toujours un réel plaisir de te lire Eddy. Ton post m'a fait penser à un livre que j'ai parcouru il y a quelques temps de cela, dont le titre est "Allies in Auschwitz", qui est basé sur les témoignages des quelques prisonniers de guerre récalcitrants qui sont passés d'un stalag ou oflag au camp de concentration pour subir le même traitement que les déportés. C'est de Duncan Little (aucun lien de parenté avec Stuart...).

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mer 04 Nov 2009, 7:59 pm

Thanks Ming... J'ai souvent entendu parler du livre de Duncan Little, mais je ne l'ai malheureusement jamais lu (ou eu entre les mains)... spamafote
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Mer 12 Mai 2010, 11:46 am

Bonjour à tous;
Juste une petite addition à ce thread, avec la photo de Frau Kramer, épouse du commandant du camp, dans une jeep Britannique, en chemin pour Lüneburg pour témoigner en faveur de son mari, en octobre 1945.


(source Imperial War Museum)

Eddy
clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  navigant le Ven 14 Mai 2010, 10:48 am

eddy marz a écrit:Bonjour à tous;
Juste une petite addition à ce thread, avec la photo de Frau Kramer, épouse du commandant du camp, dans une jeep Britannique, en chemin pour Lüneburg pour témoigner en faveur de son mari, en octobre 1945.


(source Imperial War Museum)

Eddy
clin doeil gri
Merci eddy pour la photo,

Kramer avait des relations sexuelles avec les femmes gardiennes du camps de concentration ou avec les secrétaires ?

navigant
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 674
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  eddy marz le Ven 14 Mai 2010, 5:15 pm

"navigant"
Kramer avait des relations sexuelles avec les femmes gardiennes du camps de concentration ou avec les secrétaires ?

Je n'ai aucune info à ce sujet...

Voici une video d'un extrait de film pris pendant la libération du camp. bonne qualité d'image, Kramer, les auxiliaires féminines, le personnel SS :
http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE00000940/liberation-du-camp-de-belsen.fr.html

Eddy
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Kramer

Message  piot1968 le Sam 15 Mai 2010, 7:30 am

[quote="eddy marz"]
"navigant"


Voici une video d'un extrait de film pris pendant la libération du camp. bonne qualité d'image, Kramer, les auxiliaires féminines, le personnel SS :

Merci eddy pour cette excellente video. Décidemment, je ne m'y fairai jamais!!! C'est terrifiant!
Piot
avatar
piot1968
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 190
Age : 49
Localisation : Bully Les Mines
Date d'inscription : 19/12/2009

http://www.aikidolievin.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libération du KZ Belsen : une affaire embrouillée…

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum